Jerry : No, I'll be back.
Kramer : Jerry, it's L.A., nobody leaves. She's a seductress, she's a siren, she's a virgin, she's a whore.
Seinfield, "The Finale"

samedi 15 juin 2013

Man of Steel

Man of Steel est un peu le Dark Knight Rises de cette année, cherchant cette fois à dépasser l'autre blockbuster du moment: Star Trek into Darkness. On a vu les deux, et on peut déjà parler d'un style qui restera très années 2010: caméra à l'épaule, rayons de lumière, actions en hyper accéléré, je dirais que la mode à commencé avec le Super8 de Steven Spielberg ou District 9.

Donc pas de surprise à ce niveau-là, tous les réalisateurs de blockbusters s'y sont mis, donc prenez une aspirine avant d'entrer dans la salle si vous êtes sensible. Au casting on retrouve Henry Cavill dans le rôle de Superman (Donc Batman et Superman sont tous les deux joués par des Britanniques...), Kevin Costner dans le rôle de son père adoptif, Amy Adams en Loïs Lane et Michael Shannon dans le rôle du gros méchant (Général Zod), qu'on retrouve aussi dans le film The Iceman (où on retrouve aussi Chris Evans en attendant la suite de Captain America).



Henry Cavill est assez marqué par son régime de Superman je trouve, hypercalorique pour bâtir la masse musculaire puis retour à la normale pour tailler le tout, j'ai trouvé son visage fatigué. C'est loin d'être un grand rôle de toute façon. Effectivement, alors qu'on attendait du gros de la part de Goyer et Nolan (oui, Christopher) en charge de l'histoire et des dialogues, l'excitation est tombée à plat. Dés les premières lignes, on se dit qu'un enfant de coeur de 7 ans a donné son avis sur la question.

J'ai bien dit le VISAGE semble fatigué.

Certes, Superman est un pauvre fermier du Kansas un peu neuneu (ce qui lui permet de se camoufler à la perfection dans son rôle également neuneu de Clark Kent), un bon gars qui ne ferait pas de mal à une mouche et qui a été gentiment chahuté par ses camarades de classe quand il était petit.

Pour ma part, c'est à cause de sa personnalité de boyscout que je n'ai jamais accroché à Superman et que je lui préfère de loin Batman: le psychopathe au QI d'Einstein perdu entre sa volonté de nettoyer Gotham de la pire vermine imaginable et sa vie dorée de milliardaire playboy. L'image lisse de Superman me laisse de marbre; il est sans grande surprise tout comme le film. Je serai totalement passée à côté si ça n'avait été pour Henry Cavill et son charme ravageur de l'ancien monde. Toujours moins sexy dans son costume moulant qu'en collant et short bouffant dans les Tudor (mais je pense que l'accent britannique en est pour 70% de son sex-appeal).






Amy Adams ne devient agaçante que dans la seconde partie du film. Elle devient étrangement transparente une fois la rencontre avec Clark Kent effectuée, comme si l'appel de la petite culotte lui enlevait sa niaque de journaliste d'investigation. D'ailleurs les deux se roulent une pelle alors qu'ils n'ont eu que deux scènes ensemble, à se demander ce que Superman porte comme aftershave. Je rappelle que dans la réalité des fanboys, Loïs Lane tombe amoureuse de Clark Kent et pas de Superman, mais passons. Elle est soit-disant la seule à le comprendre, alors que les flash-backs nous montre qu'il a en réalité pas mal de proches.

Je ne suis pas la seule obsédée. Et encore, je n'ai pas vu les Immortels.

Snyder soigne toujours autant sa photographie. Toutes les scènes de combat sont parfaites, mais on lui reprochera dés le début de secouer la caméra dans tous les sens sur des plans parfaitement réalisables en fixe. Heureusement, pas de flou, pas de ralenti.

On ne s'ennuie pas pendant les presque 2h et demi du film, mais tout va trop vite, un peu comme dans Rises. Sauf que Rises était le troisième de la saga et qu'on n'avait plus besoin de camper une histoire.
Là c'est l'inverse, il faut aller vite pour les gens qui vivent dans un bunker depuis les 75 dernières années et ne connaissent pas Superman. Du coup je m'attacherai certainement plus à la suite.

Surtout quand un certain satellite porte le logo de... Wayne enterprises!! Et un camion citerne celui de Lexcorp. Snyder et Nolan ne cachent pas que toutes les portes sont ouvertes, soit à un mashup Superman/Batman, soit à une Justice League. Nolan n'a pas autorisé Bale à rempiler pour un Batman, mais Bale n'a jamais été contre, admettant même que le personnage lui manquait.

Pour conclure, je ne suis pas totalement déçue par le film, mais je ne m'attendais pas à ça. La 3D n'est pas essentielle  mais ne nous a pas gênée, donc pourquoi pas.
Rendez-vous sur Hellocoton !

1 commentaire:

  1. J'ai vraiment envie d'aller voir ce film avec ma copine, mais je sens que je vais être déçu ^^ !

    En tout cas merci pour tes impressions et surtout, t'as de la chance d'être à LA (j'y suis jamais allé...) !

    A toute, et bonne journée !

    Lucas

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés et mettent un petit peu de temps à apparaître.
Vérifiez que la réponse à votre question n'est pas dans la FAQ (on ne peut plus y publier vos commentaires)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...