Jerry : No, I'll be back.
Kramer : Jerry, it's L.A., nobody leaves. She's a seductress, she's a siren, she's a virgin, she's a whore.
Seinfield, "The Finale"

dimanche 23 janvier 2011

Un an! Le rêve américain

Et voilà, aujourd'hui, c'est notre premier anniversaire!

Je n'arrive pas trop à savoir si j'ai plus l'impression d'être ici depuis 1 mois, ou depuis 5 ans, ça dépend des jours.

Avec les cours d'anglais, évidemment, on aborde beaucoup de sujets différents, et on parle beaucoup. Ca devient rapidement passionnant vu que les camarades viennent de partout dans le monde.

Il y a surtout des Iraniens et des Coréens, qui ont malheureusement plus de mal que pour les gens des pays latins pour apprendre l'anglais. Les mots n'ont pas du tout la même racine, et parfois, ça prend du temps pour expliquer certains concept.
Il y a aussi plusieurs Français évidemment, enfin surtout des femmes qui ont suivi leurs maris, comme moi ( est-ce que l'inverse arrive parfois? ). On peut être jusque 4, mais sinon on est 2.

La question la dernière fois, concernait le rêve américain, pourquoi nous étions là, et si ça répondait à nos attentes.
J'ai été assez surprise, car plusieurs personnes ont répondu que le rêve américain n'existait plus, que c'est un pays comme un autre maintenant, car le niveau de vie augmente à peu près partout dans le monde, et qu'on ne rêve dans plus d'aller s'installer dans la pays de l'oncle Sam pour offrir une vie meilleure à ses enfants.

Donc j'ai réfléchis, car évidemment je n'en crois rien. Depuis que nous sommes arrivés ici ( et pas avant, je n'aurai jamais pensé venir vivre ici, et je n'avais pas vraiment déjà pensé à ce que pouvais être les Etats Unis dans la réalité ), je me rends compte de toutes ces différences, qui font que ma vie est plus belle ici, plus que je n'aurai pu le croire.
Et pourquoi je pense ça, alors que les autres semblent complètement désabusés?
Déjà je pense que l'âge joue beaucoup. Je fais partie des plus jeunes de la classe, je dirai que la moyenne d'âge est de 40 ans. Changer de pays et de vie, tout laisser derrière soit, c'est plus facile a 20 ans qu'à 40 ans.
J'imagine qu'elles avaient des maisons, des carrières, que leurs enfants avaient leur routine... Je suis assez solitaire à cause de mes longues années d'inactivité, et ça ne m'a pas du tout dérangée d'être déracinée ( en imaginant que j'étais enracinée, puisque j'ai toujours tout fait pour partir de la région où je suis née, je crois que j'ai réussi ).
Ensuite, je pense que ces femmes se sentaient bien dans leur pays d'origine ( que ce soit la France, le Brésil ou ailleurs ) et peut être que leurs maris n'avaient pas vraiment le choix que d'être mutés, je ne sais pas...
Et enfin, je pense honnêtement que Los Angeles est idéal entre 20 et 30 ans, mais ensuite...

Un collègue de travail doit bientôt repartir en France après plusieurs mois passé ici, et il nous a dit que ça a été une super expérience, mais qu'il est ravi de repartir en France.
J'évite de parler des gens idiots qui critiquent la ville ou le pays sans jamais y avoir posé le pied, parce que ça me gonfle royalement, mais certaines personnes, de passage pour le boulot ou en touriste, nous ont clairement dit qu'il était inimaginable pour eux de vivre ici.
Je pense que le rêve américain n'est valable que si on n'est pas satisfait de son pays, c'est d'ailleurs logique. On vient aux Etats Unis ou on veut y venir pour les opportunités qu'ils offrent, professionnellement, religieusement ou autres...

Je ne pense pas que ce soit un hasard si il y a autant d'immigrés sur le territoire. C'est véritablement une terre de liberté où tout est possible, un refuge loin de la guerre et du racisme ( je ne dis pas que c'est le pays de Candy non plus, mais je n'avais tellement jamais vu de Juifs avec leurs kippas dans la rue en dehors des fêtes, que ca m'a fait bizarre ). Mahmoud, un des élèves de ma classe, qui doit approcher des 90 ans maintenant ( une sorte de mascotte ), nous a raconté que son plus jeune fils a été exécuté à 28 ans, après avoir passé 9 ans en prison pendant la révolution iranienne. Je ne pense pas qu'il soit venu se réfugier ici pour " s'éclater " mais plutôt par dégoût et par nécessité.
Je pensais avant de partir, que j'étais juste quelqu'un de triste naturellement et de pas très sociable ( ça n'a pas été tout rose pour moi, même si il y a bien pire ), même si on nous avait proposé de partir en Mongolie, je crois que j'aurai accepté. J'étais un peu au bout du rouleau, avec une agoraphobie qui ne voulait pas passer, aucune vision de l'avenir, envie de rien. Donc devant mon enthousiasme, dés les premiers jours ici, quand des gens m'ont dit que c'était la nouveauté qui provoquait mon euphorie, j'y ai cru moyen. Non, je me sens bien ici, en sécurité, même quand je porte mon étoile de David. Je me sens bien quand on me demande quelle langue je parle, et que la discussion dure des plombes. Je me sens bien dans le bus et dans la rue.

Je pense que le rêve américain, c'est faire ce que l'on veut, quand on veut, comme on veut, avoir les rêves les plus improbables ou les plus simples ( juste vivre en paix ), se sentir en sécurité quand on sort...
Je ne savais pas que c'était possible. Pour moi le monde était le même partout, et il m'aurait fallu une autre planète. Même si je ne reste pas là toute ma vie, ça m'aura permis d'avoir une pause bénéfique, pour me rendre compte que je ne suis pas plus idiote, moche et triste que les autres, et d'avoir repris confiance en moi pour affronter la suite, parce que les voyages forment la jeunesse.
Je crois tout simplement, que c'est plus humain ici, qu'on est plus en contact les uns avec les autres... Et ça change tout. Mais il faut le vivre pour le croire, alors les gens qui essayaient juste de me faire croire que mon rêve n'était juste qu'un rêve qui sortait de mon imagination, j'ai fais une croix dessus.

Un an, et j'espère d'autres années qui suivront! On verra bien...
Rendez-vous sur Hellocoton !

15 commentaires:

  1. Salut,

    ta réflexion est intéressante. Nous sommes une famille de français et nous venons nous installer à Los Angeles fin février. Et avant même de partir je me suis demandé si on a envie de rentrer après avoir vécu ici.

    RépondreSupprimer
  2. Passé 30 ans, ça te parait difficile de vivre à L.A ?

    C'est intéressant à savoir en tout cas !

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Laëtitia, Ben

    Encore une fois, un article très intéressant.
    Même si je ne vis pas (encore, qui sait..) à LA, pour y avoir passé 3x1 mois (bientôt un de plus), j'approuve totalement, le sentiment de plénitue, de "tout est possible", de bien être qui y existe ... ne se retrouve pas ailleurs.

    Mes démarches pour venir vivre aux US avancent, en partie grâce à vos bons conseils.
    Continuez de nous faire partager vos expériences et votre joie de vivre là bas, c'est un petit rayon de soleil, d'espoir, pour ceux qui se sentent enfermé ici.

    Bien à vous,

    Stéphane T.

    RépondreSupprimer
  4. Oulala, j'aurai du me relire :
    Je voulais écrire : j'approuve totalement le sentiment de plénitude, de "tout est possible", de bien être qui y existe ...et qui ne se retrouve pas ailleurs.

    ;)

    RépondreSupprimer
  5. Happy one!

    Sinon, pour rebondir sur ton billet, je n'ai pas de rêve américain, je ne me sens pas plus libre ici, je ne trouve pas les gens plus cools, plus ouverts, plus je ne sais quoi ici qu'en France (au demeurant, je ne les trouve pas plus cons, plus inintéressants non plus, hein). J'avais une chouette vie en France, j'ai une chouette vie ici, forcément différente, il y a des choses "mieux" ici, d'autres "moins bien", certaines choses de France me manquent, d'autres pas du tout. J'ai pas mal voyagé, ça permet aussi d'avoir plus de recul sur un pays ou une ville, on a en vu d'autres...
    Ah et j'ai presque 36 ans et je trouve que LA est une ville tout à fait vivable à mon âge avancé et avec 3 enfants.
    Je ne suis pas ici depuis assez longtemps pour en avoir marre, mais je ne suis pas non plus émerveillée comme je vois que tu l'es. Différence de caractère et de vécu certainement :-)

    RépondreSupprimer
  6. Merci pour les commentaires!

    J'avoue que je connais très peu de gens de plus de 30 ans ici, ou alors, ils sont célibataires et sans enfant, c'est donc difficile de me faire une idée de ce que peut être une vie de famille ici...
    Donc ca ne parait pas "difficile", mais différent en tout cas. Rien que nous en tant que couple mariés et un peu patachon, on n'a pas du tout les mêmes sorties que les potes célibataires ( en France, nos copains célibataires étaient plus casaniers que nous donc ça change! )

    J'ai des amis Français qui sont morts de jalousie qu'on soit ici, et d'autres qui s'en fichent royalement, tout le monde ne peut pas avoir les mêmes envies ni le même ressenti, c'est obligatoire!

    On a aussi des amis Américains qui ont eu du mal pendant leurs premières années ici, et qui ne partiront sous aucun prétexte.
    En fait je me demande si ce n'est pas plus facile d'arriver directement en plein dans la ville depuis un autre pays, que depuis la rase campagne américaine... Peut être que ça fait pareil au campagnards Français quand ils viennent à Paris. Je n'ai pas ressenti ça, pourtant j'étais dans un petit village pendant 18 ans. Je crois que je suis urbaine!

    RépondreSupprimer
  7. Ca c'est évident pour la difficulté d'adaptation ville/campagne... mais je trouve que LA fait limite plus "village" que Paris ou Londres qui sont des villes à forte densité (comme NY) et qui sont donc plus étouffantes ^^ Je ne ressens pas du tout le côté "grosse ville".
    Sinon, perso, je ne vois pas franchement de différence au quotidien entre notre vie ici et notre vie à Lille, juste il fait plus beau, j'ai des citrons dans mon jardin et certains endroits de la villes ne me sont pas accessibles car je n'ai pas de voiture... mais rien de difficile! Ou alors je suis trés adaptable, lol ^^

    RépondreSupprimer
  8. J'ai le droit de dire que je suis verte de jalousie ? :) (Morte de jalousie huhh?? Jte taquine !!)

    Bon mais moi aussi je sais qu'un jour je viendrais vivre aux Etats-Unis, j'attends juste de savoir comment... Bon je vais tenter la GC et puis sinon je verrais les opportunités :) Après tout je suis juste au Nord !

    RépondreSupprimer
  9. Si tu comptes devenir une citoyenne Canadienne, ensuite ce sera du gâteau, car il y a des visas spéciaux pour les Mexicains et les Canadiens.

    RépondreSupprimer
  10. Oui c'est bien ce que j'ai entendu dire ;)

    Mais humm ça fait patienter 4 ans dans le froid glaglagla.

    On verra :)

    RépondreSupprimer
  11. Pour les plus de 30 ans bientôt on vous dira puisque nous avons plus de 30 ans (depuis déjà quelques années d'ailleurs) et que nous nous installons d'ici 15 jours sur place avec 2 enfants.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Pierre! Plus d'un an déja s'est passé depuis que tu as posté ce message. Pourrais-tu me dire comment s'est passée ton installation a LA? J'ai moi même 30 ans (ma femme 28, sans enfants), et ton avis serai le bienvenu (serai-t-on déja trop vieux pour LA? LOL!!)
      Petite précision, nous arriverons probablement sur place sans travail (avec Visa de travail) et nous chercherons une fois arrivé.

      Supprimer
  12. Faut pas non plus confondre le rêve américain et le rêve californien... Parce que 'terre de liberté où tout est possible' c'est pas super vrai partout. Tu parles de juifs, mais j'ai vécu un an au Texas, et là bas j'en ai pas vu un seul. J'ai croise des femmes voilées une fois et les gens autour de moi pensaient que c'était des nones. Tout ce qui est différent d'eux (tout ce qui n'est pas chrétien extrémiste et républicain) n'a aucune place, toutes les personnes athées, même agnostiques ou les homosexuels par exemple sont rejetés, mais vraiment.

    RépondreSupprimer
  13. Oui je sais, je connais le Texas ( enfin pas encore personnellement! ), et c'est intéressant de voir la différence de comportement, surtout au niveau de l'immigration.

    Ici c'est clair: les hispaniques sont en majorité ( 46% ) ce qui fait que beaucoup de choses sont écrites dans les deux langues. Ca ne dérange personne, car ça a toujours était le cas et l'état a été mexicain. Au Texas, l'histoire est radicalement différente, et je ne pense pas qu'ils veuillent connaître autre chose.
    On ne connaît que deux texanes, et elles sont la preuve qu'ils pourraient très bien s'ouvrir à la différence, juste en visitant leur pays.

    Le Texas est l'exception, pas la Californie.

    Le Texas et l'Alaska sont les deux seuls états à vouloir leur indépendance.

    RépondreSupprimer
  14. J'ajouterai juste pour les suivants, que je n'aime pas trop les commentaires qui commencent par: faut pas.

    Un ton plus sympathique est toujours le bienvenu, histoire de ne pas me pousser à la faute, même si ce n'est pas dirigé contre moi personnellement.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés et mettent un petit peu de temps à apparaître.
Vérifiez que la réponse à votre question n'est pas dans la FAQ (on ne peut plus y publier vos commentaires)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...