Jerry : No, I'll be back.
Kramer : Jerry, it's L.A., nobody leaves. She's a seductress, she's a siren, she's a virgin, she's a whore.
Seinfield, "The Finale"

lundi 31 janvier 2011

Combien me coûterait la maison de mon personnage de série préféré?

Hé oui, ce qui fait fantasmer dans les films ou les séries, ce sont les maisons et les apparts.

Ce n'est bien souvent que du décor, au point que parfois, des immeubles entiers sont reconstitués dans des hangars.
Parfois, on a des plans extérieurs d'une vraie maison, mais l'intérieur est encore une fois tourné en studio.

Il y a aussi le mélange des deux: des vraies maisons....dans des studios en extérieur.

Des rues entières sont en fait des décors de studios.

Si vous passez dans le coin, on vous conseillera sûrement d'aller visiter Universal Studios ( qui est aussi un parc d'attraction pas mal du tout, mais n'y allez pas en saison touristique, sinon vous passerez des heures à faire la queue. Je ferai peut être un article spécial sur l'organisation à avoir dans ce parc, c'est tout un art de ne pas faire la queue ), mais surtout, si vous adorez le cinéma et que vous voulez voir EN VRAI, c'est dans les studios Paramount que vous devez aller, mais surtout aux studios Warner Brothers ( à côté d'Universal justement ), c'est impératif!
La visite se fait en petit comité, avec un guide personnel, à qui vous pourrez demander n'importe quoi ( prévoyez avant ). Je ne spoile rien, vous verrez bien! Mais c'est plein de surprises, et vous pouvez y croiser plus de stars qu'à Universal ( trop de monde, trop rapide, sauf si vous prenez la visite VIP ).

Attention, à part Universal, les tours sont interdits aux enfants de moins de 12 ans ( beaucoup de décors et props très fragiles, ils doivent déjà surveiller étroitement les adultes... ).

Donc ça, c'est pour la partie envers du décor.

Mais si les maisons et appartements des films et séries existaient en vrai, à combien se monterait le loyer? Est-ce vraiment crédible tout ça?


L'appartement de Monica, dans Friends.

Un appartement en plein dans Greenwich village à New York. Une très grande pièce principale, deux chambres, une petite terrasse, un accès au toit... Il vous en coûterait entre 1.8 et 2.3 millions à l'achat, et 5 500 dollars par mois. Mais l'appartement est sous-loué par Monica, donc le loyer devrait être moins élevé.

L'appartement de Jerry Seinfeld

Il habite à deux rues de Central Park. Une chambre, un salon, une cuisine américaine, dans les étages élevés.
A l'achat, entre 1.3 et 1.8 millions de dollars, et 4 000 dollars de loyer.

Le duplex de Gossip Girl

En plein dans l'Upper East Side évidemment, un duplex design. Il fait entre 400 et 600 m², se situe dans un hôtel, donc bénéficie d'un service hôtelier. Entre 3.5 et 4 millions de dollars à l'achat, et jusqu'à 15 000 dollars de loyer par mois.

L'appartement de Ted, How I met your mother

L'appartement a deux chambre, une salle de bains, un accès au toit, et se situe dans l'Upper East Side.
A l'achat, environ 2 millions de dollars, et un loyer de 5 000 à 6 500 dollars par mois.

L'appartement de Carrie, Sex and the City


L'appartement est petit, mais très rare et bien placé ( adresse fictive ). C'est un F1, mais qui possède un " couloir-dressing " , typique des années 50 ( la cuisine est la salle de bains sont d'époque ).
A l'achat, entre 900 000 et 1.3 millions de dollars, et 3 500 à la location.



Voilà pour New York, l'une des villes les plus chères du monde.
A Los Angeles, c'est très différent. Il y a beaucoup d'espace, très peu d'appartements au final, car il coûte très cher de faire construire un immeuble de plus d'un étage ( c'est pour cela que la ville est très étalée. )
Les loyers sont également plus abordables, et il y a toujours beaucoup de choix pour la location, on peut faire sa fine bouche, et monnayer son loyer ( obtenir des mois gratuits, faire acheter des aménagements au propriétaire... ).


La maison des Banks, Le prince de Bel-Air

Bel-Air est le quartier chic de Beverly Hills ( je me comprends ), quartier difficilement accessible, impossible de s'y garer ou d'y marcher. Il se situe juste à côté de la faculté de UCLA.
La vraie maison de la série se situe à Brentwood.
Elle est dans le style victorien, inspiré part la Maison Blanche. Il y a une cuisine immense, un hammam et jacuzzi, une maison d'amis dans le jardin, piscine chauffée à l'énergie solaire, salle de projection...

Si elle se situait à Bel-Air, on pourrait l'acquérir pour 6 millions de dollars, 4 millions à Brentwood ( la vraie maison donc ).



La maison des Fisher, 6 feet under


Même sans tenir compte des cadavres, la maison est le pire investissement possible, puisqu'elle se situe dans le quartier de West Adam, no man's land entre deux territoires de gangs rivaux.
Malgré son cachet, il ne vous coûterait que 400 000 dollars pour venir vous installer dans la bonne ambiance.



La maison des Walsh, Beverly Hills 90210

La vraie maison se trouve à Pasadena ( le lycée de la série se trouve à Torrance, trèèès loin de Beverly Hills ).
4 chambres, 3 salles de bain, environ 300 m², un grand jardin avec une maison d'amis...
En plein Beverly Hills ? La famille pauvre de la série avait quand même 3.5 millions à claquer pour offrir la meilleure éducation gratuite à leurs enfants...
La vraie maison ne coûterait que 750 000 dollars.



Melrose place

Melrose place est un quartier d'antiquaires, il y a très peu d'habitations. Mais le vrai bâtiment est quand même situé sur Melrose Avenue!
Il y a plusieurs appartements avec 3 chambres, 130 m² et meublés. Ils ne sont pas à vendre, avec raison puisqu'il y a deux ans d'attente pour y avoir accès!
Le quartier n'est pourtant pas fabuleux, et il y a même eu des meurtres commis dans la co-propriété...
La piscine est chauffée toute l'année, si il y avait besoin. Le loyer est de 6 000 dollars, ce qui est absolument énorme pour le coin.



La maison de Vince Chase, Entourage


La maison était vraiment à vendre. Elle est situé dans le quartier chic ( mais pas très à la mode ) de Encino, et vous auriez les parents de Michael Jackson comme voisins.
La maison est de type provençal français, 8 chambres à coucher avec une chambre principale de 100 m² avec vue sur la piscine, 7 salles de bains, salles de jeux et de projection, bibliothèque...
Piscine olympique, 3 patios, 1000 m² de terrain et 900 m² habitables.
Elle était à vendre pour 5 millions de dollars.
Il y a toutefois plusieurs maisons utilisée pour les extérieurs ( celle-ci ) et d'autres, voire des studios, pour les intérieurs.








Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 28 janvier 2011

Les lieux hantés de Los Angeles

Je ne fais pas de classement, car j'ai vu la plupart ses endroits sans me sentir particulièrement persécutée...
Si un jour j'y vois des fantômes, je ferai éventuellement un décompte.
J'espère que personne ne prend ça au sérieux, c'est marrant, mais bon, comme je le disais dans mon article sur la mort, on se demande bien pourquoi il y autant d'endroits réputés hantés aux Etats Unis, et d'où ça peut bien venir...


Mon fantôme préféré, à la fois romantique et ridicule: Peg Entwistle.

Cette jolie jeune fille débarquait fraîchement d'Angleterre vers la terre promise en mai 1932, espérant comme tant d'autres l'ont fait après elle, devenir la nouvelle star de Hollywood. Elle a joué dans plusieurs pièces, dont le Magicien d'Oz, aux côtés d'Humphrey Bogart, qui l'avait demandé personnellement!

Elle signa enfin un contrat pour un film, avec le studio Radio Pictures. Malheureusement, après les screen tests, quasiment toutes ses scènes ont été supprimés.
Au lieu de rentrer chez son oncle qui l'hébergeait, elle monta jusqu'au Mount Lee, là où à l'époque, s'étendait les lettres: HOLLYWOODLAND.
Elle rangea parfaitement ses affaires au pied du H ( chaque lettre mesure 4 étages ), grimpa à l'échelle, et sauta dans le ravin.
Ca aurait déjà été une fin horrible, mais le corps fût retrouvé deux jours plus tard seulement, et l'autopsie révéla qu'elle ne mourut pas tout de suite...
Elle avait laissé une note de suicide dans son sac: je suis effrayée, je suis lâche. Je suis désolée pour tout, si j'avais fait ça bien avant, j'aurai évité beaucoup de souffrances.
Pire encore, son oncle, quelques jours plus tard, ouvrit une lettre qui était destinée à sa nièce, et qui venait de la Beverly Hills Playhouse. Ils lui offraient le rôle principal dans leur prochaine pièce, où son personnage finissait par se suicider.

De nos jours, il paraît qu'on peut croiser l'apparition d'une jeune femme vêtu comme dans les années 30, au sommet de la lettre H.
Cette histoire est très connue ici, et est véridique. Seulement, depuis, toutes les lettres du signe ont été remplacé, et il est difficile d'y accéder. J'ai quand même entendu parler d'un petit chemin secret qui permet de passer la barrière de sécurité, qui depuis empêche les désespérés d'avoir la même idée ( assez grandiose ).

Si vous avez du temps devant vous, vous pouvez surveiller ce spot avec les caméra installées sur le signe Hollywood



Celui-là est aussi pas mal dans son genre: El Compadre, le restaurant mexicain hanté, houlala ça fait peur!! Attaque de tacos fantômes! ( leur site fout vraiment les jetons par contre )

Les deux fantômes qui sont censés occuper vos verres de margaritas, sont ceux de deux hommes qui ont été tués ici dans les années 50.
Lors du braquage du petit restaurant, à l'époque, le Don Pepe's, deux clients se lèvent pour arrêter le bandit. Seulement, ils seront descendu sans pitié.

Aujourd'hui, on dit qu'ils aiment se balader près du piano après la fermeture, juste pour faire peur au personnel. Certains parlent du miroir où des figures se reflètent... Le fils du propriétaire connait ces histoires, mais n'a jamais rien vu lui-même.

Ha oui j'oubliais, on peut aussi y trouver des stars, mais comme le restaurant n'est pas vraiment branché ni nouveau, ce seront surtout des retraités qui y traînent.



L'hôtel Roosevelt, Hollywood.

C'est the place to be pour les fantômes apparemment. Puisque n'importe quelle star morte qui est venu y vomir y aura son fantôme. La plus connue des pensionnaires est Marilyn Monroe, qui ne tient pas en place, puisqu'elle hante pas mal d'autres endroits...
Vous y trouverez les classiques lampes qui s'éteignent toutes seules, sèches cheveux qui se mettent en route juste pour foutre les jetons à Conchita qui refait le lit.
Mais il y a aussi les fantômes de deux petits garçons qui se sont barré de leur chambre quand leur père a eu le dos tourné, pour aller plonger dans la piscine. Ils se sont noyés.
Il y a aussi le fantôme d'un homme en costume blanc, qui l'après midi va faire mumuse avec les pièces en ivoire. Mais le pire, c'est celui d'un homme qui a été décapité ( je n'arrive pas à trouver comment, mais c'était en 1998, si vous êtes doués pour trouver des trucs... ) et qui répand avec plaisir son sang un peu partout, pour encore faire peur à Conchita.


N'hésitez pas à y entrer, c'est très joli.

Un autre hôtel un peu plus loin: le Landmark hotel, maintenant le Highland gardens.

Ici, on trouve le fantôme de Janis Joplin, enfin quelque chose de logique, puisque c'est bien ici qu'elle est morte, le 4 octobre 1970. Si vraiment vous êtes fan, c'était dans la chambre 105.
Elle sortait ce soir là des studios Sunset Sound, est allé se boire quelques coups au Barney's beanery ( endroit génial, dont j'ai déjà parlé dans mon article " où rencontrer des stars " ), mettre une claque dans le dos du patron du moment ( un certain Jim Morrison ), puis est allée à son hôtel pour se mettre en pyjama comme une gentille fille, s'est fait un petit shoot d'héroïne, comme tout le monde, est allée s'acheté des cigarettes au comptoir, et n'est plus ressortie de sa chambre sur ses deux jambes.

Vous allez me dire: mais, attend, la miss, depuis le temps, un shoot d'héro, ça devait plus rien lui faire!

Oui, seulement, celle qu'elle a acheté cette fois-là avait à peine été coupée, et plusieurs personnes sont mortes du même " lot ".

Il n'est pas forcément utile de demander sa chambre, car il paraît qu'il suffit de l'appeler dans le lobby pour qu'aussitôt les portes claquent et les téléphones sonnent.



Les 80 fantômes du Comedy Store, Hollywood

Durant les années 40 et 50, l'endroit été LA boîte de nuit super branché de Hollywood: le Ciro's.
Seulement, l'endroit été possédé par l'ami du grand mafieux de l'époque: Mickey Cohen ( la mafia juive? ).
On peut concrètement y croire, puisque derrière l'escalier à l'arrière du bâtiment, il y a encore ce qui semble être... la base d'une mitrailleuse...
Il y aurait d'ailleurs toujours des corps enterrés au sous sol, sûrement l'endroit le plus flippant. 
Gus était officiellement portier, officieusement, il faisait des " petits boulots " pour son autre boss, et il a fini assassiné. C'est son fantôme qui rallumerait les bougies et bougerait les chaises quand on a le dos tourné.

Un jour, deux comédiens voulurent entrer dans le vif du sujet, et appelèrent les esprits à se manifester.
Un cendrier leur fût lancé à la tête.
Au niveau du rez de chaussée, le fantôme d'une avorteuse, qui sévissait à l'époque où les danseuses faisaient déjà un petit plus que se montrer, mais on parle aussi carrément d'un ectoplasme de 2 mètres 30 qui respire le mal, d'un autre qui peut refroidir la pièce jusqu'à ce que vous voyez votre haleine, et un autre qui peut la réchauffer jusqu'à ce que votre peau commence à brûler.
L'acteur Steve Lubetkin s'y est suicidé, en laissant juste cette note: Je m'appelle Steve Lubetkin, je travaillais au Comedy Store.
Peut être qu'entre deux éclats de rire, vous feriez mieux de jeter un coup d'oeil derrière vous.




Le prochain endroit réputé hanté que j'irai visité, ce sera le Silent Movie Theater, sur Fairfax


Il paraît que Charlie Chaplin y venait, pour discrètement se revoir sur grand écran...
C'est d'ailleurs l'année de la sortie de son film " monsieur Verdoux" que le Silent Movie Theater ouvre ses portes.
Jusqu'en 1991, rien de spécial ne s'y passera, jusqu'au 17 janvier 1997, où pendant la projection du Sunset de Murnau ( 1927 ), un spectateur retourna dans le lobby, et tira mortellement sur le propriétaire de74 ans, Laurence Austin, blessant également la caissière et tirant au hasard sur les passants dans sa fuite. L'enquête, digne d'un film noir, montrait que le tueur avait été engagé par l'ancien amant de la victime ( Laurence est un prénom masculin, c'était une relation homosexuelle donc ).
On dit que le vieux monsieur est resté dans son cinéma, et qu'il y a aussi des problèmes d'ordre électrique, et que l'endroit est assez frissonnant.



Bon voilà, si j'en trouve d'autres ( j'ai déjà parlé du Queen Mary de Long Beach, je vais essayer de me renseigner sur Disney Land, qui paraît-il n'est pas tout net ), je ferai de nouveaux articles.

Pour ceux qui sont vraiment intéressés, il y a des tours de la ville spécial fantômes, disponibles ici: http://ghoula.org/
Même genre de chose pour San Francisco et San Diego, et à peu près chaque ville aux Etats Unis je pense!
Rendez-vous sur Hellocoton !

Les recherches google

Sur d'autres blogs, les auteurs aiment bien montrer les recherches google bizarres qui mènent à leur blog. C'est facile à voir en inscrivant son site sur google analytics.

Je suis un peu déçue quand je regarde, car je n'ai pas de recherches bizarres.
Evidemment le mot clef principal, c'est Los Angeles. Ensuite, c'est " star ", avec: voir star los angeles, croiser star los angeles, adresse star Los Angeles...

Je savais que ça allait m'amener du monde cet article!
Le seule recherche un peu bizarre que j'ai eu, c'est: acheter gaufrier en Californie ( je conseille Sur la Table, pour les suivants qui feront la recherche )

Sûrement des Belges :p

Mais aussi: "acheter une maison à Palm Desert" parce que je me dis: il y en a qui s'emm*rdent pas dis donc...

Je vais essayer de continuer dans le racoleur, avec un article sur les lieux hantés de la ville ( ça racole bien ça ), et puis un article résumé sur les endroits que j'adore à Los Angeles et qu'il faut voir absolument.

Après, je ne sais pas... J'essaye de montrer la vie quotidienne, mais ce n'est souvent pas évident car on est devenus habitués... Ca a perdu de sa spontanéité... Vous voudriez savoir quoi ou voir quoi? Parce que je vais avoir le permis bientôt :p Et aussi un magnifique appareil photo.

Je compte faire un petit safari sur Venice boulevard, parce qu'il y a énormément de choses à y voir.
J'avais essayé de photographier les supermarchés, mais on se fait tout de suite rembarrés donc j'ai abandonné.

Quelques réponses aux autres recherches: On a le droit de fumer dehors à Los Angeles, exceptés à Santa Monica ( vous pouvez essayer, mais tout le monde va tellement râler autour de vous que vous abandonnerez ).
Non, vous ne pourrez pas entrer dans des restaurants ou bar servant de l'alcool si vous avez moins de 21 ans, ni acheter des cigarettes ou de l'alcool. Oui, ils vérifient très sérieusement, même Ben qui a 28 ans. Et même si vous ne buvez pas d'alcool ( je ne bois pas, et je dois montrer patte blanche )

Je ne connais pas de boîtes de production françaises ici ( je ne sais même pas ce que c'est... )

Je ne crois pas que boire 4 canettes de coca light par jour vous tuera, mais, bon, quand même.

Je ne sais pas combien gagne un cuisinier ici... Ca dépend si vous êtes chez MacDo ou chez Boa.

Je ne pense pas que vous tiendrez longtemps avec 1000 euros à San Francisco...

Non, vous ne pouvez pas rester 2 jours sur Alcatraz, sauf si vous aimez les mouettes ou les cellules. Par contre c'est suffisant pour découvrir rapidement la ville.

Los Angeles en août est agréable si vous aimez la chaleur. C'est très supportable.

Je ne sais pas où acheter le livre de Kim Kardashian et je m'en fous.



D'autres blogueuses qui ont découvert les mots clés récemment, sauf que c'est plus drôle que moi :'(  :

http://grumeautique.blogspot.com/2011/02/statalaconcom.html

http://maxibestofmcmaman.wordpress.com/2011/02/04/les-meilleures-requetes-google-vers-ce-blog-fabuleux/
Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 25 janvier 2011

Le mot du jour: Tinseltown

J'ai mis du temps avant de comprendre ce que c'était.

Je croisais ce mot très souvent, en me demandant ce que ça pouvait bien être, même dans le contexte!

Tinseltown est l'un des surnoms de Hollywood, tout comme Lalaland est l'un des surnoms de Los Angeles ( plutôt utilisé sur la côte est, où LA n'est pas du tout prise au sérieux ).

C'est aussi un film qui prend pour décor Hollywood, et que je ne verrai pas vu la note sur IMDB.

"A tinsel" est le petit papier brillant avec lequel on fait les guirlandes de Noël.


Une jolie photo de la tour où travaille Ben ( on vit près de la tour noire - lien dans la photo )



Rendez-vous sur Hellocoton !

Quels guides pour Los Angeles et la Californie?

Depuis le temps que j'en parle,  je fais enfin mon petit best of des guides papiers utiles pour venir visiter Los Angeles et la Californie.

( cliquez sur les images pour le lien fnac )

Mon favori, uniquement sur la ville, c'est celui-là, le guide Ulysse de Los Angeles:


C'est celui dont on se sert au quotidien. Il est bien foutu, plein de cartes, plein de renseignements. Il classe les info par quartiers et fait des recoupements, ce qui est juste l'idéal pour un livre de voyages. Il y a peu de détails sur les solutions d'hébergement, mais j'y viens avec les livres suivant ( je vous conseille de tous les acheter pour un séjour au poil et plein de lecture ).


Le guide du routard de la Californie:

Honnêtement, ce n'est pas le guide essentiel pour moi, sauf si vous ne savez absolument pas dans quel hôtel vous rendre, que vous comptez partir un peu à l'aventure... Il ne raconte pas grand chose sur l'état, je ne le trouve pas bien écrit du tout, ni agréable...
Pour la petite histoire, j'ai trouvé ce guide par terre devant chez nous. Je l'ai vu plusieurs fois, pensant qu'avec ma chance, il serait en espagnol ou dans une autre langue. Et en m'approchant, j'ai vu le -e  de Californie, alors je l'ai ramassé. Si vous avez perdu votre guide du routard à Los Angeles l'été 2010, c'est moi qui l'ai récupéré! J'espère quand même que ces gens étaient à la fin de leur voyage, car il y avait beaucoup de marque-pages... C'est donc un guide à garder sous le coude pour ce qui est restaurants et hôtels. Il a beau être de cette année, il n'est pas à jour. Donc éventuellement, attendre que l'édition 2011 sorte.


Le Guide Voir Californie:


Une tuerie! Vous DEVEZ acheter ce livre, même si vous ne partez pas en vacances ici. C'est LE guide à avoir pour visiter l'état ( par contre, aucune renseignements sur les restaurants ou les hôtels, ni rien de très pratique, mais il est magnifique, est passionnant, c'est plus un beau livre culturel qu'un guide de voyage, à savourer en rêvassant ).


Il y en a d'autres, mais je ne les ai pas feuilleté, et j'ai lu ces trois guides, qui se complètent parfaitement ( ensuite, selon votre séjour, vous pouvez acheter également des guides sur les grands parcs, San Francisco... ), et ils sont de valeur sûre, ainsi que facilement trouvables dans n'importe quelle librairie!

Je suis toujours joignables pour les conseils de voyage, je vais essayer de mettre un lien convenable vers mon adresse e-mail.

Bon voyage!
Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 24 janvier 2011

Les anges de la téléréalité, deuxième édition

Juste parce que vraiment, c'est l'EPISODE à voir pour se marrer:

http://www.nrj12.fr/nrj12-replay-3276/nrj-12-562/media/video/318645-episode-8.html

La petite clique décide d'aller à Venice Beach, grand bien leur fasse, et la pu... heu l'une des jeunes filles décide de se faire faire un tatouage ( mûrement réfléchi de toute évidence ).

Un grand moment.

La phrase du jour: les anges ne passent pas inaperçus à Los Angeles, et Cindy ( Sanders ) a décroché un rendez vous avec un grand producteur.

La phrase des jours précédents étant: mais c'est un problème si je ne chante qu'en français?

Pitié, je ne veux pas devenir accroc, mais c'est difficile.

L'épisode 6 était pas mal dans son genre, avec une soirée chez Romain, un ancien de secret story installé à Los Angeles, et qui, accrochez vous bien, a un énorme drapeau français sur son balcon, et se peint les ongles en bleu blanc rouge.

J'offre une récompense à qui me trouve son adresse.
Rendez-vous sur Hellocoton !

dimanche 23 janvier 2011

Un an! Le rêve américain

Et voilà, aujourd'hui, c'est notre premier anniversaire!

Je n'arrive pas trop à savoir si j'ai plus l'impression d'être ici depuis 1 mois, ou depuis 5 ans, ça dépend des jours.

Avec les cours d'anglais, évidemment, on aborde beaucoup de sujets différents, et on parle beaucoup. Ca devient rapidement passionnant vu que les camarades viennent de partout dans le monde.

Il y a surtout des Iraniens et des Coréens, qui ont malheureusement plus de mal que pour les gens des pays latins pour apprendre l'anglais. Les mots n'ont pas du tout la même racine, et parfois, ça prend du temps pour expliquer certains concept.
Il y a aussi plusieurs Français évidemment, enfin surtout des femmes qui ont suivi leurs maris, comme moi ( est-ce que l'inverse arrive parfois? ). On peut être jusque 4, mais sinon on est 2.

La question la dernière fois, concernait le rêve américain, pourquoi nous étions là, et si ça répondait à nos attentes.
J'ai été assez surprise, car plusieurs personnes ont répondu que le rêve américain n'existait plus, que c'est un pays comme un autre maintenant, car le niveau de vie augmente à peu près partout dans le monde, et qu'on ne rêve dans plus d'aller s'installer dans la pays de l'oncle Sam pour offrir une vie meilleure à ses enfants.

Donc j'ai réfléchis, car évidemment je n'en crois rien. Depuis que nous sommes arrivés ici ( et pas avant, je n'aurai jamais pensé venir vivre ici, et je n'avais pas vraiment déjà pensé à ce que pouvais être les Etats Unis dans la réalité ), je me rends compte de toutes ces différences, qui font que ma vie est plus belle ici, plus que je n'aurai pu le croire.
Et pourquoi je pense ça, alors que les autres semblent complètement désabusés?
Déjà je pense que l'âge joue beaucoup. Je fais partie des plus jeunes de la classe, je dirai que la moyenne d'âge est de 40 ans. Changer de pays et de vie, tout laisser derrière soit, c'est plus facile a 20 ans qu'à 40 ans.
J'imagine qu'elles avaient des maisons, des carrières, que leurs enfants avaient leur routine... Je suis assez solitaire à cause de mes longues années d'inactivité, et ça ne m'a pas du tout dérangée d'être déracinée ( en imaginant que j'étais enracinée, puisque j'ai toujours tout fait pour partir de la région où je suis née, je crois que j'ai réussi ).
Ensuite, je pense que ces femmes se sentaient bien dans leur pays d'origine ( que ce soit la France, le Brésil ou ailleurs ) et peut être que leurs maris n'avaient pas vraiment le choix que d'être mutés, je ne sais pas...
Et enfin, je pense honnêtement que Los Angeles est idéal entre 20 et 30 ans, mais ensuite...

Un collègue de travail doit bientôt repartir en France après plusieurs mois passé ici, et il nous a dit que ça a été une super expérience, mais qu'il est ravi de repartir en France.
J'évite de parler des gens idiots qui critiquent la ville ou le pays sans jamais y avoir posé le pied, parce que ça me gonfle royalement, mais certaines personnes, de passage pour le boulot ou en touriste, nous ont clairement dit qu'il était inimaginable pour eux de vivre ici.
Je pense que le rêve américain n'est valable que si on n'est pas satisfait de son pays, c'est d'ailleurs logique. On vient aux Etats Unis ou on veut y venir pour les opportunités qu'ils offrent, professionnellement, religieusement ou autres...

Je ne pense pas que ce soit un hasard si il y a autant d'immigrés sur le territoire. C'est véritablement une terre de liberté où tout est possible, un refuge loin de la guerre et du racisme ( je ne dis pas que c'est le pays de Candy non plus, mais je n'avais tellement jamais vu de Juifs avec leurs kippas dans la rue en dehors des fêtes, que ca m'a fait bizarre ). Mahmoud, un des élèves de ma classe, qui doit approcher des 90 ans maintenant ( une sorte de mascotte ), nous a raconté que son plus jeune fils a été exécuté à 28 ans, après avoir passé 9 ans en prison pendant la révolution iranienne. Je ne pense pas qu'il soit venu se réfugier ici pour " s'éclater " mais plutôt par dégoût et par nécessité.
Je pensais avant de partir, que j'étais juste quelqu'un de triste naturellement et de pas très sociable ( ça n'a pas été tout rose pour moi, même si il y a bien pire ), même si on nous avait proposé de partir en Mongolie, je crois que j'aurai accepté. J'étais un peu au bout du rouleau, avec une agoraphobie qui ne voulait pas passer, aucune vision de l'avenir, envie de rien. Donc devant mon enthousiasme, dés les premiers jours ici, quand des gens m'ont dit que c'était la nouveauté qui provoquait mon euphorie, j'y ai cru moyen. Non, je me sens bien ici, en sécurité, même quand je porte mon étoile de David. Je me sens bien quand on me demande quelle langue je parle, et que la discussion dure des plombes. Je me sens bien dans le bus et dans la rue.

Je pense que le rêve américain, c'est faire ce que l'on veut, quand on veut, comme on veut, avoir les rêves les plus improbables ou les plus simples ( juste vivre en paix ), se sentir en sécurité quand on sort...
Je ne savais pas que c'était possible. Pour moi le monde était le même partout, et il m'aurait fallu une autre planète. Même si je ne reste pas là toute ma vie, ça m'aura permis d'avoir une pause bénéfique, pour me rendre compte que je ne suis pas plus idiote, moche et triste que les autres, et d'avoir repris confiance en moi pour affronter la suite, parce que les voyages forment la jeunesse.
Je crois tout simplement, que c'est plus humain ici, qu'on est plus en contact les uns avec les autres... Et ça change tout. Mais il faut le vivre pour le croire, alors les gens qui essayaient juste de me faire croire que mon rêve n'était juste qu'un rêve qui sortait de mon imagination, j'ai fais une croix dessus.

Un an, et j'espère d'autres années qui suivront! On verra bien...
Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 20 janvier 2011

Les anges de la téléréalité

Merci les gens!

Prendre les 8 personnes les plus débiles possibles, et les envoyer à Los Angeles pendant 3 semaines ( ouf, le tournage est terminé depuis plusieurs mois du coup ) pour voir comment ils se débrouillent je cite: dans la vraie vie ( bien sûr, leur vraie vie, c'est courir les castings sans parler un mot d'anglais et surtout sans aucun talent et vivre dans une villa dans les Hills avec 7 500 dollars par mois ).

Et aussi s'adapter au mode de vie de la ville, qui consiste, apparemment, à se balader pieds nus sur Hollywood Boulevard, rouler en limousine, faire des photoshoots...

De quoi redorer le blason de la ville!

( Lien dans le titre )
Rendez-vous sur Hellocoton !

La mort, une vision différente entre les anglo saxon et les Européens.

Ca va me rappeler mon TPE de terminale, sobrement intitulé " La Mort ", qui m'avait valu l'une de mes plus grosses colères ( je dois passer pour une furie, mais quand j'ai vu ma note, j'ai bien faillit commettre une tuerie, que Columbine à côté, ça aurait été un entraînement de boyscouts ).

Bref, je parle très souvent de la mort, sans être obsédée non plus ( je n'ai pas encore allumé des bougies sur un pentagramme, même si je possède un exemplaire de la bible satanique d'Anton Lavey ), et le tabou sur le sujet est intéressant à traiter quand on découvre une culture.

D'abord, pour rentrer dans le vif du sujet: Halloween.






Beaucoup de Français sont complètement hermétiques à cette fête, qui est pourtant bien rigolote. Je répète sans doute ce qui a déjà été dit un million de fois: ce n'est pas une fête américaine, mais irlandaise ( celtique ) qui célèbre la fin de l'été et l'entrée dans les jours plus courts et plus sombres.
C'est maintenant devenu la fête des morts, avec la Toussaint.

Concrètement, on se déguise en morts vivants ou en monstres, on met des pierres tombales et des citrouilles souriantes devant chez soit et éventuellement, on fait la marche des zombies, on va fêter ça au cimetière, on fait une boom avec les enfants...

Si en Europe ( excepté les anglo saxons donc ) on rechigne tant à célébrer autre chose que la Toussaint à cette période, c'est pour plusieurs raisons.
Déjà, nous y revoilà, c'est américain, beurk caca doigt ( si vous devez boycotter tout ce qui est américain, je vous souhaite bonne chance ).
Ensuite, le Français en particulier, n'est pas fêtard. Ainsi, il râle à chaque fête. La saint Valentin? Nan j'ai pas besoin de ça pour dire que je l'aiiiiiime ( ta g*eule, c'est une super fête, avec une belle signification, et c'est pour certain couple la seule occasion de se retrouver, d'avoir une vraie fête de couple où ils sont obligés d'avoir cette date et pas une autre, c'est juste génial. Et puis si vous vous débrouillez bien, même si vous êtes célibataires, ya moyen de se débrouiller ). La fête des mères? Même chose, attend, ma mère, je lui offre des colliers de pâtes toutes les semaines, pas besoin d'une date spéciale pour ça. Quoiqu'elle aurait bien besoin d'un aspirateur... La journée de la femme? Quoi??? nan mais t'es pas bien toi? Apporte moi ma bière, le match commence.
On le voit bien là ( désolée si vous vous êtes reconnu ), le Français aime gâcher son plaisir, et rester chez lui tout seul comme un con, juste pour qu'on le plaigne. Il est bourru, et de toute façon, il y a match ce soir là ( ou Danny Boon sur la 2, mais là je deviens vulgaire ).

Bizarrement, Noël ne provoque pas ce genre de réactions. Il y a quelques irréductibles qui disent ne pas aimer Noël, mais soyons honnête, c'est comme aux anniversaires, il y a une ambiance spéciale qui met de bonne humeur. Mais surtout: c'est religieux!! Enfin c'est Chrétien surtout.
Nous y voilà: Halloween n'est pas une fête religieuse, elle est même anti-religieuse, car elle célèbre la mort et les morts, les sorcières, le mal dans son ensemble.
C'est assez paradoxal car les US sont un pays religieux, alors que la France est un pays laïc ( heu, parfois il faut se persuader de ça, parce que vu ce qu'on m'a sorti quand j'expliquai pourquoi je me mariais un mercredi, ca faisait hérisser le poil ).
On peut peut-être se dire que la grande mixité religieuse du pays fait qu'il est beaucoup plus facile d'intégrer de nouvelles fêtes ( calendrier de ouf ici, avec toutes les communautés... Même en semaine, pas question de cracher sur un petit verre dans un bar pour fêter la guérison de son ongle incarné ), alors qu'en France, la majorité chrétienne rejette presque automatiquement ( je dis presque, parce que je me dis qu'il y en a qui réfléchissent peut être 3 secondes avant de dire non ) l'idée de mettre une pierre tombale dans son jardin pour rigoler...

Je pense donc que oui, le tabou de la mort n'est pas du tout levé en Europe, et j'ai d'autres exemples qui le prouve.

Je reviens donc sur le symbole ultime de la mort: le cimetière.


C'est pas la classe?




J'ai souvent entendu en France, qu'il était par exemple, interdit de prendre en photo des cimetières. Il y a des superstitions de grands mères, plus encore de grands mères maghrébines, qui nous disent qu'il n'est pas conseillé de prendre en photo des cimetières, mais si ca vous chante, faites-le, ce n'est absolument pas puni par la loi!
Un premier choc donc, quand on pense qu'il y a des bouquins entiers sur les cimetières de Los Angeles ( je suis sûre qu'il y a en a sur les cimetière de Paris, mais certainement moins marrant, surtout les épitaphes ), que l'on peut visiter librement ( il y a même des plans parfois, par contre, ne vous aventurez pas a Forest Lawn avec votre reflex autour du cou, vous serez ramené manu militari à la sortie ).
Une petite histoire d'ailleurs, la première fois que j'ai rencontré Ben, on s'était donné rendez vous au Père Lachaise. Ha bah, on aime ça ou pas. C'est bizarre car il ne veut plus visiter de cimetières maintenant...

Pire encore, pendant l'été, vous avez des séances cinéma en plein air, dans un cimetière de Hollywood! Il y a également souvent des fêtes et soirées organisées, bref, aucun tabou, venez boire un coup avec votre star vintage préférée.
Notez qu'au Père Lachaise, il y a un garde sur la tombe de Jim Morrison, lassé certainement que des jeunes viennent y exprimer leur amour " in a threesome ".


Un autre exemple, rigolo celui-là: la chaise électrique des fêtes foraines






Vous vous souvenez il y a quelques années, lors de la fête a Neuneu?  J'en rigole encore maintenant, tellement j'ai l'impression d'avoir vécu chez mamie prude ( mais non, ce sont les Américains, les puritains ). Cette histoire m'est revenue en pleine poire à Halloween justement! Non seulement cette chaise électrique est très populaire ( j'imagine que c'est une invention yankee ), mais on la voyait a la télé dans des pubs, je l'ai vu en vrai dans des parcs d'attraction ( je me souviens être allée à Disney Land Paris pour Halloween une année. Y'avait 3 citrouilles. Ici, c'est clown tarés, pendus, zombies etc... ), et honnêtement, ça ne devrait pas justement être choquant ici? Où la peine de mort est un sujet très délicat? Où les chaises électriques tuent vraiment des gens?
Bah non, ça fait marrer les gamins.


Dans le même genre, les maisons hantées et autres lieux


Honnêtement, à part une vague dame blanche que personne ne sait exactement d'où elle sort, on n'a pas vraiment de fantômes en France... Ce n'est pourtant pas les endroits glauques, ou très vieux, les lieux sordides où il s'est passé des atrocités, qui manquent dans notre pays.
Et pourtant, la jeune Amérique, 519 ans au compteur, compte, avec nos amis les britanniques, plus de fantômes que n'importe où dans le monde. Tous les bâtiments un petit peu vieux, où un papy est mort de la goutte, ou où un chat s'est étranglé avec une croquette, devient automatiquement le théâtre de scènes étranges, d'apparitions, de bruits... Et c'est pris très au sérieux, car en plus des émissions télé, plus au moins hilarantes ( mystères me manque ), le phénomène des apparitions, des voix qui viennent dicter leurs actes aux  criminels, se retrouvent parfois devant le tribunal, comme pour l'affaire de la maison d'Amityville par exemple.
J'ai même une fois ( j'adore les histoires des fantômes évidemment ) découvert sur un site américain que...le château de Versailles est hanté... Je crois que si fantômes il y a, ils s'appliquent à vous détendre et à vous faire passer une chouette journée.
Mais j'ai une théorie sur l'impossibilité des morts à se reposer en paix sur le sol américain: avec tous les cons qui se baladent et font la fête dans les cimetières, on doit pas y être super tranquille.


Peut être que j'en rajouterai, mais la dernière chose à laquelle je pense, ce sont les anniversaires de mort.






Qu'on me comprenne, je veux parler des anniversaires des gens célèbres ( souvent des scientifiques ou intellectuels - on fait une différence, comme si la science n'était pas intellectuelle ), mais pas de leur anniversaire de naissance ( ou rarement, quand il faut bien parler d'un truc aux infos ) mais de leur anniversaire de mort!!
Autant dire que ca ne se fait pas du tout. Samedi dernier, c'était donc l'anniversaire de la naissance de Martin Luther King ( tellement peu de jours fériés qu'ils filent le lundi dans ce cas ), et non pas l'anniversaire de sa mort. Je vois sur Google qu'on hésite à célébrer l'anniversaire de la mort de Céline. Perso, je boirai bien une petite coupe pour fêter la disparition de ce...

Pardon je m'égare!
Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 18 janvier 2011

Beverly Hills, un rapide petit tour de la ville

Beverly Hills est ( sont ? ) sans aucun doute l'une des villes les plus connue du monde.

Ce n'est pas un quartier de LA; comme Hollywood et Santa Monica, c'est une ville indépendante, qui fait toutefois partie du comté de Los Angeles.
La ville est jumelée avec Cannes ( parfaitement choisi! Los Angeles est jumelée avec Bordeaux ) et a 34 000 habitants, dont....pas un seul membre de l'armée.

On connait Beverly Hills, malgré sa petite taille, pour sa célèbre rue de boutiques de luxe, Rodeo drive ( qui est absolument à visiter si vous passez en vacances ), pour ses voitures de luxe également, et ses concessionnaires, pour sa police évidemment ( c'est l'hôtel de ville que l'on voit dans les films, et si vous voulez prendre une photo d'une voiture de police, ne vous en faites pas, vous ne pourrez pas en louper ) et aussi pour avoir été le décor ( souvent fictif ) de films et de séries.
Je n'oublie pas que c'est ici que ce sont installées beaucoup de stars, même si selon moi, on en trouve plus à Malibu et dans les Hills qu'à Bel Air.

C'est pourtant grâce aux toutes premières stars de cinéma que la ville a pris son essor et sa réputation, car c'est dans ce havre de paix parfaitement situé qu'elles sont venues s'installer.

En tout premier, c'est en 1919 que Dougle Fairbanks et Mary Pickford ont décidé de faire construire leur maison de rêve à Beverly Hills. Le nombre d'habitants passe alors de 674 en 1920, à 5000 en 1924 et 17 000 en 1930. Comme le nombre d'habitant n'a plus changé ( il a un peu diminué puis est remonté ) depuis 1970, on peut donc dire que tout le terrain de la ville a été construit il y a 30 ans.

Les habitants étaient déjà fan de ce petit ghetto pour riches, et les hôtels de luxe ont vite suivi le rythme . Le Beverly Hilton ( qui accueille chaque année les Golden Globes ) emploi à lui tout seul plus de 1000 personnes, soit un peu plus que le nombre de fonctionnaires de la ville.

Il y a très longtemps, cette terre, apparemment déjà très appréciée, était habitée par les Indiens ( je ne sais pas si ils ont été chassés lorsqu'il a fallu forer, ou si ils sont partis à l'arrivée des premiers pèlerins du Mexique... ).
Ainsi, les résidents ont fait érigé une fontaine électrique  en 1931 en l'honneur des Indiens Tongva, avec un homme à genoux  et priant. Officiellement, c'est pour remercier la terre pour sa fertilité à cet endroit ( auparavant un ranch ), officiellement, j'ai entendu que ce serait pour éviter que les fameux défunts Indiens viennent hanter les nouveaux occupants.


Les habitants ont un avantage significatif en choisissant de s'installer dans cette ville: les écoles publiques sont excellentes et gratuites, ce qui peut être un certain retour sur investissement pour les familles nombreuses.


Source: wikipédia


Un blog tenu par les habitants

L'electric fountain

Le lycée de Beverly Hills

Sur les bords de Wilshire, vous verrez surtout des businessmen et women, et des buildings. L'intérêt de la ville et d'aller se balader dans les rues perpendiculaires.
Rendez-vous sur Hellocoton !

18% des universitaires américains sont végétariens

Vendredi dernier, j'attendais dans un couloir du lycée de Beverly Hills où je suis des cours d'anglais tous les jours.

Parmi les élèves, j'en repère un, apparemment en seconde ( les ados sont les mêmes dans le monde entier ) avec un T shirt rigolo qui dit: Vegetarian, avec des petits dessins de légumes tout autour.

Ca m'a encore une fois rendue nostalgique ( pas dans le bon sens, je pense que je devrai peut être dire, mélancolique ). Je repensais à mon année de seconde à moi, pas la pire de mes années de scolarité, mais pas loin. Ma scolarité a de toute façon été une catastrophe du début à la fin, mais je vous rassure, 6 ans après avoir quitté le goulag en larmes ( j'ai ce p*tain de bac!! JE ME CASSE!! ), je vais mieux. Ce qui ne tue pas rend plus fort. Enfin pas plus fort que les autres, mais plus fort qu'avant ( difficile de faire pire ).

En bref, je me suis alors souvenue qu'en seconde, je n'avais pas vraiment de convictions, j'essayais de rester en vie, et de ne pas tuer quelqu'un à coup de compas ou de stylo plume soigneusement aiguisé pendant le cours de maths ( en vrai, en maths, dés la seconde, j'envoyais déjà des sms à Ben, c'est mignon hein? ).
Maintenant, j'ai tellement de convictions que parfois elles se recoupent et deviennent illogique, alors je dois faire des choix, réfléchir mieux, lire plus de choses, me renseigner. Car loin de vouloir devenir parfaite et irréprochable, voire meilleure que les autres, je veux faire au mieux pour ma santé fragile et pour mon environnement ( l'environnement en général ). Bizarrement, je me sens beaucoup moins concernée par les êtres humains, depuis toujours.
Je peux avoir les larmes aux yeux parce que j'ai marché sur une coccinelle, et ne ressentir absolument rien si je vois une maman donner une fessée a un enfant qui n'a rien fait de mal... C'est bizarre, comme si les humains étaient de toute façon coupables, et méritaient ce qui leur arrive, quoique ce soit. Alors qu'un animal est foncièrement innocent.


En bref, ce T shirt m'a aussi fait du bien, car Ben aime beaucoup me le dire: ça va changer, les gens commencent à réfléchir, ça va bientôt aller mieux, de toute façon, c'est ça ou la catastrophe.

Au quotidien, on fait de notre mieux, plein de petits gestes simples, que la majorité des gens vont considérer au choix comme étant bobo, inutiles, pour qu'on se sentent meilleurs que les autres, ou même carrément débiles " puisque de toute façon, on va tous crever. Passe-moi le pâté, Germaine ".


Je vous avez déjà gonflé avec ça ( sisi, ça gonfle tout le monde, personne n'aime qu'on lui mette le nez dans sa merde ) quand Los Angeles avait reçu le prix de la ville la plus vegetarian friendly par PETA.

J'avais aussi raconté comme je sentais cette différence entre la France et les US ( pardon, la Californie, pardon LA, pardon, Orange Street... ) sur ce point. Je ne suis même pas totalement végétarienne, mais en France, ne pas manger de boeuf, ca tient de l'hôpital psychiatrique.


Et aux US alors? 18% des jeunes adultes fréquentant la fac sont végétariens.
Ce qui me plaît là dedans? Ce que ces futurs diplômés vont finir avocats, politiciens, journalistes, chercheurs...
Alors quand je vois cet élève de seconde avec son T shirt, et bien je me dis que plus tard, ce sera 20% puis 30%... Qu'ils auront eux-mêmes des enfants, auxquels ils parleront de ce choix à faire ( ou déjà fait, j'avoue que je ne sais pas du tout comment les végétariens élèvent leurs enfants ).


Jonathan Safran Foer est un écrivain célèbre aux Etats Unis, pour ses oeuvres de fiction. Il se posait des questions sur son alimentation ( difficile d'en sortir indemne ) et à décider d'écrire un livre documentaire sur la question des élevages industriels aux Etats Unis.
A la librairie, j'ai vu beaucoup de livres sur la question; un m'avait marqué particulièrement, mais j'ai oublié le titre. C'était un père qui répondait à la question de son petit garçon: pourquoi on mange des animaux? Pourquoi certains et pas d'autres?
Il a fini végétarien...

Jonathan Safran Foer a donné une interview aux Inrocks, vous avez peut être vu l'affiche du magazine en ville.

Je mets quelques extraits choisis:


Au lieu de déclarer qu'on va devenir végétarien, ce qui est peu vraisemblable, commençons déjà par réduire notre consommation de viande. Si les Américains mangeaient un plat de viande en moins par semaine, en termes de pollution cela reviendrait à supprimer six millions de voitures sur la route. Ça, c'est possible.
Ce qui est formidable avec ce problème, c'est qu'il est très facile à résoudre : on n'a pas besoin d'aller mettre le feu aux fermes industrielles, ni d'élire un nouveau gouvernement, ni de dépenser des millions. Tout ce qu'on a à faire, c'est manger moins de viande.
 Il faudrait une étiquette disant que manger de la viande issue d'animaux élevés en ferme industrielle est la première cause de pollution de l'eau et de l'air, du réchauffement climatique, que cela rend nos antibiotiques moins efficaces (car les animaux en sont bourrés) et que manger de la viande provoque les causes de mort les plus courantes (cancer, crise cardiaque...). Pourquoi ces informations seraient moins importantes que la composition des cigarettes ?

Il aborde aussi rapidement les campagnes de publicités, pour surtout conforter la masse dans son bon droit de consommer à outrance du cadavre malade. Surtout celle que je déteste le plus, qui concerne le lait, que ce soit nos amis pour la vie en France, ou Got Milk, ici, elle est scandaleuse. Le lait est un aliment à bannir de notre alimentation, mais chut. Je ne fréquente pourtant pas les milieux underground pour avoir eu vent de tout ça. Il suffit de lire et de se renseigner ( dingue!! ).

Un adage dit: la marmite te tuera plus vite que la famine.


Je diffuse, parce que ça ne coûte rien, et que ça ne me dérange pas de passer pour une folle ( un peu plus, un eu moins ), et que si ça peut juste faire réagir 2 ou 3 personnes de plus, et leur éviter de racheter un saucisson pour le goûter du petit, et de faire un ragoût le dimanche midi au lieu du rôti de porc, alors ça m'aura suffit.
Et ça ne vous tuera même pas! Truc de fou.


Interview de Jonathan Safran Foer
Interview de Marie-Monique Robin
( plus intéressants que cet article )
Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 13 janvier 2011

Le chateau Marmont, Hollywood

A l'occasion de la sortie du film de Sophia Coppola, " Somewhere ", le site Onlydesign a créé une page spéciale consacré à l'hôtel mythique ( enfin, l'un des hôtels mythiques à de la ville ), personnage principal de son film.

Somewhere in LA

Je vais essayer pour le prochaine article de parler de Beverly Hills et son histoire, pour continuer sur ma lancée sur les différents quartiers de Los Angeles, comme je l'avais déjà fait pour Venice.
Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 6 janvier 2011

Les stéréotypes et les Américains, troisième partie

Je m'aperçois que mon article de l'année dernière sur les stéréotypes est le plus lu de mon blog.
Préjugés et stéréotypes, partie 1
Préjugés et stéréotypes, partie 2

Alors je vais faire une troisième partie, parce que j'aime beaucoup analyser les conneries; cette fois, ce sera sur les Américains sur Internet.

J'aime beaucoup les sites d'actualités et les blogs français ( je parle des blogs sérieux, ou un minimum pro, ou drôles, mais bien foutus, je ne parle pas des blogs skyrock... ), et je m'aperçois que les Américains ont leur propre loi de Godwin, qu'il faudrait analyser également.

Evidemment, les commentateurs s'en donnent toujours à coeur joie lorsque l'article concerne directement l'oncle Sam.

J'arrive à plusieurs conclusions, assez marrantes au final, quand on pense au manque d'individualité des internautes et à leur moutonisme qui permet de prédire leurs réactions à des kilomètres.

Ma première conclusion est celle-ci: on peut critiquer les Américains de manière générale, si c'est négatif.

Exemple: de toute façon, les Américains, ils sont puritains.

Qu'on retrouvera en 100 exemplaires sous un article traitant de bites de neige ( cousins du bonhomme de neige, mais en plus rigolo ), qui ont fait un scandale dans un bled perdu dans un état qui n'intéresse personne.

A l'inverse, si je dis moi-même, sur un forum, mon blog, ou autre: les Américains sont sympa ( parce que faut pas croire que j'ai le temps d'écrire une thèse à chaque fois que je poste un message quelque part ), je vais rapidement voir apparaître des messages du genre: Ouiiiiiiiiiii mais t'es en Californiiiiiiiiiiiiiiiiie, c'est pas pareil!! ou: Ha bon, tu les connais tous pour dire ça??

Je ne connais pas tous les Français, pourtant je peux dire que...heu.... bref.

Donc on résume: on peut mettre tous les Américains dans le même panier pour leur c*ier ( un H ou un R selon votre niveau de vulgarité ) dessus, mais pas pour dire des trucs gentils, là bizarrement, il faut faire un tri extrêmement soigneux, faire un sondage, donner des noms et des adresses pour vérifier dans le détail si effectivement, Machin est sympa...
Mais pas besoin de vérifier pour dire que les Américains sont tous obèses et cons.


Autre conclusion, avec un exemple précis en tête: la peine de mort.


Haaaaa la peine de mort! Ou le sujet qu'il faut aborder si la soirée devient planplan.

Ainsi, l'Américain devient un sauvage assoiffé de sang, si l'article traite d'un quelconque condamné malheureux, injustement mené à l'abattoir par un juge cruel et patriote, et l'Amérique a le plus fort taux de prisonniers et il y a au moins 4000 exécutions par jour ( 13 en Californie. Toutes époques confondues. Plus de 1000 au Texas, mais hophophop, on a dit qu'on ne devait pas faire de généralités. )...
Alors que si l'article traite d'un odieux crime 100% français, commis tout près de chez vous, alors là, tuons sur place et sans procès l'affreux monstre, et il faut rétablir la peine de mort, et en France, on est trop laxiste, et on ne surveille pas les ex-détenus, et le taux de récidive, et mes impôts ma bonne dame.

Tout dans la finesse, la réflexion...


Toujours en voyageant sur le net, j'ai pris mon courage et mon dico à deux mains et j'ai osé me balader sur des forums ou sites américains, pour voir.
J'ai eu plusieurs surprises. Déjà, c'est assez dingue de voir un tel calme chez des internautes.
Toutes les provocations sont ignorées, les sujets épineux sont abordés avec une zenitude implacable, où tout le monde donne son avis sans que ça finisse en pugilat.
Je ne suis pas allée sur des sites dédiés au Dalai Lama  pourtant, mais sur des forum généralistes, consacrés par exemple à Los Angeles, où les armes à feu et les religions, ainsi que les races étaient des sujets de discussions comme les autres...
Je ne connais absolument pas le système scolaire américain, peut être qu'on y apprend très tôt à débattre des idées que l'on a sans se taper sur la tronche... Je ne sais pas.

Mais ça expliquerait pourquoi, dans la rue, vous pouvez vous faire votre pancarte, écrire ce que vous voulez dessus ( "Jésus est grand" est le plus répandu ici, surtout à Hollywood, qui apparemment est l'antichambre de l'enfer ) et au pire, être parfaitement ignoré par la foule, au mieux, ouvrir un véritable débat en place publique ( vous pouvez le faire contre un petit billet, à Santa Monica. Un sujet est choisi ( la guerre en Irak, l'avortement... ) et vous pouvez ajouter votre grain de sel ).

Mais sur Internet, deux solutions: soit effectivement, tout le monde a appris, avec l'éducation parentale ou scolaire, à laisser couler et à laisser les autres penser ce qu'ils veulent et provoquer, sans que cela n'amène le moindre haussement de sourcil.
Soit, il y a tellement eu de fritages de tronche, de longues discussions stériles et sans intérêts pour essayer de faire changer d'avis l'adversaire, parce qu'il a tort et on a raison, qu'à force, ils ont tous laissé tomber, et qu'Internet a fourni sa propre éducation aux internautes chevronnés...
La différence de ton que j'ai constaté serait peut être due aux années d'avance ( environ 10 ) qu'ont nos amis d'outre Atlantique sur nous en matière de vie sociale sur internet .

Ca voudrait dire qu'on arrêtera enfin de se faire la guerre sur des sites francophones d'ici 2020. Patience!


En conclusion, je ne cherche pas à défendre à tout prix mes nouveaux concitoyens, peut être même que je pourrai faire un article sur ce qui me sort par les trous de nez chez eux ( j'en ai marre qu'ils mettent de la glace dans toutes les boissons, voilà, c'est lâché... ).
J'en ai juste ras le bol de lire partout: les Américains ceci, les Américains ceux-là, comme si on ne parlait que d'une seule personne. Ils sont toujours érigés en exemple, et toujours dans des extrêmes à peine croyables, au point qu'on à l'impression que c'est un pays à feu et à sang, hanté par des obèses sans assurance santé et illettrés, et bien sûr, armés jusqu'aux dents, coupant la gorge aux avorteurs et aux pacifistes ( qui ne sont donc pas, eux, Américains ).


Une petite anecdote pour finir.
Notre voisine Linda, est une francophile avertie. Elle a fait ses études à la Sorbonne dans les années 70 et continue de parler un français presque impeccable. Elle adore revenir en France régulièrement et m'a raconté la seule fois où elle a dû défendre ses concitoyens dans notre pays.

Elle visitait avec une amie un château rénové après la tempête de 1999, avec l'aide de nombreux dons venus des Etats Unis ( Ha oui, les Américains aiment la France, évidemment. C'est très gratifiant de se dire que des gens qu'on déteste nous adorent. Non désolée, ils aiment tous les pays ( l'Irlande a la méga cote en ce moment ), aussi mal au derrière que ça puisse faire à certains ).
Comme elle est pratiquement bilingue, elle entend une vieille bourgeoise se plaindre du nombre de yankees présents pour l'inauguration.
Le sang de Linda ne fait qu'un tour, et avec son français sorbonnais, elle lui répond que sans ces Yankees, le château serait toujours en ruine.
Non mais.
Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 5 janvier 2011

Quelques photos

Que j'ai oublié de mettre en ligne mais qui sont marrantes, alors tant pis pour le retard:

d'abord, la Soukkha mobile


qui est utile lors de soukkhot, la fête juive des cabanes!
Comme on doit passer un certain temps sous une cabane, mais que beaucoup de gens n'ont pas le temps ou l'envie ou les moyens techniques de faire une cabane, la soukkhah mobile est là!




La grosse nouille, on en trouve quelques unes dans la ville pour une célèbre marque de pâtes.
Notez le panneau: pour votre sécurité, n'escaladez pas la grosse nouille.

On vous aura prévenu!
Rendez-vous sur Hellocoton !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...