Jerry : No, I'll be back.
Kramer : Jerry, it's L.A., nobody leaves. She's a seductress, she's a siren, she's a virgin, she's a whore.
Seinfield, "The Finale"

lundi 19 novembre 2012

Chicago, the Loop, part 3, ascenseurs et un bout de France.

Je n'ai pas retenu tous les noms des bâtiments dans lesquels nous sommes entrés, mais je me suis découvert une passion pour les ascenseurs de Chicago. Peut-être ceux du Santa Fe building, je ne me souviens plus, mais ils est réputé pour ses ascenseurs.



Ceux-là je m'en souviens, ce sont les ascenseurs du Temple Building, qui abrite trois lieux de culte de la congrégation de la First United Methodist Church of Chicago. On rejoint, toujours avec Sawyer, la visite guidée du bâtiment. 

  


Nous sommes donc deux touristes, et trois bureaucrates en pause déjeuner qui veulent en savoir plus sur leurs curieux voisins: le bâtiment religieux de 23 étages qui abrite des banques et des bureaux, et une chapelle à son sommet. Les méthodistes ont été la première communauté religieuse à s'installer à Chicago en 1831, et le building fut terminé en 1924 ( et devinez quel cabinet s'est chargé du design? Holabird and Root bien sûr !!).


Avant la Sky Chapel (1952), il n'y avait que le ciel et pas de murs. Il a donc fallut faire avec les poutres porteuses en métal. Le chapelle est le plus haut lieu de culte au monde (120m ) et peut accueillir 30 personnes, généralement pour des mariages. Sa construction a été offerte par la famille Walgreen en mémoire de Charles Walgreen, le fondateur de la chaîne de supermarchés.
Le guide est particulièrement fier de cette partie du bâtiment.



Le pasteur habite à l'étage du dessous, avec une grande terrasse et une vue imbattable sur la ville. Et une chouette déco très 70's.



 Le lieu de culte du rez de chaussée peut accueillir 1000 personnes. Très libéral, le temps accueille volontiers toutes les ethnies et les membres de la communauté LGBT.




Puis on entre dans une boîte à bijoux: le Rookery. Chicago est le berceau des premiers skyscrapers, et le Rookery est un chef d'oeuvre de 15 étages construit en 1888 par Root et Burnham. Il fait la transition entre deux méthodes de construction: la maçonnerie ( que l'on reverra avec le Monadnock building ) et le cadrage en acier ( autant dire que le tout n'aurait jamais survécu à Los Angeles ou à San Francisco ). Mais surtout, le lobby a été remodelé par Lloyd Wright en 1905, et restauré en 1989.
Le mot rookery désigne une colonie d'oiseaux, ou un bâtiment fortement délabré. Le building se situe à l'emplacement d'un bâtiment en partie détruit par le grand feu de Chicago en 1871, qui servit d'hôtel de ville pendant la reconstruction. Délabré et habité par des politiciens véreux ( un autre jeu de mot avec rookery, to rook: escroquer ) et des pigeons dans un bâtiment en ruine, le nouveau bâtiment garderait le nom de son prédécesseur.
Vous trouverez donc des motifs d'oiseaux sur les ascenseurs:



TELLEMENT Lloyd Wright! Des tours sont proposés les lundis et vendredis à midi.

On continue notre tour des buildings sur LaSalle. Très peu nous refusent l'accès.
Si je ne me trompe pas, the Field Building:




Puis le Marquette Building ( 1895 ), où on ne s'est malheureusement pas attardés, mais qui dépicte l'histoire de Chicago et l'expédition du père jésuite Jacques Marquette ( je pense que je n'ai pas besoin de préciser qui en sont les architectes... ):


Pour le Monadnock building, on retrouve pour changer, Holabird and Root pour la partie Sud (et si ils étaient à l'origine du grand feu de Chicago? Ils s'en sont mis plein les fouilles et à l'origine de l'architecture de 80 bâtiments sur le Loop ), mais aussi Burnham and Root pour la partie Nord ( des homonymes apparemment ) On peut percevoir les deux différents styles dans l'ornement. Miracle d'architecture, le Monadnock est le plus grand building en maçonnerie jamais construit ( pour la partie la plus ancienne, la récente possédant une structure en acier ). On peut dire qu'il est construit en dominos, ou que c'est un jenga géant. C'est aussi pour ce bâtiment que fut utilisé pour la toute première fois des ornements en aluminium: les rampes d'escaliers intérieurs. Les murs font 2 mètres d'épaisseur à leur base.
On ne s'y attarde pas non plus, donc je n'ai pas vu les dits escaliers, ni les milliers de détails uniques qui font de Chicago une maison de poupées géante.


En continuant sur Dearborn est son rang de buildings mythiques, on trouve ensuite le Manhattan building ( 1891, 16 étages ). A l'inverse du Monadnock, il est le plus vieux skyscraper survivant à utiliser une structure en acier uniquement. La façade est une splendeur, avec la structure en acier à découvert au rez de chaussée, et une multitude de styles dans les étages. Le Baron Jenney, l'architecte, était un pionnier dans la construction des bâtiments très hauts.


Sur le front de rivière ( Michigan Avenue , si vous suivez bien mes articles, ouvrez le lien et regardez les architectes :)  ), vous trouverez une multitude de buildings. L'un des plus connus est le Fine Arts Building ( que j'imaginais plus grand, heureusement que Sawyer était là ).


Sawyer est adorable, et je suis ravie d'apprendre qu'il va à Versailles très bientôt. J'aurai adoré l'accompagner pour que l'échange de service soit parfait jusqu'au bout, mais peut-être que je pourrai lui faire visiter Los Angeles. Et puis en voyant ça ( la photo ci-dessous ), je lui parle de ce snobisme très français qui consiste à traiter les architectes Américains de voleurs ou de copieurs. Sauf qu'à l'époque de la reconstruction de Chicago, il n'y avait qu'une seule école d'architecture au monde: les Beaux Arts à Paris. Tout ce qui peut donc vous sembler "copié" aux Etats Unis n'est qu'un hommage à Paris. Et puis, lorsqu'on visite des villes comme New York ou Chicago, on ne peut que s'incliner, et avouer qu'ils n'ont finalement pas grand chose à nous envier...

On s'y croirait!
Sur notre lancée et toujours avec l'Europe en tête, il faut ensuite se diriger vers le lac Michigan, et découvrir un autre hommage à l'Europe et tout spécialement au château de Versailles, avec la Buckingham fountain. Réalisée par Daniel Burnham ( de Burnham and Root, voir ci-dessus. Ca ne fait pas tellement de noms a retenir! ), elle est directement inspirée de la fontaine Latona ( mais deux fois plus grande ), celle qui vous accueille au pied du grand escalier en entrant dans les jardins. Sauf qu'en toile de fond ne se dressent pas les jardins et le Grand Canal, ou le Château, mais la skyline de Chicago...






Si vous vous dites que vous avez déjà vu cette fontaine quelque part:


Et puis le soir nous sortons encore, cette fois-ci pour voir du blues, au B.L.U.E.S.


Rendez-vous sur Hellocoton !

2 commentaires:

  1. Tres belles photos ! Les tours guides ont l'air tres biens, je me demandais comment tu les as trouves et s'il faut reserver. Merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme précisé dans l'article précédent, c'est Chicago greeter!

      Merci pour ta visite.

      Supprimer

Les commentaires sont modérés et mettent un petit peu de temps à apparaître.
Vérifiez que la réponse à votre question n'est pas dans la FAQ (on ne peut plus y publier vos commentaires)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...