Jerry : No, I'll be back.
Kramer : Jerry, it's L.A., nobody leaves. She's a seductress, she's a siren, she's a virgin, she's a whore.
Seinfield, "The Finale"

jeudi 11 novembre 2010

Los Angeles, la deuxième ville la plus stressante des Etats Unis

( Lien dans le titre )


Hé oui, après une étude prenant en compte le niveau de chômage, la pollution de l'air, le taux de criminalité, le taux d'attaques cardiaques, le nombre de jours ensoleillés et le prix de l'immobilier, Los Angeles se retrouve deuxième après.....Detroit.

Detroit, je le rappelle:






Pour le moment, ce qui me stresse le plus, c'est notre voisine qui chante comme un clodo bourré toute la journée, mais la nuit aussi. Ce qui pourrait faire grimper le taux de mortalité d'un petit point, au final.


J'avoue que ça me laisse assez perplexe, même si au fond, ce n'est pas vraiment fondé sur du vent: le taux de chômage est d'environ 20% depuis quelques années déjà, la pollution a du mal a être sous contrôle, et les plages sont fermées à la baignade après les averses, car l'eau devient toxique...
Les loyers sont très élevés, mais ils sont toujours plus bas qu'à Paris, pour des logements corrects.

Mais à part ça? Le temps, parfait, les plages, même quand la baignade est interdite, sont impeccables comme les rues nettoyées scrupuleusement chaque semaine, le taux de criminalité a radicalement baissé, il y a des marchés partout, beaucoup de parcs d'attractions, de festivals, de cinémas, de salles de concerts, les gens conduisent bien, sont très polis...


Si L.A est la ville la plus stressante des US, je pense que je ferai une crise cardiaque en visitant le middle west.


D'ailleurs, les gens de notre entourage qui viennent du middle west trouve qu'il est insupportable de conduire à L.A. et que les gens y sont stressés et mal polis... On nous dit même que lorsqu'on peut conduire à L.A., on peut conduire partout dans le monde. Je rigole doucement en pensant à la place de la Concorde ou à la Sicile.


Difficile d'essayer de relativiser après une journée à la plage à buller ou une soirée dans un resto coréen...

Vie de merde!


Mouais, trop dure la vie.



La ville la moins stressante ( par élimination, la dernière du classement donc ) est Salt Lake City, la ville des mormons, qui apparemment s'en sortent très bien avec 4 ou 5 femmes.



Rendez-vous sur Hellocoton !

11 commentaires:

  1. Rha comme je t'envie ;)

    Moi je sais pas trop quelle est la ville la plus stressante du Canada mais je dirais la mienne... Toronto ! Normal c'est celle qui a le plus d'habitants...

    RépondreSupprimer
  2. Heu, quand on bosse pas, qu'on a des sous etc. la vie est forcément moyennement stressante.
    (c'est pas une critique, hein, c'est une constatation).
    Quand tu bosses 70 ou 80 heures par semaine, se taper des embouteillages monstres, gérer des gosses etc. ça doit être une autre paire de manches :-)

    RépondreSupprimer
  3. Les bouchons et le boulot c'est pareil dans toutes les villes. La seule différence est qu'à LA il fait beau et le week-end tu peux aller à la plage.

    RépondreSupprimer
  4. Les gosses, on choisi de les faire, et le boulot de 80 heures aussi.

    Faut pas pousser mémé dans les orties!

    Et il n'y a pas de bouchons a L.A. De toute façon on habite juste a côté du boulot, 5 minutes a pied.

    Niveau de stress: 1 ( qu'est ce qu'on va bien pouvoir allé voir au cinéma ce soir? )

    RépondreSupprimer
  5. Et les gens choisissent aussi de se retrouver au chômage, de vivre dans un quartier pourri, d'être pauvre etc.

    On peut aimer la ville où on vit sans totalement perdre le sens des réalités et ne pas tout voir à travers son expérience personnelle (le plus gros travers des expatriés qui sont en général blancs, bien éduqués, riches etc.)

    Une traversée en bus de Philadelphie m'a suffit pour comprendre que la pauvreté ici n'était pas un petit mot!

    (et si, y'a des embouteillages monstrueux à LA! Mais c'est parce que les gens sont des cons : ils ne vivent pas tous à 5 minutes de leur boulot :-))

    RépondreSupprimer
  6. Désolée, je me rends compte qu ele ton de mon message ci-dessus n'est pas hypra sympa, mais je ne vais pas l'effacer par honnêteté.
    Ce que je voulais dire c'est qu'il est toujours difficile de comparer son expérience à ce genre de grandes études, particulièrement dans le cas des expats qui sont rarement confrontés au chômage, à la violence, à la pauvreté (ou alors à travers les vitres d'un bus ^^).

    Sinon, pour ce soir, je vous propose Megamind, ça a l'air marrant (bien que pour le coup, les cinémas américains me stressent : trop chers, trop de monde et trop de popcorn!).

    RépondreSupprimer
  7. Sans pour autant parler de choisir, le boulot de 80 heures, les enfants,... on les a partout dans le monde. Là on parle de la ville en elle même avec son lot de personnes qui travaillent, qui sont au chômage, qui ont des enfants à déposer à la crèche le matin.
    Et bien je trouve que même à embouteillage égale, je préfère déposer mes hypothétiques enfants à la crèche sous le soleil, plutôt qu'a devoir le faire sous la pluie.
    Je préfère prendre le bus à LA avec ces gens qui t'adressent la parole, même si le trajet est long, plutôt que prendre le métro avec tous ces parigots qui essayent de te rouler dessus à la moindre occasion.
    Je préfère conduire sur une grande route plutôt que me taper les rues sinueuses de paris avec un vélo à gauche un vélo à droite, un scooter qui essaye de doubler et un embouteillage qui n'avance pas.
    Je préfère que les gens qui n'ont pas forcément d'endroit ou aller puissent dormir dans la rue à la belle étoile sans en mourir gelé et ce même en hiver.
    Je préfère voir de petits immeubles bas que de grandes tours, ça me permet de contempler un ciel bleu et sans nuage, plutôt que de voir une chape de plomb entre deux monolithe de béton.

    Alors je suis peut être blanc, riche et bien éduqué (et pas expat, très malheureusement), mais remettons les propos de Laëtitia dans leur contexte. On parle de la vie des gens (car oui il y a encore des gens qui travaillent beaucoup à Paris) par rapport à leur environnement. Et j'ai l'impression, mais c'est mon sentiment, que les gens sourient plus à LA. Ils ont meilleur mine, ils parlent, ils ont l'air content. Ca ne laisse pas de doutes quant à leurs tracas quotidien, mais au moins ils ne reportent pas leur noirceur sur les autres..

    Et ça aussi ça aide beaucoup au stress.

    RépondreSupprimer
  8. Je crois qu'en fait nous disons la même chose :-)
    Une chose par exemple que je j'expérimente tous les jours : Philadelphie est réputée comme étant une ville dangereuse. A titre perso, je m'y trouve bien, je m'y sens en sécurité et je ne m'y sens pas en danger du tout. Mais pour autant, je ne peux pas nier cette réalité : oui, Philadelphie est une ville statistiquement dangereuse mais selon qui on est et où on vit, on va plus ou moins le ressentir.
    C'est donc pareil pour LA : j'imagine qu'une type au chômage, dont le fils est dans un gang etc. doit ressentir bcp plus de stress que Benjamin et Laëtitia.
    Et sinon, oui, les américains sont courtois... mais ça ne les empêche pas d'avoir un taux de pauvreté et de criminalité trés élevé pour un pays de ce genre (et des américains cons et désagréables, on en croise, particulièrement dans les bus qui traversent les quartiers moins aisés. Hasard?)

    RépondreSupprimer
  9. Toutes les photos et les commentaires de Laetitia sont passionnants : c'est sa vision. Je confronterai avec mes propres réactions, quand je serai à LA !

    RépondreSupprimer
  10. Jérôme a été marqué par les discutions de bus.

    C'est systématique, difficile de prendre le bus sans avoir un squatteur qui va vouloir tout savoir sur vous!

    Après, si on compare a Paris et sa région ( niveau superficie et nombre d'habitants, on s'y retrouve ), ce qui n'est pas loyal selon moi, c'est comme si on disait: ha mais, tu te sens bien au Chesnay, mais si tu vas a Melun, tu te sentiras moins bien...

    Evidemment!

    Je le disais, il faut pas pousser mamie dans les orties, et si j'ai un bras en moins, et si j'ai une maladie chronique incurable, et si je me fais battre par mon mari, bah oui, je serai stressée, quelle question...

    RépondreSupprimer
  11. Tiens... Je veux bien être stressée à Los Angeles :)
    Je sais pas pourquoi mais dans ta description je retrouve un peu pareil qu'à Marseille où je vis !

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés et mettent un petit peu de temps à apparaître.
Vérifiez que la réponse à votre question n'est pas dans la FAQ (on ne peut plus y publier vos commentaires)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...