Jerry : No, I'll be back.
Kramer : Jerry, it's L.A., nobody leaves. She's a seductress, she's a siren, she's a virgin, she's a whore.
Seinfield, "The Finale"

lundi 3 octobre 2011

Douces pensées de France



La France, ce pays tant convoité par des hordes de touristes, pays des droits de l'homme, de la liberté, de la bonne bouffe, de la culture, de la philosophie et des arts...

Pourtant la France pour moi, c'est plutôt Groland. Ce sont des gens qui parlent fort, qui se bousculent, ne se regardent jamais, râlent énormément et très vite, et cherchent la bagarre et la provocation. Quand ils chuchotent, vous pouvez en être sûr, c'est de vous qu'ils parlent. De vos chaussures qui sont démodées, de votre jupe trop courte, d'une étiquette qui dépasse, de vos collants noirs alors qu'on est en été... Ils ne se regardent pas, ils se toisent. Et d'ailleurs, ils ne comprennent pas les regards. Si vous les regardez de travers, ils vont juste vous fixer en retour, ne comprenant pas qu'ils vous dérangent. Si vous leur souriez, vous n'aurez rien en retour. Les mots gentils, les attentions du quotidien, les sourires, les petits regards, c'est fini. Sauf si quelque chose se passe mal ( une grève va rendre tout le monde solidaire, un problème à la caisse et votre voisin va vous parler ( bah oui, à qui on se plaint sinon? ) ).

En deux ans, on en oublie des choses! On oublie les gens surtout, ceux qui sont dans la foule, ceux qui sont loin, ceux qui sont près, ceux qui vous servent.
Soudainement, on se souvient... C'est vrai, c'est comme ça ici. J'ai aussitôt les shakras qui se referment, et j'ai rapidement les larmes aux yeux devant tant de méchanceté gratuite. J'ai un petit bout de répit dans le RER quand je vois Paris de nuit. Non, ce n'est pas joli, mais ça ressemble un peu à Los Angeles, alors ça me rassure.
La tour Eiffel est toute petite. La Seine pue. Les touristes m'amusent, ils sont les seuls a dire " pardon" avec a chaque fois un accent différent et c'est vraiment rigolo! On imagine qu'ils ont dû apprendre ce mot en premier pour leur voyage, pour pouvoir s'excuser. Les naïfs.

Pourtant, toute la négativité que je ressens, ce n'est pas une impression générale. L'impression générale est bonne, et je me dis: ce n'est pas si horrible que ça!
Sans dépression, la France serait parfaitement vivable pour moi, et je me dis que si on doit rentrer, je m'en arrangerait très bien finalement, et ça me soulage un peu de penser ça.

Non, ce qui vraiment me laisse un goût amer dans la bouche, ce sont des petits trucs, des petits riens, qui font de la Capitale une jungle, et du reste du pays une sorte de désert pas folichon, où la pharmacienne vous tutoie car c'est une petite ville de campagne, mais vous vouvoie au moment du paiement ( je suis une sale bêcheuse vous me direz ).

Alors oui, ça fait mal au coeur de lire ça, ça fait aussi mal de l'écrire je vous rassure. C'est triste de se souvenir de ce qu'on déteste dans le pays où on est né, et c'est triste de se dire qu'un rien pourrait le rendre vraiment très beau. Les bons côtés que j'y trouve penchent difficilement dans la balance. C'est un peu comme une pièce de monnaie, il y a toujours deux faces. Quelque chose va me plaire ou m'amuser, et quelque chose va le gâcher pratiquement aussitôt.

Je vais être contente de voir un si grand étalage de poissons au supermarché? La vendeuse va être infecte et se plaindre bruyamment parce que finalement on a choisi autre chose ( et insistera bien " c'est pas vrai, vous changez d'avis? " puis à la pesée: " vous êtes SUR, vous prenez ça? " ).

Ces deux jeunes filles sont vraiment très jolies et je regarde le nez parfait de l'une? Elles vont m'insulter quand je descends du métro, parce que j'ai une valise et qu' " en plus je dis pas pardon et je me la pète, zyva " ( ce sont les veines sur le côté de ma cuisse qui ont pété, puisque déjà dans le TGV, tout le monde me regardait galérer avec ma valise sans m'aider. )

La caissière m'a dit bonjour avec un grand sourire? Ha, elle parlait à la femme derrière moi, elles se connaissent...

Il fait vraiment un temps superbe, et je reviens tranquillement des courses à pied avec mon beau-père? Je vais me faire klaxonner et avoir le droit a des bruits de bisous de la part de passagers des voitures qui passent près de nous. Mon beau-père est choqué, il n'avait jamais vu ça.
Et j'avais oublié ce quotidien fait de petites saloperies dans ce genre, qui filent des envies de violence ( heureusement qu'il existe ce fameux doigt du milieu ).

Et les serveurs qui écoutent les conversations et essayent d'y participer alors que m*rde, tu sers le plat et tu te casses! Et ce fameux service français d'ailleurs, où on doit se lever avec sa cruche vide et aller près de la cuisine pour avoir de l'eau. Et faut vraiment être patient, parce qu'on vous répondra probablement avec un soupir.

Il y a des conversations spontanées parfois quand même, mais ça tourne tout de suite au religieux, ou à la politique, et tout le monde sait mieux que tout le monde, et " ya plus de saison ma bonne dame " ou " c'est tous des pourris, moi je vote plus " et des " où va le monde? Dans 50 ans, on sera tous foutus! " ( les commentaires du Figaro ou du Parisien, mais en vrai ).

Vraiment, je suis dans un épisode de Groland, sauf que c'est pas drôle.

Je ris jaune quand je repense à la chouette soirée passée avec Christine et Nils à Paris ( qui tout comme Laurel et Adrien, cherchent à venir à Los Angeles, c'est d'ailleurs là qu'on s'était rencontrés ), où les fumeurs, durant cette soirée très chaude de l'été indien, se mettaient ( exprès?? ) devant la porte ouverte du restaurant! Quand Nils a dû se lever pour demander à trois fumeuses de se mettre plus loin, car la porte sert pour l'air frais, pas la fumée de clope ( autant rester a table dans ce cas ) et que leur réaction a été franchement violente.
Qu'elles m'ont demandé très fort et plusieurs fois si j'étais malade ( bah oui, si t'as pas une bronchiolite ou une muco, tu vas quand même nous faire bouger nos gros c*ls? ), et qu'au final Nils a dû dire que Christine est enceinte de 4 mois pour qu'elles répondent: ha bah, fallait le dire plus tôt!
Et oui, je ne suis pas enceinte, je peux bien supporter la fumée de trois clopes au restaurant après tout, quelle chieuse je fais, franchement. Je ne savais pas qu'il fallait mentir pour avoir un minimum de respect.

Le lendemain on va se prendre une délicieuse glace chez Berthillon ( détestez-moi, expats! ), et là encore, on se fait doubler, non pas par des touristes, mais par deux vieilles peaux Françaises.


Je veux qu'on me demande comment je vais, je veux que le type de la sécurité à l'entrée ne m'attrape plus par le bras pour que j'ouvre mon sac, mais me sourit et me souhaite la bienvenue dans le magasin ( alors que j'ai déjà trois sacs de magasins différents ). Je veux qu'on me demande où j'ai eu ma ceinture, plutôt qu'on s'en moque dans mon dos par pur ennui. Je veux qu'on me dise: "Ho il manque une petite pièce là!" Plutôt que "c'est 21.99 ".
Je veux plus entendre les gardiens de musée se plaindre de leur paye entre eux pendant leurs heures de boulot, alors qu'ils ne savent pas aligner trois mots d'anglais ( dédicace à Laurel, qui l'a remarqué plus que moi au centre Pompidou à Metz ). Je veux un gardien de musée qui s'excuse de ne pas m'avoir compris, alors que j'ai demandé " bathroom" à la place de " restroom" .
Je veux avoir le sourire en revenant chez moi, parce que je ne me lasse jamais des gens qui disent pardon alors qu'on les a poussé...
Je veux me pincer pour savoir si je suis en train de rêver, quand des gens avec poussette s'arrêtent sur le trottoir pour me laisser passer, et encore une fois s'excusent ( d'être dans mon espace vital? Dans mon champ de vision? De me faire faire un détour d'exactement deux centièmes de seconde? Je ne saurai jamais je pense, c'est un réflexe chez eux ).
Je veux m'étonner de ne plus retenir ma respiration quand je passe devant une bande de lycéens ou d'ouvriers en pause déjeuner. M'étonner de me sentir respectée et pas matée comme un bout de viande sur un étalage.

Les bons côtés ( les choses que je n'avais pas vues avant )? Ca va aller vite: je trouve les Françaises très sophistiquées, jolies et bien habillées. J'aime surtout les Noires et les Arabes, qui m'avaient un peu manqué, je l'avoue.
Mais si c'est pour être une connasse, restez en jogging et ne vous lavez plus les cheveux, ça vous rendra peut-être aimables ( j'ai pas tenu longtemps, désolée ).
J'aime les supermarchés immenses, avec deux rayons de papier toilette, et un rayon entier de lessive, et un autre de plaques de chocolat et de gâteaux. Et les barquettes des framboise a deux euros.
J'aimes les éoliennes ( en Lorraine ). Il y en a partout, je trouve ça vraiment magnifique.
Inutile de préciser que je me gave ( avec honte ) d'eau minérale. ( Pas de vin, pas de fromage, pas de pâtisserie... Là-dessus, on ne peut pas dire que la France me manque ).
Les meilleurs cosmétiques du monde et les plus belles chaussures sont français. Je suis vraiment heureuse de ramener des paires à la maison, car vraiment, les Américains ont des goûts de chiottes à ce niveau là. ( par contre, le retour de la fourrure, il va falloir songer à se calmer )


Vraiment, les côtés que je peux pas ( les nouveaux trucs que je n'avais pas remarqués avant non plus ):
-La conduite. Sérieusement, les gens qui me disent que la conduite est infernale à Los Angeles??? Entre la conduite en elle-même qui me fait comprendre le nombres de morts sur les routes chaque année, les voitures vraiment petites ( ça roule vraiment?? Avec des roues aussi petites?? ) et les routes qui me font me sentir comme sur un circuit de karting, et qui surtout me rendent malade, j'ai vraiment hâte d'arrêter de serrer les fesses ( et de cramponner mon sac plastique au cas où ). Et j'ai essayé d'en conduire une de voiture. Une manuelle. Je vais peut-être pas développer.
-Les coupes de cheveux. C'est étrange, et j'ai surtout vu ça en Lorraine, toutes les femmes doivent à tout prix avoir une coupe de cheveux. il faut la couleur qui va avec, généralement de type " un perroquet m'a ch*é dessus". C'est pas un crime de laisser pousser ses cheveux et de ne pas se les colorer.
- Il ne m'a fallut que quelques jours pour redevenir française. C'est à dire ne plus sourire, ne plus dire pardon ( le vrai " pardon ", pas le " je te dis pardon sur ce ton là pour que tu te bouges de mon chemin, mais on dirait que t'es sourd en plus d'être aveugle " )... bref, se mettre au niveau. C'est vraiment déprimant, parce que ça veut bien dire que ça ne changera jamais.

On me répond souvent que je ne parle que de Paris et de la Lorraine, que dans le Nord c'est différent, que dans le Sud c'est différent, que "dans mon petit village de 34 habitants, on est sympa", etc... De 1) je m'en fiche un peu, car je n'y vis pas et je ne pense pas y vivre un jour mais on ne sait jamais. De 2) alors oui, peut-être que les gens y sont sympathiques après tout, mais honnêtement, est-ce qu'on s'y éclate autant qu'à Los Angeles, dans ta petite ville?
Encore une petite semaine dans l'hexagone, pas envie de rester, pas envie de partir non plus.

Donc pour conclure, j'aime beaucoup la France, mais...

( j'aurai aimé illustrer, mais je n'ai pas pris mon câble, donc ça attendra un peu! )
( pour les insultes c'est par mail, les commentaires sont filtrés, merci! )
Rendez-vous sur Hellocoton !

51 commentaires:

  1. Y'a pas une petite case à cocher : "et en plus c'est vrai" ?
    Ravie de vous avoir vus à LA, et voilà, ma réaction est résumée un peu plus haut... Pour la conduite, j'ai eu la même réaction en rentrant ici (à peine sortis de la gare, et j'ai failli me faire écharper...!)
    Bisous !

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Laëtitia,

    Ton post est touchant et montre bien à quel point notre cerveau est une adorable machine capable d'oublier le pire et de se souvenir du meilleur.

    Ce que je préfère par-dessus tout à Paris, ce sont les touristes souriants, détendus et ébahis devant la Tour Eiffel, Notre-Dame et devant les plus petits détails du quotidien qui nous échappent trop souvent (la devanture d'une boulangerie, le parfum d'un fromager, la couleur des tickets de métro, etc).

    Merci à tous ceux dont l'enthousiasme est contagieux!

    Bises du pays des Bisounours,
    Audine

    RépondreSupprimer
  3. C'est sur que dans le genre enthousiaste et optimiste, il ne faut pas compter sur moi. Mais tout de même, ma tête est sympathique aux Etats Unis mais pas en France? C'est tout de même curieux. Je n'aurai jamais dû me relâcher a ce point et retrouver confiance en l'humanité.
    Bonheur a ceux qui se sentent bien dans leur pays et qui n'ont pas envie d'ailleurs, bonne chance aux autres qui n'ont pas encore trouvé leur Eden pour souffler un peu!

    J'ai évité de parler de la merveilleuse aventure de ma carte bleue, ou de la visite à la Poste. De grands classiques trop de fois revisités.

    RépondreSupprimer
  4. Alors moi, j'avoue que la France me manque toujours. Bien que je sois d'accord avec -presque- tout ce que tu dis, mais ça vient probablement du fait que je viens de province (et pas d'un petit village DU TOUT, parceque, nan, y'a pas que Paris et les villages de pécores en France, hein, mais bien d'une belle grande ville qui bouge beaucoup et qui est très agréable à vivre).
    J'ai aussi envie de dire, que plus que l'environnement immédiat, notre perception d'un endroit dépend de ce qu'on y vit.
    Mais je peux complètement comprendre ce que tu dis et je suis contente que tu ais trouvé ton chez toi :)

    RépondreSupprimer
  5. Tout est tellement vrai ! Un peu plus d'un an après être rentré en France, c'est bien ce qui m'ennuie le plus dans ce pays : La mentalité exécrable de gens qui passent leur vie à critiquer, à se comparer aux autres, à tout savoir mieux que les autres, à faire la gueule... Heureusement qu'il y a de rares exceptions car c'est vraiment fatiguant !

    En tous cas, je sais que je ne passerai pas toute ma vie ici.

    RépondreSupprimer
  6. Alice, j'ai vécu 18 ans dans mon petit village ( et j'ai aussi vécu en Guadeloupe dans ma pré- adolescence ).

    J'ai vécu 2 ans à Nancy, et 2 ans à Versailles. Jamais à Paris.

    Et bientôt 2 ans à LA, donc, je pense avoir un petit peu tout testé niveau taille de ville!
    J'ai encore le temps de tout voir, mais en France, je ne voudrai pas vivre ailleurs qu'à Versailles dans l'immédiat ( très pratique, joli, pas trop de soucis dans les rues... )

    RépondreSupprimer
  7. Tu es dure mais ce n'est pas faux. C'est pour ça que je ne vis plus en France et que je n'ai pas du tout envie d'y revenir non plus. Je vis au Maroc depuis 2 ans, et je rêve des States...en attendant, bonne rentrée chez toi!
    LAure-Anne (http://lasmalamarrakech.blogspot.com)

    RépondreSupprimer
  8. Intéressant d'avoir enfin l'avis d'une personne qui n'a pas l'envie de revenir vivre en France. C'est pas le cas de la plupart de mes connaissances à LA qui (malgré les bons côtés de la vie aux USA), rêvent de la boulangerie du coin, des petites ambiances calfeutrées de restaurants uniques, de fêtes en famille ou tout simplement d'un pays chargé d'histoire et de traditions locales. Tant pis pour les râleurs et jugeurs, moi je les ignore et ça va très bien !
    Et puis il y en a certains (comme nous) qui changent d'avis radicalement sur la vie à Los Angeles dès lors qu'un petit être pointe le bout de son nez et que l'on se rend compte que la qualité des soins et de l'éducation est directement liée au nombre de chiffres sur ton compte en banque et qu'un bébé peut mourir en quelques jours si tu n'as pas coché la bonne case sur le formulaire d'assurance.
    Merci bien, on reviendra pour les burritos de 10h à la crèche et les cours de lecture sponsorisés par Dora et Mickey.
    C'est sûr, quand on rentrera en France ou ailleurs en Europe, LA nous manquera... mais c'est comme ça, on s'attache un peu à chaque endroit où l'on vit.

    RépondreSupprimer
  9. Heu... As-tu essayé de voir les choses avec humour plutôt qu'avec aigreur ?
    _______
    1671137
    http://1671137.fr/blog

    RépondreSupprimer
  10. C'est un peu dommage que pour toi la France se résume à Paris et les petits villages... J'étais parisien dans une vie qui me parait lointaine et quand j'y retourne, je retrouve en partie ce que tu décris.

    Je suis maintenant nantais (une autre grande ville de France (si si il y en a) et l'ambiance n'est pas du tout la même : des voisins qui s'apprécient et qui s'entraident, des commerçants qui sourient mais pas de manière forcée, des gens dans la rue avec qui on peut discuter sans être pris pour un fou... Tout n'est pas rose bien sûr mais comme à LA finalement non ?

    RépondreSupprimer
  11. J'ai vécu plusieurs années à Paris après avoir vécu 20 ans à la campagne. J'en suis ressortie limite dépressive à cause de cet environnement que tu décris si bien (mais y vivre pour vivre le train train quotidien "métro froid boulot stressant dodo inquiet", très peu pour moi).

    Aujourd'hui je suis revenue dans ma "campagne", c'est mieux même s'il y a de toute façon toujours des comportements similaires. Mais ça reste quand même bien plus vivable.

    En tout cas je persévère, je dis bonjour avec le sourire tout le temps, même si j'ai rien retour. Je m'excuse toujours car c'est la moindre des choses que j'aimerai obtenir en retour (mais c'est vrai qu'il m'arrive de le dire sur un ton un poil exaspéré quand la personne en face ne semble avoir aucun respect)... bref j'essaye de "participer" et je suis sure aussi qu'il faudrait peu de choses pour que la vie soit plus belle.

    RépondreSupprimer
  12. Je sais pas trop quoi penser de ce post, les détails sont très justes, mais c'est vraiment vu avec un regard déjà préparé au pire, ou tout du moins avec un goût amer dans la bouche avant d'avoir commencé. Et puis c'est vraiment accepter de se laisser envahir par le négatif et le spleen. Alors qu'essayer d'avoir un regard neuf et positif, c'est pas forcément se voiler la face et ça aide tellement à se sentir mieux... Bon moi de toute façon c'est la France ermite que j'aime, là où vraiment il n'y a personne, où on peut regarder à 360° autour et ne voir que le paysage se dérouler. Mais ça n'empêche pas de trouver des pépites dans les gens qui habitent là (oui, souvent ils sont très reculés aussi), des gens qui essayent de faire les choses à leur façon parce que eux aussi ils n'en peuvent plus de la France, mais qu'ils ne veulent pas la fuir non plus...

    RépondreSupprimer
  13. Oh c'est triste comme vision. J'habite près de paris, je traverse la ville pour aller travailler et on voit quand même de jolies choses comme cette jeune fille l'autre jour qui s'est glissée dans le tram au dernier moment grâce à un inconnu qui lui a tenu la porte. Ils ont passé le trajet quasi dans les bras l'un de l'autre car il n'y avait plus beaucoup de place, à s'observer en douce et à s'effleurer à chaque chaos tout en prenant bien garde de ne pas se toucher franchement, c'était attendrissant. Quand je croise le regard de quelqu'un je lui souris et à part de rares occasions j'ai toujours un sourire en retour. Parfois un peu timide, parfois juste avec les yeux, mais un sourire. Je crois que c'est aussi une question d'état d'esprit, partir en se disant que tout le monde fait la gueule c'est la meilleure manière de faire la gueule soi même et de se rendre malheureux.

    RépondreSupprimer
  14. Tiens! Une française qui râle sur les français!!
    Huhuhuhu!
    ça me fait tellement penser à mes parents qui sont expats au colorado!
    Même si le fait d'habiter un autre pays permet de prendre du recul et de remarquer, grossi à la loupe, tout plein de défauts, je crois qu'un français restera toujours râleur, où qu'il habite!
    Enfin, je suis gentillement sarcastique, parce que j'ai vécu aussi toutes ces petites désillusions, ces déceptions vis à vis de mes compatriotes... (j'ai vécu 3 ans à Denver)
    Mais je crois qu'on se ré-habitue à pas mal de choses! Et bien que je ne tolère pas toujours l'impolitesse et la mauvaise foi de mes con-citoyens, j'essaye au moins de donner l'exemple, à mon échelle... (pas toujours facile! pas plus tard qu'il y a deux jours j'étais toute fière d'avoir eu la présence d'esprit d'envoyer paître une vieille qui me passait devant à la boite au lettre de la poste en m'éborgnant avec son enveloppe)

    RépondreSupprimer
  15. Ca ne t'a pas fait rire Cristophe? J'en suis désolée.

    Je ne ris pas vraiment non plus quand je manque ( il y a à peine quelques heures ) de me faire renverser par un vieux, qui je pensais m'avait laissé moi et mon amie passé, et qui se met a klaxonner comme un fou alors que nous sommes en train d'essayer d'échapper au trafic sans se faire tuer.

    Désolée, ce n'est pas drôle cette situation. Ca ne me fait pas rire d'être aussi mal traitée dans ce pays. C'est comme ça, et c'est tout.
    J'en ai marre de me sentir comme une gêne pour les autres, quand je me balade dans la rue ou quand je fais mes courses. Je suis un être humain, et j'aimerai être traité comme quelqu'un avec des sentiments, qui a aussi besoin de se rendre quelque part et de vivre sa vie.

    J'ai vécu en un mois, plus de situations stressantes, de comportements méchants et d'ennuis en tout genre, qu'en deux ans à Los Angeles.

    Merci a tous pour vos commentaires! ( toujours aucune modération )

    RépondreSupprimer
  16. Je vais très souvent à Paris car mon copain vit là-bas et je dois dire que je retrouve tout ce dont tu parles. Mais, j'évites de me focaliser là-dessus et je me concentre sur les petits gestes sympas. Le coup des mecs qui ouvrent la porte du métro de force parce que tu es coincée entre les portes par exemple, ou le serveur qui, quand tu demandes si tu peux avoir 2 légumes en accompagnement au lieu d'un, te réponds avec un sourire: "Pas de problème, je le note en gros".

    Effectivement, il m'arrive souvent de pester contre le service français. Comparé au service dans les magasins US, ya pas photo !

    J'ai vécu aussi à Lyon et j'ai été relativement étonnée de la mentalité des lyonnais, bien plus agréables que les parisiens alors que la ville est la 2ème plus grosse ville de France, après Paris.

    Les meilleures villes restent pour moi Angers et Nantes, très agréables à vivre avec des gens ouverts d'esprits, qui ne te regardent pas comme un taré même si tu t'habilles avec un sac poubelle. Aucun mec qui te siffle non plus, ou si ça m'est arrivé c'était toujours fait avec un sourire qui voulait d'avantage dire "tu es très jolie et je ne sais pas comment te le dire" que "putain, t'es trop bonne".

    J'ai aussi vécu mon enfance dans un village et une petit ville du fin fond de la Normandie et je dois dire que c'est là que j'ai trouvé la mentalité la pire qui soit. Si tu ne rentres pas dans le moule, tu es qualifié de marginal(e). Si tu t'habilles avec des fringues à la mode ou qui se font en ville (genre short avec des collants, ou tunique avec legging), on te dit que tu joues à la mannequin et que tu t'y croies. La boulangère qui t'engueule parce que t'as pas de monnaie ou le client qui t'engueules parce que tu vas pas assez vite à passer les articles à la caisse ou, au contraire, parce que tu les passes TROP vite (vécu). Les ptits vieux qui te passent devant sans un pardon ni merci parce que "t'es jeune, tu peux bien attendre 5 minutes" ou qui, quand tu leur proposes de passer devant toi, passent avec un soupir et un regard qui te dit "Ah bah c'est pas trop tôt!"

    Bref, tout ça pour dire que Paris ou les ptits villages ne sont pas très représentatifs de la France en général. Cela dit, il est vrai que les français sont très critiques et très souvent mal lunés (et, la plupart du temps, ne supportent pas les enfants des autres, chose qui m'énerve au plus haut point).

    Par contre, je ne vois pas le problème avec les voitures. Elles sont plus petites mais souvent tout aussi sécurisées que les gros trucks et SUV américains.

    Et effectivement, les fringues françaises sont VRAIMENT mieux! Le seul avantage concernant les fringues aux USA, c'est que tu peux prendre du M voire du S quand tu fais du L en France et, ça, c'est super bon pour le moral :)

    RépondreSupprimer
  17. J'aurais aime que tu en aies fait une version anglaise, pour que j'aie un lien a filer a tous ceux qui me demandent "Do you miss home? No? Really? Why not?"
    Entierement d'accord avec tout et en plus je suis Lorraine aussi. Excellent article.

    RépondreSupprimer
  18. Hello Laetitia,
    Tu n'as pas idée comme je te rejoins dans ce post. Du vrai vécu.
    J'ai quitté la france pour le canada il y a 3 ans et aucun regret depuis.
    Je retourne en france 2 fois par an pour le travail et a chaque fois mes poils se hérissent devant tant de négativité . Moi qui me considéré comme une personne hyper ultra positive , je me sens toujours raplapla de ce coté dès que je rentre en France. Bouhhh ! Ces vieux sentiments refoulés qui me reviennent a chaque fois sont durs durs. Cela dit, j'avoue quand meme qu'en 3 ans, j'ai vu des évolutions. Pas grandioses mais j'ai vu des serveuses sympa, des gens dire bonjour, des gens tenir la porte. Bon ca se remarque car ce n'est pas l'habitude mais il y a du progres quand meme . J'ai bien aimé ton image de a la piece de monnaie et des . Moi aussi il y a des cotés de la cotés . Il y a des choses en france que je re-découvre comme l'architectude, la culture la sophistication et que je trouve admirable mais il y a aussi beaucoup de choses plus anodines qui me reviennent comme une vielle odeur, un vieux relan.Je crois que je le résume avec un mot : negativité et non respect des autres .
    Quand on connait l'utra positivisme d'amérique du nord, la gentillesse et la politesse a l'extreme le choc est brutal .
    Et tu sais quoi ? A chaque retour de France, quand j,arrive a l'aéroport et que je vois le panneau welcome in Canada, je me dis : ouf je suis de retour a la maison .
    Cela dit, bon séjour dans le vieux continent. C'est le ying et le yang. Du bien dans du mal et du mal dans du bien.
    ElisaCanada

    RépondreSupprimer
  19. Beaucoup de commentaires anti vieux et anti vieilles su ce blogue, c'est choquant , n'oubliez pas qu'un jour vous serez vieux un jour, et peut être cons aussi (si ce n'est pas déjaà fait...ooooups, "I did it again"....)

    RépondreSupprimer
  20. Comme je te rejoins sur tout ce que tu dis...
    J'ai aussi beaucoup de mal avec les vieux qui passent devant toi dans la file d'attente (sous pretexte t'es jeune donc tu peux attendre) ; les gens qui te bousculent sans te dire "pardon" ou "excusez-moi" ; ceux qui font la gueule ; ceux qui te font chier avec leurs réflexions à la noix ; ceux qui t'engueulent en voiture et qui te klaxonnent à tout bout de champ.....
    Courage à toi, dans quelques jours/semaines tu repartiras pour LA.... d'ailleurs je pense que mon conjoint et moi nous allons très, très certainement partir là-bas enfin dans deux ans si tout se passe bien.
    Bises.
    Céline

    RépondreSupprimer
  21. "alors oui, peut-être que les gens y sont sympathiques après tout, mais honnêtement, est-ce qu'on s'y éclate autant qu'à Los Angeles, dans ta petite ville?"

    ...

    Pourquoi?

    J'ose espérer que ce n'est qu'une maladresse synthétique. vraiment. Parce que sinon, ça vole pas bien haut ce genre de phrase.

    RépondreSupprimer
  22. Babuce: ca vole pas haut, certes, mais c'est vrai.

    Je suis peut-être une frustrée qui n'aime ni le vin ni le fromage, ni trop la bouffe en général, je trouve les gens vieux et je critique les coupes de cheveux un peu trop folichonnes et j'aime avoir du choix pour mon PQ, mais j'apprécie très fortement une ville où le cinéma est roi, où on rencontre tous les jours des gens passionnants et avec des histoires de dingue, où je visite des musées extraordinaires, des plages magnifiques, des bars et boîtes vraiment très sympa ( je détestais sortir en France, je suis presque accro aux sorties à présent )...

    En gros, oui vous pouvez dire ce que vous voudrez, mais il est difficile de s'éclater plus qu'à Los Angeles, et d'avoir de plus, le temps de rêve toute l'année, les gens sympathiques, des voisins adorables, un appart d'un genre impossible a trouver en Ile de France pour le même prix, la plage, la montagne, des grands parcs naturels et Las Vegas a quelques heures de route...

    Je vais encore passer pour la material girl de service, mais après tout, je peux comprendre que des gens se sentent bien en France ( 90% de mes amis ) et c'est vraiment super. Ce n'est pas mon trip du moment, alors essayez d'être un peu ouverts et de ranger votre fierté. Surtout quand vous n'avez JAMAIS mis les pieds en Californie ( je me permets librement de comparer et de juger, car je pense être dans une bonne position pour ça, plus que des gens qui n'ont jamais vécu à l'étranger en tout cas ).

    D'ailleurs si vous venez à Los Angeles, il y aura du monde pour en témoigner: vous m'envoyez un mail, je suis devant votre hôtel dans l'heure ;-)

    RépondreSupprimer
  23. Je juge absolument pas le reste de ton billet!!
    C'est juste cette phrase qui m'a légèrement choqué ( vraiment ;)). Je la trouve un peu ( beaucoup) réductrice. Mais après tout c'est tes humeurs et ton blog.

    RépondreSupprimer
  24. Ahlala, comme je te comprend...

    expatrié au Quebec depuis bientôt 5 ans, je ne rentrerai pour rien au monde....

    quand on voit au quotidien la bonne humeur, la politesse, des gens avec un sourire dans la face le retour en France est brutal

    je sais que je ne serais plus capable de vivre au quotidien dans un pays ou,
    -le chauffeur d'autobus ne me dit pas bonjour quand j'embarque et merci quand je descend, avec un bonne journée en prime,
    -ou, si je suis perdu je peux demander ma route sans me faire regarder de travers, et ou les touristes ont juste à regarder une carte plus de deux minutes pour quelqu'un s’arrête dans la rue pour leur proposer de l'aide,
    -ou les fumeurs trouve normal de s'éloigner des entrées de restaurant pour fumer, et respectent les panneaux du type "ne pas fumer à moins de 9 mètres de cette porte",
    -ou tu peux circuler en auto sans te faire klaxonner sans cesse,
    -ou un piétons peux traverser sans problèmes, et ou les automobilistes s'excuse presque de ne pas s'être arrête plus tôt pour te laisser passer,
    -ou tu peux prendre le métro à 1h du matin et te retrouver seul dans un wagon avec deux hommes sans avoir peur de te faire sauter dessus
    -ou tu peux rentrer chez toi à pied à 3h du matin, dans un quartier pas toujours bien fréquenter, et te sentir quand même en sécurité

    -ou les gens t'aborde à l'épicerie pour te demander ton avis sur un produit que tu as dans ton panier, ou pour te donner le leur quand il voit que tu hésites entre deux produits (je me suis encore fait conseiller des très bon yogourts grec la semaine dernière par une parfaite inconnu polie et souriante)

    en bref ce sont ces petites choses du quotidien qui sont ici normal et qui font que j'adore mon nouveau pays (au point d'en adopter la nationalité sous peu), et qui rappel surtout pourquoi je ne veux surtout pas retourner en France

    ça me rassure de voir que je ne suis pas la seule à avoir cette opinion là

    bon retour chez toi, à LA, tu y retrouveras ton sourire, ta bonne humeur, le pays et la vie que tu aimes tant.

    céline

    RépondreSupprimer
  25. "...si quelque chose se passe mal ( une grève va rendre tout le monde solidaire, un problème à la caisse et votre voisin va vous parler ( bah oui, à qui on se plaint sinon? ) )."

    Je rejoins Marion Meert et ne peux m'empêcher de penser que cet article illustre très bien la fin de la phrase que je cite :) Râleurs un jour, râleurs toujours, le destin des Français ?

    RépondreSupprimer
  26. Merci a tous pour vos commentaires.

    Céline, je ne connais pas le reste des Etats Unis, à part la Californie, et pas du tout le Canada.

    Sur ce blog, lorsque j'encence les Americains, on me rappelle à l'ordre en disant que je ne connais pas tous les Américains ( certes ), donc maintenant je dis les Californiens, mais apparemment, cette vie au quotidien dépasse les frontières.

    J'ai la même chose pendant les courses, ou chez subway, ou n'importe où en fait. Un Américain (ou un Canadien? ) ne sait pas rester à côté de quelqu'un sans lui parler.

    Je pense qu'il faut le voir pour le croire, et que lorsqu'on n'a jamais rien connu d'autre, on a du mal à croire que ça puisse être différent ailleurs. Tant pis pour eux.

    RépondreSupprimer
  27. Moi aussi j'aimerais vivre à LA ,j'y ai d'ailleurs vécu plusieurs étés jeune,-je m'y suis fait dépuceler sur un waterbed sur Ocean Front Walk à Venice, la classe, une haute fois j'ai atterri à Paris "high on acid", je me prenais pour Allen Ginsberg/ Carlos Castaneda/ Georges Bataille! mais dans la conjoncture actuelle, s'installer là bas sans green card, sans job et sans qualification reconnue (j'ai une maîtrise d'histoire, la belle affaire)comme un "wetback" , c'est ni plus ni moins du suicide! mais bien sûr si j'étais riche je m'y installerais "in an eyewink"!

    RépondreSupprimer
  28. Je crois bien n'avoir jamais vu un article sur ce blog autant commenté ! Chapeau ! C'est que vous avez de plus en plus de lecteur ! :)

    Contente de lire un post aussi long et riche, surtout que je comprends tout à fait ce que tu peux ressentir. Bon, c'est vrai je ne vis pas aux USA (c'est pas faute de chercher du boulot la-bas pourtant), mais j'ai vécu dans plusieurs pays différents et j'ai toujours eu ce genre de sentiments partagés.
    D'un côté, contente de retrouver la France (la famille, la nourriture...), de l'autre côté le sentiment de ne plus appartenir à ce pays et de se rendre compte de tout un tas de défauts qui ne me sautaient pas aux yeux avant.
    J'étais, et le suis toujours en complète insatisfaction/contradiction/manque : être à l'étranger avec le sentiment que son pays d'origine vous manque, et avoir le sentiment opposé quand on est en France.

    Je pense que c'est le "fardeau" de tout expatrié un jour ou l'autre, la différence étant au final de prendre la décision ou non de repartir vivre dans son pays d'origine.

    PS : j'ai pas l'esprit très clair là tout de suite, donc j'espère que ce que j'ai écrit l'est un peu plus, sorry :s

    RépondreSupprimer
  29. "Céline, je ne connais pas le reste des Etats Unis, à part la Californie, et pas du tout le Canada."

    perso je ne connais pas (encore) la californie mais je compte bien y remédier dès que j'aurais un budget vacances,
    si un jour tu veux découvrir le canada, mais un petit post sur ton blog (que je viens de découvrir et que je vais suivre avec grand plaisir) et je te ferai visiter mon coin avec le plus grand plaisir, tu ne le regretteras pas.

    "Sur ce blog, lorsque j'encence les Americains, on me rappelle à l'ordre en disant que je ne connais pas tous les Américains ( certes ), donc maintenant je dis les Californiens, mais apparemment, cette vie au quotidien dépasse les frontières."

    je me suis aussi souvent fait critiquer car je n'hésites pas à dire haut et fort que je préfère la vie ici en générale, ignore les, ils te jugent sans jamais avoir vécue ta situation, ils ne peuvent donc pas comprendre ton point de vue.

    "J'ai la même chose pendant les courses, ou chez subway, ou n'importe où en fait. Un Américain (ou un Canadien? ) ne sait pas rester à côté de quelqu'un sans lui parler."
    oui c'est exactement ça ici aussi, et je trouve ça très convivial, j'adore que des gens que je ne connais pas me parlent, me donnent leurs avis,
    ça crée parfois des situations assez cocasse, la semaine dernière je suis aller faire mon épicerie à plattsburgh, tous les québécois que l'on croisé nous faisez la conversation, tant et si bien que l'on sait retrouver un groupe d'une quinzaine de québécois en grande conversation dans une allée :p, même les américains sont venue participer, on changer de langues à tout bout de champs mais c'était vraiment plaisant ;)

    J"e pense qu'il faut le voir pour le croire, et que lorsqu'on n'a jamais rien connu d'autre, on a du mal à croire que ça puisse être différent ailleurs. Tant pis pour eux."

    je suis tout à fait d'accord avec toi, tant pis pour eux, ils ne savent pas ce qu'il loupe.

    malheureusement à montréal les français n'ont pas toujours bonne réputation, à causez de certains irréductible chialeur qui passent leur temps à dire que tout est mieux en france (perso je leur répond de rentrer chez eux si c'est si parfait lol),
    heureusement les québécois et toutes les personnes d'amérique du nord sont des personnes très ouverte qui ne se fait pas juste à ça

    bonne continuation à toi, et bon retour chez toi en californie ;)

    RépondreSupprimer
  30. Franchement ça me peine d'entendre ce genre de trucs sur les français. c'est sûr que si tu te bases sur l'ambiance à Paris pour juger les français, ça va pas être reluisant. Moi non plus je ne supporte pas l'attitude de beaucoup de parisiens. Mais bon, je suis allée à Los Angeles, et je ne trouve pas qu'il y ait là bas le paradis sur Terre tandis qu'en notre basse France se multiplient les gens les plus rustres de la Terre...
    Après si tu préfères vivre à Los Angeles et que tu y es mieux, ça tombe bien ^^ mais j'avoue que ça m'énerve de t'entendre généraliser comme ça. Je n'ai pas l'impression que moi, ou ma famille, soyons des malpolis qui tirent la gueule.
    Après, chacun son avis...

    RépondreSupprimer
  31. Moi depuis que je suis tout petit mon pays préféré c'est les USA ( pour l'histoire , les idées , les états , le mode de vie....) Et j'adore la france mon pays de coeur , là ou je vis . Mais surtout j'aime le sud c'est là que j'ai vécu . Quant je sort de chez moi que ce soi dans mon village , ou en Avignon je dis bonjour à la passante et j'ai également en retour un bonjour , la boulangére c'est pareil etc , etc...J'aime avoir le sourire et être aimable et j'avoue avoir en retour la pareil . A Paris , ville que j'adore et je m'y rend très souvent , contrairement aux idées reçus , on me laisse traverser au passage pieton en me fesant un signe de la main , de ce coté là à Paris les gens sont plus agréable qu'à Marseille c'est une certitude . Le coté le moins sympa en France pour moi ? L'on porte très vite le jugement sur l'autre genre si une fille sort en mini-jupe AIE !...Si un garçon porte un débardeur même par 35° ? C'est forcement un g*y...Mais bon voila la France c'est vraiment splendide , magnifique , ça reste un pays vraiment super !!!

    RépondreSupprimer
  32. J'ai eu exactement le même sentiment que toi lorsque je suis parti 1 ans aux USA (échange universitaire). Bien que j'aime la France lorsque mon séjour s'est terminé et que je suis retourné en France j'ai comme eu une période de " vide ". J'étais parti durant la période universitaire (j'étais en deuxième année de licence)et à mon retour la différence de comportement était flagrante. Et ce à tous les niveaux. Que ce soit les professeurs comme les élèves ou même les "gens" dans la rue. En Amérique j'avais des professeurs qui avait une réelle envie d'enseigner, des élèves heureux qui n'étaient pas tracassés par les notes, des gens dans la rue souriant et qui n'hésitent pas à t'aider lorsque tu as un problème.
    Et puis lorsque je suis revenu en France c'était vraiment une sacré différence : des professeurs qui dès qu'ils ont finis leur cours s'en vont en vitesse, des élèves qui ne prennent le temps de profiter de la vie que le week-end mais seulement les week-end où ils ont le temps, etc.


    Et encore heureusement que les échanges n'existent pas en prépa parce que je crois que les élèves qui partiraient ne reviendraient plus ^^'

    RépondreSupprimer
  33. Bon, aujourd'hui je vis en expat' (du pays voisin), bienheureuse à Paris malgré les défauts que la ville peut avoir.

    expat amoureuse, expat professionnelle, expat amical, expat urbaine... Paris c'était plus qu'un choix, c'était une évidence après avoir fait les aller-retour pendant trois ans entre les deux cotés de la frontière.

    Paris c'est la m... si tu n'y connais personne, si tu n'y retrouves pas ton havre de paix au calme de ton appartement (il faut avoir la chance d'avoir un chez soi tranquille, véritable luxe dans cette ville), si tu n'apprécies pas les sorties, la culture, l'architecture, le sport...

    Paris c'est depuis 7 ans la ville où je m'émerveille devant sa beauté chaque fois que je sors, où je suis heureuse de toutes les sorties culturelles théatre musee concerts expos festival et autres auquels je peux assister à deux pas de chez moi, à une offre de sport quasi illimitée, à une ville adaptée aux rollers et où on y a sa place. à une ville, qui, quoiqu'on en dise, laisse de plus en plus de place au vélo et qui est bien plus sécurisante à ce point de vue là que de nombreuses autres capitales du monde où j'ai pu me rendre. paris où les gares et les aéroports directs me permettent de partir découvrir le monde sans m'inquiéter de devoir prendre une correspondance intérieure nationale, paris qui n'est qu'à 3h de porte à porte de ma famille du pays. paris où il y a tant de saveurs et de restos différents, où il y a tant de nationalités différentes. paris où sortir de chez soi c'est avoir l'impression de se plonger dans le dernier magazine de mode parce que les parisien(ne)s sont accros du dernier shopping tendance. paris où j'ai pu trouver un espace de liberté et des possibilités à hauteur de mes rêves et projets personnels et professionnels. dans mon pays, tout était "petit" et "limité". je n'aurais jamais pu réaliser le dixième de ce que j'ai accompli ici en 4 ans depuis que je m'y suis installée "à temps plein".

    paris oui, c'est aussi des gens qui parlent mal, des mecs qui t'abordent avec une technique de drague lamentable et vulgaire mais qui te laissent tranquille si tu leur dis "merci et bonne journée" poliment et en souriant. ca sert à rien de gueuler sur leur réaction si de toute façon on les ignore ou on leur répond méchamment. oui ca n'est pas notre habitude et on trouve ça nul, mais c'est une culture différente aussi. à paris on ne parle pas à un étranger, on ne l'aborde pas. ailleurs, ca se fait parfois... la france a des connards comme partout, mais il ne faut pas en faire des généralités. je travaille au contact du tout venant, et honnêtement, environ 80% des gens que je rencontre sont polis et gentils.
    sinon je valide que les commerçants font très souvent la tête ici et sont peu aimables, c'est bien dommage. que les médias sont de très piètre qualité et la politique totalement abhérente sans parler des services publics.
    mais tout n'est pas noir. et pourtant comme toi je ne crois pas que les années me feront changer d'avis. la france est un pays qui a ses problèmes. j'adore toujours mon pays d'origine, mais c'est ici que j'ai trouvé les clés pour réaliser mon rêve personnel et professionnel, vivre mon amour avec un métis français, rencontrés les meilleurs amis que j'ai, pu enfin me consacrer au sport que j'adorais mais n'avait jamais pu pratiquer dans mon pays pour diverses raisons...
    je suis allée sur la cote est des USA cet été, les gens étaient effectivement dans l'ensemble très sympas et hyper méga serviables, mais je ne me verrais guère vivre là bas. paris, ma vie parisienne, mes amis parisiens me manquent bien vite au bout de quelques semaines de voyage !

    si ton bonheur se trouve pour toi à LA, profites en !

    RépondreSupprimer
  34. Je suis tout à fait d'accord point par point avec ce que tu as écrit.

    Le choc quand on arrive des Etats-Unis est frappant (c'est le moins que l'on puisse dire)...vraiment déprimant!

    RépondreSupprimer
  35. meme ambiance ambiance a Montreal que tu décris sauf pour les gars qui te siffles, la pour le cou, tu fais partie des meubles.
    Par contre, les gens dans les commerces sourient et te disent bonjour, juste dans la rue qu ils n'ont aucun savoir vivre.

    RépondreSupprimer
  36. Tout est une question de localisation, aux US comme en France. C'est d'ailleurs assez amusant de voir à quel point les mêmes différences se ressentent dans les deux pays.

    Exemple très simple : la Californie. L'Etat fait à peu près la même taille Nord-Sud que la France et est globalement située à la même latitude. Hé bien on retrouve les mêmes différences de mentalité entre Los Angeles et San Francisco qu'entre Marseille et Lille, par exemple. Le côté expansif/blagueur des Angelenos/Marseillais et le côté plus sérieux/chaleureux des Foggies/Lillois.

    Pour Paris, pas besoin de chercher bien loin : New York est son reflet outre-Atlantique. Une métropole riche, très active où les gens sont soumis à des niveaux de stress élevés (la hargne des New-Yorkais est légendaire, aux Etats-Unis).

    Pour la conduite, il est vrai que les Californiens sont très respectueux des piétons... mais essaye toi au vélo et tu verras que ce n'est pas du tout, DU TOUT, la même chose.

    Bref, si ton expérience et ton témoignage sont riches, touchants et justes, là où tu dépasses sans doutes les bornes, c'est dans la généralisation. "La France" n'existe pas, d'un point de vue culturel/mentalités, pas plus que "les Etats-Unis". Le mieux est, à mon sens, de rester ouvert et de vivre (pas simplement visiter) un maximum d'endroits.

    Thomas
    PS (et sur une note légère, ne le prends pas mal) : de façon ironique, il suffit de remplacer "Los Angeles" par "Paris" dans ton message pour avoir l'impression d'entendre une parisienne pure et dure. Amusant ^^

    RépondreSupprimer
  37. Laetitia je suis comme pas mal de gens vivant à LA d'accord avec toi, je mettrais tout de même quelques bémols sur "les américains", on a la chance de vivre en Californie qui est quand même connu comme étant un état à part aux USA. Je ne suis pas sûr que l'ensemble serait aussi idyllique au fin fond du Nebraska (au hasard).

    J'ajouterais un élément à ton commentaire, nos visiteurs de cet été, tous français ont été choqué de constater que à chaque endroit les touristes les plus cons (et de loin) étaient français. Sans gène, critiquant tout et le reste, sales, .... un peu dommage tout de même. Je pense pour ma part que le problème général de la France (pour faire une généralité) c'est qu'on se croit encore les premiers en pas mal de choses alors qu'en fait on ne l'est plus en grand chose ....

    Enfin pour répondre à Thomas, ouais New York a une mauvaise réputation aux USA mais en tant que français y étant allé plusieurs fois et ayant vécu 3 ans à Paris, j'ai trouvé les new yorkais 1000 fois plus aimables que les parisiens !

    RépondreSupprimer
  38. J'aurai presque eu envie de vous envoyer bouler, avec toutes ces comparaisons avec Los Angeles, que c'est mieux, (esprit chauvin quand tu me tiens !), mais je ne le ferais point. Parce que vous avez sacrement raison, et que c'est bien pour toutes les raisons énoncées dessus que plus jamais je ne vivrais en France. Mon rêve ? Vous rejoindre aux pays des hamburgers ! & votre Blog m'a conforté dans votre idée que OUI OUI OUI je veux y habiter ! Donc SEE YOU SOON ! ;)

    RépondreSupprimer
  39. Tu dis que les français sont désagréables et se plaignent sans arrêt.... et exactement ce que tu fais dans cet article. (!)

    RépondreSupprimer
  40. C'est çui qui dit qui y est!

    ( je suis 100% française, ça m'empêche pas d'en avoir honte la majeure partie du temps )

    RépondreSupprimer
  41. Eh bien ! Je viens de lire tous les commentaires, c'est de la lecture, ;-) et instructive lol. Que puis-je amener à ce bel édifice, chère Laëtitia ? Il est assez répandu hélas qu'en effet, les Français ont mauvaise réputation en tant que touristes. C'est la honte ! Ils sont râleurs, négatifs, se croient les meilleurs en tout ! Beaucoup sont comme ça, en tout cas. Il est vrai aussi que les Américains et les Canadiens sont ouverts, souriants, c'est également notoire et c'est ce que j'adore !! Je crois que Paris a en effet mauvaise réputation, en tout cas chez les Français non parisiens, ils ne sont pas bien vus, et même par une amie que j'ai qui y a pourtant vécu ! Je ne peux rien dire sur Paris, j'y suis allée très peu de temps il y a des années, donc pas de souvenir impérissable (mais j'aimerais y aller pour folâtrer lOl). Je n'ai pas remarqué que les Français étaient à ce point négatifs, peut-être y a-t-il un peu de ton point de vue, Laëtitia, de ta déception à toi qui a transparu même sans que tu le veuilles, et qui du coup a attiré le négatif. Cela m'arrive lorsque je suis mal tournée, heureusement très très rarement, car de notre attitude dépend aussi celles des autres. Mais oui, les commerçants en général ne sont pas des plus aimables (bon, si on n'a pas d'éléments de comparaisons, on le remarque moins), mais depuis 2 mois j'ai déménagé en pleine montagne, et franchement, bien que j'aie entendu que j'allais me perdre chez les demeurés, tout se passe bien mieux qu'avant ! Tout le monde est gentil, serviable, aimable, comme ces anciens esprits solidaires. Et pourtant, les hauts-savoyards ne sont pas réputés pour leur ouverture lol. La Lorraine serait-elle un coin de "ronchons" ? lOl Je suis moi aussi fascinée par la Californie, et les USA en général, car ils sont très ouverts. Lors de mon séjour en Californie, il y a de cela déjà 18 ans, j'avais adoré cela, les gens qui te parlent à l'arrêt de bus, par exemple !! Par contre, je n'ai aucun souvenir de la conduite en voiture. J'ai conduit un "gros veau" automatique, et je t'avoue que je préfère de loin le plaisir de la conduite manuelle, plus nerveuse, plus "vraie" ! Mais comme je suis caméléon, je serais capable d'adorer la conduite manuelle sur une terre américaine ! Voici un petit témoignage que j'ai fait de mes deux jours à San Francisco, c'est ici :http://decouvrir-la-californie.com/marjorie-nous-raconte-son-aventure-a-san-francisco/ Toute mon amitié, j'adore ton blog et je rêve aussi de "bouger", sans savoir encore où....

    RépondreSupprimer
  42. Je n'ai JAMAIS prétendu être objective!

    Mais il faut être sacrément aveugle pour retourner en France après un séjour d'une certaine durée en Californie, et ne pas avoir de petite démangeaison...

    De plus, je suis mal tournée 360 jours par an, ce n'est un secret pour personne. Seulement, mal tournée ici semble être toujours plus agréable que mal tournée en France, donc on en revient au même constat. Ici, même quand l'envie me prend de râler et d'être triste, il y a toujours quelqu'un qui va réussir à me redonner le sourire, ne serait-ce qu'un automobiliste qui manque de m'écraser MAIS qui ouvre sa fenêtre et ralenti pour s'excuser, ou un petit garçon qui me dit hello dans la rue alors que je ne l'ai jamais vu. On trouve toujours du positif, que j'ai eu du mal a trouver en France ( et comme je le dis dans l'article, quand je trouvais un point positif, il se bousillait tout seul... ). J'aurai pu faire un autre article plus positif, mais ça aurait été très pauvre...
    Et surtout, je n'ai pas à me justifier ni à flatter des égo mal placés! Mon constat est négatif, point! Et ça m'énerve que la plupart des gens le lisent en diagonal, sans même comprendre ce que j'ai voulu dire.
    Merci pour ton message!

    RépondreSupprimer
  43. Après 14 ans ici, j'ai décidé de devenir américaine. J'aurais pu le faire depuis 5 ans, mais j'hésitais. Je me dis que j'aimerais retourner vivre un ou deux ans en France, et que comme ça, je pourrai retourner ici sans problème.

    RépondreSupprimer
  44. "( je suis 100% française, ça m'empêche pas d'en avoir honte la majeure partie du temps )"

    Ah oui en effet, c'est presque épidermique. Même chez les expats(les vrais, ceux employés par une boite française)qui ne sont souvent pas tendres avec la France, je n'avais jamais lu/entendu ça.

    Si tu as honte d'être française et à fortiori de la France fait tout pour rester le plus longtemps possible aux USA ou du moins, tout pour ne pas devoir revenir vivre en France car à te lire tu serais visiblement très malheureuse chez les fromages qui puent.

    J'aime bien ton blog.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Guy

      Je suis effectivement malheureuse en France. J'ai cru des années être juste malheureuse et en décalage complet avec l'humanité, mais le fait que je me sente incroyablement bien ici veut bien dire quelque chose...
      J'ai souvent du mal a comprendre pourquoi les Français se prennent souvent pour le centre du monde. Effectivement, beaucoup d'étrangers trouvent notre accent mignon, pensent que nous sommes romantiques ( ce n'est pas faux! ), mais beaucoup d'entre eux veulent juste être polis et très souvent, ils n'en pensent pas un mot. Le pays très à la mode en ce moment est l'Allemagne! D'ailleurs, la plupart des Américains que nous connaissons avaient choisi d'apprendre l'allemand à l'école, pas le français :) Nous sommes loin d'être irremplaçables, et adorés par la planète.

      Supprimer
  45. J'ai conduit à Houston sur des échangeurs géants et j'ai adoré la conduite respectueuse des Texans (clignotant quand ils tournent, vitesse respectée, itinéraires bien indiqués = moins de stress). Quelle différence avec la conduite à Montpellier où on doit s'attendre à tout à quasiment chaque instant! Je ne connais pas LA mais si on y conduit comme à Houston, cela doit être le paradis.

    RépondreSupprimer
  46. Super en retard, mais j'avais envie de réagir... Je me reconnais tout à fait dans le sentiment que tu décris ; quand je reviens en France, c'est comme tomber de haut à chaque fois. Ah, j'avais oublié pourquoi j'étais partie... Moi non plus je n'étais pas heureuse en France, d'ailleurs j'en suis partie volontairement.

    En même temps, en lisant la suite de ton message, les exemples que tu donnes, j'ai l'impression d'avoir vécu la plupart de ces emmerdements ici aussi, à Montréal. Finalement, les Québécois ou les Montréalais, je ne les trouve pas tellement plus cool ou sympas que les Français (d'ailleurs cela a été très difficile pour moi de me faire des amis). C'est la ville. L'ambiance. Toutes ces langues. Et finalement, ce que j'y ai trouvé (un fiancé, une vie).

    J'ai même pris l'habitude de m'adresser aux gens en anglais par défaut ; ça m'évite de me faire prendre pour une Française. Je ne veux plus rien avoir à faire avec ce pays. :D (De toute façon j'ai toujours été une étrangère en France... née dans le 99...)

    RépondreSupprimer
  47. Bravo pour ton blog ! C'est dingue comme je me retrouve dans ce que tu racontes ici.
    Moi, hélas, ça fait dix ans que je ne vais aux USA qu'une à deux fois par an pour affaires, sans pouvoir m'y installer. Les gens sont accueillants, souriants, aimables pas agressifs et arrogants. Et je ne parle même pas de la Californie !
    Et chaque fois que je reviens, c'est la déprime assurée.... Les gens se hurlent dessus, braillent, te bousculent sans retenue. Aucun respect basique. Jamais un "excusez-moi". Quant à la soit-disant culture française, je rigole....Elle a bel et bien disparu. Le Bac serait à 30% de réussite si on le faisait passer au même niveau qu'il y a seulement 20 ans.
    Les USA ne sont peut-être pas mieux à ce niveau mais ils ne se vantent pas de leur haut niveau intellectuel.
    Quand à la drague lourde et minable des types, c'est à gerber (avec insultes si tu ne réponds pas ou dis non merci). Heureusement je ne vis plus à Paris mais dans le Sud-Ouest qui résiste encore un peu (sauf l'été, un vrai cauchemar). Paris ? Une belle ville ?
    Visitez Chicago et vous verrez ce qu'est une belle ville ! Propre, lumineuse, accueillante.
    Je pense que je vais finir par demander mon visa et installer ma nouvelle boite là-bas, Portand OR peut-être, les critiques sont bonnes (LA n'est pas pour moi, je déteste conduire). De toutes façons, je bosse déjà 70 heures/semaine... Ma claque de la France ! Seule la pratique de ma langue, cette si belle langue, celle d'Hugo et de Baudelaire me manquera vraiment... Pas les "zyva" actuels....Heureusement, je suis bilingue. :D

    Laurie
    A bientôt les expats ! :D

    RépondreSupprimer
  48. Pour la conduite je suis entièrement d'accord avec toi.
    J'ai passé 5 jours à LA dans un road trip de 17 jours. (Si j'avais connu votre blog avant j'aurai demandé à vous rencontrer!) Et la conduite en France est .... wow. rien que pour ça je regrette LA. Le système de conduite est meilleur. Le code de la route idem (pouvoir tourner à droite malgré le feu rouge..) etc.

    Les gens ici sont c**s. Les "How are you?" avec le sourire me manque. Juste un signe de politesse. Même si, comme tu l'as dit dans un article, peut être qu'ils s'en foutent. Mais cette question souriante rend le moment agréable.

    Tu parles du sud. Exemple: je suis nordiste. Je vais souvent dans le sud. Les caissières sont des c****s avec les étrangers. Par contre dès qu'il s'agit des locaux, alors là...

    Je vous envie. J'aimerai m'expatrier aussi. Mais la peur de l'éloignement, et du dégoût de la France à mon retour me font hésiter. Ok je suis déjà dégoûté de la France. Mais l'éloignement de la famille me poserait un gros problème.

    Si un jour je repasse par LA. Je serai ravis e vous rencontrer!!

    RépondreSupprimer
  49. ça fait plusieurs heures que je me ballade sur ce blog, j'ai une forte envie d'aller (ou de vivre!) à LA.

    Du coup je suis partagée entre le fait d'adorer et de détester ce blog, car oui vous nous "vendez du rêve" et vous me donnez vraiment envie de vivre à LA mais avec les difficultées d'obtention de visa et de travail je pense malheureusement que ça m'arrivera probablement jamais.

    Donc non seulement vous avez nourri mon envie de LA mais en plus vous avez renforcé mon raz le bol de la France, et ba merci bien ! ; )

    RépondreSupprimer
  50. Bonjour Laëtitia,

    l'article posté est selon moi réaliste, je vis sur Nantes, considérée comme une des premières villes concernant la qualité de vie et je t'assure que je retrouve dans celle-ci tous les points noirs constatés sur Paris ...

    Je pense que tout cela est typiquement français, après, comme partout, il y'a des gens sympa' comme des gens peu agréables ...

    Mais il est vrai que pour avoir voyagé deux fois aux USA, dont Los Angeles en 2014, je reconnais la sympathie, la courtoisie et la décontraction des américains, ils ne manquent pas de défauts, ils restent toutefois plus agréables que mes frères français ...

    Concernant l'ambiance générale, j'ai toutefois à titre de comparaison plus d'affinités avec Los Angeles qu'avec NYC.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés et mettent un petit peu de temps à apparaître.
Vérifiez que la réponse à votre question n'est pas dans la FAQ (on ne peut plus y publier vos commentaires)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...