Jerry : No, I'll be back.
Kramer : Jerry, it's L.A., nobody leaves. She's a seductress, she's a siren, she's a virgin, she's a whore.
Seinfield, "The Finale"

vendredi 27 avril 2012

Travailler à Los Angeles

Ce post n'a pas pour but d'expliquer comment trouver du travail à LA. 

Si on avait la recette magique pour bosser ici, il y a de fortes chances que ce blog n'existe pas vu que Laetitia serait occupé à dessiner les costumes du prochain Batman tout en enseignant le français à Christian Bale pendant que je prendrais une année sabbatique pour apprendre le piano et développer des jeux indépendants. Il a plus pour but d'expliquer les conditions de travail ici. L'article aurait pu aussi s'appeler "Travailler aux US" mais je préfère parler de ce que je connais à savoir mon quotidien.


Je travaille dans la réalité augmentée. Ce n'est pas toujours simple d'expliquer ce que je fais.

Ingénieur en informatique, j'évolue dans une entreprise assez jeune entouré de gens qui ont entre 25 et 40 ans. Même si c'est une filiale d'une boite française, elle représente assez bien la PME américaine dans son mode de fonctionnement. Commençons par l'essentiel : être embauché. Comme en France, ça passe par l'envoi de CV/lettre de motivation suivi d'un ou plusieurs entretiens. Enorme différence avec la France : les CV ne contiennent aucune information privée. Il n'y a ni l'age, ni la situation maritale ni la mention du permis de conduire. Et il est interdit de poser ces questions durant l'entretien. Bien sur on le devine assez facilement durant l'entretien ou en voyant un CV de 6 pages de long mais ça laisse une meilleure chance aux seniors. Autre différence dans les CV : les références. Sur son CV on cite des gens (anciens patrons/collaborateurs) avec qui on a bossé et on indique leur téléphone/email avec leur accord. L'employeur potentiel peut les appeler et poser des questions. On n'est pas forcé d'y répondre mais ça permet de donner un sacré coup de pouce à un pote. Il faut juste faire gaffe à ne pas mentir/survendre. Les gens sont relativement honnêtes sur leurs compétences que ce soit sur leur CV ou pendant l'entretien. Ils admettent ne pas tout savoir mais répètent en boucle qu'ils peuvent apprendre.

Une fois embauché, il y a deux types de contrats : freelance ou full time. En freelance, on ne fait pas vraiment partie de l'entreprise. On est son propre patron et on est payé au jour ou à l'heure. Il n'y a aucune sécurité de l'emploi. Full time, on est salarié de l'entreprise et la paye tombe toutes les deux semaines ou tous les mois. Il n'y a pas pour autant de sécurité de l'emploi. On peut être viré de jour au lendemain sans motif ni préavis. Concrètement le patron vous convoque dans son bureau. Deux heures après votre compte utilisateur a été verrouillé et vous repartez avec vos affaires personnelles dans un carton. L'inverse est aussi vrai : on peut se barrer quand on veut. Evidemment si on veut des références, il vaut mieux que la démission se passe en douceur. Contrairement aux idées reçues, il y a des indéminités chômage et elles sont loin d'être négligeables. Il y a aussi un SMIG fixé à 8 dollars de l'heure.

Un extrait de mon contrat. Ca met tout de suite en confiance.


Alors quelle est l'intérêt d'être full time si on a la même sécurité de l'emploi que les freelance ? C'est comme en France : les congés payés et la mutuelle. L'américain de base n'a pas d'assurance santé. S'il en veut une il doit la payer lui-même. La majorités des employeurs fournissent cette couverture santé aux employés et la mutuelle est plus ou moins bonne en fonction de la taille de l'entreprise. Ca va de "Faites que je ne me casse pas un bras" à "Et allez, encore une opération à coeur ouvert". Avec une mutuelle pourrie comme la notre, il vaut presque mieux qu'on rentre en France pour un acte important... Les congés payés ne sont pas nombreux. Généralement ça tourne autour de deux semaines. Si vous êtes malade, il faudra piocher dans vos congés payés ou ne pas être payé. Les arrêts maladie n'existent pas vraiment ici. De toute manière, prendre des congés est mal vu. L'américain part rarement en vacances et ne connait même pas son propre pays. Du coup ils investissent tout dans les voitures et les maisons. C'est dommage car si les américains avaient plus de vacances, ça boosterait drastiquement le tourisme. C'est pour cela que les parcs d'attraction ont autant de succès ici : ça fait des mini-vacances pas cher et pas loin de chez eux.

Au niveau de l'ambiance c'est assez décontracté. Le costume n'est pas obligatoire, les tatouages ne sont pas mal vus, on peut écouter de la musique au casque et les horaires sont assez flexibles tant qu'on fait ses huit heures par jour. LA oblige, les employeurs comprennent que le trafic est un problème et qu'on peut arriver en retard. On peut décorer son bureau à peu près comme on veut. Par contre ils n'apprécient pas le style négligé. Il vaut mieux être coiffé et rasé. A part pour les fumeurs, la notion de pause n'existe pas vraiment. Il n'y a pas vraiment d'horaire fixe où les gens se réunissent près de la machine à café pour discuter du dernier Game Of Thrones. D'ailleurs il n'y a pas de machine à café. Le café et le thé sont gratuits et préparés par les employés. La règle est que celui qui vide le pot de café en prépare un nouveau. Certains chefs et certains commerciaux se sentent au dessus de cela et font demi-tour quand ils voient qu'il n'y a plus de café. Au passage, la première webcam a été créée par un chercheur de l'université de Cambridge pour voir s'il restait du café. Normalement tout le monde a son petit mug et sa cuillère mais des gens continuent d'utiliser des touillettes jetables et gobelets en plastique... On ne boit jamais d'eau du robinet. On prend toujours l'eau de la fontaine qui est soit réfrigérée soit bouillante (pour le thé).

Pour Halloween on vient costumé au boulot

Les pots de départ ne se font jamais sur le lieu de travail. Généralement on se retrouve dans un bar à la fin de la journée avec les démissionnaires/licenciés pour partager un verre et des nachos. Les happy hour entre collègues sont relativement fréquentes mais vous ne verrez jamais d'alcool sur le lieu de travail. Par contre les déjeuners payés par l'entreprise sont fréquents (à base de pizzas ou de bouffe thaï) tout comme les "cake break". Quand c'est l'anniversaire de quelqu'un, tout le monde se réunit et on chante happy birthday avant de s'empiffrer de gâteau et de glace. C'est assez gênant pour celui qui fête son anniv' de se retrouver devant tous ses collègues qui lui chante bon anniversaire de manière un peu forcée. Il est assez fréquent d'arriver le matin et de trouver des bagels et des donuts. Il faut savoir que le bagel se mange avec de la crème salée soit au concombre soit au saumon. C'est très bon mais c'est un peu bizarre avec le café. Certaines choses ne se font vraiment pas. Le harcèlement sexuel étant sévèrement puni, il faut faire gaffe à ses mots. On ne fait pas de compliment sur les tenues de femmes ni de blagues un peu osées. J'ai déjà vu un de mes collègues rentrer dans mon bureau et le fermer à clé juste pour sortir une blague bien crade.

Les relations employés-patrons sont assez étranges car tout se fait dans le but d'éviter des conflits. Du coup quand il s'agit d'engueuler l'employé parce qu'il n'en rame pas une ou qu'il fait n'importe quoi, tout est dans la nuance et la modération. Ca va de "Peut être qu'on ne te manage pas assez mais on sent que tu n'es pas impliqué à 100%" (traduction : bosse !) à "On ne veut pointer personne du doigt ni jeter la pierre mais certains choses se sont mal déroulés" (traduction : tu fais n'imp' !). C'est très indirect et assez faux-cul. Le seul moment où c'est vraiment direct c'est quand ils annoncent aux gens qu'ils sont virés. En tout cas le ton ne monte jamais. C'est pareil avec les clients et les sous-traitants. Tout le monde garde son calme au téléphone ou par email quand ça se passe mal mais derrière on prévient les avocats.



Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 26 avril 2012

Hollyridge trail ou comment monter jusqu'au Hollywood sign

C'est bête de le voir tous les jours et de ne pas aller y jetter un coup d'oeil de plus près!
Nous voilà donc à 4, en route pour le Hollywood sign.

Au final on a vu un chien de prairie, un lézard et des oiseaux bizarres.

La vallée, hyper polluée ce jour-là, où il faisait très lourd et sans vent.


Au moins, on captait bien

Le réservoir


Le Griffithe observatory et downtown, probablement l'endroit où on a la meilleure vue de tout Los Angeles



Au final, ça nous a pris environ 40 minutes pour monter, et peut-être 15 ou 20 minutes pour descendre. Il faisait très chaud et sans vent, mais après les 20 premières minutes, ca va beaucoup mieux. On a eu pitié d'un husky que les gens voulaient faire courir. Il n'arrivait plus à marcher et semblait au bord de la syncope...

On y retournera probablement avec le Reflex ( je vous ai dis qu'on aurait un reflex pour nos anniversaires?? ) et avec un temps plus dégagé. Les meilleurs moments: après 17h, et après la pluie.






Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 25 avril 2012

Eglise de Scientologie et Celebrity Centre

Après Carroll Avenue et Chinatown, nous sommes allés prendre en photo l'eglise de scientologie et le celebrity centre ( ouioui, dans la même journée! ).

Remarquez le nom de la rue


Le celebrity centre, anciennement le château Elysée


Hautes barrières et caméras de surveillance


L'entrée de l'hôtel



























Je me suis perchée sur le toit de la voiture pour prendre des photos, en espèrant ne pas me faire pincer. Au final, un garde à vélo arrive quand nous commençons à faire le tour du bloc. Il passe à côté de nous sans rien dire mais fait demi-tour et vien nous voir. Il nous dit:
- J'ai vu que vous faisiez des photo du centre... (gulp )
- Oui je prenais juste des photos pour mon blog...
- Etes-vous intéressés par la scientologie?
- Je ne sais pas, c'est juste pour un article.
- Vous êtes d'où?
- De France, mais on vit ici.
- OK n'hésitez pas si vous avez des questions!!

Comme tous les membres de la scientologie on duty, il a gardé son sourire tout le long.
La prochaine fois, je filmerait et on calculera en combien de temps ils nous repèrent.


Et puis pour clôturer la journée, une camionette American Apparel avec la tête de Mr Brainwash dessus





Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 24 avril 2012

Chinatown

Downtown, c'est un melting pot culturel. A part le fameux Pueblo, le village originel de Los Angeles, à forte densité mexicaine, vous avez également Little Tokyo, et son histoire fascinante et triste, et Chinatown.

A l'ouest de Downtown, Chinatown fait 2 kilomètres carrés et abrite 28 000 habitants.



La porte de Chinatown, la mairie de Los Angeles et le Pico building


Les trottoirs sont à thème presque partout dans Dowtown et Los Angeles. Un film déroulé pour Hollywood, des éventails pour Little Tokyo, une dame élégante pour le fashion disctrict...


























Je referai un résumé des affiches et pancartes publiques écrites en coréen, cantonais, japonais ou espagnol. Verriez-vous ce genre de choses en France? La tollé serait immédiat.


Au final, Chinatown n'a pas grand intérêt, sauf si vous voulez acheter des cactus à des prix ridicules ou des herbes. Nous préférons little Tokyo pour la balade et l'ambiance!



Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 23 avril 2012

Carroll Avenue, la rue des maisons victoriennes

Ca faisait longtemps que je la voyais dans les guides touristiques et bouquins sur L.A. mais on n'avait jamais trouvé le temps.
C'est un peu dommage d'y être allés avant d'avoir notre nouvel appareil photo, mais de toute façon, comme le temps s'est couvert très soudainement, les photos auraient été moins ensoleillées.

Carroll Avenue est située dans les Angelino Heights, après Silver Lake quand on vient de l'Ouest. Prenez Sunset Boulevard puis Douglass Street. La plupart de ces maisons ont été bâti aux alentours de 1888 lors du boom immobilier de Los Angeles qui dura 3 ans. La plupart des maisons victoriennes achetées une bouchée de pain se sont alors révélées être des gouffres financiers et la plupart ont été détruites aussi vite qu'elles ont été construites (tout comme plusieurs quartiers, dits "villes de papier"). Seuls les gens qui avaient réussi pouvaient garder leur belle demeure. Les habitants du quartier, tristes de voir certaines de ces maisons à l'abandon ou rasées, décidèrent de monter un comité et de faire venir d'autres maisons victoriennes pour les mettre à l'abri de la décadence et des squats. La rue abrite ainsi la plus grande quantité de maisons d'époque victorienne de la ville, même si la plupart n'ont pas été bâties sur place. On retrouve le cas de maisons transportées pour leur sauvegarde à l'Heritage Square où nous iront une autre fois.

Pinney House, toujours dans la famille Pinney et avec ses couleurs d'origine. ( 1355 Carroll House )

Haskins House 1888, ( 1344 Carroll Avenue ) vue dans des dizaines de films, cette maison est la dernière arrivée dans la rue. Tout est d'origine et pur Queen Anne. L'habitant est un acteur connu, mais même si il a patiemment attendu que je prenne ma photo pour rentrer chez lui, difficile de mettre un nom sur son visage... ( il a une prius rouge dernier modèle et un bébé si ça peut aider! )

La Sanders House ( 1345 Carroll Avenue, 1887 ). Style Queen Anne. Vue dans Psycho ( psychose ) et le clip Thriller.


Sessions House ( 1888, Joseph Cather Newsom, 1330 Carroll Street  ). La maison a été bâtie par l'architecte San Franciscain pour Charles Sessions, un producteur de produits laitiers. Typiquement Queen Anne, ce qui saute aux yeux sont évidemment les barrières rondes du balcon. Rénovée en 2008. On la voit beaucoup dans la saison 1 de Charmed ( continuez à lire si vous êtes fan )



Scheerer House ( Cottage Queen Anne )  1324 Carroll House

A vendre depuis au moins 5 ans pour un prix "indéterminé". Cette maison ( la Irrey House ) et sa voisine ci-dessous ( 1325 et 1321 Carroll Avenue ) viennent de Court Street. Elles sont arrivées en 1981, après que la maison située à cet endroit ait été démolie en 1970.
Une photo du déménagement 1321 Carroll Avenue. Achetée en 2008 pour 1 576 000$. La maison pour abriter la charette à chevaux à l'arrière de la maison n'est pas protégée par un Landmark, contrairement à la maison.


Helm House 1888 ( 1320 Carroll Avenue )


Russell House, 1887 1888 ( 1316 Carroll Avenue ); Style Eastlake. La maison pour la charette est toujours à l'arrière.

Phillips House, 1887 (1300 Carroll Avenue ), une architecture Queen Anne et décoration Eastlake.



Innes House (1329 Carroll Avenue ), construite pour l'un des premiers conseillers de la ville et magnat de la chaussure Daniel Innes, dans un pur style Eastlake. La maison abrite toujours les meubles et cheminées d'origine, ainsi que les vitraux.
Et évidemment, c'est également la maison de soeurs Halliwell dans Charmed ( merci à un touriste surexcité qui m'a demandé de le prendre en photo devant et m'a demandé si je connaissais la série. Je pense qu'il est mort à l'intérieur quand je lui ai dis que je n'avais jamais regardé :/ )

Foy House, 1872, style Italien,  ( 1337 Carroll House ) comme beaucoup de maisons de cette époque. Cette maison a déménagé deux fois déjà! Elle faisait à l'origine partie du Pueblo ( Downtown, le village originel de Los Angeles ) au croisement de la 7th et Figueroa ( l'emplacement actuel du Wilshire Grand Hotel ). Samuel Calvert Foy achète le terrain pour 1000$ et fait construire la maison pour sa femme et ses 5 enfants. A l'époque, la maison est en "pleine campagne".
La maison est vendue en 1919 pour  600 000$ ( du coup, on essaye de ne pas penser à son prix actuel ) et son nouveau propriétaire, intéressé par le terrain, fait bouger la maison qui servira de bureaux à Magma Power Co., les pionniers dans l'énergie géothermique. La bâtiment sera offert en 1981 à l'hôpital du Good Samaritan en face de la maison ( qui est située alors au 631 633 South Witmer Street. La maison tombe en ruines dans les années 1990 et l'hôpital convient d'un arrangement avec un avocat vivant à Carroll Avenue pour la faire bouger et rénover. Elle est la septième maison à déménager sur Carroll Avenue. L'intérieur a été rénové par Keogh Gleason, 7 fois nominé aux oscars (et 4 fois gagnant ) en tant que décorateur de plateau.


Si vous vous demandez quel métier vous devez faire pour vous payer une de ces maisons...


Cohn House, 1887 ( 1443 Carrol House )







Si vous en avez marre des trucs touristiques, si vous aimez les belles maisons, n'hésitez pas à garer la voiture et à vous balader. Les gens sont très sympathiques et fiers qu'on prennent leurs maisons en photo ( ils les décorent avec beaucoup de soin ). On pourra aussi remarquer qu'aucune de ces maisons n'a bougé pendant les tremblements de terre!

La Foy House




Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 16 avril 2012

Downtown et hockey

Le beau temps est enfin revenu ( pour combien de temps, sachant que mai/juin n'est jamais grandiose non plus ), et même si on a eu la chance de voir de la neige sur les montagnes depuis Santa Monica grâce à la vague de froid, on est bien contents quand ça se réchauffe.

On est quand même allés se rafraîchir un petit peu au Staples Center pour voir le Game 3 des playoffs de la Stanley Cup. Je trouve qu'on y a toujours moins froid que pour voir les Dodgers, qui sont en plein air!

Et puis on a flâné dans Downtown, car c'est difficile de résister. C'est l'un des seuls quartiers avec Venice, où on peut vraiment marcher.









Pub pour la nouvelle Lexus


Une ruelle à louer pour filmer. Même le glauque est en apparence!

Le nouvel endroit où je rêve de vivre: le Pacific Electric Building ( je suis à fond dans les trains et trams en ce moment )

L'ancienne sortie des trams, avec un message préventif sur le trottoir.









Les trucs gratuits. On a aussi eu des canettes de coca, mais c'est pas facile a prendre en photo avec une seule main.





















Et on porte bonheur aux Kings qui ont gagné contre les Canadiens de Vancouver! Le troisième match sur 7. Si ils remportent ce round, ils vont en demi-final. Ce soir-là étaient présents Kobe Bryant, Will Ferrel et David Beckham. Et c'est probablement l'un des seuls moments où il y a la queue pour les toilettes des hommes mais pas chez les femmes!


Rendez-vous sur Hellocoton !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...