Jerry : No, I'll be back.
Kramer : Jerry, it's L.A., nobody leaves. She's a seductress, she's a siren, she's a virgin, she's a whore.
Seinfield, "The Finale"

mardi 8 juillet 2014

The Raid 2: Berandal



Comment un natif du Pays de Galles est devenu le nouveau roi des films de baston asiatiques ? L'histoire commence quand Gareth Evans part en Indonésie faire un documentaire sur le pencak silat, le nom des arts martiaux locaux. Il va être fasciné par ce qu'il découvre et il va rencontrer Iko Uwais, expert dans le domaine. Ce sera la star des films d'actions d'Evans et le chorégraphe des bastons à commencer par Merantau en 2009. Le monde découvre un nouveau Honk-Kong, Jakarta, un nouveau style de baston et plein de nouveaux acteurs/combattants talentueux.

Après Merantau, Gareth et Iko commencent à bosser sur Berandal, un film de gangsters beaucoup plus ambitieux mais surtout beaucoup plus cher. Gareth réalise qu'il n'a pas les moyens de le faire et se rabat sur un plus petit projet, The Raid qui sort en 2012. Le concept est simple : le SWAT local prend d'assaut un bâtiment occupé par un criminel sadique et sa bande. Les combats commencent aux flingues et passent rapidement aux poings et aux armes blanches. Hyper violent, hyper sanglant et hyper bien filmé, le film est un hit. On avait adoré. Il donne les moyens à Gareth de préparer la suite qui sera le film de gangsters dont il rêve, The Raid 2: Berandal.

Iko Uwais reprend son rôle de Rama, un membre de forces spéciales qui peut vous tuer à mains nues d'une centaine de manières possibles. Afin d'en finir avec les puissants criminels de Jakarta et la corruption dans la police, il devra infiltrer la pègre et devenir un criminel. Il monte rapidement les échelons et se retrouve le bras droit du fils du patron d'un des plus grands syndicats du crime. Les choses vont vite dégénérer.

Pour décrire simplement le film, The Raid 2 est au premier opus ce que Batman Arkham City est à Batman Arkham Asylum pour ceux qui connaissent ces jeux. On reprend les éléments du premier opus et on les applique à une échelle beaucoup plus large. La guérilla du premier devient une guerre totale de gangs dans le second. Le film propose une variété de décors et de situations assez dingue avec un best-of des endroits où on a l'habitude de voir de la castagne : prison, entrepôt, couloir, boite de nuit, restaurant,... Une simple course poursuite en voitures à la sauce Gareth Evans devient un balai de berlines, balles et coups de poings où on combat aussi bien entre voitures que dans les voitures.



On a parfois l'impression de voir une adaptation du jeu Sleeping Dogs pour adultes. Je précise pour adultes car les coups font vraiment mal dans The Raid 2. La violence est encore un cran au-dessus du premier The Raid et le film est encore plus gore, sans attendre l'irréalisme d'un Tarentino. Les cranes éclatent, les jambes se brisent, les gorges se coupent... Il faut dire que les méchants utilisent une panoplie d'armes très variée : marteaux, couteaux, griffes, shotguns, battes de baseball, machettes, mitraillettes, tessons de bouteilles, chaises, étagères...  Chaque mort ou KO est original et la salle jubilait en permanence voir applaudissait pour les plus beaux. La réalisation fait tout pour qu'on ne rate pas une miette des coups et de leurs résultats quitte à montrer la figure brûlé d'un type qui a eu la tête collée contre une plaque de cuisson en gros plan la seconde d'avant.

Les chorégraphies sont incroyables et impliquent parfois une dizaine de types en même temps sans pour autant être difficiles à suivre. Les combats contre les boss sont des petits bijoux en la matière et laissent les protagonistes dans un sale état généralement après un "finish him" particulièrement brutal. Et on en prend pour son argent. Sur les 2h30 du film, je dirais que près de la moitié est de la baston pure. Le reste permet de comprendre les motivations de chacun. L'histoire est assez classique mais la noirceur de l'ensemble et le côté désabusé des personnages change des productions manichéennes honk-kongaises ou américaines. Les moments calmes du film font parfois penser à Nicolas Winding Refn (Drive) et malgré les motivations principales du héros (protéger sa famille), on ne tombe jamais dans le larmoyant inutile.

Pour faire simple, The Raid 2 est de loin le meilleur film de baston que j'ai vu à ce jour et probablement un de meilleurs films d'action sorti ces dix dernières années. L'adrénaline des acteurs et la folie meurtrière affichée à l'écran vous laisseront scotché au siège pour peu que vous puissiez l'encaisser. Sortie en France le 23 juillet.



Rendez-vous sur Hellocoton !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont modérés et mettent un petit peu de temps à apparaître.
Vérifiez que la réponse à votre question n'est pas dans la FAQ (on ne peut plus y publier vos commentaires)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...