Jerry : No, I'll be back.
Kramer : Jerry, it's L.A., nobody leaves. She's a seductress, she's a siren, she's a virgin, she's a whore.
Seinfield, "The Finale"

mercredi 17 septembre 2014

Sin City : J'ai Tué Pour Elle


Un joueur de poker très chanceux qui va jouer dans la cour des grands, une danseuse exotique qui veut venger la mort de l'amour de sa vie, un detective privé sous le charme d'une femme fatale, une brute épaisse qui prête ses services pour le plaisir de cogner... Ajoutez des flics pourris, des prostituées surarmées et vous obtenez le cocktail parfait pour un film noir post-moderne à la sauce Rodriguez/Miller. En théorie.

En pratique, Sin City : J'ai tué Pour Elle est un beau gachis. En 2005, le premier Sin City était une adaptation parfaite de la BD de Frank Miller grâce à une direction artistique irréprochable et une série de petites histoires simples portées par de bons acteurs et une bonne dose de second degré. Il aurait suffit d'appliquer la même recette pour le nouvel opus mais la machine s'est enrayée et le résultat est vraiment mauvais. C'est surtout un gros problème de script. Passons sur le fait que le film est à la fois une suite et une préquelle ce qui amène à se demander toutes les cinq minutes "mais il n'est pas mort ce type ?" vu que les mêmes personnages que dans le premier reviennent.

Le vrai soucis est que tout est très mal écrit. Là où le premier Sin City allait directement à l'essentiel, sa suite se pose beaucoup trop de questions et ajoute des détails inutiles. Là où le premier était un petit bijou d'humour noir, le second se prend beaucoup trop au sérieux. Les motivations des différents personnages ne sont pas claires et les acteurs ne sont pas très bons. Les histoires se finissent assez abruptement et il n'y a pas de petits moments magiques comme la scène de l'ascenseur. La DA semble faux alors qu'elle n'est pas si différente du premier probablement à cause de l'abus de couleurs criardes. L'ensemble ressemble presque à une parodie de Sin City. Même les seins à l'air d'Eva Green (rassurez-vous mesdames : il y a aussi du Josh Brolin) n'arrivent pas à sauver le film. Au moins j'aurais vu le teaser du prochain Tarentino, The Hateful Eight, qui est tourné en "Glorious 70mm".
Rendez-vous sur Hellocoton !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont modérés et mettent un petit peu de temps à apparaître.
Vérifiez que la réponse à votre question n'est pas dans la FAQ (on ne peut plus y publier vos commentaires)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...