Jerry : No, I'll be back.
Kramer : Jerry, it's L.A., nobody leaves. She's a seductress, she's a siren, she's a virgin, she's a whore.
Seinfield, "The Finale"

dimanche 13 mars 2011

World Invasion, Battle Los Angeles, la critique!

Hier, samedi donc, complètement glacés sur la plage ( 25° en mars? Ils sont pas bien... ), on décide d'aller se réfugier quelque part au chaud. Le cinéma, ça ne m'a pas paru une super idée au départ, parce qu'ils foutent la clim à fond, comme à peu près partout ( ce n'est pas comme en France: clim à fond l'été, et chauffage à fond l'hiver. Non, ici c'est clim toute l'année. En fait je crois que le système d'évacuation de l'air est forcément froid quoiqu'il arrive... ).
On arrive dans un cinéma réputé sur la 3ème, et heureusement, Battle:LA est à l'affiche ici.
Ouf, pas de clim, il fait bon dans le lobby.
On arrive dans un salle hors d'âge, avec des strapontins et tous les sièges à la même hauteur ( comme ça, on a 15 têtes en bas de l'écran... ), mais pas de clim!

Ici, le cinéma, c'est un peu le restaurant du coin. Les cinéma se font leur bénéfice sur la vente de bouffe et de boissons ( pourtant la place est a 12 dollars en moyenne ( entre 12.75 et 11 dollars, sans la 3D ), je me demande ce qui coûte si cher ). Du coup, tout le monde graille, surtout les gros qui nous feraient une crise d'hypoglycémie en plein film, on sait jamais. Et ça pu le tacos sauce buffalo ultra épicé, que rien que l'odeur me fait venir les larmes aux yeux. Puis un petit soupçon de menthe quand quelqu'un ouvre un paquet ( très discrètement bien sûr ) de bonbons.

S'ensuivent 15 minutes de pubs complètement débiles ( je rêve, où ils parlent de cocaïne? ), puis encore 15 minutes de bandes annonces insupportables. Je ne sais pas à quoi ça tient, mais ma salle de cinéma habituelle me manque beaucoup...

Enfin, le film commence. Alors déjà, avant de vous faire perdre votre temps, le film ne suivra uniquement qu'une compagnie militaire pendant deux heures, et une toute petite poignée de civils. C'est tourné dans un style docu réalité, avec une caméra à l'épaule bien confuse qui est souvent agaçante ( on voit rien!!!! ).
Heureusement, le début un peu pathétique où on partage les états d'âme des soldats ne dure pas très longtemps.
Un tel va se marier bientôt, l'autre est sur le point d'accueillir un bébé, le suivant veut devenir médecin, le petit nouveau est encore vierge et le vétéran va partir à la retraite. Heureusement ON N'Y REVIENDRA PAS, parce qu'on s'en fout complètement. Faut avouer, personne ne va s'attacher à eux, parce qu'on sait qu'une bonne partie va se faire dégommer.
L'histoire: Los Angeles est évacuée. Les plus grandes villes côtières du monde sont menacées par une pluie de météorites, mais tout devrait bien aller, parce qu'on a une super atmosphère qui va réduire les gros rochers en petits cailloux.
Les militaires se préparent donc activement à aider l'évacuation des habitants, parce que bon, il y en a quand même 18 millions je rappelle.
Ils apprennent avec surprise, que les météorites sont composées de pièces mécaniques. Quelques inquiétudes se font ressentir: qui nous attaque exactement?
( tout ce que je viens de raconter est dans le trailer ( la bande-annonce, pardon ), qui contient pas mal de spoilers, donc évitez si vous y avez échappé jusqu'à présent )



Les Marines arrivent par hélicoptère au-dessus d'une ville déjà pas mal en miette et commencent à bien flipper.
Leur mission est simple, et c'est toujours la même dans tous les films de militaires: trouver des civils qui ne comprendraient pas bien l'anglais et qui seraient resté dans la ville comme des abrutis, et les faire évacuer au F.O.B ( point d'évacuation ): l'aéroport de Santa Monica. ( D'ailleurs, il y en a qui ose un: " j'aurai dû aller au F.O.B plutôt que de rester planqué là!! " )

A partir de là, c'est devenu assez difficile pour les spectateurs qui connaissent bien la ville, de rester concentrés sur l'action. On essaye automatiquement de se dire: bon alors, est-ce qu'ils ont fait des erreurs géographiques??
Bah non, rien, les rues citées sont exactes, les distances parcourues à pied ( bon, c'est des Marines, ils vont plus vite que nous normalement ) sont correctes, on reconnaît les bâtiments, même en miettes ( bordel, c'est là qu'on a garé la voiture!! ). On apprend même des trucs: Ya un Panda Express sur la 10ème??



J'ai enfin compris pourquoi la campagne d'affichage du film se concentrait sur les bus de la ville ( les bus Metro, vous faites pas avoir, le métro c'est subway aux Etats Unis. Mais ne confondez pas non plus avec les sandwiches. ). L'un des bus orange sera très utile dans le film, on pense donc à un échange de bons procédés ( faut que j'apprenne à faire démarrer un bus sans clefs d'ailleurs ).
Le film est blindé de pub, plus ou moins vraies ( Resistance 3, California Lottery, Panda Express, Chevron... Sans compter les voitures, mais difficile de faire sans ).



Dans l'ensemble, le film est très arythmique. Ca commence assez bien, puis ça retombe. Puis on comprend pas du tout ce qu'ils essayent de faire ( oui, la bretelle de l'autoroute est tombée, oui vous êtes Américains, mais il y a d'autres façon de remonter vers Culver City que l'autoroute, bande de feignasses ), puis ça remonte, puis c'est chiant. Ca remonte sérieusement vers la fin, quand ils se débarrassent de leurs boulets civils.



On y échappe pas:
- le petit tour dans les égouts
- les regards de pervers sexuels entre le héros et les deux donzelles du film
- la lettre à transmettre à la femme quand on sent qu'on va claquer...
- le point faible à rechercher chez l'ennemi, parce que ce serait trop facile que ce soit la tête
- la minute de culpabilité du soldat: " ils sont comme nous, ils utilisent une hiérarchie " " si ils sont comme nous, tu crois qu'ils ont aussi des enfants? "

On y échappe:
- le baiser ( j'aurai pas pu... )
- la veuve éplorée à qui on remet la lettre à la fin ( mais on à quand même la minute du héros, je vous rassure... )
- le soldat qui tient absolument à aller sauver sa mère/sa femme/son chien/son pot de mayonnaise resté à la maison
- la minute de culpabilisation de la race humaine, du style: "ouais, et ben, si on avait été plus gentils hein, ça serait pas arrivé!"



Au final, plusieurs métaphores ( ça fait toujours bien dans les critiques... ): au choix, la guerre en Afghanistan ou Irak, ou alors le massacre des Indiens d'Amérique ( parce que les aliens viennent nous embêter à cause de nos ressources, et décide de buter tout le monde sur la planète pour être peinards ).



J'ai été plutôt déçue par le film, très axé sur les soldats et leur mission. Mais bon, il fallait bien choisir un angle d'attaque.
Je n'ai pas eu le souffle coupé, ni émotion, ni rien au final. Si sur grand écran ça m'a fait l'effet d'un pétard mouillé, je n'imagine pas sur un petit écran de télé. Ce n'était pas impressionnant pour un sous, dommage, car beaucoup d'explosions ont été réalisées en vrai ( le tournage a commencé en 2009 ). Comme le point de vue des soldats a été privilégié, on ne s'approche pas vraiment des " bêtes ".
J'aurai aussi imaginé plus de décors différents, même si bon, c'est vrai que c'était difficile de faire autre chose que des ruines. La confusion était au rendez-vous, mais pas la bonne confusion. C'était très Michael Bay.
Les personnages n'ont pas beaucoup de substance, et ce n'est pas la faute des acteurs. Tous les figurants militaires sont des vrais Marines.



Donc voilà, je l'avais dit dans mon autre article, mais j'aurai vraiment préféré un film sur la vraie bataille de LA, avec la confusion des habitants, etc... Un truc à la Miracle Mile quoi!!

Mais bon, ce n'était pas aussi chiant que Black Swan, je vous rassure.


En 2009


Rendez-vous sur Hellocoton !

4 commentaires:

  1. et bien moi j'ai un ciné à 9,5$ la place et ils mangent QUE du pop corn !
    Et en + on a pas trop de pub :d
    C'est d'ailleur le seul ciné que j'ai testé à LA, et ca me donne pas envi d'en essayer d'autre

    RépondreSupprimer
  2. Si le son et l'image sont bons, ca ne sert a rien d'en changer!

    Moi j'adore le Grove, surtout pour les qualités techniques, c'est parfaitement réglé...

    Mais les AMC, c'est fini...

    La meilleure salle de cinéma du monde, et l'une des toutes premières, c'est l'Arclight sur Sunset.
    Le El Capitan est très bien aussi, mais il n'y a qu'une salle pour les nouveautés Disney.

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour cette critique bien sympa.

    Question salles de ciné, avez vosu déjà tenté le Kodak theater ou le Chinese?


    Je suis sur Hollywood ce weekend et je me laisserai bien tenter...

    RépondreSupprimer
  4. Ce sont de très bonnes salles, mais pour avoir les grandes salles légendaires, il faut choisir le bon film. Ce n'est pas toujours le film du siècle qui y est diffusé.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés et mettent un petit peu de temps à apparaître.
Vérifiez que la réponse à votre question n'est pas dans la FAQ (on ne peut plus y publier vos commentaires)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...