Jerry : No, I'll be back.
Kramer : Jerry, it's L.A., nobody leaves. She's a seductress, she's a siren, she's a virgin, she's a whore.
Seinfield, "The Finale"

vendredi 2 mars 2012

Elections américaines : les primaires

Suivre les élections présidentielles françaises étant bien trop déprimant, j'ai décidé de m'intéresser à la version américaine. Le niveau du débat ne vole pas forcément plus haut mais c'est assez différent et fascinant à suivre. On dirait une série TV avec ses protagonistes, son fil rouge, ses rebondissements, ses guests stars, ses clans... Si on pouvait ajouter un peu de nichons, ça ferait une super série HBO. Bref tous les 4 ans les US votent pour changer de président. Mais bien avant de voter pour le président en lui-même (ou plutôt pour les super-électeurs mais on verra cela plus tard) ils vont élire leur candidat dans ce qu'on appelle les primaires.

Les primaires sont de véritables guerres civiles où les leaders d'un même parti s'entre-déchirent pour savoir qui sera le candidat. Cette année il n'y aura pas de primaires chez les Démocrates car le président sortant, Barack Obama, se représente. Ici les présidents ont le droit de faire deux mandats successifs. Mine de rien c'est un avantage énorme car ça permet au parti démocrate de ne pas dépenser un rond pour des primaires de plus en plus coûteuses. Mieux : plus les primaires républicaines seront longues et moins la "vraie" campagne le sera ce qui allégera encore le coup de la vraie campagne. Car soyons francs : les élections présidentielles aux US n'ont pas grand chose à voir avec les idées, les positions, le charisme, le talent... C'est surtout une grosse histoire de fric et de stratégie. Il faut en ramasser le plus possible et le dépenser astucieusement. Pour les présidentielles de 2008, Barack Obama avait levé 778 millions de dollars. Son adversaire John McCain en avait levé 394.

Le pauvre a vieilli de quinze ans en quatre ans.

Chaque candidat aux primaires claque en moyenne 100 millions de dollars pour être élu candidat officiel. Alors comment peut-on avoir autant d'argent ? Il y a plusieurs méthodes. Tout d'abord la fortune personnelle ou de la famille joue beaucoup. Chez les démocrates, les candidats sont généralement des politiciens de longue date qui ont franchi les échelons un par un. Chez les républicains, c'est plus souvent des hommes d'affaire ou des patrons de grosses entreprises. Après il faut aller faire la manche soit auprès des particuliers soit auprès des entreprises. Obama vient souvent à Los Angeles ces jours-ci et ce n'est pas pour faire la tournée des bars de Sunset. Il va chez ses riches amis d'Hollywood (comme Will Smith) pour qu'ils lâchent quelques millions de dollars. Chaque particulier/entreprise ne peut donner qu'une certaine somme pour éviter que tout cette mascarade ne ressemble pas à une gigantesque opération de corruption donc il faut trouver de multiples donateurs. Pour les élections de 2012, les deux partis ont trouvé une nouvelle astuce : les PAC ou Political Action Commitee. Officiellement ce sont des organisations créées pour soutenir/combattre un candidat/une proposition Techniquement elles n'ont aucun lien avec les partis. En réalité les PAC sont des sortes de filiales des partis qui ont un rôle déterminant dans les campagnes électorales en finançant par exemple des pubs TV diffamatoires. Encore plus beau : selon une décision de la Court Suprême de 2010, les PAC peuvent avoir un financement illimité de la part des entreprises ou des particuliers créant ainsi les Super PAC. En clair ce sont des grosses boites noires très peu contrôlés qui récoltent et dépensent autant de pognon qu'elles peuvent.

Herman Cain

Parmi les candidats actuels aux primaires républicaines, Mitt Romney est celui qui claque le plus ... et il est donc en tête dans les sondages. Mais ca n'a pas toujours été le cas. Avant lui, il y a quelques charlots qui sont montés très haut dans les sondages avant de tomber dans les limbes et de lâcher l'affaire. Le plus emblématique est Herman Cain. C'est l'exemple même du self-made man. Il est né dans une famille pauvre de Memphis, a fait des études scientifiques modestes et s'est rapidement tourné vers le business et la gestion. Il a gravi les échelons au sein d'une grosse entreprise d'agro-alimentaire et s'est retrouvé PDG d’une chaine de pizzeria. Après quelques tentatives ratés d'entrée en politique, il a décidé de frapper à la grande porte en se déclarant candidat aux primaires. Pro Tea Party, il a séduit les foules avec ses discours simples et directs voire franchement populistes sans vraiment trop savoir de quoi il parlait. Ouvertement favorable aux armes nucléaires et refusant l'idée du réchauffement global (comme la majorité des républicains), il voulait révolutionner la finance publique avec un plan baptisé 9-9-9 : 9% d’impôts sur le bénéfice, 9% d’impôts sur le revenu et une TVA à 9%. Des plaisantins se sont rendus compte que c'est la même chose dans SimCity... Mais il est surtout célèbre pour ses nombreuses bourdes. La plus célèbre est d'avoir cité de manière répété un morceau de la BO du film Pokémon sans savoir que ça venait de là. Il est monté rapidement dans les sondages et a même été en première place. Le problème est qu'il est bien trop naïf et gentil pour faire de la politique. Ses adversaires ont fouillé dans sa vie et n'ont pas tardé à déterrer des accusations harcèlement sexuel et des maîtresses. Les scandales se sont enchaînés et deux mois après le début des hostilités, Herman Cain annonçait qu'il jetait l'éponge.

Les tendances depuis le début des primaires

Il reste donc quatre candidats en lice : Mitt Romney, Rick Santorum, Newt Gingrich et Ron Paul. En réalité la bataille se joue surtout entre Romney et Santorum, Gingrich et Paul étant loin dans les sondages. L'organisation des primaires est horriblement compliqué. Chaque état élit un certain nombre de délégués à une date donnée. On peut suivre l'évolution sur l'excellent site RealClearPolitics. Les états ne votent pas tous à la même date même s'il y a plusieurs grosses vagues comme le Super Tuesday qui aura lieu mardi et où 10 états voteront en même temps. Histoire de faire simple, les états ont des règles différentes concernant l'attribution des délégués. Gagnez en Floride et vous raflez tous les délégués. Gagnez en Georgie et vous obtenez un nombre de délégués proportionnel au nombre de voix. Le combat se poursuit jusqu'à ce que tous les adversaires quittent le jeu. C'est très rare de devoir attendre le dernier état à voter pour savoir qui sera le candidat.

Mitt Romney

Les candidats s'affrontent dans des multiples débats, avec des campagnes télés, des sites web, des conférences de presse... C'est un jeu assez vicieux : il faut apparaître comme le meilleur candidat possible contre Obama tout en ne démontant pas trop les autres candidats car ils ont les mêmes idées et que ça pourrait porter préjudice dans la vraie campagne. Cette campagne a été particulièrement virulente et a écoeuré mêmes les journalistes républicains les plus endurcis de Fox News. Mitt Romney a été par exemple attaqué sur le fait qu'il gagnait beaucoup d'argent alors que ses adversaires sont d'ultra-libéraux qui pensent que tous les problèmes du monde seront résolus en exploitant massivement les ressources pétrolières. Les démocrates se régalent en voyant ce petit monde se déchirer. Rien de bon ne sort de cette guerre fratricide car c'est l'escalade de petites phrases et de propositions farfelues. Newt Gingrich a par exemple promis que s'il était élu, le gallon d'essence ne coûterait plus que 2,50 dollars comme par magie... Ils se battent tous pour savoir qui est le plus conservateur. Dans les années 90, Mitt Romney était très modéré, pro-avortement et même pro-mariage gay. Sa position a depuis bien changé surtout depuis sa première tentative aux primaires de 2008. Il y arborait fièrement sa nouvelle carte de membre de la NRA et parlait de son envie de doubler la capacité du camp de Guantanamo. Le comble de la mauvaise foi a été son attaque virulente de la réforme de santé d'Obama alors qu'il avait fait la même chose en 2010 quand il était gouverneur du Massachusetts. Il semble bien parti pour gagner. Rendez-vous au prochain épisode.
Rendez-vous sur Hellocoton !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont modérés et mettent un petit peu de temps à apparaître.
Vérifiez que la réponse à votre question n'est pas dans la FAQ (on ne peut plus y publier vos commentaires)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...