Jerry : No, I'll be back.
Kramer : Jerry, it's L.A., nobody leaves. She's a seductress, she's a siren, she's a virgin, she's a whore.
Seinfield, "The Finale"

samedi 30 mars 2013

L'abus de féminisme est dangereux pour la santé mentale

Tout à commencé quand Travis Langley à posté un lien vers cet article sur Facebook. J'ai tendance à lire tout ce qui se rapporte à Batman, aux comics et à la culture geek, quand Ben complète en lisant tout sur les jeux vidéos. Et puis ensuite, CA a circulé sur Facebook également.
Le second lien (pour ceux qui ne l'ont pas ouvert) concerne le phénomène de la fausse nerd. Effectivement, si vous suivez activement le flot diarrhéique des memes sur le net, vous n'avez pas pu passer à côté.


L'article aborde le cosplay et les comics, l'auteure étant une psychologue spécialisée dans les comics, et cosplayeuse. Je ne me sentais déjà pas vraiment concernée par la question personnellement, car on ne m'a jamais traitée de fausse geek (peut-être parce que c'est un statut que je ne revendique absolument pas, ça ne m'intéresse pas de rentrer dans une case) et surtout parce que je pense effectivement que ces jolies jeunes filles ont peut-être quelque chose à compenser en renforçant ce côté de leur personnalité et en revendiquant un style qui n'en est pas un (par exemple, on peut se revendiquer gothique, fashionista ou hipster, mais nerd ou geek??). Dans tous les cas, passé 19 ans, on est censés avoir fini sa crise d'identité. L'article ne fait donc pas la différence entre ces dernières et les femmes qui font professionnellement ou sérieusement partie de ces milieux et qui ont des soucis. Parce qu'en tant que femmes, on doit toutes être unies et se défendre mutuellement même quand ça n'a pas lieu d'être?

Dans le second article (3ème lien) en français, on aborde surtout les jeux vidéos, et j'avoue que j'ai été abasourdie. Par le contenu oui, mais pas pour les raisons pour lesquelles l'auteure voulait interpeller. Non, j'étais abasourdie plutôt par la longueur et le déchaînement. L'extrémisme auquel j'ai eu l'impression (j'espère que ce n'était qu'une impression) d'avoir affaire m'en a rappelé d'autres. Celui des végétariens extrémistes par exemple, et j'adhère totalement aux arguments du végétarisme tant qu'on ne me fout pas le nez dans ma m*rde (merci, je peux le faire toute seule). Rien que le titre en fait...
En gros, ce genre d'article produit l'effet inverse. Il est écrit sous le coup de la colère et du "fallait que ça sorte", et même en tant que fille, j'ai fini par avoir la nausée et lire en diagonal. Toujours pas pour les raisons qu'il aurait fallu apparemment...
Sur le coup de la lecture, 90% des gens vont avoir la même réaction: "je n'avais jamais fait attention quelle horreur! Où est-ce que je peux faire un don?". Et penser à autre chose dés le lendemain.


Bref, chacun pensera ce qu'il voudra à la lecture de ces deux articles, c'était juste pour donner une base à la suite, qui portera sur mon apparente absence de féminisme. Alors oui, je suis une femme, je suis pour l'égalité des femmes et des hommes au quotidien et surtout dans le travail, je suis évidemment pour l'éducation des jeunes garçons pour tout ce qui est respect de la gent féminine que ce soit les sifflements dans la rue jusqu'aux viols et aux violences conjugales. Tout ça parce que ça me semble NORMAL et basique.

Donc plus légèrement parlant, on peut se permettre de remettre des choses en cause. De le même façon que nous ne supportons pas d'être toutes mises dans le même panier, je ne vois pas pourquoi toute une communauté devrait prendre. Les geeks, c'est pas caca. Les geeks, c'est des mecs très bien. Des mecs comme les autres en fait. Ils aiment les nichons, ils aiment la bière, ils aiment avoir des gros pc (ou Mac, ça arrive) et des chouettes bagnoles, ou même rien de tout ça d'ailleurs. C'est là le point: hommes comme femmes on est tous différents et se dénoncer les uns les autres est malsains. Dénoncer un problème ne l'est pas, mais il y a des façons de le faire, et décrire les salons du jeu vidéo comme une succession de journée du porno, c'est un peu exagéré. Je suis allée à l'E3, et les babes se font honnêtement rares au fil des années. Je me souviens être allée jouer au dernier Rayman, et c'est une femme habillée normalement qui s'occupait du stand Ubisoft (France). La plupart des jeunes hommes présents ne semblaient donc pas vraiment courir après les centimètres de peau visibles chez les demoiselles présentes, qu'elles soient là pour en montrer ou non. L'amateur de jeux video ou même le geek, ou Dieu m'en garde, le nerd, n'est pas un obsédé sexuel en manque de sensation. Oui, il aime les gros seins, comme 80% de ses semblables (je pense là aux gays, et à ceux qui s'en foutent, parce que boobs). Parce que les filles déguisées, c'est rigolo, les filles, c'est beau, et parce qu'elles sont payées. On les plaints parce que des hommes passent leur bras autour de leurs épaules sans forcément demander? Pendant ce temps-là, d'autres femmes recurent les chiottes au même endroit pour une fraction de la paye des premières. Donc ensuite, si elles-même se plaignent, je pense qu'elles débarquent sur Terre. Oui elles sont prises en photo avec des gars plus ou moins classes, oui ils essayent de toucher et on a tout à fait le droit de les envoyer bouler si c'est trop. On en revient au paragraphe précédent: certains sont juste amusés de se voir prendre en photo avec l'incarnation en chair de leur héroïne favorite, d'autres sont simplement des porcs dont les parents n'ont pas fait leur boulot (pas la société: les parents).

La fin justifie-t-elle les moyens? Il faut croire que oui, et tout le monde est d'accord.



Je suis la première à apprécier les physiques féminins. Un exemple bête, j'adore Dita von Teese. Il y a deux de ses couvertures de magazines encadrées dans mon salon. Le pauvre Ben doit supporter ça au quotidien. Il a même fait le sacrifice suprême en m'achetant des billets pour aller la voir, deux fois, et il a dû supporter avec courage les deux spectacles (si, plaignez-le). Et bien si cela peut paraître étrange, l'essentiel de son public est composé de femmes tout d'abord, et de gays ensuite. Donc oui, nous aussi les femmes apprécions fortement la beauté féminine. Et les plus beaux compliments que j'ai eu (enfin mes favoris car totalement dénués d'arrière pensées) venaient de gays. Est-ce que ça fait de moi une rustre qui objectivise la Femme et en a une vision déformée? Est-ce que je dénigre mon propre genre en idéalisant une femme aux faux seins qui ne se sert que de son physique pour réussir dans la vie et qui a débuté dans le soft porn et les photos glamour/porn chic?

Non, j'ai juste des yeux. Et je suis parfois surprise d'être la seule dans la foule à me retourner sur une jolie femme que tout le monde semble ne pas voir.Et donc un mec qui aime beaucoup les gros seins, c'est un obsédé stupide. Bah non. Il aime les gros seins, il a le droit non? (si il lit, il se reconnaîtra!). Et j'ai une amie qui s'est fait virée d'un strip club parce qu'elle ne pouvait pas s'empêcher de toucher une danseuse qui lui faisait une lap dance (je parle d'une mère de famille, elle se reconnaîtra aussi!). Peut-être bien qu'on a trop joué aux Barbies au final. Est-ce qu'il vaut mieux jouer avec une femme-objet pas mariée et qui peut faire tous les métiers du monde, ou avec un poupon? Moi je jouais au véto et à la bibliothécaire, mais beaucoup aux Barbies aussi.

Ca, ça me fait pas rire par contre. Soit t'es moche et tu sais lire, soit t'es une bombasse aux gros seins qui pense qu'au maquillage. L'erreur et donc l'exception serait celle qui sait lire. Parce qu'on ne peut pas être jolie et/ou aimer lire et/ou se maquiller ( pour les seins, toutes les tailles conviennent, j'y tiens ). Selon moi parce que le mec qui est d'accord avec cette image y voit là une excuse pour toutes les filles qu'il trouvait attirantes et qui l'ont rejeté: elles étaient simplement stupides.

Donc voilà, je ne m'intéresse que très modérément au féminisme. Pourtant moi aussi j'ai subi des harcèlements dans la rue, des remarques très déplacés d'un employeur (j'ai tenu 3 jours), des mains au cul, des moqueries sur mon physique ( que ce soit la présence ou l'absence de choses ), etc... J'ai de la chance, rien de pire ne m'est jamais arrivé. Ce qui fait qu'au final, on se met une pression de dingue intellectuellement et physiquement. Surtout si dans mon cas, vous avez toujours eu des meilleures copines bien plus jolies, avec de bien plus gros seins (au collège ça compte plus que n'importe quand ensuite) et/ou bien plus intelligentes. On fini par arrêter de se comparer.

Le truc, c'est que le féminisme, même si important dans une certaine mesure, est énervant. C'est réussi car effectivement on entend parler que de ça, sans arrêt, pour rien parfois. Rappelez-vous de la pub Veet avec la chanson sur le minou. C'ETAIT MARRANT. Je me rappelle des affiches GTA avec la fille hyper sexy et sa sucette rouge au bord des lèvres. C'était joli. Ca a duré deux jours. Le diktat a été inversé!

Pour en revenir aux jeux video et comics: soyons honnêtes, oui, les filles sont hypersexualisées dans des costumes et des postures totalement improbables. Mais heu, vous avez jeté un oeil aux mecs? Avec des costumes qui laissent peu de place à l'imagination, des yeux de chiots, des muscles sayants, des cheveux épais? Je fantasme sur les héros de jeux vidéo depuis que j'ai 10 ans et il y a certaines pages dans mes comiques favoris qui me font totalement perdre le fil de l'histoire. Et je ne parle pas de mes films favoris. Mecs comme filles, si les deux étaient dépeints de façon réaliste, ça m'ennuierait au plus haut point.
Ca ne m'empêche pas de garder un pied dans la réalité, je rappelle que je suis mariée, que je ne subis pas de manque affectif donc (et je suis loin de manquer d'attention également) et même si c'était le cas, la plupart d'entre-nous sont totalement saines d'esprit et n'avons pas besoin d'un homme ou même d'une compagne pour être équilibrée. Comme bien de nos amis les hommes, on a tous besoin d'avoir un pied dans la fiction sans que l'autre ne soit plus ancré dans la réalité (si on n'est pas malade mental). Quand je suis déguisée en personnage de jeu vidéo avec pas grand chose sur le dos, je suis dans les deux en même temps, ça s'appelle s'amuser.


Drake dans Uncharted 3 et 2





Dick Grayson est toujours dans le haut du classement des personnages de comics les plus sexy. Peut-être parce que c'est le premier Robin, parce qu'il a remplacé Batman pendant un moment, parce qu'il est maintenant Nightwing et que son costume encore une fois laisse peu de place à l'imagination... Ou peut-être parce que c'est lui qui amène Barbara Gordon à son bal de promo et qu'il reste toujours des résidus de tension entre eux malgré son handicap.


Batman, absolument pas hypersexualisé et totalement réaliste...
Toutefois, on peut critiquer les physiques avantageux des personnage de jeux vidéo ou de comics, mais ce sont des héros avec une activité physique intense. Vous regardez les jeux olympiques? Il voit le rapport?
Donc voilà, je ne pense pas que des associations de masculinistes (oui j'invente) se soient montées pour se plaindre de ces hordes de filles hurlant à la vue de Justin Bieber( et l'objectivisant complètement, mais chut ), ou de ces femmes qui ne parlent que de Twilight ou de True Blood en les accusant d'idéaliser les vampires, un type d'hommes qui n'existe pas, et donc d'attendre l'impossible des hommes dans la réalité.

Nan, l'homme il s'en fout de ça. Peut-être parce qu'il n'a jamais subit de pression de la société.

Bah oui, l'homme, on s'est jamais foutu de lui à l'école, parce qu'il avait des lunettes ou des boutons, parce qu'il était gros ou maigre, nul en sport, nul en maths, parce qu'il zozottait ou qu'il ne portait pas de fringues de marque. Bah non, l'homme, il n'a pas vécu la même chose que nous au final, il ne sait pas ce que c'est d'être mal à l'aise, surtout en présence du sexe opposé. Mais aussi dans les vestiaires. Il ne s'est jamais mis la pression sexuellement, et il n'a jamais stressé à l'idée d'être anormal. L'homme d'ailleurs, jamais il n'est enlevé, ne disparaît, n'est tué par des tueurs en série, n'est battu, n'a peur dans le métro le soir, n'est abusé par des adultes étant enfant... L'homme, il est puissant, il peut se battre, alors personne ne va lui faire de mal. On lui apprend ça depuis qu'il est tout petit après tout. Du coup, ça ne l'achève pas totalement quand quelque chose de terrible lui arrive.

L'homme, après tout, il ne subit aucun diktat de la société lui non plus. Il n'a pas à être rasé de près tous les jours la plupart du temps, été comme hiver (pas de trêve, hahaha!!), il n'a pas à avoir une bonne paye pour subvenir aux besoins de sa famille, il n'a pas à être masculin mais pas trop, sensible mais pas trop, hétéro ou gay, mais pas trop, attention. Il n'a pas l'obligation d'aller chez le coiffeur tous les deux mois ou de faire gaffe à son poids après tout. Il ne se fait pas retirer la garde de ses gamins quasi systématiquement. Personne ne trouve normal que sa copine le quitte parce qu'il ne veut pas se marier ou avoir des enfants. Il ne souffre pas plus que nous quand il se fait rejetter. Et puis surtout, il n'a pas du tout un peu honte de lui quand on le met dans le même panier que d'autres types qu'il ne connaît pas. L'homme, il se plaint pas. Parce que l'homme en théorie, il a des facilités dans la vie, surtout si il est blanc et hétéro. Il monte vite en grade ou fait de la politique en claquant des doigts. Ils n'ont qu'à demander et toutes les portes s'ouvrent à eux. Si il n'y arrive pas, c'est que c'est vraiment un blaireau. L'homme, il n'a pas peur de vieillir ou de perdre ses cheveux, ou de mourir seul.

Nan, il ne subit pas de pression. Et pourtant il fait ce qu'il peut pour supporter les droits de femmes, et respecter celles qui sont autour de lui, alors oui, dénoncez les problèmes, mais faites aussi un câlin à ceux qui simplement ne vous feront jamais de mal et vous respectent sincèrement.
Je laisse les trucs plus extrêmes à celles que ça intéressent et je fais ce que j'ai à faire à mon échelle.

Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 28 mars 2013

New York, Californie

Parmi les couch surfers qu'on a accueilli, il y a eu un couple de tchèques. On a pas mal discuté avec eux et notamment de films et séries et on s'est aperçu qu'Hollywood arrive magnifiquement à berner les gens. Les Tchèques étaient stupéfaits d'apprendre que la majorité des films et séries qui se passent à New York sont en fait tournés à Los Angeles.

Ca peut paraître idiot dit comme cela mais ce n'est pas si évident. Voici un petit test. Dans la liste des séries qui suivent et qui se passent à New York, lesquelles sont tournées à LA et lesquelles sont tournées à NY ? Ne trichez pas!

1) 2 Broke Girls
2) 24 (Saison 8)
3) 30 Rock
4) Le Cosby Show
5) Les Experts : Manhattan
6) Friends
7) Girls
8) How I Met Your Mother
9) Louie
10) Mad Men
11) Une Nounou d'Enfer
12) Seinfeld
13) Sex and the City
14) Les Sopranos
15) Spin City


Réponses :

1)Nos deux amies fauchées essayent de vendre des cupcakes à Brooklyn mais en vrai elles sont dans les studios Warner à Los Angeles.
2)Certains plans d'ensemble comme la vue des Nations Unies ont bien été tournés à New York mais la majorité à été tourné à Los Angeles principalement à Downtown. Avec ses rues étroites et ses grands buildings, le centre ville de Los Angeles passe facilement pour New York
3)30 Rock a beau se situer dans les studios d'NBC au 30 Rockfeller Plaza à New York, la série a été tournée dans les studios Silvercup dans le Queens (New York). On voit de temps en temps l'entrée des studios Silvercup dans Friends car c'est là où Joey travaille quand il est acteur pour Days Of Our Lives.
4)Les plus vieux d'entre vous se souviendront de cette sitcom créé et mettant en scène Bill Cosby qui est passée sur M6. La série se sittue à Brooklyn et a été tournée dans des studios à Brooklyn puis dans le Queens.
5)Les Experts de Manhattan ne doivent pas connaitre grand chose de Manhattan vu que la série est tournée à Los Angeles aussi bien pour les intérieurs (au CBS Studio Center) comme pour les extérieurs. Il n'y a que pour de rares épisodes où ils tournent à New York.
6)En dix saisons, nos six amis préférés n'ont jamais mis les pieds en dehors des studios Warner alors qu'ils sont censés vivre à Greenwich Village, un des quartiers branchés de Manhattan. Le Studio 24 des studios Warner a été rebaptisé le Friends Stage et si vous visitez les studios vous pourrez voir le Central Perk.
7)Le Sex And The City version 20 something est entièrement tournée en décors naturels à New York.
8)Friends Bis est censé se situer à West Village mais en fait tourné dans les studios de la Fox à Los Angeles. Le McLaren est inspiré d'un bar, le McGee situé sur la 55ème rue à New York.
9)Louie raconte la vie comédien new-yorkais et est entièrement tourné à New York. Le Comedy Cellar et le Carolines qu'on voit dans la série sont de vrais comedy clubs. Ce côté authentique donne un certain cachet à la série mais ne dépeint pas forcément New York comme une ville accueillante...
10)Les mad men sont appelés ainsi non pas parce qu'ils sont fous mais parce qu'ils travaillent dans des agences de com situées sur Madison Avenue à New York. La majorité des agences de com' New Yorkaises sont encore là. La série est tournée aux Los Angeles Center Studios pour les intérieurs, à Pasadena pour certains extérieurs et quelques rares fois à New York.
11)La nounou a beau avoir fait un transfert éclair depuis le Queens vers Manhattan, elle n'a pas passé beaucoup de temps à New York. Seuls les plans extérieur de la demeure des Sheffield ont été faits à NY. Tout le reste a été au Culver Studios, à Culver City (Los Angeles).
12)Tout comme Louie, Seinfeld est comédien New Yorkais qui réside ... au CBS Studio Center à Los Angeles. Même les extérieurs comme le fameux dernier épisode ont été tournés à LA aussi bien aux studio Universal que Warner. Même quand ils vont aux studios NBC (toujours situés au fameux 30 Rockfeller Plaza) ils sont à LA.
13)La vie trépidante de Carrie et de ses copines a bien été tourné à New York aussi bien pour les intérieurs que pour les extérieurs. Le seul épisode tourné à LA est celui où elles vont à LA. Carrie finit par se retrouver dans la New York Street des studios Warner.
14)Les mafieux du New Jersey ont bel et bien passé 6 saisons dans le New Jersey. Les pauvres.
15)Les aventures du maire de New York et de son équipe ont bien été tournées à New York jusqu'à la saison 5. Le départ de Michael J Fox et l'arrivée de Charlie Sheen ont coïncidé avec le déplacement du tournage aux CBS Studio Center.
Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 22 mars 2013

Effets Secondaires

Après avoir passé trois ans en prison pour délit d'initié, Martin Taylor sort de prison et retrouve sa femme Emilie. Malgré ces retrouvailles, cette dernière est dépressive et tente de mettre fin à ses jours. Elle consulte alors le docteur Jonathan Banks, un psychiatre. Il lui prescrit un anti-dépresseur efficace mais non dépourvu d'effets secondaires... Si vous comptez aller voir le film, ne regardez pas de bandes-annonces ou ne lisez pas de résumés. Les événements du film vous surprendront bien plus.



Effets Secondaires est le nouveau film de Steven Soderbergh qui est à mes yeux un des cinéastes les plus doués actuellement. Hors D'Atteinte, Traffic, Ocean's Eleven, Contagion... Il possède un style bien à lui, très analytique et très posé sans pour autant être chiant (bon OK Solaris était un tunnel...). Il laisse le temps aux spectateurs de profiter des plans qu'il compose et du jeu des acteurs. Non seulement il sait tenir une caméra mais en plus il a une excellente direction d'acteurs. Ce n'est pas pour rien que ses films comportent toujours des pléthores de stars : elles adorent bosser pour lui. Pour Effets Secondaires il a réuni un casting qui plaira aussi bien à ces mesdames (Jude Law et Channing Tatum) qu'à ces messieurs (Rooney Mara, Catherine Zeta-Jones). Tout ce beau monde joue merveilleusement bien.



Effets Secondaires est aussi sa troisième collaboration avec Scott Z. Burns qui avait déjà écrit les scénarios des excellents Contagion et The Informant!. Pour Effets Secondaires, il nous prend par surprise. Ce qui débute comme un film sur la dépression et l'abus de médicaments tourne en un thriller psychologique de haute volée où les rôles basculent. On passe du point de vue du patient à celui du psychiatre, de l'analyse à l’enquête et du drame au polar. Aucun des personnages n'est manichéen et ils sont tous terriblement humains dans le sens où ils laissent plus parler leurs motivations que leur morale. On regrettera juste une fin un peu molle. Sortie le 3 avril.
Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 18 mars 2013

L'anglais au quotidien

C'est vrai que ça parait toujours curieux pour ceux qui n'ont jamais eu à vraiment parler une autre langue que le français dans un autre pays. Comment ça se passe niveau anglais au bout de 3 ans et demi en immersion totale aux États Unis?

J'avoue que l'anglais n'a jamais été mon fort à l'école (la seule matière où j'ai toujours excellé était le français ), mais je n'ai jamais eu vraiment peur en arrivant ici ( ni pour la langue ni pour rien d'ailleurs ). La première année, je me débrouillais comme je pouvais pour communiquer car j'étais vraiment archi nulle ( je n'avais jamais pratiqué il faut dire ). Comme il y a une grosse majorité d'étrangers ici, je me fondais bien dans la masse et l'habitude des accents et de la grammaire chancelante a rendu les habitants de la ville très patients et compréhensifs. Je pouvais les faire répéter parfois 3 fois sans soucis ( sauf quand ils répétaient la même chose, juste en augmentant le volume... ) et avec le sourire en prime. Je me souviens très bien de mon premier moment de solitude à la caisse, quand la caissière m'a demandé comment j'allais. Le choc culturel que beaucoup de Français connaissent en arrivant ici: on vous demande comment vous allez. Peut-être que dans l'ensemble ils s'en fichent pas mal ( personne ne se vexera si vous ne posez pas la question en retour d'ailleurs. La conversation est par contre clairement engagée si on vous demande " what are you up to?" et pas seulement "How are you?" ), mais il se peut que si vous répondez seulement un petit "fine", on vous répondra: "what happened to AWESOME??".
Vous devez péter la forme quand vous vivez ici. Sinon aller prendre un smoothie bio aux protéines de soja et réservez un cours de yoga.

Du coup je n'ai pris des cours d'anglais qu'un an après mon arrivée ici, ce qui est dommage car du coup pendant cette première année, sachant que nous n'avions que des amis Américains a une ou deux exceptions près, les conversations étaient très compliquées, surtout de leur côté, car je comprenais très bien, mais même si dans ma tête mon anglais été correct, ils ne percevaient que du charabia. Donc j'en ai eu marre.

Des cours d'ESL ( english as a second language ) gratuits ou très peu chers, et publics, il y en a PARTOUT, donc google est votre ami. Choisissez le plus proche de chez vous, et changez si vous ne vous sentez pas à l'aise ou que le niveau ne vous convient pas.
Après deux semaines seulement, j'ai vu la différence. En effet, en théorie, mon anglais était correct, mais ma prononciation était zéro. Ce qu'on ne nous apprend jamais à l'école en fait. Donc les exercices de linguistiques étaient mes préférés et les plus efficaces, et c'est encore ce qui pose soucis aujourd'hui quand on voit la mine déconfite de notre interlocuteur. Si il bloque complètement sur ce qu'on essaye de dire, une solution: essayez toutes les combinaison possibles jusqu'à ce qu'il pige. J'avoue que 70% du temps, quand il répète le dit-mot, je ne vois pas du tout la différence avec ce que je viens de dire, mais admettons.
Le reste, vous l'apprendrez en cours. Mais l'une des clef quand on veut apprendre vite, c'est l'écoute, et donc la télé sera une alliée indispensable. La télé d'abord, puis plus tard la radio, quand il faudra se détacher du contexte pour vraiment comprendre ce qu'il se dit. C'est là que le pire cauchemar du français aux Etats Unis va devenir son ami: les pubs. C'est bien connu, il y en a des tonnes ici et les mêmes pubs passent en boucle. Donc ne zappez pas et regardez les, apprenez les par coeur jusqu'à ce que vous vous compreniez absolument tous les mots. Mais il ne faut pas seulement comprendre les mots, il faut aussi enregistrer la façon dont ils se disent et gagner du temps.

J'ai pris ces cours pendant un peu moins d'un an, quand j'ai senti que je m'y ennuyais et qu'on refaisait les mêmes leçons en boucle. Et surtout, on ne parle pas suffisamment quand on est 30 personnes. Donc essayez d'avoir des amis Américains, ou d'aller discuter avec vos voisins quand vous le pouvez. Et comme l'Américain est très curieux, il suffit que vous soyez vous-même dehors pour que quelqu'un vienne vous parler. Mais c'est un autre sujet!

Donc au final aujourd'hui, outre l'anglais qui se porte pas trop mal ma foi, c'est surtout la culture qu'on absorbe au fil du temps. On acquiert beaucoup de références, ce qui nous permet de vraiment s'intégrer, quelque soit le pays. Ca évite d'être largué à coup de " Hein? Mais c'est qui? De qui il parle? Je comprends pas? ". Surtout si vous êtes à Los Angeles, ça tournera beaucoup autour des célébrités, des derniers films sortis, du nouveau bar en vogue... Et croyez-moi, pas que chez les jeunes! N'oubliez pas que religion et politique ( dans la limite du raisonnable ) sont exclus. Gardez ça pour Facebook ou pour vos amis Américains proches qui n'hésiteront pas à vous donner leur avis clairement sans que ça dégénère. N'oubliez pas que vous êtes dans un pays étrangers; même si vous avez dans l'ensemble l'impression d'être en Europe, la culture est très différente. Ne les vexez pas avec des à priori, mais posez plutôt des questions. Les réponses vous éclaireront et vous feront peut-être changer d'avis sur des habitudes que vous ne compreniez simplement pas!

Pour les références, pas de secret: on lit tout ce qu'on peut en anglais, que ce soit les grands classiques ou les magazines people, on écoute la radio et on voit si on comprend ce qu'il se dit et les paroles des chansons, on va au cinéma, parce qu'il n'y a pas de filet de sécurité (pas de sous-titres), et on discute.
Votre cerveau fonctionne très bien si vous n'y pensez pas. Par exemple vous ne réfléchissez pas intensément à ce que font vos pieds lorsque vous montez un escalier, au risque de tomber. Là c'est pareil, just relax, laissez-le traduire dans les deux sens et n'hésitez pas à faire répéter. On fait également répéter lorsqu'on nous parle en français après tout!

En pratique, comment ça marche chez nous; et bien c'est simple, déjà on parle français entre nous évidemment. On parle tous en anglais même si il n'y a qu'un anglophone parmi nous, parce que c'est la politesse et parce que c'est toujours un exercice. Même si il n'écoute pas vraiment notre conversation, on continue en anglais.
Les séries et films, toujours en anglais, puisqu'on ne regarde pas de films ou séries français. Rarement de sous titres. On les met parfois, mais je ne pense pas qu'on les lise de toute façon.
La lecture, exclusivement en anglais également.

En fait, on s'aperçoit que notre cerveau s'est métamorphosé quand on revient en France. On n'a plus l'habitude d'entendre parler français déjà. C'est très perturbant les premiers jours et c'est souvent à ce moment-là qu'on a un mal de tête. Je passe sur tout ce qui nous retombe dessus à part ça, le choc culturel mache dans les deux sens.
Mais du coup, reparler français à 100% est très perturbant aussi. On a tendance à s'adresser au serveur ou au vendeur en anglais par exemple, quitte à passer pour un frimeur aux yeux des amis présents ("holala, trop dur de reparler français!").



(je tiens à dire que je n'ai JAMAIS rêvé en anglais :) Par contre je pense en anglais disont 40% du temps )

Donc on a des moments de solitude aussi au final. Surtout que j'ai un gros défaut: s'il y a un mot en anglais dans la phrase ( bon, peut-être pas "week-end" ), je vais finir le reste de la phrase en anglais. Du coup ça a donné pour de vrai au cinéma: "un ticket pour Drive, please."      *Et merde...*
Sinon, la télé française n'a pas que des avantages. Outre le fait qu'on doit se retenir de pisser ou d'aller chercher un coca pendant une heure parce qu'il n'y a quasiment pas de pub, il y a, les DOUBLAGES FRANCAIS! Et alors là, c'est comme avoir écouté du Mozart pendant 10 ans tous les jours, et que soudainement on vous met du Bieber. Ca fait physiquement mal partout.  Du coup le téléchargement illégal est amplement pardonné de mon point de vue. On va vers une génération de petits anglophones!



Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 13 mars 2013

LA Vegan crepe et Lyfe Kitchen, aucune excuse pour ne pas manger sain.

Comme souvent, j'avais oublié mon appareil photo lors de la visite de ces deux restaurants! Donc pardon pour la qualité.
Aujourd'hui, on va passer en revue deux nouveaux restaurants, LA vegan crepe à Beverly Hills et Lyfe Kitchen à Culver City qui a ouvert vendredi dernier. Pour le premier, je ne pourrai pas en dire grand chose malheureusement, car le choix de plats sans gluten est très limité, et je pensais que leurs crêpes au sarrasin seraient 100% sarrasin et donc gluten free. Du coup je me suis rabattue sur un smoothie qui m'a quand même bien calée. Mais le retour des amies qui ont eu la chance de goûter a été catégorique: c'était délicieux, et elles se sont faite avoir par le "faux" fromage. Car oui, comme son nom l'indique, tout est végétalien ici.
Le restaurant est tenu par deux Français: Philippe et Natacha.



Et le second, c'est Lyfe Kitchen. C'est le second Lyfe Kitchen à ouvrir après Palo Alto. On a entendu parler simplement parce que le bâtiment appartient à un de nos amis et que c'est dans son intérêt que le restaurant fonctionne! Je pense qu'il n'aura pas trop de soucis à se faire car c'est unanime, c'est délicieux et peu cher, et surtout, il y a trois menus "différents" ( les plats sont les mêmes au final ): Un végétalien, un gluten free et un classique. Comme on commande au comptoir, pas besoin de laisser de pourboire ( et je n'ai pas vu de pot à cet usage... ), les prix baissent.








Jérôme et moi avons craqué pour le sandwich poulet ananas, avec sauce aioli et oignons confis dans de l'agave. Ca pique, c'est sucré salé :) Le premier est ma version gluten free, et la dernière photo est la version normale. Il nous reste le menu vegan à étudier la prochaine fois!
Si ce genre de cuisine saine vous intéresse, n'oubliez pas de tester le "raw" et la macrobiotique chez Seed (je vous recommande chaudement la plupart des serveurs qui donnent envie de se convertir à n'importe quelle régime bizarre ), et Euphoria Loves Rawvolution, les deux inévitables si vous allez à Venice Beach ( the Library sur Main street si vous êtes un peu trouillard et que vous préférez du bon mais plus classique )
Pour un soir sur Sunset boulevard, Off Vine finira de vous achever (surtout niveau prix).
Sinon on a aussi plein d'adresses beaucoup moins saines :)


Mais qu'est-ce qu'on mange mal aux Etats Unis!


Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 11 mars 2013

Cloud Atlas

1849. Adam Ewing va faire ses débuts dans le commerce d'esclaves en reprenant le business de son beau père  Sa vision des choses va changer quand il va libérer l'un d'eux. 1936. Robert Frobisher est un apprenti compositeur bi. Il part aider un compositeur déchu pour qu'il écrive de nouvelles mélodies  1973. Luisa Rey est journaliste comme son père  Elle rencontre un scientifique qui veut lui révéler des informations confidentielles sur un projet de réacteur nucléaire. 2012. Timothy Cavendish est éditeur  Il doit beaucoup d'argent a des voyous et va demander de l'aide a son frère qui va lui jouer un très mauvais tour. 2144. Sonmi-451 est une clone programmée pour être serveuse dans un restaurant de Neo Seoul dont elle ne peut pas sortir. Elle va pouvoir s’échapper et découvrir la véritable nature de la ville. 106 hivers après La Chute. Zachry est membre d'une tribu et possède un ami imaginaire maléfique.  Il va rencontrer une femme qui possède des technologies de l'Ancien Monde. Passé, présent  futur. Tout est lié. Nos vies ne nous appartiennent pas. Nous ne faisons que les emprunter.


Cloud Atlas n'est pas le premier film a avoir plusieurs histoires en parallèle qui se recoupent. Collision et Magnolia l'ont fait avant par exemple. Mais c'est le premier à être aussi ambitieux avec six histoires qui se passent chacune dans une époque différente. Encore plus fou : on retrouve les mêmes acteurs d'une époque à l'autre dans des situations radicalement différentes  Parfois ils jouent les gentils, parfois ils jouent les méchants, parfois ils sont les premiers rôles  parfois ils sont les seconds rôles  parfois les hommes jouent des femmes et parfois les femmes jouent des hommes... On suit les six histoires en parallèle en passant sans ordre précis de l'une à l'autre et la construction de chaque histoire est à peu près la même ce qui concentre les passages d'action/émotion et les rebondissements aux mêmes moments.

Et le plus dingue dans tout cela ? Ca fonctionne a merveille. Il n'y a pas besoin de se faire des nœuds au cerveau pour comprendre ce qui se passe et on ne sent pas passer une seule seconde les 2h44 du film. Ce petit miracle n'est pas du au hasard. Pour tourner six films en un, il a fallu trois réalisateurs qui se sont aussi chargés de l'adaptation du roman éponyme (Cartographie des Nuages en français) qu'on pensait inadaptable. Les réalisateurs sont ceux de la trilogie Matrix (Andy et Lana Wachoski, Lana s'appelait Larry avant mais il a changé de sexe) et celui de cours Lola Cours (Tom Tykwer). Warner ne fait que distribuer le film. Le trio est allé frapper à toutes les portes (principalement en Allemagne) pour récolter 100 millions de dollars du budget ce qui en fait le film indépendant le plus cher de l'histoire. On remercie tous les fous qui ont contribue au projet.


Histoire de porter le film, il fallait des acteurs suffisamment solides pour encaisser six rôles d'un coup tout en étant assez "bancable" pour attirer le public. Le trio de réalisateurs a donc fait appel à Tom Hanks, Halle Berry, Hugo Weaving, Susan Sarandon et Hugh Grant pour ne citer que les plus connus et ils ont tous pris plaisir à devenir totalement schizophrène le temps d'un film. Chacune des histoires possède sa propre tonalité et on passe sans sourciller de la comédie légère avec l'histoire de l'éditeur à l'enquête policière avec la journaliste ou au post-apo. Les larmes succèdent aux rires en quelques minutes. Encore une fois, l'ensemble reste parfaitement cohérent notamment grâce à la bande originale du film qui soude les différentes parties.

Plus qu'un film, Cloud Atlas est une expérience hors du commun.C'est tellement dense, intense et impressionnant qu'on reste bouche bée quand le générique de fin défile. Malheureusement le film est passé totalement inaperçu. Il a eu toutes les peines du monde à rentrer dans ses frais et n'a qu'une maigre reconnaissance de la part du public, de la presse et de ses pairs. Le film n'a reçu par exemple aucune nomination aux oscars même pas pour meilleure adaptation... Qu'on l'aime ou qu'on le déteste, Cloud Atlas demeure un film important qui doit être vu sur le grand écran. Sortie le 13 mars en salles
Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 6 mars 2013

A la française

Aux US un peu comme durant la Renaissance, le summum de la classe est de parler français. Ceux qui ne maîtrisent pas la langue de NTM peuvent rester chics en remplaçant quelques mots anglais par leur traduction française.

-double meaning devient double entendre
-date devient rendez-vous
-coffee shop devient café
-driver devient chauffeur
-file devient dossier
-cooking devient cuisine
-there it is devient voilà
...

Sur La Table vend de la vaisselle et du matos de cuisine de haute qualité. Aux US aussi on aime le faire sur la table.

Les américains sont surpris quand on leur explique qu'on fait l'inverse en France en utilisant des mots anglais à tout bout de champs. Sauf que chez nous, ça fait plutôt gros kéké surtout quand c'est à base de je te phone ou je te love... Bref. Les américains qui ne connaissent même pas ces quelques mots français utilisent pourtant le français dans la vie de tous les jours ou plutôt l'adjectif  "French" qui change radicalement le sens du nom commun qui va après.

-french toast : c'est en fait du pain perdu donc du pain (souvent de mie) un peu rassi qu'on fait revenir avec de l'oeuf et un peu de lait à la poêle. Ca se sert sucré ou salé. Une de mes spécialités. J'inagine que c'est french car on mange beaucoup de pain.
-french twist : un chignon. Assez peu courant mais c'est toujours bon à savoir. Ce n'est pas une position sexuelle tordue ou un cours de yoga avec des perruques.
-french press : on l'appelle cafetière à piston en français. Votre grand-mère en a surement une. Ca permet de préparer rapidement un café relativement bon.
-french kiss : embrasser en mettant la langue. A noter qu'on peut aussi l'utiliser en verbe (to french kiss). Il aurait été inventé par les romains mais quand on n'est pas fichu de garder un empire intact on ferme sa bouche.
-french disease : assez peu usité mais c'est toujours bon à savoir. Ca désigne carrément la syphilis. Les mauvaises langues diront qu'on commence avec un french kiss sur une french girl et qu'on finit avec une french disease.

Draw me like one of your french girls

-french door : porte-fenêtre. Ne cherchez pas à comprendre. Probablement parce qu'il n'y a pas de mot composé en anglais.
-french dip sandwich : sans équivalent en français vu que c'est une spécialité américaine. C'est un sandwich constitué de pain (souvent de la baguette) et de roast beef. La particularité est que le jus obtenu durant la cuisson de la viande est servi dans un petit bol à part et qu'on trempe (to dip)  le sandwich dedans.
-french fries : les frites même si ces dernières ont été inventées en Belgique. C'est assez logique : les français aiment s'approprier tout ce qui est belge. Django Reinhardt, Hergé, Franquin par exemple ne sont pas français. Ils sont belges !
-french maid : la femme de chambre. Avec le temps c'est devenu la soubrette avec tous les sous-entendus cochons que ça implique (faites une recherche google images avec le filtre SafeSearch désactivé)
-french manicure : french manucure. Un cas étrange vu que le terme français contient un mot anglais qui signifie français.
-french cleaners : nettoyage à sec. Wikipedia m'a appris l'histoire du nettoyage à sec et ça a bien inventé chez nous, à Paris.
-french bulldog : le bouledogue français. Pour une fois c'est une traduction littérale. Ca ne change rien au fait que ce chien est originaire de Grèce...
-french beans : haricots verts. Très étrange. Pour les autres couleurs les américains utilisent le nom de la couleur (red beans, black beans, white beans...) voir la manière dont ils sont cuisinés (chili beans, refried beans, pork and beans...) mais quand ils sont verts ils deviennent français.
-french mustard : de la moutarde mais douce. Soit l'opposée de la vraie moutarde française. Il y a même une moutarde qui s'appelle la French's tout simplement. Elle est jaune fluo et infecte. Pour une bonne moutarde pas chère, prenez la Morehouse Classic Dijon. On la trouve à 99c et elle est garantie sans saloperie.

La moutarde a la même couleur que la bouteille. Ca fait envie.

Finissons avec le classique "Pardon my french" qui signifie "Passez-moi l'expression" qui signifie souvent que la phrase d'après sera haute en couleurs et potentiellement riche en grossièreté. Les américains doivent penser que nos gros mots sont plus classes que les leurs. Pourtant ils ont beaucoup plus d'imagination quand il s'agit de lâcher des chapelets d'injures mais ça fera l'objet d'un prochain article.
Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 1 mars 2013

Un tour de Downtown

Downtown est pour moi un endroit essentiel à visiter à Los Angeles. Si vous ne l'avez pas fait, vous avez raté le coeur même de la ville.
Vous pouvez voir mes articles sur Downtown passés. Celui-là comporte pas mal de photos.
Downtown, c'est avant tout l'origine de la ville, là où s'est développé l'embryon d'une ville nouvelle qui allait devenir le Gargantua connu d'aujourd'hui. Vous pourrez y voir du coup, la première église de la ville ( la Iglesia de Nuestra Senora Reina de los Angeles -1890 ), la maison Pico, maison qui abritait les gouverneurs mexicains, qui aujourd'hui sert de musée, mais aussi de décors de tournage ( c'est le QG de la police dans The Mentalist et dans un épisode de Star Trek: Next Generation ).



Downtown se fait à pied ( avec de bonnes chaussures ). Los Angeles est pas mal plate, donc vous ne fatiguerez pas comme à San Francisco. C'est aussi un bon moyen de prouver que SI, on peut faire des trucs à pied à Los Angeles ( mais avouez que ça vous arrange un peu de rester dans la voiture ).
Donc vous pouvez garer votre voiture à peu près n'importe où et à différents prix, mais sauf si vous êtes a 5 dollars près pour votre séjour, je vous conseille de vous garer simplement à Pershing Square, parking sous terrain un minimum sûr par rapport aux autres.
Pour y aller en bus, prenez le 720 ou 728 sur vous venez du Westside. Sinon regardez sur Google maps ( que peu de gens semblent connaître d'après certains mails que je reçois :p ).




Voilà ensuite mon itinéraire conseillé, vous pouvez évidemment retirer les choses qui ne vous intéressent pas et ça ne remplacera pas les meilleurs guides du monde pendant votre visite, mais c'est ce qui me semble indispensable, surtout si vous voulez en mettre plein la vue à votre cousine qui est allée 5 fois à Los Angeles et qui soit disant connait par coeur: ça, elle ne connait pas :)

Donc Pershing Square, en bus vous devez marcher jusque là mais vous serez à côté quoiqu'il arrive ( n'hésitez pas à demander au chauffeur du bus de vous dire quand vous arrêter, ils sont GENTILS, ça surprend je sais. Et faites l'appoint, c'est généralement 1.50 par personnes, donc ayez des billets de 1 et des quarters sur vous pour payer facilement ).
Bref, Pershing Square, ce fût beau à une époque, maintenant c'est moche.


Bienvenue.
Premier arrêt, prenez la gauche sur Broadway, au croisement avec la 3rd, le Bradbury Building. C'est la première chose que nous avions voulu voir, et nous y retournons à chaque fois. J'en ai parlé ici , c'est là qu'à été tourné Blade Runner mais aussi the Artist et des tas de séries. C'est une merveille architectural, donc entrez, prenez des photos, soyez respectueux car des gens travaillent ici. Prenez un plan de Downtown à cet endroit.



En face, vous pouvez faire un petit tour dans le Grand Central Market, le premier marché de la ville. Ressortez de l'autre côté, et vous trouverez un des vestiges du tramway de Los Angeles ( qui fût un temps le meilleur système de transport en commun du monde. Los Angeles était également la ville au monde avec le plus de cyclistes ). Il me semble que c'est 25 cents aller-retour, mais n'achetez qu'un aller ( on paye en haut ).
Une fois en haut donc, sur Bunker Hill, prenez à droite sur Grand Avenue. Sur votre droite, le musée d'art moderne, et plus loin sur votre gauche, inratable, l'opéra de la ville, le Disney Concert Hall. Des visites sont offertes. Vous pouvez y entrer, mais aussi faire le tour des jardins derrière. Il y a une magnifique sculpture d'une rose bleue géante.


Continuez sur Grand toujours jusqu'à Temple. Prenez à droite. Sur votre gauche, vous verrez la cathédrale of Our lady of the Angels ( surnommée affectueusement COLA ). Elle ouvre en 2002 et à coûté 250 millions de dollars.


Je vous conseille ensuite de prendre à droite sur Hill, et à gauche dans le parc. Vous êtes dans le quartier de la municipalité, le coeur administratif de la ville de Los Angeles avec tous les bâtiments officiels.
Traversez le parc jusqu'à l'hôtel de ville. Il y a des toilettes publiques à cet endroit dans le parc.



Ensuite, contournez la mairie par la droite et prenez la 1st street à gauche. Changement radical de décor avec Little Tokyo! Si vous aimez les jardins, faites un détour par le Double Tree Hilton hotel au croisement de Los Angele street et de la 2nde. Prenez l'ascenceur jusqu'au dernier étage et visitez le jardin sur la terrasse. Pour aller à Little Tokyo, continuez sur la 1st street, et prenez à droite à la prochaine après Los Angeles street. Ensuite prenez à gauche sur la 2nde puis à gauche sur Azusa street. Vous êtes en plein quartier japonais. Je vous conseille de prendre des sushis. Vous pouvez visiter le musée japonais americain.

Ensuite vous aurez le plus gros de la marche à faire pour rejoindre Union Station. Vous devez retourner sur Los Angeles street et partir vers le Nord. Du coup si Little Tokyo vous paraît un trop grand détour, vous pouvez  le supprimer mais c'est dommage.

Voilà mes photos sur la suite du tour

Donc à cet endroit vous trouverez El Pueblo, dont on a parlé au début, le village original de Los Angeles. Ne loupez pas l'église donc, la Pico house, la plus vieille caserne de pompiers de la ville et le marché. Et surtout, l'avila Adobe, l'une des plus vieilles maisons de la ville, pour voir comment on vivait à l'époque des pueblos. Retrouvez même l'ambiance le week-end, avec des orchestres et tous les gens qui dansent sur la place. Ca va vous donner envie d'acheter un sombrero et de revoir Zorro! Contentez-vous de savourer des tacos.



Et donc ensuite Union Station, la gare de Los Angeles. Non seulement cette gare est de base vraiment très jolie, mais elle apparaît dans nombre de films et séries avec une aile spécialement dédiée aux tournages. Vous la voyez notamment dans the Dark Knight Rises, lors des jugements menés par le Scarecrow. Mais si vous avez envie de l'explorer plus en profondeur, vous y trouverez une multitude d'oeuvres d'art, un aquarium d'eau salée et un coupe cigare d'époque, toujours accroché au mur.  Appréciez également le silence qui résonne, malgré les centaines de personnes présentes.


C'est généralement le moment choisi pour s'affaler et digérer.
A partir de là, vous pouvez marcher un quart d'heure pour aller jusqu'à Chinatown. Ce n'est pas mon fort, donc je ne peux pas trop vous motiver à aller jusque là. C'est à voir pour encore un dépaysement total à quelques minutes de marche! Pour les fans du film à la rigueur...



Voilà! Vous avez passé une journée ou deux là où les touristes et les locaux aussi d'ailleurs, s'aventurent peu sans raison valable! C'est dommage car il y a beaucoup de choses à voir et à faire, des sorties restau ou soirées, des musées.... Il y a déjà des tas d'articles sur Downtown, mais c'est un résumé des choses que je fais toujours visiter aux voyageurs de passage.

Dans les divers et variés: levez la tête! C'est l'un des rares endroits à Los Angeles où il y a des grattes ciels et buildings. Même lorsqu'ils sont abandonnés ( c'est loin d'être le quartier le plus riche de la ville, même si il est réhabilité par endroit, mais ça lui donne cette ambiance particulière ), certains bâtiments sont des perles de beauté avec des détails à couper le souffle. Il y a des endroits où on peut totalement imaginer l'animation qui régnait ici à la grande époque ( 20's - 50's ). Peut-être qu'un jour, le coin retrouvera sa grandeur! En tout cas la construction du tramway a été signée.
Vous voyez le gros gratte ciel rond de la US bank? Il est censé vous rappeller quelque chose. Que ce soit dans GTV V ou dans le film Independence Day.



Niveau shopping, c'est surtout du made in China, mais vous trouverez des magasins de chaussures de sport de marques, des magasins de musique, de vélos... Il m'arrive d'y voir des vêtements que l'on trouve dans des boutiques classiques mais au tiers du prix! Tout ce qui est souvenirs est à prix cassés également, donc n'achetez pas votre fausse casquette des Dodgers à Venice! Il y aussi le marché aux puces d'American Apparel, juste en face de la fabrique American Apparel ( oui, c'est tout fait à Downtown L.A.! ). Après tout, c'est ici qu'à été inventé le T shirt! Il y a différents quartiers à thème, la quartier des bijoutiers, hyper gardé, et le quartier des jouets par exemple. Il y a beaucoup de boutiques de mariage, vous pourrez bien rigoler en y voyant les horreurs qu'ils vendent. Attention, c'est 100% mexicain, l'anglais n'y est pas vraiment parlé.

Le soir, nous vous conseillons pour sortir le Perch, le Standard et l'Edison. Les deux premiers sont sur un toit pour profiter de la vue, et le second est en sous-sol ( tenue correcte et rétro exigée. Si vous aimez qu'une danseuse burlesque vous attrape par la cravate, mettez-en une. Il y a un fumoir et un vendeur de cigares juste à l'extérieur ). Dans tous les cas, évitez d'y aller le week-end, vous aurez à attendre des heures, possiblement sans y entrer au final, et payer 20 dollars de droit d'entrée pour être serrés comme des sardines. Le jeudi soir est selon nous le meilleur jour pour sortir où que ce soit dans la ville.

Si vous êtes artiste, allez visiter le Art district. Vous avez aussi le art walk, une fois par mois. En passant, pour les amoureux des livres, surtout les anciens qui sentent comme les bibliothèques, passez au Last Bookstore, c'est une légende locale où vous risquez de rester bloqués une heure ou deux.
Si vous voulez vous en prendre plein la vue et que vous vous y êtes pris en avance, allez voir un match de catcheurs mexicains et les danseuses burlesque du lucha vavoom ( c'est ce qu'on a fait à la saint Valentin ) au Mayan.
Vous pouvez aussi toujours aller voir un match de roller derby, des Dodgers, ou en plein coeur de Downtown, aller voir un match au fameux Staples Center, la maison des Lakers et des Kings.

Si vous êtes en voiture, passez également voir les maisons victoriennes.

Et surtout n'oubliez pas: il n'y a rien à faire ni à voir à Los Angeles!

La Cathédrale Our Lady of the Angels



Rendez-vous sur Hellocoton !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...