Jerry : No, I'll be back.
Kramer : Jerry, it's L.A., nobody leaves. She's a seductress, she's a siren, she's a virgin, she's a whore.
Seinfield, "The Finale"

samedi 30 mars 2013

L'abus de féminisme est dangereux pour la santé mentale

Tout à commencé quand Travis Langley à posté un lien vers cet article sur Facebook. J'ai tendance à lire tout ce qui se rapporte à Batman, aux comics et à la culture geek, quand Ben complète en lisant tout sur les jeux vidéos. Et puis ensuite, CA a circulé sur Facebook également.
Le second lien (pour ceux qui ne l'ont pas ouvert) concerne le phénomène de la fausse nerd. Effectivement, si vous suivez activement le flot diarrhéique des memes sur le net, vous n'avez pas pu passer à côté.


L'article aborde le cosplay et les comics, l'auteure étant une psychologue spécialisée dans les comics, et cosplayeuse. Je ne me sentais déjà pas vraiment concernée par la question personnellement, car on ne m'a jamais traitée de fausse geek (peut-être parce que c'est un statut que je ne revendique absolument pas, ça ne m'intéresse pas de rentrer dans une case) et surtout parce que je pense effectivement que ces jolies jeunes filles ont peut-être quelque chose à compenser en renforçant ce côté de leur personnalité et en revendiquant un style qui n'en est pas un (par exemple, on peut se revendiquer gothique, fashionista ou hipster, mais nerd ou geek??). Dans tous les cas, passé 19 ans, on est censés avoir fini sa crise d'identité. L'article ne fait donc pas la différence entre ces dernières et les femmes qui font professionnellement ou sérieusement partie de ces milieux et qui ont des soucis. Parce qu'en tant que femmes, on doit toutes être unies et se défendre mutuellement même quand ça n'a pas lieu d'être?

Dans le second article (3ème lien) en français, on aborde surtout les jeux vidéos, et j'avoue que j'ai été abasourdie. Par le contenu oui, mais pas pour les raisons pour lesquelles l'auteure voulait interpeller. Non, j'étais abasourdie plutôt par la longueur et le déchaînement. L'extrémisme auquel j'ai eu l'impression (j'espère que ce n'était qu'une impression) d'avoir affaire m'en a rappelé d'autres. Celui des végétariens extrémistes par exemple, et j'adhère totalement aux arguments du végétarisme tant qu'on ne me fout pas le nez dans ma m*rde (merci, je peux le faire toute seule). Rien que le titre en fait...
En gros, ce genre d'article produit l'effet inverse. Il est écrit sous le coup de la colère et du "fallait que ça sorte", et même en tant que fille, j'ai fini par avoir la nausée et lire en diagonal. Toujours pas pour les raisons qu'il aurait fallu apparemment...
Sur le coup de la lecture, 90% des gens vont avoir la même réaction: "je n'avais jamais fait attention quelle horreur! Où est-ce que je peux faire un don?". Et penser à autre chose dés le lendemain.


Bref, chacun pensera ce qu'il voudra à la lecture de ces deux articles, c'était juste pour donner une base à la suite, qui portera sur mon apparente absence de féminisme. Alors oui, je suis une femme, je suis pour l'égalité des femmes et des hommes au quotidien et surtout dans le travail, je suis évidemment pour l'éducation des jeunes garçons pour tout ce qui est respect de la gent féminine que ce soit les sifflements dans la rue jusqu'aux viols et aux violences conjugales. Tout ça parce que ça me semble NORMAL et basique.

Donc plus légèrement parlant, on peut se permettre de remettre des choses en cause. De le même façon que nous ne supportons pas d'être toutes mises dans le même panier, je ne vois pas pourquoi toute une communauté devrait prendre. Les geeks, c'est pas caca. Les geeks, c'est des mecs très bien. Des mecs comme les autres en fait. Ils aiment les nichons, ils aiment la bière, ils aiment avoir des gros pc (ou Mac, ça arrive) et des chouettes bagnoles, ou même rien de tout ça d'ailleurs. C'est là le point: hommes comme femmes on est tous différents et se dénoncer les uns les autres est malsains. Dénoncer un problème ne l'est pas, mais il y a des façons de le faire, et décrire les salons du jeu vidéo comme une succession de journée du porno, c'est un peu exagéré. Je suis allée à l'E3, et les babes se font honnêtement rares au fil des années. Je me souviens être allée jouer au dernier Rayman, et c'est une femme habillée normalement qui s'occupait du stand Ubisoft (France). La plupart des jeunes hommes présents ne semblaient donc pas vraiment courir après les centimètres de peau visibles chez les demoiselles présentes, qu'elles soient là pour en montrer ou non. L'amateur de jeux video ou même le geek, ou Dieu m'en garde, le nerd, n'est pas un obsédé sexuel en manque de sensation. Oui, il aime les gros seins, comme 80% de ses semblables (je pense là aux gays, et à ceux qui s'en foutent, parce que boobs). Parce que les filles déguisées, c'est rigolo, les filles, c'est beau, et parce qu'elles sont payées. On les plaints parce que des hommes passent leur bras autour de leurs épaules sans forcément demander? Pendant ce temps-là, d'autres femmes recurent les chiottes au même endroit pour une fraction de la paye des premières. Donc ensuite, si elles-même se plaignent, je pense qu'elles débarquent sur Terre. Oui elles sont prises en photo avec des gars plus ou moins classes, oui ils essayent de toucher et on a tout à fait le droit de les envoyer bouler si c'est trop. On en revient au paragraphe précédent: certains sont juste amusés de se voir prendre en photo avec l'incarnation en chair de leur héroïne favorite, d'autres sont simplement des porcs dont les parents n'ont pas fait leur boulot (pas la société: les parents).

La fin justifie-t-elle les moyens? Il faut croire que oui, et tout le monde est d'accord.



Je suis la première à apprécier les physiques féminins. Un exemple bête, j'adore Dita von Teese. Il y a deux de ses couvertures de magazines encadrées dans mon salon. Le pauvre Ben doit supporter ça au quotidien. Il a même fait le sacrifice suprême en m'achetant des billets pour aller la voir, deux fois, et il a dû supporter avec courage les deux spectacles (si, plaignez-le). Et bien si cela peut paraître étrange, l'essentiel de son public est composé de femmes tout d'abord, et de gays ensuite. Donc oui, nous aussi les femmes apprécions fortement la beauté féminine. Et les plus beaux compliments que j'ai eu (enfin mes favoris car totalement dénués d'arrière pensées) venaient de gays. Est-ce que ça fait de moi une rustre qui objectivise la Femme et en a une vision déformée? Est-ce que je dénigre mon propre genre en idéalisant une femme aux faux seins qui ne se sert que de son physique pour réussir dans la vie et qui a débuté dans le soft porn et les photos glamour/porn chic?

Non, j'ai juste des yeux. Et je suis parfois surprise d'être la seule dans la foule à me retourner sur une jolie femme que tout le monde semble ne pas voir.Et donc un mec qui aime beaucoup les gros seins, c'est un obsédé stupide. Bah non. Il aime les gros seins, il a le droit non? (si il lit, il se reconnaîtra!). Et j'ai une amie qui s'est fait virée d'un strip club parce qu'elle ne pouvait pas s'empêcher de toucher une danseuse qui lui faisait une lap dance (je parle d'une mère de famille, elle se reconnaîtra aussi!). Peut-être bien qu'on a trop joué aux Barbies au final. Est-ce qu'il vaut mieux jouer avec une femme-objet pas mariée et qui peut faire tous les métiers du monde, ou avec un poupon? Moi je jouais au véto et à la bibliothécaire, mais beaucoup aux Barbies aussi.

Ca, ça me fait pas rire par contre. Soit t'es moche et tu sais lire, soit t'es une bombasse aux gros seins qui pense qu'au maquillage. L'erreur et donc l'exception serait celle qui sait lire. Parce qu'on ne peut pas être jolie et/ou aimer lire et/ou se maquiller ( pour les seins, toutes les tailles conviennent, j'y tiens ). Selon moi parce que le mec qui est d'accord avec cette image y voit là une excuse pour toutes les filles qu'il trouvait attirantes et qui l'ont rejeté: elles étaient simplement stupides.

Donc voilà, je ne m'intéresse que très modérément au féminisme. Pourtant moi aussi j'ai subi des harcèlements dans la rue, des remarques très déplacés d'un employeur (j'ai tenu 3 jours), des mains au cul, des moqueries sur mon physique ( que ce soit la présence ou l'absence de choses ), etc... J'ai de la chance, rien de pire ne m'est jamais arrivé. Ce qui fait qu'au final, on se met une pression de dingue intellectuellement et physiquement. Surtout si dans mon cas, vous avez toujours eu des meilleures copines bien plus jolies, avec de bien plus gros seins (au collège ça compte plus que n'importe quand ensuite) et/ou bien plus intelligentes. On fini par arrêter de se comparer.

Le truc, c'est que le féminisme, même si important dans une certaine mesure, est énervant. C'est réussi car effectivement on entend parler que de ça, sans arrêt, pour rien parfois. Rappelez-vous de la pub Veet avec la chanson sur le minou. C'ETAIT MARRANT. Je me rappelle des affiches GTA avec la fille hyper sexy et sa sucette rouge au bord des lèvres. C'était joli. Ca a duré deux jours. Le diktat a été inversé!

Pour en revenir aux jeux video et comics: soyons honnêtes, oui, les filles sont hypersexualisées dans des costumes et des postures totalement improbables. Mais heu, vous avez jeté un oeil aux mecs? Avec des costumes qui laissent peu de place à l'imagination, des yeux de chiots, des muscles sayants, des cheveux épais? Je fantasme sur les héros de jeux vidéo depuis que j'ai 10 ans et il y a certaines pages dans mes comiques favoris qui me font totalement perdre le fil de l'histoire. Et je ne parle pas de mes films favoris. Mecs comme filles, si les deux étaient dépeints de façon réaliste, ça m'ennuierait au plus haut point.
Ca ne m'empêche pas de garder un pied dans la réalité, je rappelle que je suis mariée, que je ne subis pas de manque affectif donc (et je suis loin de manquer d'attention également) et même si c'était le cas, la plupart d'entre-nous sont totalement saines d'esprit et n'avons pas besoin d'un homme ou même d'une compagne pour être équilibrée. Comme bien de nos amis les hommes, on a tous besoin d'avoir un pied dans la fiction sans que l'autre ne soit plus ancré dans la réalité (si on n'est pas malade mental). Quand je suis déguisée en personnage de jeu vidéo avec pas grand chose sur le dos, je suis dans les deux en même temps, ça s'appelle s'amuser.


Drake dans Uncharted 3 et 2





Dick Grayson est toujours dans le haut du classement des personnages de comics les plus sexy. Peut-être parce que c'est le premier Robin, parce qu'il a remplacé Batman pendant un moment, parce qu'il est maintenant Nightwing et que son costume encore une fois laisse peu de place à l'imagination... Ou peut-être parce que c'est lui qui amène Barbara Gordon à son bal de promo et qu'il reste toujours des résidus de tension entre eux malgré son handicap.


Batman, absolument pas hypersexualisé et totalement réaliste...
Toutefois, on peut critiquer les physiques avantageux des personnage de jeux vidéo ou de comics, mais ce sont des héros avec une activité physique intense. Vous regardez les jeux olympiques? Il voit le rapport?
Donc voilà, je ne pense pas que des associations de masculinistes (oui j'invente) se soient montées pour se plaindre de ces hordes de filles hurlant à la vue de Justin Bieber( et l'objectivisant complètement, mais chut ), ou de ces femmes qui ne parlent que de Twilight ou de True Blood en les accusant d'idéaliser les vampires, un type d'hommes qui n'existe pas, et donc d'attendre l'impossible des hommes dans la réalité.

Nan, l'homme il s'en fout de ça. Peut-être parce qu'il n'a jamais subit de pression de la société.

Bah oui, l'homme, on s'est jamais foutu de lui à l'école, parce qu'il avait des lunettes ou des boutons, parce qu'il était gros ou maigre, nul en sport, nul en maths, parce qu'il zozottait ou qu'il ne portait pas de fringues de marque. Bah non, l'homme, il n'a pas vécu la même chose que nous au final, il ne sait pas ce que c'est d'être mal à l'aise, surtout en présence du sexe opposé. Mais aussi dans les vestiaires. Il ne s'est jamais mis la pression sexuellement, et il n'a jamais stressé à l'idée d'être anormal. L'homme d'ailleurs, jamais il n'est enlevé, ne disparaît, n'est tué par des tueurs en série, n'est battu, n'a peur dans le métro le soir, n'est abusé par des adultes étant enfant... L'homme, il est puissant, il peut se battre, alors personne ne va lui faire de mal. On lui apprend ça depuis qu'il est tout petit après tout. Du coup, ça ne l'achève pas totalement quand quelque chose de terrible lui arrive.

L'homme, après tout, il ne subit aucun diktat de la société lui non plus. Il n'a pas à être rasé de près tous les jours la plupart du temps, été comme hiver (pas de trêve, hahaha!!), il n'a pas à avoir une bonne paye pour subvenir aux besoins de sa famille, il n'a pas à être masculin mais pas trop, sensible mais pas trop, hétéro ou gay, mais pas trop, attention. Il n'a pas l'obligation d'aller chez le coiffeur tous les deux mois ou de faire gaffe à son poids après tout. Il ne se fait pas retirer la garde de ses gamins quasi systématiquement. Personne ne trouve normal que sa copine le quitte parce qu'il ne veut pas se marier ou avoir des enfants. Il ne souffre pas plus que nous quand il se fait rejetter. Et puis surtout, il n'a pas du tout un peu honte de lui quand on le met dans le même panier que d'autres types qu'il ne connaît pas. L'homme, il se plaint pas. Parce que l'homme en théorie, il a des facilités dans la vie, surtout si il est blanc et hétéro. Il monte vite en grade ou fait de la politique en claquant des doigts. Ils n'ont qu'à demander et toutes les portes s'ouvrent à eux. Si il n'y arrive pas, c'est que c'est vraiment un blaireau. L'homme, il n'a pas peur de vieillir ou de perdre ses cheveux, ou de mourir seul.

Nan, il ne subit pas de pression. Et pourtant il fait ce qu'il peut pour supporter les droits de femmes, et respecter celles qui sont autour de lui, alors oui, dénoncez les problèmes, mais faites aussi un câlin à ceux qui simplement ne vous feront jamais de mal et vous respectent sincèrement.
Je laisse les trucs plus extrêmes à celles que ça intéressent et je fais ce que j'ai à faire à mon échelle.

Rendez-vous sur Hellocoton !

5 commentaires:

  1. Bravo! Je crois que de toute façon que la plupart des femmes pensent la même chose. Nos hommes ne sont ni des violeurs, ni des obsédés, ce sont nos maris, nos copains, nos enfants ou nos pères. Et nous, en tant que femmes, nous ne sommes pas des victimes mais des travailleuses, des épouses, des mamans, des amies ou des filles. Moins présentes dans les hautes sphères de la société, nous le sommes aussi beaucoup moins en bas de l'échelle. Il est plus facile pour nous de trouver un travail, même précaire, et de ne pas finir a la rue comme tant d'hommes aujourd'hui... et ça, on a tendance à l'oublier.
    Surtout continue à écrire ton blog! Il est très sympa!
    Bises
    Sandrine

    RépondreSupprimer
  2. Salut, je te suis depuis l'Ile Maurice ou tes publications sont une fenetre sur le monde pour moi. Plus particulierement sur les USA qui me fascinent.
    Merci pour ca.

    J'aime beaucoup la derniere partie de ton texte sur le feminisme, ca fait du bien de lire ca.

    Marie,

    RépondreSupprimer
  3. Joli coup de gueule L.A.titia! J'ai particulièrement apprécié le passage sur la "masculinité". bises :)))

    RépondreSupprimer
  4. Cool point de vue ! ça rassure toujours de voir qu'il y a aussi des gens pondérés qui expriment leurs avis. :D

    RépondreSupprimer
  5. Bravo pour ce superbe article, si vrai et bien écrit !
    Même si je ne sais pas ce qu'est nerd lol.
    Continue sur cette ligne (j'ai du retard sur ton blog, comme tu vois ^^)
    Au plaisir
    Marjorie

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés et mettent un petit peu de temps à apparaître.
Vérifiez que la réponse à votre question n'est pas dans la FAQ (on ne peut plus y publier vos commentaires)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...