Jerry : No, I'll be back.
Kramer : Jerry, it's L.A., nobody leaves. She's a seductress, she's a siren, she's a virgin, she's a whore.
Seinfield, "The Finale"

mardi 22 février 2011

Histoires brèves sur Hollywood

Parce que j'adore les fun facts ( pardon, " les faits marrants ") et les petites anecdotes, j'en ai quelques unes de temps en temps.

Pourquoi est-ce qu'on appelle les films, des movies ( on dit film quand c'est vraiment de l'art, pour les films d'auteurs par exemple, ou les classiques ) ?
Parce qu'au départ, les acteurs et toute l'équipe devaient vraiment bouger et déménager sur les lieux de tournages pendant des mois. C'était donc, des movies.
Je pensais que c'était parce que ce sont des images qui bougent, mais c'est vrai qu'on dit plutôt " animées ".



Le cinéma nous permet aujourd'hui d'avoir autant de maquillage haut de gamme.

En effet, pendant longtemps ( je la fais courte ) on se maquillait le teint à base de poudres ( de plomb à la Renaissance, histoire d'avoir plein de maladie et une super haleine de chacal crevé ), mais quand le cinéma en noir et blanc a fait ses débuts, on tartinait les acteurs avec une pâte épaisse et blanche, et on maquillait leurs yeux au khôl, histoire de bien faire ressortir leurs expressions muettes, par dessus un contraste de très basse qualité.
Mais les caméras se sont améliorées, et avec le technicolor, il n'était plus question de tartiner les visages avec du plâtre. Alors le grand maquilleur de l'époque, Max Factor, inventa le célèbre Pan-Cake, le premier fond de teint commercialisé, que les femmes autour du monde s'arrachèrent. A l'époque, pas de pression sur les acteurs lors de gros plan. Les rides et les boutons avaient peu de chance de se voir, surtout avec une bonne épaisseur de crème dessus. Mais aujourd'hui, même avec un maquillage qui rivalise de technologie pour se fondre avec la peau, la facture pour effacer les rides de l'actrice principale avec du photoshop peut se monter à plusieurs millions de dollars. Le prix de l'illusion qui nous fait complexer!







A ses débuts,  l'industrie du cinéma refusait de donner les noms des acteurs. Déjà à l'époque, ils avaient senti le coup venir, et se disaient que les gentils pantins allaient vite prendre la grosse tête avec le succès et voudraient augmenter leurs cachets.
L'anonymat semblait être une bonne idée, jusqu'à l'arrivée de la première movie star, la femme qui illuminerait l'écran et dont tout le monde parlerait, et qui assurerait succès au film dans lequel elle apparaîtrait.
Elle ne se fit pas trop attendre. Elle s'appelait Florence Lawrence. Elle avait 20 ans quand elle débarqua du Canada en 1906, pour tenter sa chance sur Broadway, à New York, la grande soeur de Los Angeles.
Mais elle tapa dans l'oeil du réalisateur D.W. Griffith, et elle savait monter à cheval, ce qui lui assura un contrat à 25 dollars par semaine, une fortune ( sisi ).
Le public lui aussi tomba amoureux de la belle blonde, et les lettres s'accumulèrent dans le bureau du réalisateur. Il fallait trouver au moins un surnom à la demoiselle pour contenter ses fans. Elle sera à l'écran " Biograph Girl" du nom du studio qui l'embauche.
En 1909, elle touchait déjà le double du salaire moyen dans la profession, et elle obtint sa série comique: the Jones series.
Elle fut débauchée par le grand Carl Laemmle ( ses cinémas marchent toujours aujourd'hui ) qui lui promis non seulement plus de pognon, mais aussi l'utilisation de son vrai nom à l'écran, mais aussi sur les premières affiches de cinéma.
Avec cet événement vint la première rumeur, lancée directement par le studio, racontant la mort tragique de l'actrice phare dans un accident de voiture. Le pays fut secoué par la nouvelle, et le studio lança alors une grande campagne de pub pour assurer que Florence allait très bien. Pour le prouver et rassurer les ménagères, on organisa des apparitions publiques de la star.
En 1914, pendant le tournage de Pawns of destiny, la belle fut brûlée, et en 1916, elle resta paralysée 4 mois après un accident.
Elle devint donc la première star has-been, remplacée par d'autres durant ses absences. Déprimée par les petits rôles, pour lesquels sont nom n’apparaissait plus au générique, elle se suicida ( une habitude ) en avalant de l'insecticide, en 1938.
Sa tombe elle-même ne porta pas le nom de la star déchue et sans argent. Jusqu'en 1991, où le cinéphile Roddy McDowell, lui paya son actuelle sépulture, qui dit: Florence Lawrence, ' the biographe girl ', the first movie star.
Vous pouvez la voir au Hollywood Forever Cemetery.




Et pour finir, une histoire vraiment curieuse, qui m'a mise mal à l'aise. J'espère que je vais bien réussir à la raconter!
Tout le monde connait le comique Jerry Lewis ( si non, je vous ai mis un joli petit lien. Ne confondez pas avec Jerry Lee Lewis, sinon ça n'a plus aucun sens ).
Mais voilà, en 1972, sa cote de popularité et sa réputation prirent un mauvais coup. Il était connu pour être un égoïste accro aux médicaments, et ses films n'avait plus le succès escompté.
On lui proposa toutefois un scénario dans un registre totalement différent, écrit 10 ans auparavant. Jerry déclina d'abord l'offre, en expliquant qu'il ne savait que faire rire les gens.
Il accepta au final, non seulement d'endosser le rôle principal, mais aussi de réaliser le film touché de près par le sujet. L'histoire de The Day the Clown Cried est particulièrement atroce: pendant la seconde guerre mondiale en Allemagne, un clown de cirque sur le déclin est arrêté et déporté, pour avoir refusé de s'excuser après avoir imité le Führer dans un bar.
Maltraité et battu, il tombe dans la boue et entend des rires. Les enfants de l'autre côté du grillage sont amusés par la scène de l'homme avec de la boue sur le visage, qui lui donne l'air d'un clown. Il se confectionne un nez rouge, et avec la toute nouvelle confiance que les enfants lui donne, il décide de faire le spectacle tous les jours pour les petits prisonniers voisins. Les soldats s'apercevant rapidement du manège, décident d'utiliser le clown pour amener les enfants dans la chambre à gaz, en échange de sa libération. Evidemment, le choix de Sophie. Le clown accepte la proposition, et amène les enfants jusqu'à leur destinée. Mais l'un des petits lui tient la main, et lui demande de venir avec eux. Il les suit donc, et continue son numéro de jonglage à l'intérieur, où on n'entend plus que les rires des petits.

L'histoire collait parfaitement à la peau de Jerry Lewis, surtout lorsqu'on sait que son vrai nom est Jerome Levitch.

Le film n'a jamais été diffusé, et le montage n'a jamais été terminé. L'acteur a toujours été très évasif quand on mentionne le film, dont il n'a plus les droits. Le producteur et les scénaristes ont promis que jamais le film ne verra le jour.



Rendez-vous sur Hellocoton !

6 commentaires:

  1. The Day the Clown Cried est une histoire très émouvant en effet. Je comprends que le film n'ait jamais vu le jour. Très belle et tragique sans doute trop choquante pour les personnes touchées directement ou indirectement par les camps.
    Déjà que je trouve la liste de Schindler que je trouve trop dure à regarder...

    Sais-tu si The Day the Clown Cried est tiré d'un livre?


    Sinon, super d'en savoir un peu plus sur les pionniers du cinéma comme cette toute 1ere actrice. J'aime beaucoup les anecdotes de ce genre.

    bises

    RépondreSupprimer
  2. Salut Christine, merci pour les commentaires!

    Non le scénario de The day the clown cried a été écrit dans les années 1960, et je n'ai rien lu à propos d'un livre... Par contre j'ai lu des extraits du scénario.

    RépondreSupprimer
  3. Florence Lawrence est trés belle sur cette photo, -sourcils non épilés et sans doute le reste non plus-ce n'est pas pour rien qu'on appelle les années 1900 "la Belle Epoque"...

    RépondreSupprimer
  4. J'ai trouvé l'histoire très triste... Merci pour ce petit moment d'histoire :)

    RépondreSupprimer
  5. Je ne suis pas sur de comprendre pourquoi le film n'a jamais été diffusé ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le tournage a été très éprouvant, et probablement le montage également. Je doute aussi que qui que ce soit ait voulu le diffuser. Ca plus les problèmes de droits, et je ne pense pas que le jour sortira officiellement.

      Supprimer

Les commentaires sont modérés et mettent un petit peu de temps à apparaître.
Vérifiez que la réponse à votre question n'est pas dans la FAQ (on ne peut plus y publier vos commentaires)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...