Jerry : No, I'll be back.
Kramer : Jerry, it's L.A., nobody leaves. She's a seductress, she's a siren, she's a virgin, she's a whore.
Seinfield, "The Finale"

lundi 14 mai 2012

Douces pensées de France (2)

Après Laëtitia, c'est à mon tour de vous faire part de mes sentiments après deux semaines passées en France. Au départ, je me disais que si je rentrais en France ce serait pour de bon. Mais après deux ans et demi passés à LA, je me suis finalement décidé à retourner en France ne serait-ce que pour fêter dignement mes 30 ans (gros soupir) et revoir les membres de ma famille et amis qui ne sont pas venus nous voir. Posons d'abord le décor : la météo annonçait un temps pourri, le FN venait de faire 20% au premier tour et j'avais encore dans la tête l'article de Laëtitia. C'est donc avec une certaine appréhension que j'ai pris l'avion en compagnie de ma chère et tendre et de deux petites bouteilles de champagne histoire de rendre les 12 heures de vol nettement plus cool. En rentrant chez mes parents, j'ai trouvé ma carte d'électeur donc j'ai pu aller voter au second tour des présidentielles et participer à la victoire de la gauche. Au fond je m'en fous un peu vu que je n'habite plus en France mais ça faisait quand même plaisir.


Durant ce voyage, on a été en Normandie au milieu de nulle part, en Lorraine près de Bar Le Duc, en banlieue parisienne et à Paris même. Je le précise pour expliquer que ma vision ne se limite pas à un seul cadre. La météo ne s'était pas trompé. Le soleil était aux abonnés absents et la pluie était fréquente. Il n'a fait vraiment beau que deux jours et on en a profité pour manger dehors notamment le jour de nos anniversaires. Pour le reste, c'était temps pourri du soir au matin mais paradoxalement il faisait assez chaud. On s'est baladé principalement en t-shirt et on était étonné de voir les gens en gros pull et manteaux. Contrairement aux idées reçus, Paris sous la pluie n'a rien de romantique. C'est moche et sale.

La fontaine de la Place Monge

Paris ne m'a d'ailleurs pas laissé un souvenir impérissable. Certes la ville est magnifique et traverser la Seine à Châtelet pour aller à Saint-Michel est toujours magique mais après Los Angeles la ville semble grise, salle et étriquée. Elle manque sérieusement d'arbres, les troittoirs sont trop petits et plein de merdes de chiens, les immeubles sont trop hauts et trop proches et on ne voit pas assez le ciel. La conduite a aussi failli me rendre fou. Je précise que j'ai appris à conduire à Paris quand j'avais 16 ans et c'est de pire en pire. Le problème n'est pas tant la petitesse des voies, les sens interdits omniprésents, la conduite très personnelle des parisiens ou le manque de places de parking. Le problème est la mulitplication du nombre de voitures et de vélos. On se moque des américains qui prennent constamment leur voiture mais les parisiens et les banlieusards ne font pas mieux. Comme ils sont de plus en plus nombreux et qu'ils ne font pas de co-voiturage, tous les axes sont bloqués du soir au matin. Traverser Paris est devenu un véritable enfer.

Peut-on faire plus raciste ?

On pourrait se dire qu'en province les choses se passent autrement mais ce n'est pas le cas. En Normandie, en Lorraine ou en banlieue, les locaux ne se déplacent qu'en voiture alors que la majorité de leurs trajets dépassent rarement les deux kilomètres... Quand j'ai vu qu'il y avait plein de vélos à Paris j'étais plutôt contents. Sauf qu'ils font n'importe quoi. Ils roulent dans l'angle mort des voitures, ne portent pas de casque, grillent les stops et les feux, ne signalent pas quand ils tournent. On se croirait en Thaïlande et on se demande par quel miracle il n'y a pas plus de morts. Et quand on voit le prix des transports en commun, on comprend pourquoi les gens prennent leur voiture. 9 euros pour un aller retour entre une gare de la zone 5 et Paris ! 40 euros pour faire un aller Paris-Bar Le Duc dans un train vieux, lent et non-climatisé !

*bave*

Niveau bouffe il faut reconnaître que les français connaissent leur boulot. Je ne suis pas spécialement amateur de fromage mais par contre niveau vins je me suis fait plaisir. N'importe quel Bordeaux à 5 euros enterre les trois quarts des vins californiens et je n'échangerai pas une bouteille de Moet contre 10 bouteilles de mousseux de Los Angeles. Le poisson n'étant pas cher, on s'est fait une cure de saumon sous toutes ses formes : cru en sushi, fumé, en darnes et servi avec un risotto... Je n'ai pas vraiment eu de problèmes avec les serveurs mais plutôt avec les prix des consommations. Le summum du n'importe quoi a été en Normandie où un bar sur un port nous a servis un Perrier à 2,80 euros.

*bave d'escargot*

Mais au fond tout cela on s'en moque un peu. On revient surtout en France pour la familles et les amis. De ce côté là c'est un peu étrange. On a l'impression de ne jamais être parti et les gens font comme si on ne repartait pas. Du coup on ne discute pas de grand chose ou en tout cas rien de sérieux. On se contente de prendre des nouvelles pour connaître les évènements récents et de répondre aux questions. Les conversations ressemblent souvent à cela :
"Quoi de neuf depuis deux ans ?
-Euh je ne sais pas. Tu lis le blog ?
-Non."
On nous demande aussi régulièrement si on mange bien aux US. Les gens font des yeux ronds quand on leur dit qu'on trouve des fruits et légumes en Californie. Ca fait très plaisir de revoir tout le monde mais c'est trop d'un coup tant émotionnellement que physiquement. Au final on n'en profite pas assez et on finit les deux semaines sur les rotules à courir à droite/à gauche. C'est beaucoup plus agréable quand les gens viennent.
Rendez-vous sur Hellocoton !

9 commentaires:

  1. Très bel article :)
    Je te confirme que Paris (pour y vivre...), au fil des années, ne s'améliore pas du tout... je ne rêve que de partir ailleurs, hâte que mon projet de partir au Sri Lanka se réalise, car même s'il n'y a pas que des inconvénients là-bas, au moins les gens sont souriants contrairement à ici !
    Après heureusement comme tu dis, la famille et les amis sont la chose la + importante quand on revient au pays ;)
    Bonne journée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ce dont on s'aperçoit en sortant de l'héxagone: oui, on a des tas d'avantages extraordinaires, un chouette pays très beau...

      Est-ce que celà rend les gens heureux?
      Non, en France, on subit la loi du " toujours plus pour moins " ( et non, ça n'a pas débuté avec Sarkozy ), et c'est probablement ce qui nous empêche, nous Français, de nous reposer sur nos lauriers et de juste profiter de la vie.

      Supprimer
  2. Super article. Toujours aussi bien écris. Quand je vous lis j'ai souvent l'impression que vos propos pourraient être les miens (ou vice versa).
    Ça doit être dur pour vous, néanmoins, d'être tiraillés entre les deux pays. Chacun ayant ses avantages, les comparaisons s'imposent d'elles mêmes et le "choix" peut parfois etre dur...
    Bon retour en Californie et continuez comme ça, votre Blog est génial.

    Rudy from Paris

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci!

      En fait heureusement, être tiraillés entre deux pays a plein d'avantage au niveau moral. C'est assez intéressant de vivre deux vies, d'avoir des choix, même si au final, on en vit une par procuration. Ca nous enrichi énormément d'avoir de nouveaux points de vue.
      Les gens que l'on rencontre qui ont parcouru le monde sont bien différents de ceux qui n'ont jamais bougé de chez eux. Bizarrement, ils sont bien plus humbles, et ça fait envie.

      Supprimer
  3. J'adore :
    "Contrairement aux idées reçus, Paris sous la pluie n'a rien de romantique. C'est moche et sale."

    Je comprends pleinement ce passage :
    "Certes la ville est magnifique et traverser la Seine à Châtelet pour aller à Saint-Michel est toujours magique mais après Los Angeles la ville semble grise, salle et étriquée. Elle manque sérieusement d'arbres, les troittoirs sont trop petits et plein de merdes de chiens, les immeubles sont trop hauts et trop proches et on ne voit pas assez le ciel."
    J'ai ressentis exactement cela en revenant après avoir passé seulement 1 mois à L.A. alors j'imagine pour vous, ici ça doit ressembler à "District 9" ha ha ha ha

    Ce fut un vrai plaisir de voir vos bouilles et merci encore pour les super body des Kings que Daria va pouvoir arborer sous le ciel parisien!!!

    Vivement qu'on revienne vous voir ;)
    Merci de ce blog qui est une bouffée d'oxygène les journées de pluies sans trêve comme aujourd'hui.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nan c'est très joli la vieille pierre, et les grands espaces verts! Mais c'est quelque chose qu'on a bien en tête pour l'avoir connu pendant 20 ans avant de découvrir autre chose.

      Au moins ça permet de l'apprécier autrement quand on revient!

      La prochaine fois, on se fera un Los Angeles Barcelone, ou Los Angeles/Londres, histoire d'avoir de petites vacances découvertes à nous!

      J'ai hâte que vous reveniez, et que Daria puisse voir LA autrement qu'à travers ton ventre cette fois :p

      Supprimer
  4. c'est dommage vous êtes intelligent et "well traveled" et votre description de Paris est spot on, dommage que vous nous fassiez part de vos préférences politiques que le lecteur n'est pas obligé de partager (vous semblez avoir peur du score de MLP au premier tour-18% et pas 20% au fait- alors que vous savez aussi bien que moi qu'elle n'aura jamais le pouvoir et que ce sont des voix perdues; quant à voter pour un socialiste "at home" lorsqu'on profite de la vie aux trés capitalistes USA - la "gauche" d'Obama étant l'équivalent grosso modo de l'UMP- c'est un peu fort de café...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce message ( et les autres que vous écrivez d'ailleurs! ) mais il y a deux trois choses que vous-mêmes semblez oublier: c'est un blog.

      Si vous cherchez des analyses politiques ou géopolitiques et par là des avis objectifs, lisez des bouquins ou des journaux écris par des professionnels, journalistes ou thésards, pas un petit blog qui n'a aucune prétention a être lu par un large public et qui ne se veut pas sérieux, et peu réfléchi.

      De plus, croyez-moi, nous ne profitons absolument pas de la vie capitaliste aux US. Nous la subissons, comme le peu de socialistes vivants aux Etats Unis. La seule chose dont nous profitons honteusement, c'est la météo, la plage, et les qualités de nos nouveaux compatriotes. Croyez pas qu'on roule sur l'or ou qu'on rêve de le faire.

      Vous serez bien gentil de ne pas juger, même si je ne vous empêche absolument pas de poster vos avis, bien au contraire.

      Supprimer

Les commentaires sont modérés et mettent un petit peu de temps à apparaître.
Vérifiez que la réponse à votre question n'est pas dans la FAQ (on ne peut plus y publier vos commentaires)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...