Jerry : No, I'll be back.
Kramer : Jerry, it's L.A., nobody leaves. She's a seductress, she's a siren, she's a virgin, she's a whore.
Seinfield, "The Finale"

vendredi 27 avril 2012

Travailler à Los Angeles

Ce post n'a pas pour but d'expliquer comment trouver du travail à LA. 

Si on avait la recette magique pour bosser ici, il y a de fortes chances que ce blog n'existe pas vu que Laetitia serait occupé à dessiner les costumes du prochain Batman tout en enseignant le français à Christian Bale pendant que je prendrais une année sabbatique pour apprendre le piano et développer des jeux indépendants. Il a plus pour but d'expliquer les conditions de travail ici. L'article aurait pu aussi s'appeler "Travailler aux US" mais je préfère parler de ce que je connais à savoir mon quotidien.


Je travaille dans la réalité augmentée. Ce n'est pas toujours simple d'expliquer ce que je fais.

Ingénieur en informatique, j'évolue dans une entreprise assez jeune entouré de gens qui ont entre 25 et 40 ans. Même si c'est une filiale d'une boite française, elle représente assez bien la PME américaine dans son mode de fonctionnement. Commençons par l'essentiel : être embauché. Comme en France, ça passe par l'envoi de CV/lettre de motivation suivi d'un ou plusieurs entretiens. Enorme différence avec la France : les CV ne contiennent aucune information privée. Il n'y a ni l'age, ni la situation maritale ni la mention du permis de conduire. Et il est interdit de poser ces questions durant l'entretien. Bien sur on le devine assez facilement durant l'entretien ou en voyant un CV de 6 pages de long mais ça laisse une meilleure chance aux seniors. Autre différence dans les CV : les références. Sur son CV on cite des gens (anciens patrons/collaborateurs) avec qui on a bossé et on indique leur téléphone/email avec leur accord. L'employeur potentiel peut les appeler et poser des questions. On n'est pas forcé d'y répondre mais ça permet de donner un sacré coup de pouce à un pote. Il faut juste faire gaffe à ne pas mentir/survendre. Les gens sont relativement honnêtes sur leurs compétences que ce soit sur leur CV ou pendant l'entretien. Ils admettent ne pas tout savoir mais répètent en boucle qu'ils peuvent apprendre.

Une fois embauché, il y a deux types de contrats : freelance ou full time. En freelance, on ne fait pas vraiment partie de l'entreprise. On est son propre patron et on est payé au jour ou à l'heure. Il n'y a aucune sécurité de l'emploi. Full time, on est salarié de l'entreprise et la paye tombe toutes les deux semaines ou tous les mois. Il n'y a pas pour autant de sécurité de l'emploi. On peut être viré de jour au lendemain sans motif ni préavis. Concrètement le patron vous convoque dans son bureau. Deux heures après votre compte utilisateur a été verrouillé et vous repartez avec vos affaires personnelles dans un carton. L'inverse est aussi vrai : on peut se barrer quand on veut. Evidemment si on veut des références, il vaut mieux que la démission se passe en douceur. Contrairement aux idées reçues, il y a des indéminités chômage et elles sont loin d'être négligeables. Il y a aussi un SMIG fixé à 8 dollars de l'heure.

Un extrait de mon contrat. Ca met tout de suite en confiance.


Alors quelle est l'intérêt d'être full time si on a la même sécurité de l'emploi que les freelance ? C'est comme en France : les congés payés et la mutuelle. L'américain de base n'a pas d'assurance santé. S'il en veut une il doit la payer lui-même. La majorités des employeurs fournissent cette couverture santé aux employés et la mutuelle est plus ou moins bonne en fonction de la taille de l'entreprise. Ca va de "Faites que je ne me casse pas un bras" à "Et allez, encore une opération à coeur ouvert". Avec une mutuelle pourrie comme la notre, il vaut presque mieux qu'on rentre en France pour un acte important... Les congés payés ne sont pas nombreux. Généralement ça tourne autour de deux semaines. Si vous êtes malade, il faudra piocher dans vos congés payés ou ne pas être payé. Les arrêts maladie n'existent pas vraiment ici. De toute manière, prendre des congés est mal vu. L'américain part rarement en vacances et ne connait même pas son propre pays. Du coup ils investissent tout dans les voitures et les maisons. C'est dommage car si les américains avaient plus de vacances, ça boosterait drastiquement le tourisme. C'est pour cela que les parcs d'attraction ont autant de succès ici : ça fait des mini-vacances pas cher et pas loin de chez eux.

Au niveau de l'ambiance c'est assez décontracté. Le costume n'est pas obligatoire, les tatouages ne sont pas mal vus, on peut écouter de la musique au casque et les horaires sont assez flexibles tant qu'on fait ses huit heures par jour. LA oblige, les employeurs comprennent que le trafic est un problème et qu'on peut arriver en retard. On peut décorer son bureau à peu près comme on veut. Par contre ils n'apprécient pas le style négligé. Il vaut mieux être coiffé et rasé. A part pour les fumeurs, la notion de pause n'existe pas vraiment. Il n'y a pas vraiment d'horaire fixe où les gens se réunissent près de la machine à café pour discuter du dernier Game Of Thrones. D'ailleurs il n'y a pas de machine à café. Le café et le thé sont gratuits et préparés par les employés. La règle est que celui qui vide le pot de café en prépare un nouveau. Certains chefs et certains commerciaux se sentent au dessus de cela et font demi-tour quand ils voient qu'il n'y a plus de café. Au passage, la première webcam a été créée par un chercheur de l'université de Cambridge pour voir s'il restait du café. Normalement tout le monde a son petit mug et sa cuillère mais des gens continuent d'utiliser des touillettes jetables et gobelets en plastique... On ne boit jamais d'eau du robinet. On prend toujours l'eau de la fontaine qui est soit réfrigérée soit bouillante (pour le thé).

Pour Halloween on vient costumé au boulot

Les pots de départ ne se font jamais sur le lieu de travail. Généralement on se retrouve dans un bar à la fin de la journée avec les démissionnaires/licenciés pour partager un verre et des nachos. Les happy hour entre collègues sont relativement fréquentes mais vous ne verrez jamais d'alcool sur le lieu de travail. Par contre les déjeuners payés par l'entreprise sont fréquents (à base de pizzas ou de bouffe thaï) tout comme les "cake break". Quand c'est l'anniversaire de quelqu'un, tout le monde se réunit et on chante happy birthday avant de s'empiffrer de gâteau et de glace. C'est assez gênant pour celui qui fête son anniv' de se retrouver devant tous ses collègues qui lui chante bon anniversaire de manière un peu forcée. Il est assez fréquent d'arriver le matin et de trouver des bagels et des donuts. Il faut savoir que le bagel se mange avec de la crème salée soit au concombre soit au saumon. C'est très bon mais c'est un peu bizarre avec le café. Certaines choses ne se font vraiment pas. Le harcèlement sexuel étant sévèrement puni, il faut faire gaffe à ses mots. On ne fait pas de compliment sur les tenues de femmes ni de blagues un peu osées. J'ai déjà vu un de mes collègues rentrer dans mon bureau et le fermer à clé juste pour sortir une blague bien crade.

Les relations employés-patrons sont assez étranges car tout se fait dans le but d'éviter des conflits. Du coup quand il s'agit d'engueuler l'employé parce qu'il n'en rame pas une ou qu'il fait n'importe quoi, tout est dans la nuance et la modération. Ca va de "Peut être qu'on ne te manage pas assez mais on sent que tu n'es pas impliqué à 100%" (traduction : bosse !) à "On ne veut pointer personne du doigt ni jeter la pierre mais certains choses se sont mal déroulés" (traduction : tu fais n'imp' !). C'est très indirect et assez faux-cul. Le seul moment où c'est vraiment direct c'est quand ils annoncent aux gens qu'ils sont virés. En tout cas le ton ne monte jamais. C'est pareil avec les clients et les sous-traitants. Tout le monde garde son calme au téléphone ou par email quand ça se passe mal mais derrière on prévient les avocats.



Rendez-vous sur Hellocoton !

14 commentaires:

  1. Super article ! Je vais à Los Angeles une à deux fois par an pour travailler directement au siège de la société. C'est vrai que les conditions de travail sont très différentes de la France. Tout d'abord le matin quand vous arrivez au travail, les personnes se disent rarement "bonjour" et ne se font jamais de poignée de main (ou alors il lâche un rapide "hi! how're you doin'" en vous regardant à peine). L'ambiance est globalement chacun pour sa pomme mais ça c'est dans la mentalité américaine donc ça surprend moins :-) Par contre c'est vrai que l'ambiance est plus à se retrouver au bar et partager une bonne bière et nachos entres collègues. Là par contre l'ambiance est vraiment top et on découvre qu'en fait certaines personnes avec qui on travaille sont sympas :-)
    Au sujet des vacances, c'est vrai que 15 jours peuvent paraitre vraiment peu, surtout pour un français! Par contre, je trouve que les journées de travail sont moins stressantes et intenses qu'en France. Tout le monde est généralement plus "cool" même à l'approche des deadlines. Il m'est arrivé de travailler jusqu'à minuit et de revenir le lendemain matin pour 8h sans trouver cela pénible.
    Enfin dernier point, les sorties et restaurants payés par la compagnie. Rien à voir avec la France! Ils dépensent vraiment sans compter aux US et on est vraiment traité comme des rois (ou alors c'est l'impression qu'ils en donnent :-)).
    Voilà mon petit retour d'expérience du travail aux US. Chaque compagnie est différente et ce qui vrai pour moi ne l'est pas forcement pour toi!
    Dans tous les cas, L.A est vraiment une ville que j'adore au point de me poser la question d'y vivre aussi !
    Encore merci pour votre blog, il me permet de faire le planning de mes prochaines sorties à L.A. !

    RépondreSupprimer
  2. Sympa comme article.
    Dans une grande partie, cela ressemble au Canada aussi. Sauf pour l'assurance maladie et la notion de harcèlement.
    Bises
    Elisacanada

    RépondreSupprimer
  3. Désolée pour la jeune fille au pair qui à écrit un commentaire ici! Je l'ai effacé sans faire exprès ( je suis crevée, jetlag, tout ça ).

    Ecrit nous plutôt par e-mail pour tes questions s'il te plaît...

    Dans tous les cas, il est bien précisé que nous ne t'aiderons en rien pour ce qui est boulot ET VISAS. Ce n'est pas parce que nous vivons ici que nous avons la science infuse, mais nous répondons comme nous pouvons.

    C'est à chacun de bosser sur son projet professionnel, avec si possible un avocat spécialisé, mais on ne peut vraiment pas perdre de temps pour aider personnellement les gens sur des sujets aussi précis, surtout quand c'est un projet aussi vague.

    Autrement, pas de soucis pour d'autres conseils sur des projets plus aboutis :)

    RépondreSupprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un conseil qui demande l'aide d'un avocat et un vrai projet!

      Nous traitons tout le monde à la même enseigne.

      Supprimer
  5. Sympa l'article, pour moi qui suis dans l'industrie c'est un tout petit peu different mais les grandes lignes sont les memes.

    Ambiance plus sereine, beaucoup de bouffe au boulot (bagels, donuts), plus de mixite dans l'atelier qu'en France.

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour,

    Je pars l année prochaine pour 3 mois en Amerique pour y améliorer mon anglais. J aimerais cependant rester plus longtemps (voir 1 an) pour y travailler.

    Est-ce que je trouverais facilement du boulot sur place ou dois-je m'y prendre à l avance ?

    Quelle est la procédure.. est-ce l employeur qui fait la démarche de visa et carte verte pour moi ?


    C'est un peu flou tout ca pour moi.. si quelqu'un peut m aider ca serait sympa!


    Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      Je te conseille de lire cette page du blog :
      http://www.maviealosangeles.com/p/partir-vivre-aux-etats-unis.html

      On a essayé de résumer un peu toutes les infos.

      Supprimer
    2. Ca fait à la fois peur, à la fois envie.

      Je me tate à partir l'année prochaine pour mon année de césure !

      Je vais surement faire un tour sur tout ton blog afin de me renseigner sur la vie là-bas !

      Merci pour toutes ces infos.

      Lucas

      Supprimer
  7. Bonjours, d'abord un grand bravo pour ce blog très complet qui doit aider vraiment beaucoup de personnes. Voilà, j'ai tout juste 18 ans et mon rêve est de partir, mon âge n'influe en rien sur ma maturité les questions familles/ami(e)s ont étés longtemps réfléchis. Je veut donc quitté la France pour LA. Je sais très bien que cela ne se ferait pas avant 2 ans voir plus mais plus les jours passes plus cette envie de partir me trotte dans la tête. Je pense vraiment que ma place est là bas, j'ai bien étudier le pays sous toutes ses coutures, ses avantages, ses inconvénients et en rien de cela ne me fait peur ou influe négativement sur mon projet. J'ai récemment décrocher un travail dans une grande entreprise pour un contrat de 18 mois en intérim, ce qui me permettrait d'avoir les fond nécessaires pour ce départ. Je suis prêt a ' cravaché ' pour avoir un anglais parfait, mon père étant professeur d'anglais cela ne poseras aucun soucis. J'ai quand même quelques interrogations depuis que j'ai lu votre article sur les Visa. Dois-je me lancé dans l'espoir de trouvé un travail sur place, dois-je avoir des contact là bas. Serai-je accepté en tant qu'Américain où faut-il avoir un dossier en béton ( être connut ou des chose comme cela ) ... Et pour le Budget ? Que prévoir ?


    Merci d'avance pour votre réponse.

    Cordialement. Mathieu.

    RépondreSupprimer
  8. Hello Mathieu!

    Il y a un onglet expliquand tout ca " partir vivre aux Etats Unis".
    Tu t'en doutes surement deja un pey: c'est tres difficle d'avoir un visa, et quasi impossible d'y rester a vie. En gros: ce n'est pas l'envie ni la motivation qui t'aidera mais surtout du bol et le destin.

    RépondreSupprimer
  9. Salut à vous deux!
    Votre blog est vraiment génial!
    J'envisage également de partir mais la question du coût de la vie me fait peur. Les loyers ont l'air très chers. Je voudrai doc savoir si du coup les salaires étaient proportionnels aux loyers?
    Merci d'avance ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est dur à dire que je ne connais que ma branche et je n'ai bossé qu'à Los Angeles. Mais j'ai l'impression qu'on est dans la moyenne haute.

      Il faut toujours ajouter un troisième facteur dans l'équation salaire/loyer : la qualité de vie.

      Supprimer
  10. Au lieu de vous faire chier avec ce VISA quai-impossible à obtenir, marriez-vous donc à une jolie américaine. Au bout de 3 ans , tu demandes la citizenship et t'es en place à vie !

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés et mettent un petit peu de temps à apparaître.
Vérifiez que la réponse à votre question n'est pas dans la FAQ (on ne peut plus y publier vos commentaires)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...