Jerry : No, I'll be back.
Kramer : Jerry, it's L.A., nobody leaves. She's a seductress, she's a siren, she's a virgin, she's a whore.
Seinfield, "The Finale"

vendredi 29 avril 2011

Laurel, le Hibou et Cerise

Ce mardi 26 avril sont venus visiter la ville la petite famille d'artistes.
Je leur ai fait visiter la ville comme j'ai pu, je les ai même fait lever le matin pour avoir plein de temps pour en profiter!

On a fait le tour touristique express habituel, de 11 heures a 21h30!

Je regrette d'avoir laissé partir la petite Cerise, qui réconcilierait n'importe qui avec les enfants. Peut-être qu'elle m'a aussi rappelé mon frère, qui a un an de moins!

Je crois qu'on a tous passé une bonne journée, mais c'est peut-être parce que Laurel et moi, on est nées dans la même petite ville... Quelqu'un devinera laquelle?

En cadeau, j'ai eu un original de Laurel, avec moi dessus, dessiné sur la table du restaurant...

Non, en vrai, je n'ai pas ces superbes bottes, ni cette longue chevelure de sirène, mais tout le reste, oui, je revendique! ( enfin pas le lapin géant non plus, même si j'aimerai )




























Le site de Laurel, dont certains ici viennent: http://bloglaurel.com/coeur/
Rendez-vous sur Hellocoton !

Vacances en France

En ce moment, ça me trotte dans la tête, je repasserai bien en France un petit peu.
Ca surprend très souvent quand on dit qu'on a jamais remis les pieds en France depuis notre arrivée ici.
Nous c'est l'inverse qui nous étonne. Déjà, je ne comprends pas où les gens trouvent l'argent et les vacances pour rentrer, certains deux fois par an. Ca s'expliquerait peut-être par le fait qu'ils ne reçoivent pas beaucoup de visites et donc n'ont pas à prendre leurs vacances pour tenir compagnie à leurs hôtes.

L'année dernière, on a eu des visiteurs quasiment tous les mois, cette année moins. C'est peut-être pour ça que l'idée me vient à l'esprit.
Mais voilà, ça coûte cher, et je devrai y aller seule, car Ben n'aura pas assez de vacances pour vraiment en profiter. Et ça coûte cher, je ne sais pas si je l'ai déjà dit.
Autre chose me fait hésiter: tout le monde travaille! Qu'est ce que je vais faire toute seule? Il faudrait aussi que je cherche des endroits où loger, éventuellement une voiture ( qu'il faudra apprendre à conduire... )...

Bref, en y réfléchissant bien, c'est triste, mais je suis vite découragée par l'entreprise que ça représente.

Et puis j'ai peur aussi. Est-ce que comme à Hawaii, j'aurai vite envie de rentrer dans ce qui est maintenant ma ville ( L.A m'a tellement manqué... )? Où est-ce qu'au contraire, je n'aurai plus envie de rentrer? Dans les deux cas, c'est flippant.


Moi sur les Champs-Elysées, en hiver 2008. Je me sens quand même mieux en bikini en décembre.
Rendez-vous sur Hellocoton !

La bise

Faire la bise, ça n'existe qu'en Europe, alors autant dire qu'ici, lorsqu'on s'accole comme ça dans la rue ou dans un restaurant, on se fait forcément regarder bizarrement.

Hier, une élève à fait la bise à notre prof, et tout le monde ou presque s'est senti bizarre. J'ai entendu près de moi, en anglais: ho, elle doit être française...

Aux Etats Unis, c'est assez simple pour se dire bonjour. On se dit bonjour. Enfin Hello, ou Hi! Un petit signe de la main à la rigueur. Pareil pour le départ.
Au début, j'avais souvent le réflexe de m'approcher tout près des gens pour leur faire la bise, du coup je faisais un hug, pour ne pas avoir l'air trop ridicule... Le hug, c'est plutôt entre copines, ou quand vraiment, il vient de se passer un truc cool. Je devais sembler très friendly...

Des fois, quand je fais la bise à trois personnes d'affilées ( les amis français ou belges ) et que le suivant est un américain que je connais bien, j'enchaîne! Je me souviens d'une fois où le pauvre garçon a reculé en criant: nonono!!!
Je l'ai forcé, il ne bougeait pas et fermait les yeux en attendant que ça passe, effrayé qu'il y ait un dérapage!

Les hommes ne se serrent pas vraiment la main non plus, je ne sais pas trop comment ils s'organisent...


Pigeons au zoo de Honolulu


Ils doivent nous trouver bien stupides quand on doit faire la bise à 15 personnes dans une soirée, puis la même pour repartir... Et puis s'arrêter en cours de route, parce qu'on ne sait pas si machin en fait 2 ou 4...

Ouais, je comprends qu'on passe pour des fous!
Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 25 avril 2011

Le Français Space Invaders arrêté à LA

Ce n'est pas la première fois qu'il se fait prendre, mais cette fois-ci, on a envie de dire que ce n'est pas juste.

L'artiste de rue Space Invaders, qui est connu et reconnu pour ses mosaïques pixelisées qui envahissent le monde, s'était déjà fait arrêté le 28 février cette année, après avoir signé l'un des monuments les plus connus du monde:



Ce mois-ci, c'est près du musée MOCA, à little Tokyo qu'il s'est fait pincer. En ce moment au musée, une présentation sur le thème de l'art de rue, où le Français ne s'est pas fait prier pour se rendre. Bien dans le thème, il décide d’apposer sa patte ( et sa pâte ) dans une rue près du musée. Mais la police en décide autrement, et les attrape avant même que les comparses aient eu le temps de plonger la truelle dans leur seau de ciment.

Ils ont depuis été relâchés, et sont accusés de tentative de vandalisme.

La tension est forte en ce moment pour la LAPD, qui se bat depuis longtemps pour supprimer les tags de la ville, considérés comme du vandalisme évidemment, mais surtout marquant le territoire des gangs.
Faire un graffiti ou détériorer un bâtiment public ou privé est très grave ici, et les Américains sont souvent choqués par le laxisme français quand ils visitent notre pays.
Cette exposition est perçue comme de la provocation par la police, qui a plusieurs artistes en ligne de mire. Une autre vidéo montre trois d'entre eux taguant un mur à Hollywood.

( article original en lien dans le titre. Traduction de l'article : http://www.lepost.fr/article/2011/04/22/2473949_journal-space-invader-arrete-a-los-angeles.html )

Space Invaders est le premier à payer la revanche des flics.


Rendez-vous sur Hellocoton !

Critique de film: Hall Pass ( B.A.T Bon à tirer )

Je suis dans la lancée alors c'est parti. Même si on l'a vu il y a un moment, une pub sur un site français m'a fait penser que ce film sort enfin en France! ( le 27 avril )


L'histoire: après une bonne dizaine d'années de mariage, deux femmes au bout du rouleau décident de donner un hall pass à leurs maris. Pendant une semaine, les deux hommes seront libres de faire tout ce qui leur passe par la tête sans aucune conséquence pour leur mariage. Le but est de faire comprendre aux deux maris reluqueurs et obsédés par les jeunes femmes, que c'est l'interdit qui provoque la tentation, et que s'ils étaient célibataires, ils n'auraient aucune chance de coucher avec l'une des ces filles. Les deux copines pensent alors qu'elles retrouveront leurs maris calmés. Elles partent donc en vacances avec les enfants sous le bras, et laissent leurs compagnons s'amuser avec leurs potes.
En cours de route, elle se rendent cependant compte de quelque chose d'important: le hall pass est valable pour elles aussi...



Si au départ on peut se dire qu'on va encore devoir supporter une comédie bancale avec une morale débile, on est assez surpris du tournant psychologique que le film prend. Peut-être que les gens en couple depuis longtemps seront plus sensibles à l'histoire que les célibataires ou les nouveaux amoureux ( qu'ils sont cons ceux-là ), parce que le sujet du film les concerne ou les concernera ( en tout cas, nous, on a trouvé notre cadeau pour nos 10 ans d'amour. ).



C'est un film des frères Farrelly (Marie A Tout Prix, Dumb and Dumber...) et ils font rarement dans la dentelle. Il y a donc de très gros moments bien dégueulasses, pour lesquels les Américains sont très doués, et évidemment, des situations complètement improbables.
Pour une fois, les femmes porteront de grosses responsabilités, et ne seront pas des oies blanches, comme c'est le cas dans beaucoup de comédies romantiques ( et dans la réalité, bien sûr ).
Quelque chose que j'ai beaucoup apprécié: le fait qu'il y ait un couple avec enfants et un couple sans. La comparaison était bonne à faire, pour ceux qui aiment se dire que les enfants ont démoli leur couple, ou le démoliront.
Je n'aime pas du tout les films romantiques, et cette comédie était un mélange des genres. C'est drôle et accessible, mais avec un fond sérieux, et j'espère que le public ne sera pas déconcerté par ça, car le film est présenté comme bien lourd et bien gras, ce qu'il n'est pas ( enfin, pas tout le long ).



Je me répète, il est plutôt destiné aux couples, qui n'ont pas de problèmes si possible, sauf si vous aimez rallumer les sujets sensibles ( fidélité, matage en public, baisse de libido, manque d'attention de la part de l'autre, routine du couple... ). Je suis bon public, donc les situations cocasses m'ont beaucoup plu ( se mettre à la page niveau drague, et tester sur la méga bombe qui sert les cafés chez Starbucks, partir à la recherche de chaire fraîche dans un restaurant familial à 20h30 avec les potes moches et relous ).
Pour ma part, je le re-verrai volontiers!






( Le trailer interdit au moins de 17 ans: http://www.ign.com/videos/2011/02/18/hall-pass-red-band-trailer )

EDIT: en fait le titre français est: B.A.T. bon à tirer. Je ne sais pas si il était possible de faire plus pitoyable. On dirait que les gens qui décident des titres des films en France, ne veulent pas que ces films aient du succès. Je ne parle même pas des doublages merdiques.
Rendez-vous sur Hellocoton !

Critique de film: Source Code

Le film est sorti le 20 avril en France.

Après un super samedi ( un peu frileux quand même ), on décide d'aller au cinéma. Il n'y a pas des tonnes de choix, et deux films qui se ressemblent : limitless et source code. On choisit source code.

Grosse surprise quand on s'aperçoit que les tarifs ont encore augmenté. On comprend pourquoi: lorsqu'on prend sa place sur une borne électronique, on doit choisir sa place dans la salle... C'est chiant, surtout en groupe... Fini le premier arrivé, premier servi. Difficile de trouver un autre cinéma où on peut se rendre à pied, ça va être compliqué.

Bref, on n'a rien lu sur le film, juste aperçu la bande annonce ( elles passent à la télévision ici ). J'ai peur que le film soit très répétitif et un peu trop intello.



Au final, le rythme est excellent. L'action commence dés le début, et comme le personnage, on ne sait rien de ce qu'il se passe.

L'histoire: Un militaire, pilote d'hélicoptère américain en Afghanistan, se réveille dans un train en route pour Chicago, en face d'une jolie brune. Il ne se souvient pas comment il est arrivé là, ni qui sont les gens autour de lui. Il file aux toilettes, et se rend compte que le reflet dans le miroir n'est pas le sien, ni ses papiers d'identité. Après une dizaine de minutes de panique, le train explose, et il se réveille enfermé dans une sorte de capsule métallique, avec pour seul contact avec le monde, un écran, et la voix d'une jolie blonde de l'armée, qui l'appelle par son vrai nom.

Pendant ces premières minutes déjà, le cerveau pioche dans la mémoire, et on pense à Quantum Leap ( Code Quantum ), 7 jours pour agir ( surtout à cause de la capsule ) et Un Jour sans Fin ( Groundhog Day ).
Il y a un petit arrière goût de Matrix également, mais chut.



Au final, le film n'est pas trop intello. Il faudra juste réviser votre théorie des cordes avant d'y aller, mais honnêtement, même en anglais, je n'ai pas eu de soucis ( je ne rappelle pas ma couleur de cheveux ).

Si vous êtes malades en train comme moi, ne vous mettez pas trop devant. Si vous êtes sensibles à la mort et à la violence ( pas trop de sang, ça va, mais c'est assez froid et cruel par moment ), accrochez-vous également.



Au final, le film est très bien ficelé, tout est à peu près réaliste et logique si on n'est pas trop regardant ( si vous vous souvenez de 7 jours pour agir, je n'ai jamais compris ce que devient le vrai gars dans le passé... A la fin de la série, il doit y avoir 400 mecs identiques. La physique quantique, on oublie carrément... ). Il y a pas mal de rebondissements. Ce n'est pas trop neuneu, ni sérieux. La répétition presque à l'infini de la même scène n'est pas du tout énervante... On nous en épargne pourtant deux ou trois qui ne servent pas l'intrigue ( on nous épargne ainsi les dernières minutes de vie de tous les passagers du train, ce qui n'est pas trop demandé ).
Le fait qu'on ne s’ennuie pas est surtout dû à la découverte de l'histoire et de la situation en même temps que le personnage. L'identification n'est pas toujours facile, parce qu'on n'est pas tous des GI's surentraînés, mais le héros et ses secrets s'ouvrent dans l'histoire comme les tiroirs d'une commode. Le film est aussi sensible émotionnellement qu'actif. On retiendra le placement de produits, auquel on est finalement habitués maintenant ( mais peut-être qu'effectuer une recherche avec Bing sur un Nokia était une blague pour détendre l'atmosphère... ).



C'est un film que je conseillerai volontiers, même si il ne restera pas dans les annales. C'est très divertissant et les acteurs sont bons. Il y a quelques points un peu décevants, mais je spoile si j'en parle, désolée...
Rendez-vous sur Hellocoton !

ABC Stores



Si vous allez à Hawaii et que vous logez à Waikiki, vous ne pourrez pas faire cent mètres sans voir une enseigne ABC Stores. Créé par une famille japonaise dans les années 60, les boutiques ABC Stores ont rapidement pris une ampleur considérable et tué quasiment toute la concurrence à Waikiki. On en trouve 37 dans un rayon d'un mile. Il y en a minimum un par bloc. Notre hôtel en comportait même un de chaque côté du bloc.

Alors qu'est-ce qu'on trouve chez ABC ? Tout et n'importe quoi. Des fringues (chemises, t-shirt), des souvenirs (tikis, cartes postales, ukulele), de la bouffe, de l'alcool, des cigarettes, des serviettes de plage... A peu près tout ce qu'il faut pour rendre un touriste heureux. En plus c'est ouvert jusqu'à tard le soir. Au début on trouvait que les prix étaient chers mais en fait c'est tout Hawaii qui est cher et les ABC sont juste un peu au-dessus de la moyenne. C'est même parfois très intéressant. Les fameuses chemises hawaiiennes par exemple coûtent 20-25 dollars et elles sont de qualité et vraiment faites à Hawaii.

Le monopole des ABC Stores fait que les prix sont les mêmes dans tout Waikiki de toute façon à un ou deux dollars près. Faites quand même un tour dans l'International Market pour avoir un plus grand choix de souvenirs et qui sont parfois moins chers. Quoi qu'il en soit la première chose à faire en arrivant à Waikiki est de prendre la carte gold chez ABC (gratuite). On accumule des points en achetant chez eux et on gagne des cadeaux en dépassant plusieurs paliers.

La grande question est : "que veut dire ABC ?". A l'origine ça signifie Aloha Brings Customers mais les Hawaiiens ont rapidement trouvé d'autres noms plus appropriés : All Blocks Covered, All Bunch of Crap, All But Cheap, Always Bring Cash...
Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 22 avril 2011

Hawai'i, part 2 ( Centre-ville d'Honolulu )

Les îles de Hawai'i ( orthographe originale ) ont été unifiées avec l'aide des Anglais et des Américains en 1810, après 15 ans de batailles du roi de Big Island ( la Hawaii originale ) contre les chefs des autres îles. Ce tout premier roi hawaiien, c'est Kamehameha I .

La royauté sera renversé en 1893, sous la reine Lili'uokalani qui a pris la succession de David Kalakaua, son frère ( élu législativement au trône, après la mort du dernier Kamehameha. La famille Kalakaua sont les descendants du chef de l'île invaincue Kaua'i, qui avait alors prêté serment à Kamehameha I. J'imagine que les deux familles étaient proches... ).
Le coup d'état est organisé par des commerçants et des hommes d'affaires qui veulent que les îles deviennent américaines, ce qui représenterait un énorme bénéfice pour eux. C'est Sanford B. Dole ( des plantations Dole, qui malheureusement ne vont plus faire long feu à Hawaii ) qui se hisse au pouvoir, jusqu'à ce que les Etats Unis annexent Hawaii. Les Etats Unis considéraient toutefois que le coup d'état était illégal, et que la reine devait revenir au pouvoir. Le Japon et l'Angleterre, les autres protecteurs des îles, en décidèrent autrement. On découvrit des armes dans le palais de la reine, et elle fût arrêté. En 1895, elle dissout la royauté hawaiienne et devint une citoyenne ordinaire et meurt en 1917, sans laisser de descendant direct.
Hawaii est annexée par les Etats Unis, comme le Texas avant elle, et deviendra un état américain en 1959.
Dole devient le premier gouverneur de Hawaii.
Hawaii, c'est aussi 8 îles inocupées à l'ouest et réserve nationale: les Leeward Islands 

Si un royaume devait être rétabli à Hawaii, ce serait les descendants des cousins de la reine qui prendraient le pouvoir, les Kawananakoa. Les Laanui seraient aussi apparemment des prétendants au trône.

Je vous passe les Français et leurs attaques contre la royauté à plusieurs reprises, ainsi que les terribles épidémies subies par la population, qui n'était pas protégée contre les maladies occidentales...

Les Français avaient aussi attaqué le Mexique. C'est leur ridicule défaite qu'on fête au Cinco de Mayo. Mais chut, ce n'est pas écrit dans les livres d'histoire, ce n'est jamais arrivé... Continuons de blâmer les Américains et les massacres des Indiens, alors que si on avait pu...

Tout ceci pour dire que, le centre-ville de Honolulu est riche de toute cette histoire royale, avec des églises, des palais, des statues que les habitants fleurissent avec respect...



Le capitole state, en forme de volcan ( enfin, apparemment... )


sceau de l'état




Iolani Barracks, 1870 ( Kamehameha V )



Iolani Palace 


Détail de la grille d'entrée du palais, avec le sceau de la famille Kamehameha.

La statue de Kamehameha I devant la cour suprême de Honolulu


Kamehameha I . Il y a plusieurs autres statues de lui, notamment à Las Vegas...


Monuments aux soldats américains morts pendant la seconde guerre mondiale.
Je ne sais plus si c'est une flamme éternelle pour les femmes, ou pour les soldats asiatiques morts pendant la seconde guerre mondiale... Je ne me souviens plus.



Ancien palais de la reine, aujourd'hui résidence des invités du gouverneur.


Kawaiaha'o Church ( il y a deux églises l'une à côté de l'autre, celle-ci date de 1874 )

Les hôtels de Waikiki dominent l'histoire

Centre-ville, quartier d'affaires

Vieux cimetière

Brasserie locale!



Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 21 avril 2011

Hawai'i, part 1 ( principalement Waikiki )

Je suis désolée d'avance, car il nous manque beaucoup de photos, dû au vol du laptop.


Hawaii ( ou Hawai'i ), c'est 8 petites îles dans le Pacifique, qui font partie de ce qu'on appelle les îles de la Polynésie ( qui comprennent entre autres, Tahiti, les îles Samoa et Fidji, pour ne citer que les plus connues ).
Honolulu, la capitale de l'état, est située sur Oahu. L'ïle d'Hawaii ( aussi appelée Big Island pour éviter les confusions ) est la plus grande. C'est là qu'ont été tourné les Jurassic park, et c'est aussi là que se trouvent les fameux volcans en éruption permanente ( qui sont à l'origine des îles, on y reviendra plus tard ).



C'est aussi sur Oahu que se situe Waikiki, où nous avons passé nos vacances comme beaucoup de gens, et Pearl Habor.

Waikiki est un quartier hyper touristique et commercial de Honolulu, dont on se dit en arrivant: "OK, donc ils se sont dit: il faut qu'on sacrifie une partie de la côte pour ces débiles de touristes, histoire de pouvoir conserver le reste..."

Effectivement, en dehors de Waikiki et d'Honolulu, c'est très sauvage. Si on continue dans les tournages, l'île a prêté ses décors à Lost, l'île fantastique, et pratiquement tous les films américains se déroulant en Afrique ( même Georges de la jungle... ). Il y a d'ailleurs une super visite Lost, pour voir les vrais décors de la série ( la cage des ours polaires, les campement des autres...m'en demandez pas plus, je n'ai jamais regardé cette série, et bizarrement, j'ai pas très envie... ).

On avait des photos magnifiques de la côte nord, qui est restée sauvage, mais vous ne les verrez pas.



On a visité le Polynesian cultural center, qui présente des reconstitutions de villages polynésiens, entièrement gérer par des étudiants, et se terminant par un spectacle de danse et de jonglage avec le feu...
Dommage, pas de photos :/ et surtout pas de photos de nous avec des colliers de fleurs et des faux tatouages tribales en train de jouer du Ukulele.

Retour sur Waikiki donc, où en arrivant, nos poumons se remplissent d'un air à 35 degrés et 50% d'humidité, ce qui fait que j'ai cru crever en attendant que la chambre soit prête. Mais je vous passe les cheveux et la peau de rêve, qui font qu'aucune polynésienne n'a le moindre mérite.

Dés les années 1800, la famille royale Hawaiienne passe ses vacances ( je me retiens de mettre des guillemets! ) à Waikiki, notamment pour y surfer.
Rapidement, les premiers hôtels s'y construisent. Le Moana Surfrider Hotel est l'un des premiers. Il date de 1901.

en meilleure qualité si vous cliquez dessus. C'était soleil couchant, ça explique le bleu ambiant.


Ben aime bien faire des photos stupides, mais je la mets parce que le surfeur qui passe derrière me reluque

Diamond head au fond, le cratère d'un volcan éteint. On est montés tout en haut dans cette chaleur insupportable, très semblable à la fournaise de Dubrownik.
La seule preuve rescapée du périple... La vue depuis Diamond Head.







Pardon pour les taches sur la photo...

Les scientologues, toujours là quand on a besoin. Un stress test en vacances, pas de problème.

Bonne chance pour trouver des prospectus en anglais. Tout est en japonais, même certains menus dans les restaurants...


L'un des problèmes de Waikiki, outre qu'on peut difficilement voir autre chose depuis la chambre de l'hôtel que des hôtels, des hôtels, et en fond, des hôtels, c'est l'érosion de la plage.
Dans les années 70, il a fallu faire amener du sable de Manhattan beach pour renflouer la plage. Aujourd'hui, il y a des barrières en béton dans l'eau pour éviter les vagues d'emporter le sable, et un projet de réhabilitation pour cette année.








Le banyan est l'arbre symbole de l'état, mais il a été importé d'Afrique. Beaucoup d'arbres et de plantes ont été importés sur l'île depuis l'Afrique ou l'Australie, pour leurs fruits, ou l'ombre qu'ils prodiguent.



Duke Kahanamoku est la figure locale. C'était un hawaiien de pure souche, surfeur donc, mais aussi nageur olympique, acteur, shérif, l'un des premiers joueurs de volleyball, homme d'affaire et héros national pour avoir sauver de la noyade huit personnes dont le bateau coulait, avec sa planche de surf...

C'est un peu plus au nord que le président Obama vivait. On a pu aller voir le lycée où il allait, le quartier où il vivait...
La bannière étoilée n'est pourtant pas très présente. Le drapeau Hawaiien domine largement.


N'oubliez pas non plus de dire Aloha ( bonjour, au revoir, je t'aime ) toutes les 15 minutes. Si vous faites un tour en bus pour une visite, on vous le fera répéter 40 fois par heure, histoire de bien vous saouler avec ça. Perso, je ne vis pas dans un bunker, merci, je connaissais. On vous dira Mahalo sans arrêt aussi ( merci ).
Tous les gens deviendront rapidement vos cousins, vos frères et vos soeurs. Et vous ne pourrez pas approcher vos nouveaux potes sans avoir fait un hang lose avant.

Je vous ai pas dit aussi qu'il n'y avait que des vieux? Surtout après le spring break?

Vous aurez aussi l'immense plaisir d'avoir la possibilité d'acheté de charmantes statuettes d'Elvis Presley, grand amateur du Hang Lose.

Au niveau danse, les Wahinés ( demoiselles. Important à savoir, parce qu'aux toilettes, les deux bonshommes portent des jupes ) Hawaiiennes ont une technique bien différente des Tahitiennes qu'on connaît bien. Leur danse est plus lente et plus précise...
Le Ukulele est apparu après que des Cowboys soient venus apprendre la guitare à leur futurs compatriotes ( Hawaii deviendra en état américain en 1959 ). Ensuite sont venus des Espagnols, avec leur mandoline. Les Hwaiiens ont fabriqué un mélange des deux qui leur plaisait bien.

Le fameux hibiscus dans les cheveux n'est pas anodin. A droite il signifiera que vous êtes célibataire, et ouverte à différentes propositions. Sur l'oreille gauche, que vous êtes maquée, et que ce n'est pas la peine d'essayer. Il y a d'autres fleurs à arborer, chacune avec une signification, mais plutôt en colliers ( leis ).




Part 2: Honolulu et la famille royale
Rendez-vous sur Hellocoton !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...