Jerry : No, I'll be back.
Kramer : Jerry, it's L.A., nobody leaves. She's a seductress, she's a siren, she's a virgin, she's a whore.
Seinfield, "The Finale"

mercredi 16 mai 2012

A Bright and Guilty Place



Quand on pense romans noirs à Los Angeles, on pense tout de suite à James Ellroy et Michael Connelly. Mais avant eux il y avait Raymond Chandler. Il a donné ses lettres de noblesse au genre et a écrit une série de polars se passant à Los Angeles durant la Grande Dépression et mettant en scène un détective privé, Philip Marlowe. Certains ont été adaptés au cinéma comme Le Grand Sommeil (The Big Sleep) ou Adieu Ma Jolie (Farewell, My Lovely). Richard Rayner est un journaliste du LA Times qui est fasciné par LA et Raymond Chandler et qui a écrit quelques romans.

Son dernier livre, A Bright And Guilty Place, n'a rien d'une fiction. C'est un véritable livre d'histoire sur les années 20-30 à Los Angeles écrit à partir d'archives du LA Times, de témoignages de membres des familles des protagonistes et de journaux tenus par ces mêmes protagonistes. L'auteur s'est interessé à la vie deux membres du bureau du procureur de cette époque : Dave Clark (assistant du procureur) et Leslie White (investigateur de la police scientifique). Tous deux ont lutté contre le crime organisé de cette époque. La majorité des bordels et des tripots étaient détenus par un homme, Charlie Crawford, qui régnait en maître sur LA avec la complicité du LAPD et de la mairie grace à des pots de vin conséquents tout en empêchant les mafieux de la côte est de s'installer.

Clark et White ont croisé la destinée de tous les acteurs majeurs de Los Angeles de cette époque : Edward L. Doheny (magnat du pétrole), William Mulholland (l'ingénieur qui a conçu l'aqueduc de Los Angeles), Raymond Chandler lui-même, Clara Bow (actrice)... A travers ces personnages, l'auteur raconte l'histoire de la ville avec le boom des années 20 causé par la folie du pétrole et le crash suite à la crise de 1929. C'est bourré de petites histoires parallèles et d'anecdotes passionnantes qui vont de la rencontre entre Chaplin et Einstein à la création de Beverly Hills. On est plongé dans une époque où le muet laisse la place au parlant, où les journaux dominent le monde de l'information et où le crime atteint des sommets pendant la Prohibition.

Le livre n'a pas été traduit en français mais il se lit aisément car le style est simple. Richard Rayner n'en fait pas des caisses et garde tout le long son objectif de raconter les faits et de retranscrir l'époque. Ce n'est pas de la fiction mais ça se dévore comme un polar. Vous connaissez probablement déjà les histoires de Capone et de sa bande à Chicago. Venez découvrir celles de Crawford sur la côte ouest.
Rendez-vous sur Hellocoton !

1 commentaire:

Les commentaires sont modérés et mettent un petit peu de temps à apparaître.
Vérifiez que la réponse à votre question n'est pas dans la FAQ (on ne peut plus y publier vos commentaires)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...