Jerry : No, I'll be back.
Kramer : Jerry, it's L.A., nobody leaves. She's a seductress, she's a siren, she's a virgin, she's a whore.
Seinfield, "The Finale"

mercredi 30 juillet 2014

An idiot abroad, comment voyager comme un idiot?

Je suis frustrée niveau voyages, trop à voir et trop à faire. Surtout avec ma jambe cassée, je ne peux même pas visiter mes nouvelles découvertes sur Los Angeles.
Donc je regarde (encore plus) des documentaires, de voyages et d'histoires (et un peu de meurtres aussi, parce que faut pas pousser).
Je suis très fan de l'Europe, là encore par frustration. Ce n'est qu'une fois qu'on en part qu'on se rend compte qu'on en a rien vu. Et puis évidemment les Etats Unis qui restent toujours mon chouchou.
Je ne suis pas attirée du tout par l'Amérique du Sud ou par l'Asie ou l'Afrique, peut être un jour.
C'est sûr, la prochaine fois qu'on revient au pays ( ca devrait être l'année prochaine en septembre!), on ne va pas rester à rien faire comme on a fait les précédentes années, à attendre patiemment que quelqu'un daigne nous proposer de faire un truc. Surtout quand on voit le prix des billets d'avion et des hôtels en Europe, c'est impossible de refuser! Je crève d'envie d'un road trip en Italie ( merci à ceux qui se reconnaîtront de me faire mourir de jalousie sur Facebook...), ou d'un week end en Belgique ou en Espagne.

Quand on a deux caractères super forts comme les nôtres, les voyages peuvent vite tourner au vinaigre (surtout parce qu'on se marche dessus alors que d'habitude on ne se voit que quelques heures le soir, mais aussi parce qu'il peut y avoir des accroc et énormément de stress). Du coup non, ca ne se passe pas toujours comme on l'imagine mais on est bien rodés maintenant!
Du coup les documentaires m'énervent aussi rapidement. Oui c'est joli et tout, ça fait envie, mais c'est comme regarder un film, c'est juste pour divertir, c'est pas comme ça en vrai.

Du coup je suis ravie d'avoir découvert ma nouvelle série de documentaires favorite: an idiot abroad.

Le principe est un peu tordu, l'Anglais Ricky Gervais décide d'envoyer un de ses potes à travers le monde. Seulement il choisit le plus renfermé sur lui-même, le plus intolérant, impatient, pantouflard, chiant, râleur de ses amis. Evidemment, ça me rappelle quelqu'un. Aussitôt je me trouve plein de points communs avec le pauvre Karl Pilkington (ceux que je viens de citer, mais aussi d'autres).


Ricky se fait un plaisir à toujours en rajouter une couche et punir Karl d'une façon ou d'une autre (généralement c'est en lui réservant une chambre d'hôtel super moisie).
Ainsi au lieu d'avoir les images d'un décor magique sur fond d'une musique qui ferait pleurer un Navy SEAL, on a Karl qui essaye de survivre avec la chiasse dans un bus pendant 8 heures entouré de gens qui crachent.
Karl découvre aussi la culture locale et les traditions, mais c'est un gars bien donc même quand il commet des impairs (servir des chips et une pomme à un roi africain, refuser l'hospitalité au Brésil et ailleurs...) sa mauvaise humeur et son côté clown rend tout le monde autour de lui aussi hilare que le téléspectateur. Il découvre aussi la nourriture exotique, même si il ne se sépare jamais de ses paquets de chips.


Toutefois, comme on s'approche vraiment de la télé réalité plus que du documentaire, ses réactions sont toujours sincères, qu'il aime ou non ce qu'il voit.
Ainsi il a des coups de coeur pour toutes les tribus qu'il croise, en Afrique ou en Amérique du Sud. Absolument pas religieux ni spirituel, il est rapidement fasciné par tous les hommes de foi qu'il rencontre, que ce soit les babas en Inde, ou les moines bouddhistes au Japon.
Il adore le Mexique, car il trouve que tout le monde y fait ce qu'il veut (principalement manger et s'asseoir sur des bancs au soleil) et déteste les Américains car ils sont beaucoup trop ouverts et heureux et positifs.



Alors le plus drôle, c'est bien sûr ses expressions britanniques, ses réactions d'effroi, son obsession pour les toilettes (non, je ne me reconnais pas du tout), ses remarques désopilantes ( "le Taj Mahal est un diamant sur un tas de merde"), sa copine qui l'appelle en plein moment d'émotion pour lui demander comment marche le lecteur de DVD ou se plaindre du chauffe-eau, sa relation étroite avec la diarrhée (quelqu'un devrait lui dire qu'il y a des traitements), ses engueulades avec Ricky...





Au final, on se retrouve avec quelque chose d'un peu plus réaliste qu'un documentaire bien propret où tout se passe pour le mieux. Et puis surtout vous êtes garanti d'avoir au moins un fou rire par épisode! C'est un peu mon nouveau héros.

                           




Rendez-vous sur Hellocoton !

2 commentaires:

  1. Jon me l'a fait découvrir il y a quelques mois un soir où on ne savait pas quoi regarder et je l'avoue on s'est bien marré! Des fois tu te demandes si il ne joues pas mais non non! lol Et le pire c'est qu'a la fin tu compati vraiment avec lui et tu te demandes ce que tu ferai dans sa situation!

    RépondreSupprimer
  2. On a un peu des équivalents en France, comme "J'irai dormir chez vous" - plus soft mais avec certaines situations assez limites parfois, et on rigole souvent aussi.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés et mettent un petit peu de temps à apparaître.
Vérifiez que la réponse à votre question n'est pas dans la FAQ (on ne peut plus y publier vos commentaires)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...