Jerry : No, I'll be back.
Kramer : Jerry, it's L.A., nobody leaves. She's a seductress, she's a siren, she's a virgin, she's a whore.
Seinfield, "The Finale"

mercredi 18 septembre 2013

Marijuana, l'autre carte verte

Les informations qui suivent nous viennent de retour d'expérience d'amis fumeurs réguliers ou occasionnels au cours de ses trois dernières années. Ma Vie A Los Angeles ne porte aucun jugement ni ne recommande la consommation de cannabis. Vous êtes libres de ce que vous faites tant que vous êtes adultes et responsables. On pourrait débattre des heures sur le fait que c'est totalement absurde que le cannabis soit illégal tandis que des substances bien plus dangereuses (cigarettes, alcool, produits de beauté, ...) sont en vente libre. On pourrait aussi parler des nombreuses études scientifiques qui démontrent les vertus de la plante et du fait que ça ferait rentrer un paquet de pognon dans les caisses. Mais ce n'est pas le but de l'article. On tient juste à vous renseigner au cas où vous souhaitiez en acheter de manière légale à Los Angeles. On insiste sur le côté légal : nous condamnons le marché parallèle et tout ce qu'il implique. Finissons ce petit paragraphe en vous conseillant de regarder Medicinal Fried Chicken (Saison 14 épisode 3), un épisode de South Park décrivant l'absurdité de la situation.


En 1996, une loi californienne était votée (la proposition 215) permettant aux résidents californiens de cultiver et de consommer du cannabis dans un but médical. L'idée était de proposer aux gens atteints d'une maladie grave en phase terminale une drogue douce pour alléger leurs souffrances. Par la suite, plusieurs autres états ont adopté une mesure similaire. L'état du Colorado et l'état de Washington ont même purement et simplement légalisé la marijuana. En Californie, il y a plusieurs propositions de loi cherchant à légaliser totalement la plante verte mais elles ont toute échoué. Ceci étant dit, il n'y a plus besoin d'être mourant pour obtenir une carte permettant d'acheter de la marie-jeanne. N'importe qui peut obtenir son sésame même si vous n'êtes que de passage. C'est devenu un très gros business et une part de la culture californienne à tel point qu'il y a une école pour apprendre à le cultiver, un rayon entier sur le sujet dans les Barnes & Noble (la Fnac locale), plusieurs magasines spécialisées et même des émissions de télé.

Avant de passer aux choses sérieuses, rappelons quelques règles :
-au niveau fédéral, le cannabis est totalement interdit. Ca signifie qu'il est interdit d'en prendre avec soi quand on prend l'avion ou qu'on change d'état. Ca signifie aussi qu'il vaut mieux éviter de faire les démarches qui suivent quand on cherche à obtenir un visa ou qu'on le renouvelle. Accessoirement la weed californienne sent super fort donc les chiens la renifleront assez facilement.
-certains employeurs (gouvernement, santé, métiers dangereux genre BTP...) font passer des tests pour vérifier si vous avez pris de la drogue. Si c'est le cas, vous serez renvoyé si le résultat est positif. Comptez au moins trois semaines après avoir fumé pour qu'on ne détecte plus de THC dans votre sang.
-en France, c'est totalement illégal donc ne cherchez pas à en ramener ou à en voyer par la poste
-ne conduisez pas quand vous êtes défoncé. En plus d'être dangereux pour vous et pour les autres, c'est hautement illégal. Si un flic vous arrête, ce sera considéré comme Driving Under Influence ce qui est un crime. Votre visa peut être révoqué et dans ce cas vous serez déporté. Ce ne sont pas des paroles en l'air : c'est arrivé à une connaissance.
-fumer dans les lieux publics est illégal mais ça ne semble pas arrêter grand monde de le faire
-enfin vos voisins ne seront pas forcément donc essayez de ventiler et de ne pas trop les enfumer

Un exemple de carte

Donc comment ça se passe ? Tout commence par l'obtention de la fameuse carte. Le plus simple est d'aller à Venice Beach et d'entre dans une des nombreuses boutiques proposant une "marijuana evaluation" comme The Green Doctors. Repérez des panneaux du genre "kush doctor" ou "420". Le processus se passe en deux temps : tout d'abord vous allez avoir une évaluation avec quelques papiers à remplir puis vous allez discuter avec un vrai docteur qui va vous demander ce qui ne va pas. N'importe quel prétexte marche : insomnie, stress, mal au ventre, courbatures... L'ensemble du processus prend une heure et vous coûtera $160. Il n'y a pas besoin d'avoir 21 ans. Techniquement il faut être résident californien mais ils ne demandent aucune preuve donc donnez juste une adresse bidon. Vous repartirez avec un certificat et une carte, tous deux valable six mois.

Après il est temps d'aller faire les courses. Pour cela, il suffit de se rendre dans une pharmacie spécialisée : il y en a dans toute la ville. Une fois dedans, on présente sa carte et on choisit ce qu'on veut acheter parmi une tonne de variétés aux noms rigolos. On vous donnera même des échantillons gratos. Oubliez le hash : ici on vend le cannabis pur sous formes de têtes dans des petits boites de médicaments. L'unité de base est le huitième de once (1/8 oz) ce qui fait 3,5 grammes. Comptez entre 40 et 50 dollars pour ce poids soit environ $10 le gramme.
Le certificat qui va avec. On peut posséder jusqu'à 8 onces soit 226 grammes...

Globalement, il y a trois variétés de cannabis : indica (ou "kush"), sativa et hybride. L'indica va vous endormir et vous casser net tandis que la sativa va juste vous faire passer un bon moment et vous faire beaucoup rire. Les hybrides sont des croisements entre les deux penchant d'un côté ou de l'autre. La G-13 dont ils parlent dans American Beauty par exemple est un croisement à dominante indica. Quoi qu'il en soit, la marijuana californienne est super forte. Elle est le produit de multiple croisements et expériences cherchant à la rendre plus forte et moins anxiogène. Elle est cultivée en Californie du Nord pour l'essentiel.  C'est donc une drogue douce au niveau dépendance mais limite dure au niveau des effets. Du coup réduisez les doses. Vous ferez en plus des économies.

Vous pouvez rouler des joints mais la plupart des gens ici la fument pure soit dans des pipes soit dans des bongs. Des tonnes de "smoke shop" vous permettront d'acheter tout le matériel pour. Si la fumée vous incommode, il existe même des diffuseurs façon diffuseurs d'huiles essentielles mais version cannabis. Enfin, les "pharmacies" vendent aussi des cookies pour les plus gourmands. Les cigarettes électroniques sont aussi en train d'envahir LA et pas mal de gens améliorent le mélange liquide avec un peu d'huile de cannabis.


Rendez-vous sur Hellocoton !

25 commentaires:

  1. oui très bon le titre ... plein de renseignements auquels je n'avais jamais pensé .. mais bon au Kansas c'est interdit ... mais le Colorado n'est pas loin ...

    RépondreSupprimer
  2. Etant donné que le détenteur de la Carte exposée ci-dessus fête ses 20 ans dans une semaine, je lui souhaite un super anniversaire! Avec modération...

    RépondreSupprimer
  3. De mon séjour à los Angeles je retiens des millions de choses mais Venice Beach est en tête! Entre le Green Doctor qui sort de son "cabinet", et qui vient me voir dehors pour me dire que ça n'a pas l'air d'aller que j'ai besoin de fumer. Et mes amis que j'accompagne dans la "pharmacie" qui ressemble à un aquarium et dans laquelle un petit chihuahua est complètement stone... Au moins à LA ils se prennent pas la tête et ça ça fait vraiment du bien!

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour,

    Tout d'abord, merci pour tout ces renseignements. Préparant mon voyage à Los Angeles pour l'été à venir, ces informations s'avèrent très utiles. J'aurais une petite question à vous poser cependant : l'obtention de la carte est-elle réellement aussi aisée? N'étant pas forcément bonne menteuse, je ne voudrais pas me mettre dans la me*** de cette façon. De même, jamais personne n'a demandé une attestation de domicile ou autre ? Ca parait complètement surréaliste quand on connait l'état actuel des choses ici, en France. Merci d'avance pour votre réponse

    S.R.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un commerce comme les autres donc pas de soucis!

      Supprimer
  5. Salut Laêtitia,

    Super l'article, ca a l'air d'être bcp plus simple qu'à San Francisco...!!

    Avec un pote on parcours l'est du "pays", faudrait dire continent :p on a l'air un peu con, nous européens...
    Après demain on débarque a LA, malheureusement notre stock s'appauvrie et il faudrait se faire une mini reserve... D'où le manque d'intérêt de faire les démarches après du "docteur" et de payer 160dol pour 2ou3g... Aurais tu un autre moyen a nous proposer? Y a t il des quartiers sur ou l'on pourrait trouver de quoi passer encore de bons moments en californie?

    Merci encore ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme le dit l'article, "On insiste sur le côté légal : nous condamnons le marché parallèle et tout ce qu'il implique."

      Supprimer
  6. Bonjour,

    Alors là,.. peut-être que vous ne publierez pas mon commentaire mais je suis sidérée... faciliter l'achat de ce genre de substance, en usant comme comparatif les clopes et autres produits... En gros, il y a soit disant pire, donc pas de problème.

    Il y a une grande différence entre combattre des maladies mortelles et se défoncer pour perdre le contrôle de la réalité. Et on y va en plus, des comparatifs d'effets... Ben voyons ! Mettons tous la tête dans le four.

    Eh bien je ne suis pas d'accord ; quand on connaît les effets de ces produits sur le corps humain, le cerveau en particulier, l'on ne peut adhérer.

    J'aime beaucoup suivre votre actualité Laetitia, mais en tant que mère, je peux vous dire que certains arguments évoqués n'ont aucun poids dans la balance (sans vouloir faire de jeu de mots).

    J'imagine que, si un jour vous mettez un enfant au monde, vous ne le "nourrirez pas au space cake"... A moins que... après ça, il ne tente la coke, puis l'héro, puis le crak...puis... On verra quel conseils vous donnerez à ce moment là.

    Vous me laissez sans voix.

    Karyn

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas Laetitia qui a écrit l'article :) C'est moi.

      L'alcool, les cigarettes et les produits de beauté contenant des produits toxiques ne sont pas "soit-distant" pires : ils sont pires. Bien pires. Le nombre de morts dont ces produits sont responsables est sidérant. Tout comme leurs effets. C'est là tout mon argument. Il est légal d'acheter des cigarettes alors qu'on sait depuis plus de 50 ans qu'on connait leurs effets mortels mais il est illégal d'acheter du cannabis alors qu'on en connait les effets thérapeutiques. C'est absurde.

      Il y a effectivement une différence entre combattre des maladies mortelles et se défoncer pour perdre le contrôle de la réalité. Le cannabis permet de faire les deux pendant que l'alcool ne fait que la deuxième partie. Je pense surtout que vous mélangez consommation et abus.

      Quant à l'argument "les drogues douces mènent aux drogues dures", c'est évidemment du grand n'importe quoi. Si c'était vrai, la moitié de la Californie serait en train de se piquer...

      Supprimer
    2. Bonsoir Benjamin,

      Oui, j'ai constaté que c'était vous.. une simple erreur de ma part puisque j'ai vérifié à posteriori.

      Sur certains points je vous rejoins (les effets thérapeutiques), et je ne suis pas non plus adepte de excès d'alcool ou médicamenteux et je connais la problématiques des produits toxiques dans les cosmétiques.
      En rajouter me semble inutile.

      Je ne mélange pas consommation et abus car si je n'ai pas commis d'erreur, en lisant votre post, il s'adresse aux consommateurs... réguliers, occasionnels, ou... à qui veut.

      Je raisonne en mère de famille et en citoyenne responsable de ses actes (et oui c'est con) qui a bien vécu et qui connait un peu le monde, et j'ai pris le temps de me renseigner, tester, chercher, fureter, pour connaître les répercussions à court comme à long terme d'une conso.

      Tout le monde ne maîtrise pas la consommation de ce type de substance et ce que j'ai toujours gardé à l'esprit est que "Le plaisir immédiat ne vaudra jamais les drames qui peuvent suivre"... Après, vous pouvez avoir un avis différent et recevoir vos hôtes avec un p'tit joint en signe de bon accueil si vous le souhaitez.

      Je ne prétends pas que la consommation de drogues douces mène au drogues dures mais il semble bien que cela ouvre des portes et informer de la sorte peut inciter les gens à tenter l'expérience... pour un résultat incertain.

      J'aime beaucoup votre conclusion... elle est tellement logique, proche du sophisme. Vous en savez tellement plus que moi Benjamin, tellement plus, que je vous laisse à votre sensation de victoire et vous souhaite une belle soirée.

      Karyn.

      Supprimer
    3. Benjamin,

      Autre chose... : pourquoi avoir besoin de se couper de la réalité ? Question de fond...

      Supprimer
    4. Les romans réalistes du XIXème type L'Assomoir ne parlaient pas de cannabis mais bien d'alcool il me semble. Cancers, cirrhoses, violences conjugales... Voilà les résultats de l'abus d'alcool. Et pourtant on ferme les yeux car c'est "social'.

      Après l'article ne fait pas une apologie du cannabis... On renseigne juste les gens sur les démarches à faire pour rester dans la légalité.

      "pourquoi avoir besoin de se couper de la réalité ?"
      Vous lisez les journaux ?

      Et puis tout le monde ne fume pas pour fuir la réalité de la même manière qu'on ne boit pas forcément pour se défoncer la tête. C'est encore un stéréotype... C'est un acte social comme un autre.

      Supprimer
    5. Benjamin,

      La réalité, c'est Nous qui la créons, avec le reste de l'humanité, aussi imparfaits que nous puissions être.

      Ce sont nos choix, nos actes et nos comportements (et je suis loin de parler de perfection), qui font que les choses sont ce qu'elles sont, et il y a vraiment beaucoup de choses à partager, à vivre à tenter et solutionner sans être défoncé.

      Bien évidemment que les actes sociaux tissent des liens... mais quels actes sociaux ?

      A mon niveau, je préfère de bien loin aider au quotidien les personnes qui justement ont pu dériver ou sont justement sur le chemin de la dérive, plutôt que leur proposer la solution pour aggraver leur situation (toutes proportions gardées, bien évidemment).

      Je ne vous souhaite pas qu'un jour un jeune adulte (ou tout autre) se retrouve dans une situation critique après avoir consommé et suivi vos indications.

      Et quand vous parlez d'acte social, il en existe un : dire bonjour ou bonsoir ; ce que vous avez omis de faire lors de votre première réponse.

      Je n'ai pas envie de me chamailler avec vous. Nous pourrions débattre du sujet longuement mais il me semble que nous avons exposé nos avis divergents (sourire) et développer de façon contradictoire nos points de vue par ces commentaires n'est pas le plus confortable.

      Sur ce, je réitère : Belle soirée que je me permets aussi de souhaiter à Laetitia qui prit le temps il y a quelques mois, de répondre très gentiment à mes questions par e-mail.

      Karyn



      Supprimer
    6. Bonjour Karyn,

      Ce que vous semblez perdre de vue, c'est que sidérée ou non, d'accord ou pas, c'est légal. Une loi a été étudiée par des experts puis votée et il a été décidé que pour le bien de l'état et des citoyens, il serait légal d'obtenir un permis pour fumer et consommer de la marijuana dans un cadre précis.
      Votre avis ne fait pas le poids, quelque soit vos arguments, c'est à vous de vous y faire et pas à nous de faire marche arrière. Comme pour le mariage gay, c'est une évolution qui se fera tôt ou tard. Tout le monde peut avoir une opinion dessus, mais empêcher les gens de faire le choix ou pas de consommer du cannabis selon leurs besoins et/ou envies ne tiendra pas la durée.

      Je n'aime pas vraiment vos accusations non plus. Vous savez combien de personnes se retrouvent dans des situations critiques après un accident de voiture ou après avoir bu? Mon père est mort d'un cancer du poumon il y a deux ans, il fumait depuis ses 15 ans; ne venez pas me dire que le cannabis est dangereux, c'est faux, encore une fois, quoique vous en pensiez.

      Ce serait comme venir me dire après un article sur le saut en parachute que si quelqu'un a un accident après avoir suivi nos recommandations, nous en sommes coupables....

      Il n'y a pas de dépendence physique au cannabis. J'ai été accro....aux anti dépresseurs. Je sais ce que c'est que d'être en manque d'une substance, d'être en descente et de devoir se sevrer. J'aurai aimé avoir une alternative saine et naturelle. Plus jamais je ne veux ressentir ca. Vous savez combien de gens meurent d'une overdose accidentelle (ou non) d'anti dépresseurs?
      Le nombre me sidère personnellement. Mais c'est tout à fait légal et très peu critiqué.
      Combien d'overdoses de marijuana? 0.
      Mais voilà, ca fait vendre du papier et ca amène des télespectateurs crédules en mal d'autosatisfaction.

      Nous avons déménagé en Californie et y avons trouvé notre petit paradis. Rien ne vous force à venir le partager! Et rien ne vous force à consommer non plus lorsque vous vivez ici. Notre article ne comportait aucune incitation et a un but informatif et culturel. Et surtout, absolument rien d'illégal!

      Ne visitez pas une librairie ici, le rayon cannabis vous fera probablement bien plus bondir que notre petit article :)

      Supprimer
    7. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

      Supprimer
    8. " La différence entre ceux qui veulent la dépénalisation et ceux qui veulent interdire le cannabis et que, les fumeurs n'obligent personne de fumer , a l'inverse ceux qui l'interdisent forcent tous le monde a ne pas fumer..."

      Supprimer
  7. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour à tous les deux,

    Je suis simplement de passage à LA pour 2 mois, je ne suis donc pas résident ici. Je suis allé visité quelques sites internet récemment, et ce qui ressort de mes recherches c'est qu’apparemment "l'état de Californie ne fournit pas de carte aux personnes n'étant pas résidentes". Je crois qu'une personne s'est posée la même question que moi un peu plus haut : Je souhaite vraiment aller faire la démarche pour agir en toute légalité, mais je ne veux pas me retrouver comme un c*n si l'on me demande si je suis résident etc..pour ne pas avoir à mentir pour avoir des soucis inutilement. En savez-vous un peu plus la dessus ? Serai-je vraiment questionné à ce sujet ?

    Merci d'avance pour votre réponse

    Clément

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On va te demander une adresse. Donne une adresse bidon (celle d'un hôtel par exemple sans dire que c'est un hôtel). Je ne pense pas qu'ils vérifient. Au pire tu ne risques rien.

      Supprimer
    2. bonjour Benjamin,

      merci pour ta réponse. c'est bon, je suis guéri. bonne continuation à vous 2

      Clément

      Supprimer
  9. Bonjour,

    Je découvre votre blog très sympathique, ayant été à LA il y a quelques années et recherchant un blog d'expat en parlant un peu. Je suis maman de jeunes enfants, ex fumeuse de cannabis. Je reprendrai le petit pétard du soir un jour, quand j'aurai moins le nez dans le guidon. Merci à la Californie d'être tellement plus ouverte sue ce sujet que la France. Un petit pétard détend et est bien moins nocif qu'un verre tous les soirs. Karyn LL, vous seriez surprise des braves parents cadres sup qui se détendent avec leur pétard du soir en France. A bon entendeur...

    RépondreSupprimer
  10. Si l'on souhaite juste entrer dans le magasin, sans rien acheter mais pour voir à quoi ça ressemble, on peut le faire sans carte ou quoi que ça soit n'est ce pas?
    Merci,
    Sylvia.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés et mettent un petit peu de temps à apparaître.
Vérifiez que la réponse à votre question n'est pas dans la FAQ (on ne peut plus y publier vos commentaires)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...