Jerry : No, I'll be back.
Kramer : Jerry, it's L.A., nobody leaves. She's a seductress, she's a siren, she's a virgin, she's a whore.
Seinfield, "The Finale"

jeudi 2 août 2012

Le harcèlement sexuel dans la rue. Et aux Etats Unis?

C'est le sujet féministe à la mode, après la suppression du "mademoiselle" dans l'administration française: le harcèlement dans la rue ( ou harcèlement de rue, mais j'imagine une rue qui est harcelée, un peu comme Hollywood Boulevard, du coup ça va pas ).

A la mode, très probablement, mais entre expats, c'est un sujet qu'on aborde très fréquemment ( ou alors c'est juste moi qui l'aborde systématiquement sans m'en rendre compte, je ne sais pas ). Et on est toutes d'accord: qu'est-ce qu'on est soulagées de ne plus avoir à s'emmerder avec les remarques et les insultes, et autres frayeurs ou vexations quotidiennes.

Si vous êtes un habitué de cet humble lieu, vous savez des gens à quel point ma vie a changé quand je suis arrivée à Los Angeles, par un total hasard je le rappelle, et surtout comme je me sentais mal en France, mon pays.

Je suis rapidement passée au stade de l'agoraphobie à l'adolescence. Outre le fait qu'on doit s'accoutumer à un nouveau corps ( bon, de ce côté-là, ça va, j'étais plutôt complexée par l'absence de changement et quand mes copines cachaient leurs toutes nouvelles excroissances sous des T-shirt larges, je cachais l'absence de miennes avec le même subterfuge ), on doit aussi se faire à l'idée, que ca y est, on est une femme et que par là, on va devoir dealer plus ou moins élégamment avec l'ennemi: le monsieur.

Quand la plupart vont absorber le choc sans soucis, et apprendre à manier le petit rire aigu débile et devenir rapidement très "populaire", d'autres comme moi vont utiliser la technique du "action/réaction" qui consistera à frapper n'importe quel porteur de pénis qui s'approche un peu trop près, et obtenir l'effet inverse de la popularité mais gardera sa dignité.

En bref, si certaines apprécient la tradition purement latine des Français ( ou Italiens, ou Espagnols, ou Mexicains, etc... ) qui consiste à lancer des filets de pêche à tir l'arigot en espèrant attraper un ou deux poissons plus fragiles que les autres, la plupart n'aiment pas trop être considéré comme de la bouffe.

D'où l'agoraphobie, après des années de harcèlement en tout genre, de pièges ( "vous pouvez m'aider à faire mon créneau? Ca vous dirait un café ensuite? "), de naîveté, de suivage jusqu'à la porte de mon appartement et de questions existentielles ( "qu'est-ce que je fais? J'appelle les flics?" ). J'ai fini par ne sortir qu'en compagnie de mon cher et tendre ( qui tout de même a vu de beaux specimens se moquer de sa présence, et a flippé quelque fois lorsque j'ouvrais ma grande bouche. Il a pas trop envie de se battre, mais bon, faut bien défendre sa chérie ), sans maquillage, et en jogging, moi qui adore les jupes et qui possède une trentaine de paire de talons ( je sais, je suis une petite joueuse ).

J'en avais déjà parlé là mais aussi ma super expérience de vacances en France ici.
Et c'est un sujet que je trouve important.

Car oui, en arrivant à Los Angeles, c'est quelque chose que j'ai remarqué très rapidement: on nous fout la paix. On peut s'habiller comme on le souhaite, mini short, vêtements colorés, maquillage, coiffure... Tout le monde s'en moque. Et ça fait du biennnnnnnn....

Donc si je calcule, je me suis fait sifflée deux fois en presque trois ans, à chaque fois par un jeune homme seul, que je croisais dans la rue ( et donc qui n'était pas derrière moi à me suivre, CREEPY ), et qui ne faisait rien d'autre que me signaler que j'étais jolie par un sifflement, au final.
Une autre fois, dans un quartier pas très sympathique, un homme me demande une cigarette ( ça tombe bien, j'adore les fumeurs ), je lui réponds que je n'en ai pas. Il me tient un peu la jambe en me disant que je suis très jolie. Je lui dis merci, et m'éloigne, commençant a flipper un peu. Il est parti de son côté sans rien dire alors que si il avait eu un grain, on me retrouvait égorgée derrière une benne ( oui, je fais dans le drama ).

En France, je détestais les boîtes de nuit et bars. Je me souviens d'une fois où mon père avait faillit se battre avec un vieux pervers qui insistait pour que je lui prenne une clope. Dans ce même bar où je connaissais un serveur, un pilier de comptoir immonde me raconte une blague de cul dégueulasse sur les blondes ( je suis naturellement blonde, on rigole pas ). Le serveur entend et le fait se déplacer. J'avais peut-être 17 ans à cette époque.
En boîte, la même en pire! Un homme dans la cinquantaine m'invite moi et mon coca sans sucre à s'asseoir a sa table, déjà bondée de jeunes filles en fleurs, ravies qu'on leur paye un petit coup. Je l'envoie gentiment balader: t'es gentil, mais je suis là pour un anniversaire, je ne cherche pas à faire de rencontres.
Il me traite de pute. Revient 5 minutes plus tard: alleeeeeeeeeerrrrrrrr!!!!!!!!!!
Tu viens de me traiter de pute!! T'as déjà oublié? Pas moi.
De plus je ne me souviens peut-être plus des détails, mais les putes refusent-elles gentiment d'accompagner des messieurs à leur table? Je ne crois pas non.
Mais les boîtes, c'était terminé pour moi.


Sinon la drague dans les bars aux US, ça ne m'est arrivé qu'une fois. Peut-être parce que je suis moche, ou peut-être parce que quand vous sortez le soir à certains endroits, les filles semblent être tombées dans le pot de peinture, et dans la confusion, ont oublié de mettre un pantalon également ( c'est un débardeur ça, c'est pas une robe, madame ). Là, mon côté française qui critique ressort :)
Et puis surtout parce que j'ai un grand brun qui ne me lâche pas, et que dans sa tête, je suis une bombe. C'est mignon hein!
Mais même seule, ça ne m'est arrivé qu'une fois, et j'ai mis du temps à comprendre la différence entre de la drague à l'américaine et le simple chat. La différence? C'est que les mecs qui draguent ont l'air gêné, ils ont peur de faire comprendre qu'ils aimeraient bien nous revoir, ils ont peur de se faire jetter, pas comme leurs semblables outre Atlantique qui espèrent bien se faire jetter pour pouvoir t'insulter, ou te dire juste que tu es méchante, et que c'est de ta faute à toi si ils ne baiseront encore pas ce soir.


Bref, ici, on est peinardes, et ce genre de choses n'arrivent pas. Vous pouvez sortir seule, en jupe et débardeur, grosses lunettes de soleil, passer devant des ouvriers en pause déjeuner ou des jardiniers, rien ne vous arrivera. Au pire, on vous dira bonjour! ( la forme de drague la plus extrême ici. Shocking!! )

Au pays de la soit-disant objetisation de la femme, ça me fait assez marrer. La plupart du temps ici, on se dirait plutôt à une boom de collège, où les filles et les garçons ne se mélangent pas.

A lire aussi, l'article de Tête de Thon.




Rendez-vous sur Hellocoton !

7 commentaires:

  1. C'est tellement vrai, cette différence.

    Pour la petite histoire, j'ai plusieurs potes qui m'ont dit adoré les Américaines pour cela: elles abordent un gars qui lui plaît, elles sont (seraient... évitons les grandes affirmations dès le matin). J'ai parlé avec des Américains aussi qui eux m'ont dit qu'ils trouvaient dur avec les Européennes, qu'on donnait l'impression d'attendre qu'ils fassent tout...

    RépondreSupprimer
  2. Je ne peux qu'applaudir des deux mains. Ma vie a changé drastiquement depuis que je vis en Amérique du Nord. Je peux rentrer à 3h du mat' toute seule à pied sans la moindre crainte dans la plupart des quartiers ici. Inimaginable en France. Et pareil, je me suis faites siffler 1 seule fois, et je te le met dans le mile, par deux français crétins. Tiens, je vais faire un post aussi :)

    RépondreSupprimer
  3. je suis 100% d'accord avec toi sur le soulagement de pouvoir se balader partout sans jamais entendre un Mademoiselle hey Mademoiselle, hey pétasse tu reponds pas ....
    Aussi ne pas avoir a surveiller son sac a main tout le temps, ne pas avori peur d'etre accosté en voiture , ne pas avoir a fermer ses portes. La vraie vie relaxe. j,ai pas testé la drague au canada. Il y a Mr canadoux qui me suis partout grrr.
    Bises
    elisacanada

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour le sac, ici aussi, tout le monde me dit: holala mais fermez votre sac à main!!

      Alors que les gens laissent leur portable sur la table du restaurant quand ils vont aux toilettes, et qu'une fois j'ai vu un sac à main a l'arrêt de bus pendant deux jours, personne n'ose y toucher ( ils ont peur d'être accusés de vol? ), même quand les flics finissent par arriver, ils font limite un périmètre de sécurité :)

      Supprimer
  4. Les US ont le chic pour les extrêmes, et parfois c'est clairement pour le mieux ! Je crois que leur étrange mix puritain-légal doit expliquer ceci. J'entends vaguement qu'en France, on serait en train de passer une loi sur le harcèlement sexuel ? Ça fait belle lurette que ça existe aux États-Unis. Un homme te complimente au boulot ? Harcèlement sexuel ! Bon, j'exagère volontairement, mais disons que c'est très pris au sérieux, alors qu'en France, les féministes s'en prennent plein la gueule dès qu'elles osent se plaindre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait la loit sur le harcélement en France avait été abrogée, et donc ils en ont fait une nouvelle.
      Je me souviens d'un stage avec un véto pas net du tout. Si ça avait été aux US, j'aurai pu le traîner en justice.

      Je ne suis juste jamais revenue, et me suis faite enguirlandée par l'organisme de stage qui ne voulait rien savoir.

      Il y a beaucoup de soucis de ce genre en France, où si on ne rentre pas dans le moule de pensée, on est raillé. Un ami avait clairement affiché ses opinions pacifistes au travail, et les collègues lui avaient répondu: tu vis dans le passé! T'es un hippie!

      La télé influe énormément sur les gens et tout ce qui est dis aux infos est considéré comme parole sacrée.

      Supprimer
  5. A ce sujet en France ça ne va pas en s'améliorant, un peu comme en Belgique >>>>> http://www.youtube.com/watch?v=RwDLV4_o7Wk

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés et mettent un petit peu de temps à apparaître.
Vérifiez que la réponse à votre question n'est pas dans la FAQ (on ne peut plus y publier vos commentaires)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...