Jerry : No, I'll be back.
Kramer : Jerry, it's L.A., nobody leaves. She's a seductress, she's a siren, she's a virgin, she's a whore.
Seinfield, "The Finale"

lundi 30 septembre 2013

Tu sais que tu es une derby girl quand...

Le roller derby, c'est comme la potion magique: si on tombe dedans, les effets sont irréversibles.
Mais quels en sont les effets exactement?

En première position: ça va vous sembler évident en tant que victimes, mais dés qu'on tombe dans le derby, on ne parle plus que de ça. Vos amis vous le disent: quand vous abordez le sujet, vos yeux s'éclairent, vous qui êtes d'habitude assez calme et rarement émue par quoique ce soit ni sérieusement secouée par autre chose que votre espace vital, soudainement vous avez un grand sourire, et vous avez du mal à reprendre votre souffle entre deux phrases quand vous racontez comment se passe un entraînement ou que vous parlez de vos copines (qui portent des surnoms pourris en plus) ou du nouveau freinage que vous exécutez comme une reine. Vos amis pensent que vous venez de vous faire une ligne de coke.



Le conseil: Soyez honnête avec vous-même, les gens s'intéressent à votre vie, mais vous ressemblez un peu à ces mères qui ne parlent QUE de leurs gosses à longueur de temps et vous saoulez tout le monde. Apprenez à doser, laissez passer quand le sujet change, même si vous n'aviez pas fini votre merveilleuse histoire de bleus sur le cul ou des protège-genoux dont vous rêvez. C'est chiant. Ils s'en foutent un peu, ET ne comprennent rien à ce que vous racontez de toute façon. Vous avez une trentaine de copines ravies de partager ça avec vous!



Secondement: Ta vie sociale justement, c'est fini de toute façon. Dis au revoir à tes amis, ta télé et à ton chien. Se mettre au derby, ça veut dire avoir tes soirées bien occupées. Non seulement il y a les entraînements, c'est souvent le soir, sinon c'est le matin, donc ta soirée de la veille s'est terminée tôt, mais aussi les matchs, auxquels tu dois être pour bosser. Et c'est souvent en soirée également, ou en tout cas le week-end. Donc tu vas tout le temps dire: je peux pas, j'ai derby. Et tu sais quoi? Les gens vont retenir ton emploi du temps (enfin tout le monde, sauf ton mari de toute évidence). Ton réseau social en ligne aussi va changer. Ton facebook ne sera plus rempli que de conversations sur le derby avec ton équipe, tu auras 40 nouvelles demandes d'amis par semaine et il faudra que tu regardes les photos avant d'accepter (Qui c'est ça "Margaret Rottenberg"...Haaa c'est Rotten Biatch!!! Haha bien trouvé.*). Pour ma part, mon fil Facebook, ça fait: Batman, Batman, Derby, des lapins,  Batman, Derby, Batman, un lapin, Derby, Derby. Pareil pour les mails, ça peut monter à 45 mails par jour, uniquement concernant la ligue. En plus, là encore, tu es malhonnête. Tu jures à ton homme qu'après les tryouts, c'est bon, tu pourra te reposer sur tes lauriers. TU MENS la noireaude (amis des Nuls, bonsoir). T'ira à dix fois plus de cours, tu aura toujours un nouveau camp ou un cours privé de dernière minute.



Le conseil: Prétendez publiquement que ça vous em*erde d'être forcée de faire tout ça. Alors que vous êtes une esclave plus ou moins consentante dans le harem d'un riche sultan sculpté comme un dieu. S'enfuir? Pour aller où, pour faire quoi?
De toute façon, tu voulais pas vraiment y aller à ce mariage. C'est des cons et t'as rien à te mettre.*
*totalement inventé de toute pièce.



Troisièmement:  non seulement votre vie sociale y passe, mais aussi votre vie de femme. Vous vous souvenez, il y a longtemps, quand vous rêviez d'une paire de Manolo et que vous adoriez les soutiens-gorges mignons?? Hahaha c'est bien fini tout ça! Là encore, on se rapproche de la maman dépassée par le temps et on ne pense qu'à une chose: confort, trucs pratiques qui tiennent un lavage à 90. Vous avez des tonnes de soutifs de sport, mais aussi des vieux T shirts immettables en public mais qui ne craignent pas la copine de 80 kilos qui s'y accrochent parce que vous n'avez pas mis de ceinture pour l'entraînement (on en revient au point numéro 1, pardon j'arrête) ou qui font rire votre coach (espèce de lèche-cul). Vous portez des baskets tout le temps, parce que dés que vous avez deux minutes, vous courez, vous faites des genuflexions, vous vous mettez en chaise contre un mur ou sur la pointe des pieds pour faire bosser vos chevilles et mollets. Mais aussi, vous comprenez pourquoi autant de derby girls ont les cheveux courts: c'est chiant de devoir les laver après chaque entraînement. Pas de petite douche possible, un casque, c'est pas aéré et vous ressemblez à un caniche mouillé quand vous rentrez à la maison. La seule chose qui vous empêche de vous raser la tête, c'est un risque de divorce.

"C'était bien?
- Ouais, c'était cool. Ya quoi à bouffer??"
L'odeur est la même, aussi.

Le conseil: On reste des filles quoiqu'il arrive. Ce n'est pas vraiment un conseil parce que ça arrive naturellement: vous continuez de vous maquiller pour les entraînements (au début vous n'osiez pas de peur d'avoir l'air d'une pimbêche, mais en fait, certaines se maquillent vraiment, et d'autres sortent du boulot, donc elles sont déjà maquillées avant d'arriver), même si tu n'achètes plus que des fringues de sport pas chères, tu fais gaffe que ça t'aille bien quand même, et puis surtout, ton corps change et ce n'est pas sale, au contraire. Il change et t'as envie d'en prendre soin encore plus qu'avant, parce que maintenant tu te rends compte de ce qu'il peut faire et ça aide de façon dramatique les complexées à accepter cette machine magnifique qui est leur corps. Donc au final, même habillée comme Véronique ou Davina, tu te sens bien dans ta peau et tu t'en fous d'avoir un gros cul. Ca amorti les chutes et ça mets tes ennemis à terre. Et puis les patins à roulettes, c'est des chaussures quand même. Et c'est au moins aussi cher que des Manolo, pour le même sex-appeal. Haaaa, si on pouvait aller au restau en patins et robe de soirée... D'ailleurs, même les derby girls les plus hardcore sur la piste, quand tu les vois à l'extérieur, elles portent des robes, du parfum, et elles baissent les yeux quand tu leur dis bonjour. Par contre mettez-leur des patins et elles vous rouleront dessus en vous insultant.



Quatrièmement: ta gestion du pognon. Voir point précédent. Ca tombe bien que tu ne te ruines plus en trucs de marque super chic, ça te fait plein de fric pour acheter des trucs encore plus cons. Tu ressembles à un fan de l'OM car tu ne portes plus que des trucs en rapport avec ton équipe, tu changes de roues tous les 6 mois, tu fais TOUS les camps qui te tombent sous la main (ou autre cours de sport. En octobre, je me mets au kickboxing.), t'achètes des stickers débiles, mais comme t'as plus de place sur ton casque, t'en rachètes un nouveau, comme ton sac est trop petit pour mettre tous tes nouveaux trésors, tu achètes une valise...


Le conseil: YOLO. Vous pouvez aussi ouvrir une boutique de derby, mais vous allez vouloir tout garder pour vous...




Cinquièmement  T'es peut-être lesbienne en fait. Pourtant même ado, t'avais pas de doutes. Mais à force de toucher des filles pendant des heures toutes les semaines, de partager la sueur, de se faire des câlins, de s'engueuler, d'attraper ce qui dépasse (nichons ou cul) et que les blagues tournent toujours autour de se mettre des trucs dans le vagin, et bien toi qui pensait détester les filles, tu te dis qu'il y en a deux trois dont t'aimerai porter les enfants. Personne n'en a jamais parlé, mais je pense qu'on a toutes nos règles en même temps ( ce serait cool d'avoir un match pendant nos PMS ). Non seulement ça, mais en plus tu es devenue une fangirl. Tu as tes joueuses préférées et celles que t'aimes pas, tu connais leur qualité et leur défaut, comme si c'était des joueurs de base-ball, t'as envie de pleurer quand certaines prennent leur retraite... Mais le pire du pire, c'est quand elles connaissent ton nom!! Bon OK, il y a encore pire, c'est quand tu ne te souviens plus du leur... Généralement elles portent leur T shirt, mais quand tu les croises dehors, dans le vrai monde, ça pose soucis. Quelqu'un t'appelle, et tu connais cette tête, mais tu ne te souviens plus de rien. En plus, sans casque, on ressemble à rien. Tu découvres que certaines ont des cheveux notamment. Mais c'est émouvant quand c'est quelqu'un que t'aimes bien et à qui tu as juste dit bonjour deux fois en rougissant sûrement. N'oubliez jamais, 80% du succès consiste à VENIR. C'est comme ça que les gens te connaissent, te proposent des trucs, pensent à toi même si tu te démarques uniquement par ta nullité.


Le conseil: YOLO. Mais évitez de toucher vos copines "normales" par inadvertance ou de leur parler de vagins autrement que médicalement. Pareil, évitez de raconter ça aux potes mecs, ils ne comprendraient pas. Et essayeraient de s'incruster aux entraînements, tout ça.



Dernier point: pour faire une boucle avec le premier, on va en revenir aux conversations étranges. En effet, personne ne comprend ce que tu racontes, et surtout pas les blagues.
Du coup, je ne vais pas vous imposer ça, mais si vous en voulez plus, vous pouvez aller ici pour  voir le rapport entre la série Orange is the New Black et le roller derby, vous pouvez aller voir les bd trop drôle de Victoria Jameson (dessinatrice pour enfant et badass). Et puis, celui qui doit être le plus partagé sur Facebook, que les gens normalement constitués ne pigent pas mais qui fait mourir de rire n'importe quelle derby girl.



Le conseil: On s'en fiche, rigole toute seule. Ce n'est sûrement pas la première fois que personne ne comprend ton humour.
Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 24 septembre 2013

Los Angeles Renegade roller girls

Voici des photos d'un match Renegade entre Tucson et Los Angeles. Pas de règles donc, et pas trop de bagarres cette fois-ci, mais tout le monde s'est beaucoup amusé quand même! Tucson manquait de joueuses notamment, donc Los Angeles leur en a prêté quelques unes.
Si vous voulez, c'est un peu comme si on comparait du foot sur terrain et du foot de rue.















Rendez-vous sur Hellocoton !

samedi 21 septembre 2013

Roller derby: ma vie de steak cru. Part 1, organisation de la ligue, les patins, les pistes.

J'ai fêté ma première année sur roulettes fin juillet. Et avec ce passage venait la peur de passer en fresh meat, passage obligatoire dans n'importe quelle ligue qui se respecte.
Après quelques semaines de stress et beaucoup de gens pour me rassurer, le jour J arrive. Et donc le 28 juillet, j'apprends que je suis parmi les 10 sélectionnées pour intégrer les Fresh Meat (le groupe est toujours composé de 30 patineuses, et l'examen de passage sert à remplacer celles qui sont parties du groupe). Je connais déjà quelques unes de mes copines de boucherie donc on est très contentes de composer la nouvelle génération.
D'ailleurs, ça doit arriver systématiquement, mais le jour de l'examen, je vois plusieurs filles arriver, sans patins ni protections ni rien. Des petites nouvelles qui n'avaient vraiment jamais fait de patin et qui ont abandonné au bout de 30 minutes. Mais c'est cool d'essayer!

Donc voilà, je me dis que le plus dur ne sera pas d'entrer en fresh meat, mais d'y rester. Et bien j'ai vite été surprise car je m'attendais à pire! J'ai eu des cours bien plus difficiles que ça avant, donc au final j'arrive à bien suivre, et même si je vois mes lacunes, j'apprends plus en un mois qu'en 6 mois. (mais je passe de 2-3 heures par semaine à 4-6 heures).
En fresh meat chez les Derby Dolls, on est obligées de venir à 12 heures de cours par mois minimum et de faire trois boulots (un crédit par boulot) à chaque match (nettoyer, accueillir les gens, filmer, s'occuper des VIP etc...). En gros, si vous voulez juste faire ça de temps en temps et que vous n'avez pas envie de passer vos soirées avec vos copines à bosser, sur patins ou pas, ce n'est pas la peine. On paye toujours 10 dollars par cours.
L'examen suivant (que j'ai raté 2 fois déjà, mais il parait qu'il faut le passer 3 ou 4 fois avant d'être acceptée) c'est le track clearance. On vous regarde et on vérifie que vous savez tomber et que vous n'êtes pas un danger pour vous-mêmes ou les copines ( et votre comportement en général ). Une fois ce sésame en poche, vous pouvez choisir votre nom de derby (étape cruciale car on le garde à vie normalement), et les heures d'entraînement passent de 12 à 16h par mois mais on a accès à beaucoup plus de cours dans l'emploi du temps de la ligue. On est sous contrat, et on paye 80 dollars par mois, fixe.
L'entrepôt est ouvert de 6h à 11h quasiment tous les jours (fermé le vendredi, ouvert toute la journée le samedi et le dimanche matin), et il y a deux pistes: une plate et une penchée. C'est le plus grand bâtiment exclusivement dédié au roller derby au monde (je ne connais pas la superficie exacte, mais on a des bureaux et une salle de maquillage entre autres...).

Les "secrets": une bonne paire de patins, parfaitement tunée car on est toutes différentes et les patins doivent être réglés pour convenir à la façon de patiner, le type de piste, le poids, la taille, les effets désirés, et puis surtout, les goûts et les couleurs ( que ce soit en matière de confort, comme en matière de look. On est des filles, et ça reste des sortes de chaussures, sûrement les plus chères qu'on a jamais eu d'ailleurs! ).
Je dirai que je me suis améliorée à 25% avec ma nouvelle paire. Parce que je peux faire confiance à mes patins, mes coussins vont suivre le mouvement que je veux, ils ne vont pas déraper au pire moment, mes freins peuvent supporter mes 50 kilos et m'arrêter net en pleine vitesse (enfin, MA pleine vitesse, qui n'est pas super élevée).

En gros, on a des petits bouts de mécanique au bout des petons. Donc pas vraiment de secret en fait: les patins doivent être légers, ils doivent être extrêmement serrés (je chausse du 38 en chaussures normales, mes patins sont du 35!!). Les roues doivent correspondre à ce que vous en faite: la taille, la dureté sont les deux éléments importants. Si une vendeuse spécialisée en derby vous demande de quelle couleur vous voulez vos patins ou vos roues, elle est en train de vous tester. J'ai 4 sets de roues: des bullet 59 mm 93 aa (j'en ai deux paires), des roues roses pourries de base, et des roues d'extérieur très grosses car j'aime toujours mon petit confort et ne pas avoir des masses de vibrations sous les pieds quand je vais dehors. Mes bullets vont probablement rester avec moi pour un moment. Je manque juste de vitesse, mais ce n'est probablement la faute aux roues. Ne cherchez pas à prendre des roues pour plus tard, ou pour des situations qui n'arriveront peut etre jamais. Par exemple, oui, les roues les plus dures sont pour les filles les plus avancées, mais votre corps n'est peut-être pas encore prêt pour ça. Ce n'est aussi pas l'idéal si vous faites du banked. Il y a des roues super vraiment prévues pour le plat. Généralement, si vous regardez dans votre groupe, plusieurs filles devraient avoir les mêmes roues que vous.
Ensuite, les détails qui peuvent changer vos vies: les coussins (je les aime mous, avec l''avant du pied gauche super mou, parce que j'ai un centre de gravité à la con et ça m'aide à compenser apparemment...Mais je devrai peut-être bosser sur ma posture au lieu de tricher) et les réglages des trucks qui va avec (les coussins ne doivent jamais ressembler à des oreo et être bombés, sinon ils peuvent se fissurer, ce qui n'est pas super grave, mais ça peut faire péter le reste aussi, ce qui est plus chiant et cher à changer. Si ils sont trop mous, changez-les. Ils sont généralement trop durs de base, donc passez à des mediums sans trop desserrer les trucks, etc). Les roulements à billes ensuite, en dernier, parce que même des pas chers qu'on ne peut pas ouvrir pour nettoyer feront l'affaire. Il faut juste vérifier qu'ils roulent parfaitement et que le boulon ne touche pas trop la roue. Normalement, ce n'est pas un peu de jeu dans la roue qui doit vous gêner. L'inverse par contre...
Le frein, en dernier aussi, parce que déjà on ne commence à s'en servir qu'après avoir atteint un certain niveau, et aussi parce que là encore c'est complètement une question de goût. Tout ce qu'il faut c'est qu'ils soient ronds et que Hulk vous les serre toutes les semaines. Normalement, pour régler ses toe stops à la bonne hauteur, il faut pouvoir caser 4 doigts de la main sous la roue arrière quand le patin est sur le toe stop. Généralement le gauche est un peu plus haut, mais comme on l'utilise plus, il fond rapidement et on doit le baisser en attendant de le changer. Certaines les échangent pour gagner encore un peu de temps avant de les changer. J'en ai 4 paires: la paire pourrie que j'ai eu sur mes premiers patins (j'ai un tas de matos pourri que je finirai par donner), une seconde paire beaucoup trop glissante, et là j'aime les internationalement reconnus gum ball et les moonwalker que j'adore aussi.



Voilà, vous êtes rencardés sur le vocabulaire technique des patins!

Plus généralement, niveau protection, on n'est pas loin de l'armure. De base, c'est obligatoire: casque, protège genoux, protège coudes, protège poignets, protège dents (et pas des trucs fisher price). Ensuite on peut ajouter des shorts rembourrés, des protège tibias... Quasi essentiel sur le banked, mais probablement sur le flat aussi: avoir les jambes couvertes pour éviter le rink rash: la brûlure. C'est bien pire qu'un bleu. Un leggings ne protège pas super bien, je préfère un collant épais, du genre les collants pour danseuses classiques. Sinon caleçon de sport près du corps, et grandes chaussettes, parce que c'est cool, mais surtout ça protège votre peau et ça éponge la transpiration. Pour l'hiver, je porte des legs warmer en guise de manches. J'achète tout ça au 99 cents, donc ce n'est pas la ruine.

Ensuite les pistes, donc trois types de roller derby: le classique, sur une piste plate ovale. C'est l'officiel et celui qui permet de concourir internationalement (Los Angeles est 5ème pour le moment. New York est indétrônable. L'une des seules équipes européennes est Londres). J'ai beaucoup de mal à patiner sur du plat, et je ne comprends pas les règles.
Ensuite, le banked track,  c'est à dire celui sur piste penchée. C'est l'original, celui qui passait à la télé il y a bien longtemps. Malheureusement, c'est cher, ça demande de la place et de l'entretien (Bibi a déjà peint les jolies petites lignes deux fois, et pleure au bout de deux semaines quand c'est déjà effacé). Les règles sont assez facile à comprendre puisque personne ne sort de la piste au milieu du jam... Ca va plus vite, mais c'est plus court. Ce sont des pistes en bois souple, donc on préfère tomber sur la piste qu'au milieu sur du béton... Encore une raison qui m'handicap sur du plat...
Et puis le petit dernier, le vilain petit canard: le renegade. C'est du roller derby sur du flat, sauf que comme je viens de le dire, les règles sont frustrantes et compliquées, donc des équipes ont simplement décidé de jouer sans règles du tout. Donc ça se tire les cheveux, ça se tabasse... Et au final, ça ne patine pas super bien (il y a des exceptions mais elles repassent au derby classique rapidement j'ai l'impression), mais c'est très probablement celui qui se rapproche le plus du derby original, où les filles ne portaient même pas de casques et se frittaient. Mais tout était orchestré et s'apparentait à du catch. C'est aussi  super drôle à regarder mais je ne pense pas que ça va se démocratiser, sauf pour les petites équipes qui veulent attirer du public sans trop se prendre la tête.

Si vous vivez à Los Angeles et que vous voulez rejoindre une équipe, vous n'aurez pas de mal. Los Angeles possède le plus grand nombre de joueuses, il y a des dizaines d'équipes partout, et plein de places pour pratiquer! En plus il fait beau toute l'année, donc même pour les équipes sans salles, les extérieurs sont une  solution idéale.
Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 18 septembre 2013

Marijuana, l'autre carte verte

Les informations qui suivent nous viennent de retour d'expérience d'amis fumeurs réguliers ou occasionnels au cours de ses trois dernières années. Ma Vie A Los Angeles ne porte aucun jugement ni ne recommande la consommation de cannabis. Vous êtes libres de ce que vous faites tant que vous êtes adultes et responsables. On pourrait débattre des heures sur le fait que c'est totalement absurde que le cannabis soit illégal tandis que des substances bien plus dangereuses (cigarettes, alcool, produits de beauté, ...) sont en vente libre. On pourrait aussi parler des nombreuses études scientifiques qui démontrent les vertus de la plante et du fait que ça ferait rentrer un paquet de pognon dans les caisses. Mais ce n'est pas le but de l'article. On tient juste à vous renseigner au cas où vous souhaitiez en acheter de manière légale à Los Angeles. On insiste sur le côté légal : nous condamnons le marché parallèle et tout ce qu'il implique. Finissons ce petit paragraphe en vous conseillant de regarder Medicinal Fried Chicken (Saison 14 épisode 3), un épisode de South Park décrivant l'absurdité de la situation.


En 1996, une loi californienne était votée (la proposition 215) permettant aux résidents californiens de cultiver et de consommer du cannabis dans un but médical. L'idée était de proposer aux gens atteints d'une maladie grave en phase terminale une drogue douce pour alléger leurs souffrances. Par la suite, plusieurs autres états ont adopté une mesure similaire. L'état du Colorado et l'état de Washington ont même purement et simplement légalisé la marijuana. En Californie, il y a plusieurs propositions de loi cherchant à légaliser totalement la plante verte mais elles ont toute échoué. Ceci étant dit, il n'y a plus besoin d'être mourant pour obtenir une carte permettant d'acheter de la marie-jeanne. N'importe qui peut obtenir son sésame même si vous n'êtes que de passage. C'est devenu un très gros business et une part de la culture californienne à tel point qu'il y a une école pour apprendre à le cultiver, un rayon entier sur le sujet dans les Barnes & Noble (la Fnac locale), plusieurs magasines spécialisées et même des émissions de télé.

Avant de passer aux choses sérieuses, rappelons quelques règles :
-au niveau fédéral, le cannabis est totalement interdit. Ca signifie qu'il est interdit d'en prendre avec soi quand on prend l'avion ou qu'on change d'état. Ca signifie aussi qu'il vaut mieux éviter de faire les démarches qui suivent quand on cherche à obtenir un visa ou qu'on le renouvelle. Accessoirement la weed californienne sent super fort donc les chiens la renifleront assez facilement.
-certains employeurs (gouvernement, santé, métiers dangereux genre BTP...) font passer des tests pour vérifier si vous avez pris de la drogue. Si c'est le cas, vous serez renvoyé si le résultat est positif. Comptez au moins trois semaines après avoir fumé pour qu'on ne détecte plus de THC dans votre sang.
-en France, c'est totalement illégal donc ne cherchez pas à en ramener ou à en voyer par la poste
-ne conduisez pas quand vous êtes défoncé. En plus d'être dangereux pour vous et pour les autres, c'est hautement illégal. Si un flic vous arrête, ce sera considéré comme Driving Under Influence ce qui est un crime. Votre visa peut être révoqué et dans ce cas vous serez déporté. Ce ne sont pas des paroles en l'air : c'est arrivé à une connaissance.
-fumer dans les lieux publics est illégal mais ça ne semble pas arrêter grand monde de le faire
-enfin vos voisins ne seront pas forcément donc essayez de ventiler et de ne pas trop les enfumer

Un exemple de carte

Donc comment ça se passe ? Tout commence par l'obtention de la fameuse carte. Le plus simple est d'aller à Venice Beach et d'entre dans une des nombreuses boutiques proposant une "marijuana evaluation" comme The Green Doctors. Repérez des panneaux du genre "kush doctor" ou "420". Le processus se passe en deux temps : tout d'abord vous allez avoir une évaluation avec quelques papiers à remplir puis vous allez discuter avec un vrai docteur qui va vous demander ce qui ne va pas. N'importe quel prétexte marche : insomnie, stress, mal au ventre, courbatures... L'ensemble du processus prend une heure et vous coûtera $160. Il n'y a pas besoin d'avoir 21 ans. Techniquement il faut être résident californien mais ils ne demandent aucune preuve donc donnez juste une adresse bidon. Vous repartirez avec un certificat et une carte, tous deux valable six mois.

Après il est temps d'aller faire les courses. Pour cela, il suffit de se rendre dans une pharmacie spécialisée : il y en a dans toute la ville. Une fois dedans, on présente sa carte et on choisit ce qu'on veut acheter parmi une tonne de variétés aux noms rigolos. On vous donnera même des échantillons gratos. Oubliez le hash : ici on vend le cannabis pur sous formes de têtes dans des petits boites de médicaments. L'unité de base est le huitième de once (1/8 oz) ce qui fait 3,5 grammes. Comptez entre 40 et 50 dollars pour ce poids soit environ $10 le gramme.
Le certificat qui va avec. On peut posséder jusqu'à 8 onces soit 226 grammes...

Globalement, il y a trois variétés de cannabis : indica (ou "kush"), sativa et hybride. L'indica va vous endormir et vous casser net tandis que la sativa va juste vous faire passer un bon moment et vous faire beaucoup rire. Les hybrides sont des croisements entre les deux penchant d'un côté ou de l'autre. La G-13 dont ils parlent dans American Beauty par exemple est un croisement à dominante indica. Quoi qu'il en soit, la marijuana californienne est super forte. Elle est le produit de multiple croisements et expériences cherchant à la rendre plus forte et moins anxiogène. Elle est cultivée en Californie du Nord pour l'essentiel.  C'est donc une drogue douce au niveau dépendance mais limite dure au niveau des effets. Du coup réduisez les doses. Vous ferez en plus des économies.

Vous pouvez rouler des joints mais la plupart des gens ici la fument pure soit dans des pipes soit dans des bongs. Des tonnes de "smoke shop" vous permettront d'acheter tout le matériel pour. Si la fumée vous incommode, il existe même des diffuseurs façon diffuseurs d'huiles essentielles mais version cannabis. Enfin, les "pharmacies" vendent aussi des cookies pour les plus gourmands. Les cigarettes électroniques sont aussi en train d'envahir LA et pas mal de gens améliorent le mélange liquide avec un peu d'huile de cannabis.


Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 12 septembre 2013

Le permis de conduire en Californie

J'avais déjà parlé du permis au moment où je l'ai obtenu ainsi que de la conduite en Californie  mais pas vraiment du permis en lui-même.

Donc voilà, c'est aussi facile à expliquer que de l'avoir au final: tout d'abord, vérifiez votre visa: vous devez être résident de Californie pour devoir passer le permis. Donc si vous êtes juste touriste, ça ne marchera pas. Un permis français ou international suffit. En revanche, si vous êtes là plus de 6 mois, vous serez donc résident californien et vous DEVEZ passer le permis californien avant vos trois mois sur le territoire (le permis français ou international n'est valable que 3 mois en Californie). Il se peut si vous vous faites arrêter, que la police vous demande votre passeport. C'est arrivé à une amie qui a dû passer en catastrophe le permis californien pour aller le présenter au commissariat de police.

Pour passer le permis donc, vous devez aller vous inscrire au DMV le plus proche. Le DMV n'est pas une auto-école, c'est un établissement gouvernemental où vous irez également enregistrer votre véhicule. C'est en gros la préfecture, mais consacré uniquement aux véhicules.
Vous pouvez prendre un rendez-vous en ligne pour ne pas devoir attendre des heures sur place (prenez un bouquin). Il me semble que c'est ce jour-là qu'on prendra votre photo pour votre permis.
Vous prendrez ensuite rendez-vous en ligne pour passer le code. Vous trouverez des petits livrets de code au DMV, il en existe en français si vous en avez besoin, mais je n'espère pas pour vous!
C'est assez rapide à réviser. Il y a des tests en ligne pour vous entraîner, il se peut que vous tombiez exactement sur l'un des tests qui existent en ligne, car ils n'en ont pas beaucoup!
Le code consiste en un QCM, que vous pouvez encore une fois choisir en anglais ou en français. Les tests en français sont remplis de fautes, mais vous avez le droit à une erreur supplémentaire (sûrement pour compenser la traduction foireuse) mais vous aurez aussi une feuille supplémentaire avec les panneaux de signalisation (niveau CP). Vous le remplissez debout rapidement, et le rendez à la personne en charge qui le corrige devant vous et vous dit si vous l'avez obtenu ou pas. Si vous ne l'obtenez pas, soit vous pouvez recommencer aussitôt (vous avez trois essais en tout compris dans le prix de départ -30 dollars il me semble?), ou rentrer chez vous pour réviser plus amplement pour la prochaine fois. Je ne connais personne qui l'a raté.



Une fois le code en poche, vous pouvez apprendre à conduire, comme en conduite accompagnée, avec quelqu'un qui a le permis californien depuis plus d'un an. Ou vous pouvez prendre des cours dans une auto-école de votre choix. Il n'y a aucune obligation d'heures de cours ou d'apprentissage.
Vous avez un essai pour passer le permis compris dans le prix de base. Quand vous vous sentez prêt, prenez encore une fois un rendez-vous en ligne. Vous devez venir avec un véhicule!! De location, de prêt, ou votre véhicule, vous devez juste bien connaître la voiture pour répondre aux questions de l'examinateur.
Le jour J, vous ferez la queue dans votre véhicule avec les autres prétendants au titre. L'examinateur (souvent bourru, les mêmes qu'en France), fera le tour du véhicule pour vérifier qu'il n'y a pas de soucis, que les phares marchent, les pneus gonflés etc... Il vous posera des questions diverses sur le véhicule. Ensuite vous démarrez et c'est parti pour l'examen.
Si vous ratez l'examen, vous devez repayer un petit extra (10 ou 15 dollars il me semble, mais pas plus), et vous avez le droit à trois essais (vous pouvez retenter dés le lendemain, il n'y a pas d'attente entre deux essais, sauf si tous les rendez-vous sont déjà pris). Si après trois essais vous n'avez pas votre permis, vous devez repasser le code, etc...

On vous donne votre permis provisoire aussitôt et le permis arrive par la Poste un peu plus tard.

Pour vous entraîner à l'examen du permis de conduire, vous trouverez des vidéos sur Youtube mais aussi sur le site du DMV. Pensez à lire mon article sur la conduite!!

Je rappelle que j'ai appris à conduire ici, en 6 mois, Ben a été mon instructeur. J'ai eu mon permis au bout du troisième essai avec le seul examinateur adorable qui doit exister. Le tout m'a coûté 42 dollars.

De retour en France, comment ça se passe? J'ai eu plusieurs sons de cloche. Beaucoup de monde m'a dit que le permis américain ( qui n'est valable que 3 mois en France également, mais vu qu'on ne tamponne pas nos passeports quand on entre en France, je ne sais pas comment ils peuvent savoir... Je vous passe l'anecdote d'une longue discussion avec des gendarmes Français têtus comme des mules qu'il a été facile d'embrouiller), que le permis américain donc, n'est pas échangeable en France, et qu'il faut donc repasser le permis français en rentrant au pays.
Mais plus récemment, on m'a dit que la préfecture fait le nécessaire si on peut prouver qu'on a vécu à l'étranger pendant un certain temps pour qu'ils nous échangent le permis américain avec un français. Je ne sais pas le fin mot de l'histoire, mais je sais que je ne sais pas conduire de manuelles et que le code de la route français et un mystère pour moi, en tant que passagère. Donc je ne couperai sûrement pas à des leçons au retour!



Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 10 septembre 2013

Le cimetière du Montparnasse

On change à peine de sujet mais on change de continent avec le cimetière du Montparnasse. Après avoir mangé des crêpes, évidemment, au sarrasin pour moi car sans gluten (j'ai cru que j'allait me faire décapiter quand j'ai osé demander si leurs crêpes étaient bien 100% sarrasin: "il en va de l'honneur de la maison blah blah blah". Haaaa Paris!!), on se balade dans le quartier, parce qu'on a rien d'autre à faire.
Mais les célébrités qui pourrissent là sont assez différentes de celles qu'on trouve au Hollywood Forever... En effet, Montparnasse accueille parmi les plus belles ordures produites par notre pays. Mais aussi évidemment, des figures inratables qui rattrapent les bourdes du passé. Par exemple, Marguerite Duras, Baudelaire, Samuel Beckett (pas vraiment français, mais là quand même), Sartre et Beauvoir, Joseph Kessel, Larousse et Flammarion, Man Ray et Hantaï etc...
De l'autre côté de la barrière, on a, encore tout frais, Maïtre Vergès, Pierre Laval, et la maréchale Pétain.
Outre les hommages plus ou moins amicaux qu'on peut y faire, le cimetière est l'un des plus grands espaces verts de Paris. Tout ce petit monde y est pourtant bien serré, sous le regard de l'immonde tour Montparnasse, mais on y trouve quand même des tombes originales.


Eugène Ionesco


Le maire du 4ème a enterré son compagnon ici en 2000. Il a eu l'autorisation exceptionnel d'y faire inscrire son nom, mais surtout la date présumée de sa propre mort... Il est maintenant marié avec Olivier Meyrou. Je ne sais pas si ils tiendront à 3!


Serge Gainsbourg


Stéphane Hessel a un super voisin d'en face:

Maïtre Vergès.


Et son voisin de droite (hahaha) Bruno Cremer.


Rendez-vous sur Hellocoton !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...