Jerry : No, I'll be back.
Kramer : Jerry, it's L.A., nobody leaves. She's a seductress, she's a siren, she's a virgin, she's a whore.
Seinfield, "The Finale"

jeudi 7 juillet 2011

Critique de livre: Fight Club

Je n'ai pas fait tellement de critiques de livres ( en fait deux, dont une sur les guides touristiques, et l'autre que j'ai effacé sans faire exprès ( mais c'est pas grave ). C'est dommage, car je lis ( on lit ) énormément de livres à nous trois, et surtout, on lit en anglais, le meilleur exercice possible pour apprendre une langue, même si dans l'idéal, il vaut mieux lire à haute voix ( faites-le tous les jours, en vous enregistrant, sauf si vous avez un english speaker pour vous corriger, et en deux semaines, vous verrez la différence lorsque vous parlerez sans filet ).


Bref, je m'y mets, et je commence par un livre que j'ai adoré, et qui n'est ni le premier, ni le dernier à avoir été lu.
J'essaye à la librairie de prendre des classiques américains. On entend beaucoup parler de livres, dans les films, les séries ou même au quotidien, alors je m'empresse d'aller les acheter pour savoir de quoi ça parle, et pour ma culture américaine ( je vous vois, avec le sourire en coin ).

Donc voilà, je commence par Fight Club, parce que ça va attirer le chaland à coup sûr, et que je suis inspirée.



Fight Club, tout le monde connaît, mais il y en a un qui est un peu vexé que pas grand monde ne sache qu'il y a eu un livre avant le film, c'est l'imprononçable Chuck Palahniuk.
Fight Club est le premier livre Chuck ( m'en voulez pas si je l'appelle par son petit nom ), si l'on ne tient pas compte de ces deux précédents écrits qui ont été refusés par les éditeurs ( dans un premier temps, c'est à dire, avant Fight Club ). Pour ne pas entrer dans les détails, car vous savez vous servir de google, normalement ( certains de vos mails m'en fait douter parfois ), Chuck a fait partie d'un club d'écriture pendant longtemps, et Fight Club a donc été son travail le plus abouti.
L'histoire originale, les premières lignes du Fight Club qu'on connaît, a été éditée dans l'anthologie " the pursuit of happiness ". Seulement l'imprimeur a mal reporté le titre sur la tranche, et a fait faillite en devant réimprimer tout les livres gratuitement. Aujourd'hui, tous les exemplaires de ce livre ont été vendus, les mal imprimés comme les autres. C'est le chapitre 6 du livre final qu'on y trouvait.
Chuck a écrit ce chapitre sous les consignes de son professeur, un après-midi ennuyeux au boulot. Il a d'abord écrit les règles du jeu de Fight Club, puis 7 pages d'une histoire très épurée et d'un même point de vue.



En effet, chaque chapitre de Fight Club peut se lire individuellement, comme des petites histoires écrites par différentes personnes. Son inspiration lui vient de ses amis qui lui racontaient des histoires ( le dildo dans la valise à l'aéroport, les serveurs qui ajoutent une touche personnelle aux plats qu'ils servent etc... ). Le concept du club en lui-même lui vient facilement, et c'est après un documentaire à la télévision sur les gangs, que le club pour hommes en quête d'une utilité et de répères lui vient simplement. Il s'inspire également des réactions de ses collègues de travail, un jour où il revient de vacances avec un coquart.
Satisfait du résultat, il décide d'essayer de le vendre. Le premier éditeur lui propose une somme ridicule pour un écrivain: 6 000 dollars, pour ne pas vexer l'artiste en lui disant simplement "non". Sauf que Chuck accepte cette somme, avec grand plaisir. Le livre sort, et le succès n'est pas au rendez-vous. Il va lire son livre dans des librairies, où trois personnes viennent l'écouter. Il commence à avoir des retours, des avis de lecteurs complètement farfelus qui n'ont rien compris au livre. Il gagne quelques prix en 1997, et l'année suivante, il rencontre une femme dans un bar, qui lui dit qu'elle est en train de bosser sur le pingouin du film Fight Club.
Son nom apparaît une demi seconde au générique de début, mais, et alors?

Si vous n'avez pas aimé le film, laissez tomber le bouquin ( j'aime dire que certains films feraient d'excellents bouquins ). Si vous n'avez pas vu le film ( et que vous vivez donc dans un bunker depuis le début de la Guerre Froide ), sautez sur l'occasion, et lisez le bouquin avant de le voir.



L'histoire: 
Le héros ( qui n'a pas de nom ), est insomniaque depuis des mois. Sur les conseils de son médecin, il participe a des thérapies de groupes pour malades en phase terminale de cancers ou d'autres maladies. Il pleure avec les mourants, et peut ensuite dormir sur ses deux oreilles. Son métier l'oblige à prendre l'avion très souvent, et là encore, la possibilité que l'avion s'écrase lui amène le sommeil. La routine des voyages et des hôtels s'installe. Sa vie roule tranquillement, sans excitation. Son appartement est rempli de meubles Ikea, ses seuls compagnons et ses seuls désirs. C'est dans un avion qu'il rencontre Tyler Durden, qui est l'opposé de notre héros: beau, souriant, bien habillé, décontracté et sûr de lui.
A l'atterrissage, le héros apprend que son appartement adoré, la seule chose qu'il aimait vraiment, a explosé dans des conditions étranges. Il appelle donc la seule personne dont il a le numéro sur lui: Tyler Durden. C'est ensemble qu'ils construiront le Fight Club,

Le livre est aussi confus que le film, évidemment, avec des passages qui sont intelligemment construits dans le but de nous faire douter. L'auteur utilise savamment les guillemets par exemple, mais il y a d'autres détails qu'il faut découvrir, car il faut bien l'avouer, au-delà de l'histoire déjà extraordinaire, l'exploit littéraire n'est sûrement pas à mettre de côté. Il faut regarder le livre en même temps qu'on le lit, et pas seulement se laisser porter par les mots. De toute façon, le malaise s'installera comme il s'installe dans le film ( qui utilise des images subliminales par exemple, ou des flashs ).

Si vous avez un bon niveau en anglais, ou que vous avez envie de le travailler en utilisant un livre, je conseille Fight Club, pour ses chapitres courts et indépendants les uns des autres, pour son intrigue évidemment, et puis parce que m****, c'est Fight Club p***** ! Vous ne pouvez pas ne pas l'avoir lu ni vu!!

D'autres liens que j'aime bien: http://stephaniebowman.wordpress.com/2011/06/01/fight-club-changed-my-life/
http://fr.wikipedia.org/wiki/Fight_Club_(film) ( faites gaffe aux spoilers quand même )
http://en.wikipedia.org/wiki/Fight_Club_(film) ( parce que vous allez bosser votre anglais )
http://articles.latimes.com/2010/may/16/local/la-me-fight-club-20100517
Rendez-vous sur Hellocoton !

2 commentaires:

  1. Alors la tu viens tu m'as intriguee! J'aime non seulement les livres dont l'histoire est bonne, mais j'aime aussi et surtout apprecier comment l'auteur nous mene en bateau parfois. Je sens que je vais aimer celui-la. Je l'ajoute a ma (bien trop longue) liste de livres a lire!

    RépondreSupprimer
  2. Je n'arrive pas à croire que ce ne soit pas plus connu que ça...

    Je pensais arriver avec mes gros sabots dans le plat :p

    Alors du coup, lecture obligatoire pour tous, suivi du visionnage du film.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés et mettent un petit peu de temps à apparaître.
Vérifiez que la réponse à votre question n'est pas dans la FAQ (on ne peut plus y publier vos commentaires)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...