Jerry : No, I'll be back.
Kramer : Jerry, it's L.A., nobody leaves. She's a seductress, she's a siren, she's a virgin, she's a whore.
Seinfield, "The Finale"

lundi 25 février 2013

Die Hard : belle journée pour tuer la licence

En anglais il y a une expression pour désigner les fans les plus extrême de quelque chose : les die-hard fans. Et dans mon cas je suis un Die Hard die-hard fan à savoir un gros fanatique des aventures de John McClane.  Mon film de noël préféré est le premier Die Hard (Piège de Crystal) qui se passe d'ailleurs à Los Angeles. La tour Nakatomi est en fait la tour Fox Plaza située à Century City. La tour était en construction durant le tournage du film et Fox s'est dit que ça ferait un décor parfait pour le film. Autant vous dire que j'étais comme un gamin quand j'ai vu le bâtiment en vrai et que je n'ai pas manqué d'écouter Christmas In Hollis de Run DMC...

La tour Nakatomi/Fox vue depuis Olympic Boulevard dans le film et maintenant

Le deuxième film (Die Hard 2 / 58 Minutes pour Vivre) était un peu moins bon (John McTiernan n'était plus aux commandes) mais comportait son lot de réjouissances. C'était grosso modo "more of the same" et par "more of the same" il faut comprendre "more explosions". Je n'avais vu le premier Die Hard qu'en VHS alors que le second j'étais allé au ciné (et j'étais probablement bien trop jeune pour aller le voir) grâce à ma grande soeur qui m'avait fait entrer en douce. Il manquait surtout un méchant charismatique mais il est dur de passer après Allan Rickman.

Le troisième film, Die Hard With A Vengeance (Une Journée en Enfer), est tout simplement parfait. John McTiernan est revenu aux commandes et a transformé New York en terrain de jeu. Toutes les cascades qu'on voit dans le film et particulièrement la traversé de Central Park en taxi ont vraiment été faites sur place. Samuel L. Jackson est un excellent sidekick et Jeremy Irons joue très bien le méchant calculateur. Tout le film ressemble à un gros jeu vidéo avec des épreuves successives de plus en plus dures. McClane perd le côté "flic normal au mauvais moment au mauvais endroit" pour devenir une sorte de super héros mais c'est un peu logique vu que c'est probablement une légende après les deux premiers films.

Véridique : j'ai déjà posé l'énigme des gallons de flotte à un candidat pour un poste durant un entretien d'embauche.

Life Free Or Die Hard (Die Hard 4 : Retour en enfer) reprend les mêmes éléments : un Bruce Willis survolté, un sidekick un peu paumé mais efficace (Justin Long), un méchant qui organise le braquage du siècle (Timothy Olyphant) et ajoute même un Kevin Smith qui assure les guest stars. Le méchant est cynique à souhait, c'est la surenchère totale niveau action à base de moto pour détruire des hélicoptères et de chevauchée d'avion de chasse et les répliques de McClane font toujours mouche. On sent que le 11 Septembre et la peur du grand méchant Internet sont passés par là mais l'esprit Die Hard est encore un peu là.

Je suis donc allé voir A Good Day To Die Hard (Die Hard : Belle Journée Pour Mourir) les yeux fermés faisant fi des critiques désastreuses en me disant qu'un film d'action c'est comme une pizza ou une partie de jambes en l'air : même quand c'est mauvais, c'est bon quand même. Et bien en fait non. Plantons le décor : John McClane est toujours un flic de New York et il n'a pas vu son fiston depuis quelques années. Quand il apprend que ce dernier a été arrêté à Moscou pour meurtre, il saute dans un avion Aeroflot direction la Russie. Il découvre sur place que son fils est un agent de la CIA qui lutte contre des politiciens véreux/nationalistes/terroristes un peu comme n'importe quel film/jeu/bouquin américain qui comporte de russes.

Le père, le fils et le pas très saint d'esprit

Die Hard cinquième du nom ne se passe donc pas aux US mais en Russie. Ce n'est même pas une question de budget : entièrement tourné à Budapest, le film a quand même coûté 100 millions de dollars et on se demande où ils sont passés. Les effets spéciaux ne sont pas franchement bluffants et il n'y a finalement pas des masses d'action. C'est dur à dire mais on s'ennuie dans un Die Hard... Différent pays mais même McClane ? Pas tellement. Les répliques ne font plus mouche du tout et le fils de John joué par Jai Courtney est de loin le pire sidekick de l'histoire des Die Hard. Leur relation père-fils ne tient pas la route une seconde et ne sert qu'à ajouter des scènes de parlottes inutiles et ennuyeuses sur fond de musique mélodramatique.

Le film a été tourné par des épileptiques accros au café et monté par des cocaïnomanes ce qui rend la poursuite en voiture du film difficilement lisible. Le scénario n'a ni queue ni tête et le méchant n'a aucun charisme. Les motivations des protagonistes sont flous et les retournements de situation sont absurdes. En fait au bout d'une heure on ne souhaite qu'une chose : que ça s'arrête. Plus que les critiques, c'est le nom du réalisateur auquel j'aurais du faire attention : John Moore. C'est le tâcheron qui a réussi à rater l’adaptation de Max Payne alors que le jeu est taillé exactement comme un film d'action. Au final Die Hard 5 est l'épisode de trop, le Indiana Jones 4 de la saga, celui dont on préfère oublier jusqu'à l'existence.
Rendez-vous sur Hellocoton !

5 commentaires:

  1. Pour le coup, même le 4 c'était déjà la fin. Faire de McLane un vieux réac qui moralise à tout va, c'est quand même la honte. Et Wiseman réalise comme un cul en plus...
    Pour le 5, tout à fait d'accord.

    RépondreSupprimer
  2. Et bien moi qui tout comme toi suis une très grande fan des Die Hard, j'ai hésité à aller voir celui-ci à cause des critiques... Et bien ne lisant la tienne, ça me convainc définitivement de ne pas y aller.

    RépondreSupprimer
  3. Ah mais moi j'avais adoré Max Payne!! C'était justement une bonne surprise pour moi et les trois personnes qui m'accompagnaient!
    J'ai pas compris pourquoi autant de gens avaient allumé le film. Je le trouvais visuellement beau et très prenant... Par contre, je n'ai jamais joué au jeu et je ne savais absolument pas à quoi m'attendre en entrant dans la salle de ciné (je crois que je n'avais même pas vu la bande annonce) donc peut-être qu'on peut être déçu par la comparaison entre l'histoire de base et le rendu sur écran?

    Pour en revenir à Die Hard, c'est dommage que ça fasse un tel ratage, surtout que ton avis me convainc pas mal que c'est vraiment bidon...
    J'hésite du coup à aller le voir en me disant "j'ai aimé Max Payne contrairement aux autres donc ça pourrait coller ;)" ou "t'as pas de temps à perdre, attends le DVD" :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Disons que Max Payne quand tu connais le jeu tu te rends compte du massacre...

      Supprimer
  4. Bon ben, sans regret de ne pas être allée le voir au cinéma alors ;)

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés et mettent un petit peu de temps à apparaître.
Vérifiez que la réponse à votre question n'est pas dans la FAQ (on ne peut plus y publier vos commentaires)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...