Jerry : No, I'll be back.
Kramer : Jerry, it's L.A., nobody leaves. She's a seductress, she's a siren, she's a virgin, she's a whore.
Seinfield, "The Finale"

lundi 30 septembre 2013

Tu sais que tu es une derby girl quand...

Le roller derby, c'est comme la potion magique: si on tombe dedans, les effets sont irréversibles.
Mais quels en sont les effets exactement?

En première position: ça va vous sembler évident en tant que victimes, mais dés qu'on tombe dans le derby, on ne parle plus que de ça. Vos amis vous le disent: quand vous abordez le sujet, vos yeux s'éclairent, vous qui êtes d'habitude assez calme et rarement émue par quoique ce soit ni sérieusement secouée par autre chose que votre espace vital, soudainement vous avez un grand sourire, et vous avez du mal à reprendre votre souffle entre deux phrases quand vous racontez comment se passe un entraînement ou que vous parlez de vos copines (qui portent des surnoms pourris en plus) ou du nouveau freinage que vous exécutez comme une reine. Vos amis pensent que vous venez de vous faire une ligne de coke.



Le conseil: Soyez honnête avec vous-même, les gens s'intéressent à votre vie, mais vous ressemblez un peu à ces mères qui ne parlent QUE de leurs gosses à longueur de temps et vous saoulez tout le monde. Apprenez à doser, laissez passer quand le sujet change, même si vous n'aviez pas fini votre merveilleuse histoire de bleus sur le cul ou des protège-genoux dont vous rêvez. C'est chiant. Ils s'en foutent un peu, ET ne comprennent rien à ce que vous racontez de toute façon. Vous avez une trentaine de copines ravies de partager ça avec vous!



Secondement: Ta vie sociale justement, c'est fini de toute façon. Dis au revoir à tes amis, ta télé et à ton chien. Se mettre au derby, ça veut dire avoir tes soirées bien occupées. Non seulement il y a les entraînements, c'est souvent le soir, sinon c'est le matin, donc ta soirée de la veille s'est terminée tôt, mais aussi les matchs, auxquels tu dois être pour bosser. Et c'est souvent en soirée également, ou en tout cas le week-end. Donc tu vas tout le temps dire: je peux pas, j'ai derby. Et tu sais quoi? Les gens vont retenir ton emploi du temps (enfin tout le monde, sauf ton mari de toute évidence). Ton réseau social en ligne aussi va changer. Ton facebook ne sera plus rempli que de conversations sur le derby avec ton équipe, tu auras 40 nouvelles demandes d'amis par semaine et il faudra que tu regardes les photos avant d'accepter (Qui c'est ça "Margaret Rottenberg"...Haaa c'est Rotten Biatch!!! Haha bien trouvé.*). Pour ma part, mon fil Facebook, ça fait: Batman, Batman, Derby, des lapins,  Batman, Derby, Batman, un lapin, Derby, Derby. Pareil pour les mails, ça peut monter à 45 mails par jour, uniquement concernant la ligue. En plus, là encore, tu es malhonnête. Tu jures à ton homme qu'après les tryouts, c'est bon, tu pourra te reposer sur tes lauriers. TU MENS la noireaude (amis des Nuls, bonsoir). T'ira à dix fois plus de cours, tu aura toujours un nouveau camp ou un cours privé de dernière minute.



Le conseil: Prétendez publiquement que ça vous em*erde d'être forcée de faire tout ça. Alors que vous êtes une esclave plus ou moins consentante dans le harem d'un riche sultan sculpté comme un dieu. S'enfuir? Pour aller où, pour faire quoi?
De toute façon, tu voulais pas vraiment y aller à ce mariage. C'est des cons et t'as rien à te mettre.*
*totalement inventé de toute pièce.



Troisièmement:  non seulement votre vie sociale y passe, mais aussi votre vie de femme. Vous vous souvenez, il y a longtemps, quand vous rêviez d'une paire de Manolo et que vous adoriez les soutiens-gorges mignons?? Hahaha c'est bien fini tout ça! Là encore, on se rapproche de la maman dépassée par le temps et on ne pense qu'à une chose: confort, trucs pratiques qui tiennent un lavage à 90. Vous avez des tonnes de soutifs de sport, mais aussi des vieux T shirts immettables en public mais qui ne craignent pas la copine de 80 kilos qui s'y accrochent parce que vous n'avez pas mis de ceinture pour l'entraînement (on en revient au point numéro 1, pardon j'arrête) ou qui font rire votre coach (espèce de lèche-cul). Vous portez des baskets tout le temps, parce que dés que vous avez deux minutes, vous courez, vous faites des genuflexions, vous vous mettez en chaise contre un mur ou sur la pointe des pieds pour faire bosser vos chevilles et mollets. Mais aussi, vous comprenez pourquoi autant de derby girls ont les cheveux courts: c'est chiant de devoir les laver après chaque entraînement. Pas de petite douche possible, un casque, c'est pas aéré et vous ressemblez à un caniche mouillé quand vous rentrez à la maison. La seule chose qui vous empêche de vous raser la tête, c'est un risque de divorce.

"C'était bien?
- Ouais, c'était cool. Ya quoi à bouffer??"
L'odeur est la même, aussi.

Le conseil: On reste des filles quoiqu'il arrive. Ce n'est pas vraiment un conseil parce que ça arrive naturellement: vous continuez de vous maquiller pour les entraînements (au début vous n'osiez pas de peur d'avoir l'air d'une pimbêche, mais en fait, certaines se maquillent vraiment, et d'autres sortent du boulot, donc elles sont déjà maquillées avant d'arriver), même si tu n'achètes plus que des fringues de sport pas chères, tu fais gaffe que ça t'aille bien quand même, et puis surtout, ton corps change et ce n'est pas sale, au contraire. Il change et t'as envie d'en prendre soin encore plus qu'avant, parce que maintenant tu te rends compte de ce qu'il peut faire et ça aide de façon dramatique les complexées à accepter cette machine magnifique qui est leur corps. Donc au final, même habillée comme Véronique ou Davina, tu te sens bien dans ta peau et tu t'en fous d'avoir un gros cul. Ca amorti les chutes et ça mets tes ennemis à terre. Et puis les patins à roulettes, c'est des chaussures quand même. Et c'est au moins aussi cher que des Manolo, pour le même sex-appeal. Haaaa, si on pouvait aller au restau en patins et robe de soirée... D'ailleurs, même les derby girls les plus hardcore sur la piste, quand tu les vois à l'extérieur, elles portent des robes, du parfum, et elles baissent les yeux quand tu leur dis bonjour. Par contre mettez-leur des patins et elles vous rouleront dessus en vous insultant.



Quatrièmement: ta gestion du pognon. Voir point précédent. Ca tombe bien que tu ne te ruines plus en trucs de marque super chic, ça te fait plein de fric pour acheter des trucs encore plus cons. Tu ressembles à un fan de l'OM car tu ne portes plus que des trucs en rapport avec ton équipe, tu changes de roues tous les 6 mois, tu fais TOUS les camps qui te tombent sous la main (ou autre cours de sport. En octobre, je me mets au kickboxing.), t'achètes des stickers débiles, mais comme t'as plus de place sur ton casque, t'en rachètes un nouveau, comme ton sac est trop petit pour mettre tous tes nouveaux trésors, tu achètes une valise...


Le conseil: YOLO. Vous pouvez aussi ouvrir une boutique de derby, mais vous allez vouloir tout garder pour vous...




Cinquièmement  T'es peut-être lesbienne en fait. Pourtant même ado, t'avais pas de doutes. Mais à force de toucher des filles pendant des heures toutes les semaines, de partager la sueur, de se faire des câlins, de s'engueuler, d'attraper ce qui dépasse (nichons ou cul) et que les blagues tournent toujours autour de se mettre des trucs dans le vagin, et bien toi qui pensait détester les filles, tu te dis qu'il y en a deux trois dont t'aimerai porter les enfants. Personne n'en a jamais parlé, mais je pense qu'on a toutes nos règles en même temps ( ce serait cool d'avoir un match pendant nos PMS ). Non seulement ça, mais en plus tu es devenue une fangirl. Tu as tes joueuses préférées et celles que t'aimes pas, tu connais leur qualité et leur défaut, comme si c'était des joueurs de base-ball, t'as envie de pleurer quand certaines prennent leur retraite... Mais le pire du pire, c'est quand elles connaissent ton nom!! Bon OK, il y a encore pire, c'est quand tu ne te souviens plus du leur... Généralement elles portent leur T shirt, mais quand tu les croises dehors, dans le vrai monde, ça pose soucis. Quelqu'un t'appelle, et tu connais cette tête, mais tu ne te souviens plus de rien. En plus, sans casque, on ressemble à rien. Tu découvres que certaines ont des cheveux notamment. Mais c'est émouvant quand c'est quelqu'un que t'aimes bien et à qui tu as juste dit bonjour deux fois en rougissant sûrement. N'oubliez jamais, 80% du succès consiste à VENIR. C'est comme ça que les gens te connaissent, te proposent des trucs, pensent à toi même si tu te démarques uniquement par ta nullité.


Le conseil: YOLO. Mais évitez de toucher vos copines "normales" par inadvertance ou de leur parler de vagins autrement que médicalement. Pareil, évitez de raconter ça aux potes mecs, ils ne comprendraient pas. Et essayeraient de s'incruster aux entraînements, tout ça.



Dernier point: pour faire une boucle avec le premier, on va en revenir aux conversations étranges. En effet, personne ne comprend ce que tu racontes, et surtout pas les blagues.
Du coup, je ne vais pas vous imposer ça, mais si vous en voulez plus, vous pouvez aller ici pour  voir le rapport entre la série Orange is the New Black et le roller derby, vous pouvez aller voir les bd trop drôle de Victoria Jameson (dessinatrice pour enfant et badass). Et puis, celui qui doit être le plus partagé sur Facebook, que les gens normalement constitués ne pigent pas mais qui fait mourir de rire n'importe quelle derby girl.



Le conseil: On s'en fiche, rigole toute seule. Ce n'est sûrement pas la première fois que personne ne comprend ton humour.
Rendez-vous sur Hellocoton !

1 commentaire:

  1. Sympa ton article ça m'a poussé à me renseigner sur le roller derby que je ne connaissais pas du tout !
    Je me permet aussi de laisser l'adresse de mon blog : sejourlinguistiqueusa.wordpress.com

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés et mettent un petit peu de temps à apparaître.
Vérifiez que la réponse à votre question n'est pas dans la FAQ (on ne peut plus y publier vos commentaires)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...