Jerry : No, I'll be back.
Kramer : Jerry, it's L.A., nobody leaves. She's a seductress, she's a siren, she's a virgin, she's a whore.
Seinfield, "The Finale"

mardi 23 octobre 2012

Chicago partie 1, la banlieue Nord

Chicago, j'y pense depuis un moment. L'une des villes américaines les plus typiques, elle est le décor de bien des films et séries télé ( Urgences, Wanted, et deux des trois Batman de Nolan, pour citer les premiers qui me viennent en tête, même si Urgences était très majoritairement tournée à Los Angeles, et que vous pouvez voir l'imitation d'une station de métro du Loop de Chicago aux studios Warner Bros. On y reviendra! ).
En bref, on l'a tous plus ou moins dans la tête. Je l'avais vue une première fois, en la survolant en revenant de France par un ciel dégagée, et je l'avais déjà trouvé belle, étendue au bord du lac Michigan. Très froide en hiver, très chaude en été, avec ses grattes ciel légendaires et ses quartiers craignos, c'est une petite New York en force. Remplacez juste les Irlandais par des Polonais, et vous vous y retrouverez plus ou moins.
J'étalerai mes autres états d'âme au fur et à mesure des articles qui suivront ( je vais essayer de faire durer le plaisir, sachant que ma semaine à Chicago a été suivie d'une semaine à la Nouvelle-Orléans, et que je pense très objectivement que vous êtes super chanceux. Nan, sans rire, je vous gâte. )

Donc voilà, arrivées à Chicago a environ 6 heures du matin ( je suis en célibataire avec ma copine Joséphine ), on découvre le métro et j'achète un pass illimité pour la semaine à 23 dollars. C'est bien entretenu, mais ça n'empêche pas ma carte de débit de ne pas fonctionner. En fait c'est leur machine qui déconne, un employé vole à ma rescousse. Et maintenant, arriver jusqu'à notre hôte, car vous vous en doutez, on va couch surfer!
Après le métro, on doit prendre un bus. Un peu paumées dans la banlieue Nord de la ville, on demande notre chemin et trouvons notre bus, puis notre hôte( qui vit à Albany Park ), qui nous ouvre la porte et repart se coucher. On en fait autant, mais après quelques précieuses heures de sommeil, on se lève et attaquons notre première journée.

Les premières journées dans la banlieue Nord de la ville sont condensées ici:

 En route vers Astor Street, qui n'a rien à envier à ses rues voisines. ( métro Clark/division )




Astor Court, au 1355 Astor street. Manoir de style Georgien, 1914.

La première Frank Lloyd Wright que je verrai à Chicago! Passage obligé pour moi. Vous en verrez d'autres. La Charnley-Persky house, au numéro 1365. Pure école Prairie (1892 ). Je vous montrerez plus tard le Robbie House. Les autres Lloyd Wright de style Prairie ( qui fait partie de l'école de Chicago ) se trouvent à Oak Park, où j'aurai voulu aller, mais j'en garde pour une autre fois. Cette maison est maintenant le siège de la société des historiens de l'architecture. A noter, le mur de bois au second étage, le vue depuis chaque fenêtre qui est savamment calculée, et la présence de ces-dites fenêtres...dans certains placards. Elle possède également un atrium. Et est considérée comme la première maison moderne des Etats Unis.


Edwar P. Russel house, 1929. Au numéro 1444, vous trouverez cette maison Art-déco, créée par Holabird and Root . Sa pierre vient de Lens, France.

1500 Astor Street, sans nom donc, cette maison gigantesque de style renaissance Italienne de 4 étages a été bâtie pour un journaliste du Chicago Tribune, qui la offerte en cadeau de mariage à sa fille. La pierre orange vient de Rome et les décoration sont en terra cota. Rachetée en 1920, la maison sera alors agrandie du côté Nord, ce qui doublera sa taille. Elle est maintenant divisée en appartements de luxe, qui doivent sûrement valoir le prix d'origine de la maison en entier )

























Les autres rues notables alentours abritent des cottages de style Queen Anne. Je n'ai pas vu tout ce que j'aurai voulu voir, mais du coup vous êtes soulagés!
A ne pas louper donc: Menomonee street ( métro Sedgwick ) et ses maison bâties dans la seconde partie du 19ème par ses immigrés Allemands. Beaucoup ont été détruites par le grand incendie de Chicago. Au numéro 350, vous pourrez voir une maison grise, qui en fait avait servie à l'époque d'abri d'urgence pour reloger les habitants. Plusieurs centaines avaient été apportées par camion et coûtaient 100 dollars chacune. Elle est l'une des dernières a ne pas avoir été remplacée par une "vraie" maison en 1874, quand la ville fît interdire les maisons en bois. Des numéro 325 à 345, même si construites après le grand incendie, sont typiques des maisons qui se trouvaient là avant.
A voir aussi: les Wacker houses, et Crilly Court et les Olsen-Hansen houses.


L'église St. Michael























En passant ensuite par Lakeview et Wrigleyville, promenez-vous par Alta Vista Terrace ( après le stade de Base-Ball, où vous pourrez apprécier les gradins sur les toits des maisons alentours, et noter le comportement étranges des fans des Cubs ( l'équipe qui n'a rien gagné depuis plus de 100 ans mais qui est toujours supportée avidement ). Le stade est l'un des plus vieux du pays, et la communauté a résisté à l'éclairage public jusqu'à la fin des années 1980. Ne me demandez pas comment ils faisaient... ).
Lakeview est le quartier gay de la ville. C'est ma foi assez sympathique de s'y balader.
Andersonville est le quartier suédois, mais c'est assez décevant.

Et enfin terminez votre journée par la visite du cimetière gothique de Graceland, où les noms à consonance germanique et suédoises dominent largement.
Même si les cimetières français sont plus anciens, les cimetières américains ont toujours cette élégance caractéristique et cette ambiance particulière, que l'ont peut éventuellement retrouver au Père Lachaise.

Je vous ai dit que c'est là qu'on a eu notre premier rendez-vous ( pas amoureux ) avec Ben?


Les pierres tombales sont regroupées par familles.
























Autre déception: en passant par l'élégant Lincoln Park, je me mets à la recherche du lieu du massacre de la Saint Valentin.
Déçue, pas une plaque ne note l'événement, le garage est détruit, le parking d'une maison de retraite le remplace. Je retrouverai Al Capone plus tard, après l'avoir déjà croisé à Alcatraz.

Rendez-vous sur Hellocoton !

6 commentaires:

  1. Rien à voir, mais je vais à Los Angeles en Novembre et je viens de me rappeler ton blog, je vais donc me plonger . :)

    RépondreSupprimer
  2. une de mes villes préférées, merci pour les photos !

    RépondreSupprimer
  3. J'adore Chicago et cette partie là de la ville ! J'y suis allée deux fois en été mais à l'automne ça a l'air chouette aussi...! Vivement la suite :)

    RépondreSupprimer
  4. Merci pour ce post et ces photos.. J'adore...!!!!! Je suis curieuse chaque année de voir cette ambiance d'halloween... Ça n'a pas le même goût... Et j'aime beaucoup les photos de maisons...

    RépondreSupprimer
  5. Super photos! Je suis allée à Chicago début Septembre et j'ai été bluffé par l'architecture dans cette ville. Un peu comme si le mauvais gout avait disparu !

    http://curiosites-futilites.blogspot.fr

    RépondreSupprimer
  6. est-ce que Halloween serait dans l'air du temps ? ;))
    Bises Laetitia

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés et mettent un petit peu de temps à apparaître.
Vérifiez que la réponse à votre question n'est pas dans la FAQ (on ne peut plus y publier vos commentaires)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...